AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de latina


latina
  09 janvier 2018
« Couvrez ce sein que je ne saurais voir » : cette déclaration de Tartuffe, Barberine Blin aurait pu la reprendre à son compte !
Cette jeune personne déteste ses seins, et ceux-ci en sont offusqués.

Il faut dire que Barberine a la danse dans le sang, d'abord la danse classique à Bruxelles, ensuite la danse moderne et même post-moderne à New-York. Mais tout le monde sait que pour danser, les seins sont encombrants. Avez-vous déjà vu une danseuse aux gros seins ?
Depuis l'éclosion de ses seins, qu'elle considère avec stupéfaction, elle essaie par tous les moyens de s'en débarrasser, du bandage au régime qui affame, en passant même par l'opération.
Ils sont un frein à sa carrière ! du moins, c'est elle qui se donne cette excuse...

En parallèle, chaque chapitre est doublé d'un monologue d'un des seins, le Dextre, qui raconte sa vie intimement liée à son jumeau et à leur « hôtesse ». Loufoque, farfelu, mais relié à Mère Nature, plein de traits justes, ce point de vue particulier nous replace au coeur des choses. Les cinq sens sont convoqués à tout instant avec humour.

Ce roman m'a bien amusée.
Même si par moments, je trouvais que les Seins de mademoiselle s'égaraient un peu trop dans un style trop précieux, je reconnais que « La ballerine aux gros seins » a le mérite de nous faire sentir, voir, toucher, humer la matière, de nous rapprocher du Vivant.

Merci donc à Babelio et aux éditions Arthaud de m'avoir fait découvrir cette auteure belge étonnante.
Commenter  J’apprécie          5513



Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (55)voir plus