AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290309648
Éditeur : J'ai Lu (29/11/2007)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Éditions J'ai Lu N°796 - 4èm trim. 1977
Quatrième de couverture
David Seltzer est né aux Etats-Unis et a surtout travaillé pour le cinéma et la télévision. Son roman La malédiction a atteint aux Etats-Unis le tirage fabuleux de 7500000 exemplaires. C'est l'auteur lui-même qui a écrit le scénario du film, portant le même titre, tiré de son ouvrage.

Le riche et brillant Robert Thorn, ambassadeur des États-Unis à Londres, et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
grm-uzikgrm-uzik   11 novembre 2017
- “L’histoire du peuple juif n’était qu’une longue suite de persécutions. Le roi Salomon avait chassé les Juifs d’Israël, puis les Croisés les avaient massacrés. On rapportait qu’en l’an 1000, douze mille Juifs avaient été tués ; puis, en l’an 1200, tous ceux qui s’étaient réfugiés en Angleterre avaient été expulsés ou pendus. En 1298, cent mille Juifs avaient été assassinés en Franconie, en Bavière et en Autriche. En septembre 1306, une autre centaine de mille avaient été expulsés de France sous peine de mort. En 1348, on avait accusé les Juifs d’avoir causé une épidémie mondiale de peste noire, et plus d’un million d’entre eux furent poursuivis et tués. En août 1492, alors que Christophe Colomb découvrait le Nouveau Monde, l’Inquisition espagnole avait fait expulser de ce pays cinq cent mille Juifs et en avait condamné à mort cinq cent mille autres. La liste noire s’allongeait jusqu’à Hitler qui avait fait mourir six millions de Juifs, n’en laissant sur la terre que onze millions, misérables et sans patrie. Fallait-il donc s’étonner de l’ardeur avec laquelle ils se battaient maintenant pour avoir un refuge, un pays bien à eux ? Et fallait-il s’étonner qu’ils repoussent toute offensive avec la même ardeur que si ce devait être la dernière ?”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
grm-uzikgrm-uzik   09 novembre 2017
- “Les guerres, les troubles des derniers siècles n’avaient été que de simples répétitions, destinées à préparer l’humanité à son asservissement. On avait applaudi, sous César, lorsque les chrétiens étaient jetés aux lions, puis sous Hitler, quand les Juifs étaient réduits en déchets carbonisés. Aujourd’hui la démocratie s’étiolait, la drogue délabrait les cerveaux et, dans quelques pays où la liberté de culte était encore permise, on proclamait bien haut que Dieu était mort. Du Laos au Liban, les frères s’entre-déchiraient, et les pères se battaient contre leurs propres enfants ; les cars de ramassage scolaire et les places publiques étaient le théâtre d’attentats quotidiens dans le fracas grandissant des passions incontrôlées.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
grm-uzikgrm-uzik   11 novembre 2017
- “Étions-nous tous de simples pions avec lesquels jouaient les forces du Bien et du Mal ? N’étions-nous que des marionnettes dont les fils étaient tirés par les forces d’en Haut ou par celles d’en Bas ? Existait-il réellement un Ciel ? un Enfer ? [...] Personne ne pouvait rien faire. On ne demande pas à naître, on ne demande pas à mourir. Quelque chose fait que l’on naît et que l’on meurt. Mais pourquoi tant de souffrances entre la naissance et la mort ? Peut-être que la vie est plus intense quand on souffre ?”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
grm-uzikgrm-uzik   11 novembre 2017
- “Dans toute société, même primitive, la place du marché est le territoire commun, le lieu où les différents niveaux de richesse s’aplanissent jusqu’à devenir semblables, le creuset où se fondent les cultures diverses. Quand l’un a besoin d’acheter et que l’autre a besoin de vendre, nous nous trouvons dans des conditions de paix idéales. Quand l’un a besoin d’acheter et que l’autre refuse de vendre, nous faisons le premier pas vers la guerre.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
grm-uzikgrm-uzik   09 novembre 2017
- “Aux gens avisés de calculer le nombre de la Bête, car c’est le nombre d’un homme, et ce nombre est Six Cent Soixante-Six.”

~ Apocalypse (XIII, 18) ~
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : antéchristVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de David Seltzer (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
544 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre