AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2092548131
Éditeur : Nathan (29/08/2013)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 21 notes)
Résumé :
1913, sur l'île de la Cité à Paris. Le jeune Emile est réveillé la nuit par un fracas épouvantable. Le bruit vient du logement au rez-de-chaussée où habite une femme étrange, une sorte de clocharde qui se barricade le jour et sort la nuit. Le lendemain la soeur d'Emile se rend avec son amie Luce chez Rodin qui veut faire leur portrait. Rodin évoque une sculptrice qui ressemble fort à cette femme.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
LoupAlunettes
  29 avril 2016
Le compositeur évoquait devant les deux jeunes filles en visite la sculpture posée sur son piano. Un couple dansant "La valse", presque plus vrai que nature, vibrant d'intensité. Les yeux du maître des lieux papillonnaient d'une émotion doucement perceptible, un trouble qui passaient dans ses mains puissantes de sculpteur, jouant avec une création de bronze. A l'évocation de l'adresse de la famille d'Hortense, Auguste ne pût réprimer la surprise. Oui, même Claude Debussy savait qui habitait aussi à cette adresse, l'auteure de sa "Valse" amoureuse. Hortense et son amie Luce ne l'ignoraient pas non plus. On disait que Auguste Rodin séduisit cette fille dont vingt ans les séparaient et l'avait honteusement abandonné. Les rumeurs circulant à Meudon disaient que Camille Claudel accusait Rodin de lui avoir volé autant le fruit de son travail que son coeur. La raison la quittait peu à peu ne supportant plus la trahison. Hortense et Luce ne savaient que croire. Chacun voulait savoir, connaitre le secret de cette histoire.
: de la même veine que les titres sur les peintres Vincent van Gogh et Leornard de Vinci, dans la même volonté d'en approcher les conditions de vie d'artiste et le caractère, Marie Sellier livre la relation compliquée et passionnée d'Auguste Rodin et Camille Claudel les sculpteurs. C'est toujours au travers des regards extérieurs de ses personnages de fiction qu'elle restitue une part du réel et nous fait entrer par une histoire dans l'Histoire de l'Art. C'est la famille Bouchon au complet cette fois qui seront nos yeux et nos oreilles, brossant tant bien que mal les contours de ces deux caractères à la réputation sulfureuse. le métier d'artiste n'est pas bien vu et Auguste et Camille ne font pas parler d'eux en grand bien dans la ville de Meudon. Lui, est un impénitent et scandaleux séducteur, elle, n'est plus que l'ombre d'elle même, au bord de la folie. Et c'est l'amour qui en est la raison. Des personnages tels que Paul Claudel, le frère, viendront apporter de l'eau au moulin des très curieux Bouchon, du père au petit dernier Émile. Marie Sellier diversifie d'une manière originale sa narration pour reconstituer le puzzle sur les raisons de l'état de Camille et la drôle de réputation de Rodin, passant du récit au style épistolaire, de l'article de journal au témoignage du petit Émile qui se fait coursier entre Camille et Auguste. L'ensemble est astucieusement lié, le dernier mot clé du chapitre devenant le titre du suivant. Un petit jeu littéraire léger qui va contraster avec le contexte dramatique. D'abord Pygmalion et professeur, ce maître de vingt ans son aîné va devenir son grand amour. Et puis, et puis la muse dépassera le maître, le ver s'installera dans le fruit. Ne gâchons pas la découverte à trop en dire. Marie Sellier crée une intrigue douce-amère qui sème le doute devant cette touchante sensibilité émanant du créateur de la célèbre "Porte des Enfers" et devant la descente de la pauvre Camille. La question reste en suspens quant au titre, Qui de Rodin ou de la famille Claudel ?. Camille Claudel est-elle victime d'être une femme trop amoureuse ou trop artiste? Les explications de Marie Sellier à la fin sont intéressantes à ce sujet. Court et puissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Analire
  31 août 2013
Ayant eu le plaisir de voir en vrai les sculptures d'Auguste Rodin exposées à Arles en cette saison 2013, c'est avec un immense empressement que j'ai débuté cette lecture. Auguste Rodin est un artiste qui me plaît beaucoup, que j'admire pour ses travaux, mais je n'avais aucune idée de sa personnalité et de son caractère au quotidien. de plus, Camille Claudel m'était, (hélas !) inconnue jusqu'à ce jour. Autant faire d'une pierre deux coups en lisant ce livre, qui regroupe, entre autre, des personnages fictifs.
Marie Sellier mélange réel et fiction, de façon à rendre plus appréciable la découverte d'éléments souvent barbants pour les élèves. Pari gagné ! on ne s'ennuie pas une seule seconde, bien au contraire, en avançant dans ma lecture, j'avais de plus en plus soif de connaissances.
Tout est très bien expliqué, pas trop détaillé ni trop peu, juste comme il faut. L'écriture de Marie Sellier est légère et fluide ; elle détonne tout à fait des manuels d'arts antiques, qui utilisent des mots spécifiques pour désigner de futiles choses, qu'un rien peut remplacer.
Le petit point négatif (qui n'en est pas un pour certaines personnes), est le manque d'illustration. Quand le nom des sculptures sont citées, une petite photo de ladite oeuvre n'aurait pas été de refus. J'ai été obligé, à maintes reprises, d'interrompre ma lecture pour rechercher sur Internet le nom de l'oeuvre, qui permettra d'illustrer vraiment la description faite. Après, il faut dire que c'est un roman, pas un manuel censé enseigner de A à Z les affres du couples Claudel - Rodin et leur vie intime...
Néanmoins, les petites notes de l'auteur, à la fin du récit, ont été fortement appréciées.
A propos de l'atmosphère générale qui se dégage de cette histoire, (je rappelle qu'elle se déroule dans les années 1913), je dirais que Marie Sellier a réussi à nous téléporter dans le temps. Entre le dur univers familial qu'elle nous dépeint, les vieilles rues de Paris et les traditions d'antan, tout est réuni pour parfaire les contours de cette époque.
En somme, cette lecture a été très enrichissante, elle m'a apprit énormément de choses que j'ignorais jusqu'à présent. Coeur de pierre se lit très facilement, et embarque tellement le lecteur, que celui-ci est obligé d'être intrigué par l'histoire de ces deux artistes phare du XiXème et XXème siècle, qui vivent encore dans l'esprit des Hommes de notre temps.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Kawane
  30 mai 2015
Si le titre est approprié, je reste cependant très réservé quant au contenu...l'auteur a tout misé sur la famille fictive Les bouchon, qui sert de prétexte à un évocation très succincte et restrictive de la géniale Camille Claudel ! On croise la soeur de Camille (que celle-ci n'est jamais venu voir) Debussy, Rodin et sa femme Rose... Quelle aberration de la réduire qu'à sa fin de vie si triste et tragique, résidant au 19 quai Bourbon !
IPeu de référence à ces oeuvres a part " Clotho"; et on retrouve sa célèbre sculpture " La vague" chez Rodin !!! de nombreuses informations erronées hélas qui plonge le lecteur dans une totale confusion.
La "vulgarisation" d'une vie et d'une Artiste si complexe n'est pas donnée à tout le monde... . En refermant le livre on se dit que sa vie n'a été que tragédie !alors que Camille Claudel a été flamboyante, une passionnée, amoureuse acharnée, une exaltée, génie et malheureusement "femme" éprise de liberté en décalage avec la société de son époque !
Un bon point cependant , l'écriture se tient et le roman se lit avec facilité mais un adolescent qui découvre Camille Claudel avec ce livre a aura juste un triste portrait qui se résume à une femme sale,triste et folle...
Courrez vous procurer " Une femme" d'Anne DELBEE et là vous pourrez découvrir un très bon roman écrit avec talent et rencontrer vraiment Mademoiselle Claudel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
argali
  07 septembre 2013
Marie Sellier s'est spécialisée dans les biographies romancées de personnages célèbres. Après Léonard de Vinci et Picasso, elle nous conte ici les derniers jours de Camille Claudel avant son internement, en 1913. L'occasion de nous parler de sa famille, de sa relation tumultueuse avec Rodin et de son oeuvre.
Nous découvrons Camille à travers une famille, les Bouchon, et le point de vue de chacun sur cette étrange voisine, folle à n'en pas douter ou alors très malheureuse. Délaissée par les siens, malade, sujette à une dépression paranoïaque, elle vit misérablement au 19 quai de Bourbon, dans son atelier. C'est là que sur demande de la famille, on viendra la chercher le 10 mars 1913 pour la faire entrer à l'asile. Elle restera internée trente ans.
Mêlant une fois encore réalité et fiction, Marie Sellier nous offre un roman émouvant et assez objectif sur Camille Claudel et son entourage, nous rappelant au passage que la condition féminine ne fut pas toujours enviable.
Un récit plaisant et bien écrit qui donnera certainement envie aux jeunes d'en connaitre plus sur ces deux grands artistes et sur leurs oeuvres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
charmange
  23 octobre 2013
Marie Sellier a été journaliste pendant plusieurs années avant de passer du côté de l'édition et de se consacrer à l'écriture.
Le côté analyse, documentaire, se fait sentir, mais il est bien équilibré avec la partie fiction. On plonge dans un récit historique de manière très ludique et divertissante. Loin des manuels scolaires barbants, une façon d'apprendre sans que cela soit assommant.
L'histoire inspirée des correspondances entre l'artiste Rodin et son élève Camille Claudel (élève qui avait de loin dépassé le maître) rend le récit extrêmement vivant.
La narration est pleine d'originalité tant par l'excentricité des personnages principaux que par la mise en place des chapitres, la dernière phrase étant la première du suivant, emmenant le lecteur dans un tourbillon.
On vogue entre les visions. Même si l'on pourrait penser que Rodin serait le point central de l'histoire, et bien non, il n'est qu'un pion, qu'un acteur dans le tragique destin de Camille.
On découvre un Rodin frivole, fidèle à sa concubine et pourtant mélancolique quand il repense à sa Camille.
Une Camille anéantie, recluse, emplie de colère et tombée dans la folie engendrée par l'amour.
Le récit est fort en émotion, tendresse, rage, passion, mais on en apprend aussi également beaucoup sur la vie à Paris au début du 19e siècle, grâce à la famille Bouchon et nous rappelant au passage la condition féminine à cette époque.
À la fin du livre, l'auteure a ajouté une partie intitulée : " À propos de l'histoire : ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas ", notes très intéressantes qui permettent au lecteur de faire la part entre fiction et histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   31 août 2013
Ces gens-là, les artistes, sont plus sensibles et donc plus fragiles que les autres. On a l'impression que la vie peut les briser.
Commenter  J’apprécie          140
Dea95Dea95   05 janvier 2014
"- La valse, chuchota Rodin, comme en lui-même. Quelle rare beauté ! Elle et lui nus dans un tourbillon d'étoffes, prêts à s'envoler. Et pourtant leurs pieds ne quittent pas le sol. Mais ils volent, ils volent. Plus rien n'existe au monde que la danse et eux deux.
- On dirait qu'ils vont tomber, mais ils tiennent bon. Ils sont soudés l'un à l'autre...la musique les porte, soupira Debussy.
- Rien ne pourra les séparer.
- Ils sont l'esprit de la danse.
- Ensemble éternellement, dans l'étreinte comme dans la chute. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pays_des_contesPays_des_contes   12 janvier 2014
Un jour où, de passage en France, il était allé lui rendre visite dans son atelier, il avait été effarée de la découvrir si changée. Grossie, les yeux cernés, et si effroyablement crasseuse, elle vociférait contre le monde entier. Même sa voix était autre. Elle était devenue métallique.

Il n’avait pas reconnu sa Camille tant aimée sous les traits épaissis de cette clocharde. Mais il était tombé en arrêt de vent la beauté de ses sculptures. Comme si toute l’humanité de sa soeur s’était concentrée dans ses créatures de plâtre ou de marbre.
Il avait écrit un article pour célébrer son talent. Mais la femme de chair, sa soeur, non vraiment, il ne souhaitait plus la voir. La fuite et l’oubli étaient préférables à la vision de sa déchéance.
Oublier Camille. Oui, il fallait l’oublier. Ne plus même évoquer son nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AnalireAnalire   31 août 2013
Ce que je cherche dans les êtres c'est la vérité pour créer des sculptures vivantes et non des oeuvres artificielles et mortes.
Commenter  J’apprécie          30
AnalireAnalire   31 août 2013
Voilà donc ce que faisait un sculpteur : il captait les mouvements de la vie et les figeait dans la terre !
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Marie Sellier (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Sellier
Lecture réalisée par Marie Sellier à Chantelivre - Sèvres le 9 avril 2016
Retrouvez l'album de Marie Sellier illustré par Iris Fossier sur notre site internet : http://www.cleditions.com/Fanfan
http://www.chantelivre.com
autres livres classés : camille claudelVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
889 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre