AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2875600850
Éditeur : ONLIT ÉDITIONS (28/02/2017)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 27 notes)
Résumé :
« Tu vas écrire un roman. » Albert Palombieri, mon père, n'est venu que pour me dire ça. Lui qui ne m'a jamais lu ! Quand j'étais enfant, il jetait mes poèmes à la corbeille. Ceux que mes neuf ans inquiets posaient sur son bureau. Mais je tiens ma revanche : je vais lui écrire l'histoire de Rosa, sa mère. Albert ne sait rien d'elle. Il ne sait pas qu'elle fut fasciste, puis résistante, ni qu'elle a été déportée. Une poignante saga familiale qui navigue entre l'It... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
krzysvanco
  15 décembre 2017
J'ai été happé par ce livre dès sa première page...
J'ai aimé le sujet : un Père qui ordonne à son fils, Maurice, qui n'est appelé par son père que par « le Fils » ou « Momo », toujours entretenu jusque là, d'écrire un roman. J'ai aimé la description de cette relation parentale inédite, j'ai été touché par la vie de Rosa, la grand-mère du protagoniste, vie dont lui seul a connaissance et qu'il va distiller à son père en écrivant son roman.
J'ai aimé la construction très élaborée du livre qui passe d'une époque à l'autre : de la période actuelle à celle de l'enfance, ses 9 ans où il connaît la désillusion de trouver ses poèmes à la poubelle, ses 14 ans où son grand-père Giorgio lui révèle le secret entourant Rosa, la jeunesse de Rosa en Italie, l'admiration des Italiens pour leur Duce, les premiers temps relativement cléments pour les juifs qu'il suffisait de « discriminare e non perseguire », l'évolution tragique ensuite, la déportation de Rosa pour les camps, la manière dont Giorgio a appris ce qui lui était arrivé.
Les descriptions sont vivantes : le quartier bruxellois où habite Maurice, dans un loft avec vue sur le canal, de son public cosmopolite, les descriptions de la vie à Airole en Italie, des différents personnages qui y vivent.
Maurice commence son roman afin de blesser son père, pour lui apprendre que Rosa n'est pas partie de la maison mais qu'elle était juive, et que donc, cet état se transmettant par la mère, lui aussi l'est, pour lui faire remarquer qu'il ne savait rien de sa mère..
Mais bien vite, Maurice se passionne pour son roman, il se base certes sur le récit que lui a fait son grand-père, mais cherche à décrire le plus exactement possible les événements, même les moins importants (il va par exemple demander à un ami restaurateur d'assister à la préparation d'une daurade, ou alors guetter à la gare ce que peuvent être les adieux d'amoureux).
Beaucoup de sentiments m'ont envahi à cette lecture ! Les sourires ont alterné avec la tristesse, l'indignation avec l'admiration, j'ai été plus d'une fois profondément ému tant le récit peut être poignant.
J'ai été enthousiasmé, j'ai adoré !
J'ai voulu attendre avant de rédiger cette critique pour ne pas réagir à chaud, l'enthousiasme perdure toujours, je puis la publier !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          345
Adriatik
  17 janvier 2018
J'ai fait la connaissance de "Rosa" à sa sortie numérique. Je ne connaissais rien d'elle, je ne savais pas ce qui m'attendait, mais j'ai préféré me lancer vers l'inconnu. Et j'ai eu raison.
Tout commence à Bruxelles dans les années 2000. le personnage principal, Maurice, profite bien de la vie grâce au revenus que son père lui fournit. Mais cela ne peut pas durer éternellement et un jour le paternel pose ses conditions. S'il veut gagner l'argent par lui- même, il doit écrire un roman et le travail sera payé 30 euro la page. Maurice n'a pas le choix et le travail commence. Contraint au début, passionné par après, le jeune auteur se prend au jeu et l'histoire de "Rosa" prend vie ou refait surface. Car Rosa n'est pas un personnage fictif, c' est la grand-mère de Maurice.
Nous voilà, plongé dans l'Italie fasciste du temps de la guerre. On fait la connaissance de cette femme de caractère , on apprend qu'elle est juive et qu'elle a été déportée.
Au fil des pages, le père prend connaissance de toutes les choses qu'il ignorait et commence à voir les choses d'une autre façon.
Je me rejoins aux autres lecteurs pour dire que j'ai beaucoup apprécié ce roman touchant. J'ai tout aimé : l'idée de départ , la construction du récit, l'analyse des personnages et de leurs souffrances visibles ou invisibles. J'ai aimé les descriptions du village italien, la partie historique, les mots italiens qui apparaissaient de temps en temps dans le texte. J'ai aimé le personnage principal avec ses petits défauts et ses efforts. Est-ce qu'il y a quelque chose que j'ai oublié?
Une magnifique découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Zephirine
  22 avril 2019
« Tu vas écrire un roman, qu'il m'a dit. C'était un ordre » Ainsi commence « Rosa », l'écriture d'un roman imposée par le père et l'humiliation du fils, le narrateur de cette histoire. Car oui, il va l'écrire, ce roman, et noircir ses pages pour toucher la rétribution que lui verse ce père autoritaire. Et c'est là qu'entre en scène la seconde histoire de « Rosa », à la fois histoire familiale et fresque historique et qui va retracer grâce à l'enquête du narrateur la destinée dramatique de sa grand-mère Rosa. Juive italienne, Rosa est une jeune fille au caractère bien trempé, elle n'hésitera pas à embrasser le parti des Garibaldi qui se battent contre le fascisme de Mussolini..Peu à peu, sous la plume du fils, se révèle ce secret de famille muselé par le père.
Le récit de la vie mouvementée de Rosa dans les années trente s'intercale avec bonheur et intelligence avec les propres aventures du narrateur dans un quartier populaire de Bruxelles des années 2000.
A travers le destin de Rosa, c'est une traversée de l'histoire européenne des années trente à nos jours que nous offre Marcel Sel. Parfois tragique, souvent drôle et jamais ennuyeuse, cette histoire m'a charmée.
Les personnages sont bien campés et, le livre refermé, j'ai longtemps gardé l'image de Rosa.
La construction, ingénieuse, et le style, limpide et tonique, contribuent au plaisir de la lecture
C'est bien documenté, avec quelques passages inspirés d'histoires réelles, mais tout cela reste crédible.
Un beau roman

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Shabanou
  15 juillet 2018
Bonjour les lecteurs …..
Mais pourquoi ai-je mis autant de temps à retirer " Rosa" de ma Pal ???
1000 excuses Marcel Sel… votre livre est un petit bijou !
Maurice est un trentenaire qui vit sans aucuns scrupules aux crochets de son père Albert Palombieri.
Celui-ci décide de lui couper les vivres s'il ne se décide pas à prendre sa vie en main.
Maurice n'ayant jamais rien faire d'autre qu'écrire pour son plaisir, son père lui suggère d'écrire un roman. Il le rémunèrera au nombre de pages écrites par jour.
Un défi pour Maurice qui entretient des relations complexes avec son géniteur … lui qui ne l'a jamais lu, qui chiffonnait ses poèmes d'enfant.
Mais Maurice tient sa revanche .. il va écrire la vie de Rosa sa grand-mère, la mère d'Albert qui ne sait rien d'elle .. cette mère dont on lui a dit un jour qu'elle avait quitté la maison.
Maurice n'a jamais connu Rosa, tout ce qu'il sait d'elle lui a été transmis par son grand-père nonno, l'époux de Rosa.
Maurice va se mettre à écrire ...
Rosa … La belle italienne qui fut à la fois amoureuse, qui adorait la peinture.
Rosa, à la fois fasciste et résistante
Rosa qui fut déportée et qui n'est jamais revenue….
Lise l'histoire de Maurice, de son père Albert et de Rosa.
Rosa n'est pas seulement le récit d'une vengeance d'un fils vis-à-vis de ce père trop distant.
Rosa retrace tout un pan de l'histoire entre l'Italie fasciste d'hier et la Belgique d'aujourd'hui.
Marcel Sel a la magie des mots et nous fait voyager de la Belgique aux couleurs tristes à l'Italie chatoyante où chaque coin de rue a une odeur merveilleuse.
Ce livre m'a emportée .. impossible de le lâcher au point de passer une nuit écourtée.
Marcel Sel est déjà connu pour son blog.. je le découvre en tant que romancier et j'en redemande.
L'auteur a reçu le prix du " meilleur premier roman belge"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
Charlotte08
  05 juillet 2018
Maurice est un homme mal dans sa peau et complexé. À 30 ans il vit seule et est entretenu par le Père (c'est ainsi qu'il parle des son père). Depuis son enfance il écrit mais en vain. Un jour son père lui lance un défi: écrire un roman.
Maurice fâché que son père, qui n'a jamais rempli sa tâche de papa comme il se doit, décide de se venger. Il va écrire l'histoire de sa grand-mère Rosa. L'histoire que son grand-père lui raconta mais que son père ignore. Car le Père n'a jamais connu Rosa, sa maman, ni son histoire.
Et c'est ainsi que Maurice se met à écrire l'histoire de Rosa Molinari: une jeune femme italienne fasciste et... juive. La guerre va venir chambouler toute la vie des Molinari. Et un jour l'Histoire sera fatale pour Rosa. Elle sera déportée à cause de son statut juif ainsi que de son rôle dans la Résistance.
Rosa est une femme inspirante et je me suis attachée à ce personnage. C'est une battante. J'ai eu beaucoup de mal à me détacher de ce personnage. J'ai été émue par elle et par son amour pour Giorgio, son mari, et sa famille, par sa volonté de se battre contre l'injustice, par son envie de protéger les plus faibles même si cela signifie se mettre en danger.
Ce livre retrace le drame d'une famille italienne d'hier et d'une famille désormais belge. C'est un magnifique histoire qui me restera longtemps dans la mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   10 décembre 2017
Je ne sais pas pourquoi je me suis mis à caresser ses cheveux. Je ne sais pas depuis combin de temps elle est réveillée et me laisse faire, souriant peut-être en regardant la fenêtre. Elle me tourne le dos. Il a l’air d’onduler. Ou alors, c’est son dos qui est une ondulation. « Elle se lève, l’eau se déplie »; me dis-je. Je souris : la jeune femme qui dort peut-être encore et dont j’etudie Le dos a la souplesse de ce vers d’Eluard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
MalviraMalvira   30 juillet 2018
Tu vas écrire un roman, qu'il m'a dit. C'est un ordre (...) Depuis dix ans, il (le Père) me verse un salaire mensuel, comme ça, sans rien en échange. Travailler, je ne peux pas. Il le sait. Je suis une sorte d'artiste. J'écris, je dessine, je visite des expositions. Mais travailler, suivre des consignes, répondre aux ordre, j'ai essayé, je ne peux pas. Il a son usine, alors il me paye. Quelquefois, il vient me voir, m'impose sa présence, toujours moqueuse, avec cette ironie de celui qui paye, de celui qui travaille. Il me fait des remarques grinçantes. "Qu'est-ce que je vais faire de toi ?" qu'il m'a dit tout à l'heure. Et puis, d'un air blasé : "Ah oui ! C'est vrai ! Tu sais écrire..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
krzysvancokrzysvanco   10 décembre 2017
Le Père, c’est Albert Palombieri, mon père. Je l’appelle Le Père comme il m’appelle Le Fils. Mais je ne suis pas son seul fils. Son autre fils, Bernard, il l’appelle L’Aîné. Un aîné, c’est un fils avec quelque chose de plus. Moi, je suis juste Le Fils. Le Père ne m’appelle pas Le Cadet. Mais Bernard, il l’appelle L’Aîné. Ou alors, il l’appelle par son prénom, Bernard. Moi, il ne m’appelle jamais par mon prénom. Il dit Momo. Ou alors Le Fils. Mon prénom, c’est Maurice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
paulotletpaulotlet   01 novembre 2017
ça n'est pas votre faute, les enfants, dit-elle aux deux jeunes hommes. Les grands décident. Et puis les choses arrivent. Et puis nous, on paye... Tiens, Giorgio, je t'ai apporté une bouteille d'huile, de mes olives. La meilleure du monde, tu le sais!

Giorgio se dit que ce n'était pas Carmela qui était folle. C'était le monde autour d'elle, qu'elle comprenait trop bien. Et comme elle disait tout haut ce qu'elle pensait et que ça la faisait rire, les gens ont dit qu'elle était folle. C'était plus pratique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
paulotletpaulotlet   01 novembre 2017
Guardamare lui donna une cigarette. Il s'approcha pour l'allumer entre les mains que l'homme de Rosa avait jointe pour couper le vent. La flamme se refléta dans les yeux éteints de Guardamare. Ils reprirent leur place et ne dirent plus rien. Fumer côte à côte, Giorgio ne pouvait pas donner plus. L'erreur est humaine. Le pardon est chrétien. Mais l'oubli est impossible. En partant, il mit une tape hésitante sur l'omoplate du balafré qui ne se retourna pas, hocha seulement la tête. Il savait qu'il n'aurait plus jamais mieux, comme relation, avec ceux qui avaient pris le maquis, et ils étaient nombreux à Vernazza. Il ne pourrait plus plaisanter, chanter, boire, qu'avec les pires. Des brutes. Des assassins. Alors, il regardait la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : littérature belgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
311 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre
.. ..