AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930585145
Éditeur : Genèse Édition (16/09/2012)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Paul Maréchal est un jeune homme bien. Bon fils et bon camarade. Le bac en poche, il choisit de poursuivre ses études universitaires en Norlande, un pays au confluent de la France, de l'Allemagne et de la Belgique, en apparence paisible et sans histoire.
Installé sur le campus de Westburg, l'étudiant en langues germaniques va découvrir ce qui se trame derrière ce décor de verts pâturages au taux de délinquance proche de zéro et qui a troqué nos bonnes vie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
jeanbiscotte
  29 octobre 2012
Le premier mot qui me vient à l'esprit quand je pense à ce livre est : désopilant. Ce roman court (179 pages) est un condensé d'humour, de bons mots et d'ironie. D'autant plus que le héros a un sens de l'humour et de la répartie qui correspond parfaitement au mien. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas ri autant en lisant. Mais les qualités de cet ouvrage ne se confinent pas au seul fait qu'il prête à sourire. Il fait également réfléchir.
Le début du roman est assez énigmatique. Quelle est donc cette contrée si proche (trois bonnes heures de voiture et on y est) et à la fois si mystérieuse ? Un pays certes petit, mais qui ne fait jamais parler de lui, ni en bien, ni – et certainement pas – en mal. Un taux de criminalité proche de zéro, pas de prison, des habitants on ne peut plus courtois, voire irréprochables, mais aussi une météo fixe toute l'année, une population exclusivement végétarienne et au goût (très ?) prononcé pour le flan au caramel. Au début du roman, on découvre avec le narrateur, Paul, un type bien, la vie quotidienne en Norlande et on entrevoit petit à petit le système en place dans ce charmant pays, ainsi que les conséquences que celui-ci peut avoir sur le comportement des gens. Si le concept du pays parfait de prime abord, mais qui se révèle abject au final n'est pas neuf, le livre n'en demeure pas moins agréable et prenant, avec encore et toujours cette dose d'humour décapant.
Toutefois, après un début plus que prometteur et enthousiasmant, les choses se sont un peu tassées et j'ai parfois eu l'impression que l'auteur s'égarait quelque peu, qu'elle voulait trop en faire pour montrer le ridicule de la situation et que de fait, elle tombait dans la surenchère (bien que la scène du tribunal soit tout bonnement à mourir de rire). J'ai dès lors eu plus de difficulté à marcher dans l'intrigue qui devenait parfois un peu trop loufoque à mon goût. Je trouve cela un peu dommage, car j'ai refermé ce livre avec un léger goût de trop peu, alors qu'après cent pages, je le portais aux nues. Mais attention, le sentiment général est très positif.
Que retenir de ce livre ? Hé bien, c'est drôle, ça fait beaucoup réfléchir sur les dérives de l'informatisation à outrance, c'est drôle et surtout ça vous dégoûte du flan au caramel. Je remercie vivement Genèse Éditions et Babelio qui m'ont permis de découvrir non seulement ce livre, mais également cet auteur que je compte bien lire à nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Capridegh
  23 septembre 2012
L'auteur nous raconte la vie d'un étudiant étranger en Norlande, un tout petit pays imaginaire situé entre l'Allemagne, la France et la Belgique. A Norlande, il n'y a pas de voleur, pas de tricheur, pas de méchant, pas de vilain ; tout le monde est végétarien, tout le monde traverse dans les clous et respecte son voisin. Tout le monde dispose d'un casier judiciaire à points (points bonus, points malus) et de votre comportement dépendra ce nombre de points. Bien que l'idée soit bonne, elle a déjà été vue dans de nombreux livres ou films qui s'imaginent eux aussi une société parfaite et rien dans le récit ne permettra à l'écrivain de distinguer son histoire des autres, à part peut être l'ironie dont sont empreints la société et le système qu'elle décrit.
L'auteur ne semble s'intéresser qu'aux faits ; en même pas deux cents pages, elle nous décrira près de deux ans de la vie de Paul, l'"Anorlandais" venu étudier la langue germanique du pays sans pour autant passer du temps à nous parler de ses émotions. C'est dommage pour un texte écrit à la première personne. Paul tombe amoureux ; jamais il ne décrira ce qu'il se passe dans son coeur lorsqu'il parlera de Ann. Paul tue trois hommes ; jamais il ne parlera de ses sentiments et de ses peurs lorsqu'il découpera l'un d'eux en petits cubes.
Paul semble être alors un personnage universel mais bien trop banal et superficiel. le texte est presque tout entièrement superficiel ; le récit est court (et prévisible) et il manquerait de s'attarder un peu par-ci par-là sur quelques évènements ou quelques explications. le style d'écriture est quant à lui plutôt plaisant. On apprécie la répartie qu'à le personnage principal et l'humour qu'il glisse juste comme il faut ici et là dans ce qu'il nous raconte. Bien qu'il semble incomplet, Paul est un personnage attachant de part la façon dont il s'exprime. Mais on l'oubliera vite au profit d'autres personnages plus humains et plus expressifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zazimuth
  23 septembre 2015
Voilà un livre un peu déroutant que je qualifierai finalement d'absurde.
Le héros qui est également le narrateur raconte son incursion dans un pays ignoré des cartes, la Norlande, situé au coeur du Bénélux en quelque sorte. Paul Maréchal décide de s'y inscrire à l'université pour suivre des cours de langues germaniques mais ce qu'il découvre est bien loin de ce qu'il imaginait.
Non seulement ce pays et ses habitants sont ultrapolicés et semblent ignorer ce qui forme l'incivilité et la délinquance dans les autres pays mais leur bonheur se constitue d'une gentille routine alimentée de flans au caramel.
Paul est tout d'abord séduit par des conditions de vie propres et calmes puis un peu écoeuré et il tente des écarts mais finalement effrayé par l'inertie et la mollesse de ses camarades d'étude.
L'idée est intéressante mais j'avoue ne pas avoir trouvé cette lecture passionnante.
Commenter  J’apprécie          50
Freelfe
  21 novembre 2012
Bienvenue en Norlande est le deuxième roman de Véronique Sels. Publiés aux Editions Genèse, ce roman de moins de 200 pages est mis en vente à 20,50€. Un prix élevé mais l'objet est vraiment sympa, avec une couverture que j'apprécie énormément ! Qu'en est-il de l'histoire ?
Nous suivons Paul Maréchal, un français fraîchement diplômé du bac, qui décide de passer une année universitaire à l'étranger. Il choisit pour cela la Norlande, un petit pays de 2000 habitants à la frontière luxembourgeoise. Mais arrivé là-bas, il va se heurter aux coutumes très étranges des norlandais... Révolté, il va découvrir la face cachée de ce pays parfait... Mais n'est-il déjà pas trop tard pour lui ?
S'il me fallait dire en quelques mots ce que j'ai pensé de ce livre, je le définirais ainsi : "Bizarre" ou "Très étrange". En effet, ce roman est un mélange de roman contemporain de par son style et l'histoire. Mais la Norlande, qui est un pays inventé, a tout d'une société dystopique. C'est un mélange de deux genres qui donne ce livre très particulier.
Je ne peux dire que m'être vraiment attachée à Paul. Je crois que je ne le comprenais pas forcément et le sentiment que j'éprouvais pour lui se rapprochait davantage de la pitié que de la compassion.
Les Norlandais, quant à eux, ne m'ont pas plus du tout. Apathiques et tout aussi étranges que leur société, j'avais envie de les secouer, d'en prendre un pour taper sur les autres... Et pourtant, en y regardant bien, l'auteur ne nous dresse pas contre eux...
J'ai lu ce roman en très peu de temps, non par addictivité mais par curiosité. Je ne comprenais pas ce qui se passait, ce qui se cachait derrière tout ça. Quel était le but ? Comment cela allait-il terminer pour Paul ? J'avoue n'avoir toujours pas compris le but même après avoir laissé reposer le livre quelques jours mais j'ai eu mes réponses.
Je garde un goût un peu d'inachevé de ce roman. Comme s'il manquait une suite. La fin, bien que satisfaisante, m'a un peu laissée sur ma faim. Néanmoins, j'ai apprécié cette lecture et la découverte d'une auteure qui nous propose ici, un roman tout à fait atypique.
Que conclure ?
Ce roman mélangeant du contemporain et de la dystopie, est un cocktail étrange mais qu'on apprécie rapidement. C'est la curiosité et l'incompréhension, davantage que l'addictivité, qui nous pousse à tourner les pages de ce roman. Bien qu'étrange, ce livre est vraiment sympathique et innovant, malgré un petit goût d'inachevé.
Je le recommande aux lecteurs cherchant de nouvelles saveurs en matière de lecture.
Lien : http://freelfe.blogspot.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
agathe10000
  06 décembre 2012
J'ai passé un très bon moment de lecture avec Bienvenue en Norlande.
Ce roman, sous couvert de nous faire passe un moment désopilant, est une véritable critique du comportement humain et de la dérive d'une politique mise en place à la base pour le bien de tous.
Fraîchement diplômé du bac, Paul Maréchal décide d'aller étudier les langues germaniques en Norlande, un pays peu (voire pas) connu, situé entre la France, l'Allemagne, le Luxembourg et la Belgique.
Très vite, il se pose des question sur ce pays dont personne ne parle, où la plupart des gens ont pour nom de famille Norlander et ont un comportement irréprochable, où la météo est toujours égale au degré près et où absolument tout le monde est fan de flan au caramel...
Le malaise le gagne rapidement lorsqu'il se rend compte que tout le monde est surveillé et que chacun a un casier judiciaire à points.
Au début sceptique sur ce mode de fonctionnement, il se rend compte que ce mode de vie est addictif.
Il perd 1000 points en étant impoli? Qu'à cela ne tienne, il fera son possible pour en gagner 2000 en aidant un aveugle à traverser la route!
Tout cela le rend esclave de son comportement, et au final il se rend compte que cette idée géniale pour maintenir l'ordre et le calme, peut rapidement se retourner contre soi!
Je n'en dirai pas plus car selon moi il faut découvrir la suite du récit par soi-même!
Le machiavélisme et la machination et l'humour sont à l'ordre du jour avec Bienvenue en Norlande que j'ai beaucoup apprécié!
Un roman sans prétention, dont on n'entend peu parler...
Dommage car entre deux gros pavés de la rentrée littéraire, il apporte un peu d'air frais et une bonne tranche de rire!
Lien : http://leslivresdagathe.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
zazimuthzazimuth   23 septembre 2015
C'est impossible. Derrière un système, il y a toujours quelqu'un... ou quelque chose... un deus ex machina... un type qui donne des consignes... un gouvernement... un lobby... un dictateur... un complot... un fou... un génie... une secte... des extraterrestres... une espèce supérieure... des mutants... un cartel... un fonds d'investissement... une caméra cachée... un show télévisé... je ne sais pas, moi, quelque chose... (p.175)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CaprideghCapridegh   22 septembre 2012
Quelque chose se ferma à hauteur de mon plexus solaire. Sur l'écran noir de mes peurs surgirent une multitude d'images confuses : un oiseau pris dans un filet, un enfant maintenu en laisse, un mur infranchissable... Mais qu'est-ce qui m'avait pris de venir étudier en Norlande ?
Commenter  J’apprécie          30
zazimuthzazimuth   23 septembre 2015
Je m'attendais à être incarcéré dans une cellule quand l'un des policiers m'informa aimablement que je pouvais rentrer au campus. Il ajouta que je n'avais ni le droit de quitter le territoire ni celui de recommencer à tuer des gens. Mais qu'en dehors de cela, je pouvais reprendre mes activités. Il m'enverrait sous peu un courrier pour m'informer des modalités à suivre. Voilà. C'était tout. Et surtout que je fasse bien attention à la petite marche en sortant. (p.129)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cornemusecornemuse   23 septembre 2012
A la piscine, j'ai rencontré cette fille avec ses grands yeux inquiets. Lucille est née effrayée. Elle est sortie de sa mère comme on plonge dans un océan déchaîné, avec la peur de se noyer au ventre. Et depuis, elle essaie de garder la tête hors de l'eau.
Commenter  J’apprécie          20
CaprideghCapridegh   22 septembre 2012
Désormais, la question n'était plus Suis-je un type bien ? mais Combien suis-je un type bien ?
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Véronique Sels (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Sels
Vidéo de Véronique Sels
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14008 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre