AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782952845137
193 pages
Chambre au Loup (09/01/2009)
3/5   1 notes
Résumé :
Philippe au moment d'avoir un deuxième enfant se rebelle contre les médecins, qui se croient tout puissants, développent le complexe de Jupiter.
Que lire après Rêverie et féconditéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Un couple dont l'homme est stérile se lance dans un parcours du combattant pour procréer et se heurte aux institutions en quête de profit, aux spécialistes parfois condescendants ou manquant d'humanité.
Pour retrouver sa dignité, sans exclure la solution de l'adoption, le couple se demande si finalement ils ne vont pas renoncer à avoir un enfant.
En effet, un couple sans enfants peut être heureux, avec une liberté accrue qu'il s'agit d'apprécier à sa juste valeur et de faire fructifier.

Intéressante est la réflexion de cette femme qui se retrouve face à des choix difficiles. Qu'est-ce qui prime ? Son désir de procréation ou son amour pour son homme ? Et s'il s'agit de procréer avec un autre homme, quel homme, où le trouver, avec quelle chance ou quelle probabilité de trouver l'amour véritable ? Et comment vivre ensuite avec ce sentiment d'avoir abandonné un homme qu'on aimait ?

Je n'étais pas particulièrement intéressé par le sujet, j'ai lu ce roman pour continuer à approfondir ma connaissance de cette auteure, Dominique SELS, dont j'avais surtout apprécié "Les plus beaux diamants du monde" et "La petite maîtresse".

Dominique SELS, qui a un enfant je crois, a-t-elle été confronté à cette problématique de la procréation avec un compagnon ? Son oeuvre étant très autobiographique, la question est posée.

En tout cas, le sujet est bien traité et les réflexions pertinentes.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
* - Quels conseils peux-tu me donner pour que je sois simplement immortelle comme l’aubépine, le chevreuil, la pensée sauvage, c’est-à-dire en me reproduisant ? Le merle a des petits et le pinson aussi, tu vois ce que je veux te dire.
- Un problème de semence ? dit l’Immortalité saisissant la doléance. Tu t’y prends assez tard pour envisager une descendance.
- Maintenant qu’il faut s’y prendre et non plus se laisser prendre, on dirait un labeur, dit Corinne ennuyée. Je suis devenue femme à l’époque de l’amour libre obligatoire : nous sommes nombreuses à n’avoir enfanté que des passions ou encore des instants de bonheur. La rencontre était notre mescal.
- Pouah ! Du bonheur ! s’exclama, dégoûtée l’Immortalité. Quelle horreur ! Je ne me nourris pas de cet aliment. Il faudrait me le cuisiner longuement, y ajouter des fruits confits, que sais-je ? Les secrets de fabrication, crois-moi, je m’y connais, il existe plusieurs solutions : la fécondation in vivo, la fécondation in vitro et la fécondation in voisino. (Corinne trouva son hôtesse décidément vile.) Envisageons également l’adoption, mais attention, tu connais l’histoire : le roi et la reine de Corinthe se lamentaient sur leur couche stérile, ils recueillent un enfant qu’on a exposé, lui taisent ses origines, et patati et patata. Devenu homme, l’enfant tue par accident un vieil homme sur la route, puis épouse sa veuve : c’étaient son père et sa mère.
Commenter  J’apprécie          00
La question était si le courrier biologique, cette lave qui était arrivée sur lui, s’adressait à Philippe seul. A nous, répondit-elle, autant que l’oiseau offert. « Nous », un type qui ne se connaissait pas à fond, qui était peut-être même né de cette dernière pluie, était en train de se dégager, se relever après le coup, il se rassemblait, il bougeait, non il n’était pas changé en pierre, ça se craquelait, ça bougeait.
Alors, ce « nous », cet inconnu, que vaut-il, qu’a-t-il dans le buffet ? Il faut instaurer l’éventualité la plus vraisemblable – nous ne pouvons engendrer – comme une vérité. Ne plus interroger Philippe sur une question où nous ne nous appartenons pas. Écarter tout espoir, à cause de la pesanteur malséante de ce mot. »
Commenter  J’apprécie          00
Hormis l’opération, hormis le recours à la médecine la plus avancée, les autres solutions de l’éventail portaient en elles-mêmes de grandes aventures : l’adoption ; ou la vie sans enfant, c’est-à-dire la liberté. Ce ne sont pas de fausses richesses.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : adoptionVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (2) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5328 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}