AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749916410
Éditeur : Michel Lafon (22/03/2012)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 43 notes)
Résumé :
« À côté du film, nous avons fait bien pire ! Rien ne pouvait nous arrêter, Philippe et moi ! On a vécu à fond ! »
Et pourtant il ne voulait pas de cette place. Il sortait à peine de prison, n’avait aucune expérience, aucune envie de jouer les nounous, et puis les riches… Mais Philippe ne voulait que lui : les autres avaient trop de fausse pudeur, trop d’apitoiement.
Avec Abdel, aucune crainte dans ce domaine ! Chacun a donné sa chance à l’autre sans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Davalian
  27 février 2014
Tu as changé ma vie... n'est pas le livre qui a inspiré le film Intouchables. C'est plutôt ce dernier qui a en partie inspiré le témoignage de Abdel Sellou.
Du début à la fin le ton est léger, porté sur l'humour, sur l'autodérision et mené avec une bonne dose de narcissisme. le récit prend la forme d'une autobiographie qui dès les premiers chapitres apparait comme le fruit d'un exploit. La réussite démontre que l'auteur, qui ne voulait pas se livrer, a accepté la leçon de vie qu'il a été amené à vivre. Elle exprime également la réussite d'un parcours : celui d'un repris de justice qui a appris à lire et sans doute à écrire.
Les passages philosophiques ou larmoyants ne sont pas légions. Ainsi, la rencontre et les moments partagés avec Philippe Pozzo di Borgo ne couvrent qu'une bonne moitié de l'ouvrage. Les passages en question ne ressemblent pas au film. Les spectateurs ont donc l'impression de découvrir quelque chose de neuf et de radicalement différent. La nouveauté est également perceptible au travers des anecdotes évoquées même si quelques-unes sont connues (tel que le recrutement ou ce fameux passage en voiture). Un effort est fait pour assurer une certaine discrétion afin d'éviter la tentation du voyeurisme tout en dévoilant l'essentiel et le plus intellectuellement intéressant. Cerise sur le gâteau, l'écrivain n'hésite pas à se montrer critique, à prendre ses distances à l'égard de la réalisation et des acteurs.
L'écriture peut parfois agacer, notamment par l'absence assumée de remord ou d'humilité. S'il a été courageux d'évoquer les "erreurs de jeunesse" sans solliciter de rédemption, les passages ne plairont pas forcément à tout le monde. Ce qui est bien dommage, car ils sont savoureux même s'ils évoquent le passé d'un voyou sans réel courage il faut bien se l'avouer. Dérangeant car plaisent au lecteur, il y a donc là matière à réfléchir et donc à échanger.
La profondeur insoupçonnée de cet opuscule qui se lit très rapidement est étonnante. D'ailleurs, combien de lecteurs sont tombés à côté ? Elle mérite largement une attention au moins aussi grande que celle portée au film. Tout comme il est bien difficile de croire qu'à première vue les sujets évoqués sont aussi bouleversants et aussi surprenants. le style, la matière, les réflexions proposées s'harmonisent. Une très bonne surprise ! A découvrir d'urgence !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Bonheur_Lecture
  27 décembre 2013
Lorsque j'ai vu ce livre dans ma librairie, ce fut plus fort que moi, beaucoup plus fort. Je n'ai pas pu m'empêcher de le prendre, sans même lire la quatrième de couverture, sans même feuilleter le livre. Et je suis loin d'être déçue.
Ayant vu le film Intouchables, à l'ouverture de ce bouquin, j'avoue avoir eu un peu peur. Je connaissais l'histoire, j'avais l'impression de tout connaître, et pourtant.
Abdel Sellou se livre, pour la première fois. Cet homme si discret d'ordinaire ouvre son coeur, pour nous, pour Philippe Pozzo di Borgo. Et quelle prestance à cet homme !
Je ne reviendrais pas sur l'histoire, ce n'est pas la peine, tout le monde la connait. Je vais plutôt revenir sur la leçon de vie que l'on reçoit, la morale que l'on ressent à travers la lecture de ce livre. Car en effet, Abdel Sellou propage un espoir immense en nous racontant son histoire. Celle d'un jeune homme condamné dans son adolescence à devenir un petit, voire grand, délinquant, qui va faire une rencontre qui va changer sa vie, à tout jamais, et qui va le rediriger sur la bonne voie.
Philippe Pozzo di Borgo lui a fait confiance, et pourtant, beaucoup n'aurait pas fait ce choix là…
Comme quoi, tout peut arriver dans la vie ! Et c'est arrivé à Abdel Sellou ! Philippe Pozzo di Borgo avait besoin d'Abdel Sellou, et ce dernier avait tout autant besoin de Philippe ! Et dans cette histoire, je ne retiendrais que la solidarité, l'entraide, qui comme on aurait tendance à le penser, n'est pas que dans un seul sens. Abdel aide Philippe qui lui rend bien son aide, mais différemment. C'est ce qui est merveilleux ! Parce que la solidarité, c'est ce qu'il y a de plus beau chez l'humain.
Le titre aussi m'a beaucoup plus, parce que sans le nom de l'auteur, il peut s'appliquer autant à l'un qu'à l'autre, ce qui montre bien la force et l'amitié qui les unit.
Maintenant, j'ai entendu qu'il y avait la version de Philippe Pozzo di Borgo, je sais ce qu'il me reste à faire ;-).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          74
charlottelit
  29 janvier 2016
je me joins aux louanges. belle histoire humaine.
Commenter  J’apprécie          90
Jmlyr
  04 février 2017
Abdel l’insoumis, Abdel l’enfant livré à lui-même puis l’ado livré à la police, quel démarrage dans la vie ! Quand, à l’instar de Driss (
Commenter  J’apprécie          70
Tuclasakoi
  13 septembre 2012
Je n'ai pas vu le film "Les Intouchables" mais je comprends mieux son énorme succès. En effet, si le réalisateur a réussi à faire passer tout cet amour et cette profondeur dans les liens des 2 héros, cela ne pouvait que toucher le public.
Dans cette biographie, chronique, c'est Abdel, l'aide soignant qui se livre. Il le fait avec sincérité, ce qui n'a pas dû être si simple. Il se montre sous les traits d'un délinquant sans scrupules, sans état d'âme. Puis, il nous livre sa rencontre et sa vie avec Philippe Pozzo di Borgo.
Lisez ce témoignage plein d'intelligence, de sensibilité, de vérité. C'est un livre très émouvant parce que bien raconté et parce que vrai surtout.
Bonne lecture, ayez un mouchoir à portée de la main, pour les moments émouvants mais aussi pour les rires nombreux.
----------
Livre plein d'humanité, d'humour – situation improbable entre deux êtres que tout aurait dû séparer et qui se retrouvent, bien malgré eux, dans une très belle aventure d'amitié qui devient ….. un « amour » vrai né de cette situation invraisemblable. Je n'ai pas vu le film ! le livre est très réaliste, lecture passionnante !!!
Lien : http://wp.me/pi0SZ-EL
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
SebastienCreoSebastienCreo   20 septembre 2019
Qu'on ne ne prenne pas pour les billes que nous n'étions pas: nous savions que le ramequin se vendait à prix d'or et qu'il contenait du caviar, comme disait les autochtones. Franchement, c'était dégueulasse.
Commenter  J’apprécie          10
SebastienCreoSebastienCreo   20 septembre 2019
Donner des enfants à un frère ou une soeur qui n'en a pas, c'était - et c'est toujours -, une pratique presque courante dans les cultures africaines qu'elles soient noires ou maghrébines.
Commenter  J’apprécie          00
SebastienCreoSebastienCreo   20 septembre 2019
Les photos toutes pourries, on ne voit même pas les seins des filles ! Des traits de toutes les couleurs s'entrecroisent sur une toile.
Commenter  J’apprécie          00
BookaddictBookaddict   28 mai 2013
J'ai horreur de cette manie qu'ont les Français de tout analyser et de tout pardonner, même l'impardonnable, sous le prétexte d'une culture différente, d'un défaut d'éducation, d'une enfance malheureuse. Je n'ai pas eu une enfance malheureuse, au contraire : J'ai grandi comme un lion dans la savane. J'étais le roi. Le plus fort, le plus intelligent, le plus séduisant. Quand je laissais la gazelle boire à la source, c'est que je n'avais pas faim. Mais quand j'avais faim, je fondais sur elle. Enfant, on ne me reprochait pas plus ma violence qu'on ne reproche au lionceau son instinct de chasseur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JmlyrJmlyr   03 février 2017
J'abusais de la faiblesse des mes parents et je ne voyais pas le mal. A six sept ans maximum, j'ai lâché l'enfance et les voiliers des Tuileries pour entrer, sans détours, dans un état d'indépendance farouche. J'ai observé, j'ai fait mon inventaire de l'humanité. J'ai constaté que ça se passe comme ça chez les animaux : il y a un dominant pour plusieurs dominés. J'ai estimé qu'avec un minimum d'instinct de survie et d'intelligence, il y avait moyen de faire sont trou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
autres livres classés : tétraplégieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
109 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre
.. ..