AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782747066020
665 pages
Éditeur : Bayard Jeunesse (25/10/2017)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Tout commence par un voyage en mer en 1766 sur le Kraken où se joue une pièce de théâtre… Entrez dans cette histoire en images et suivez une grande famille de comédiens, les Marvels, de génération en génération, jusqu’en 1900.
Puis, découvrez, un siècle plus tard, l’histoire de Joseph, échappé d’un austère pensionnat. Le garçon vient chercher refuge à Londres chez son oncle Albert Nightingale. Ce dernier vit dans une étrange maison comme sortie d’un autre mo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
sylviedoc
  31 janvier 2020
Ce roman composé de 3 parties est d'abord un bel objet, visuellement parlant : ses tranches dorées et sa couverture bleu-violet et dorée attirent l'oeil. A l'intérieur, d'abord un roman graphique assez long, en noir et blanc et dessiné de façon assez floue avec des travellings et des zooms. Il nous conte l'histoire de la famille Marvel entre 1766 et 1900, depuis le naufrage du Kraken, dont ne réchappera qu'un seul des frères Marvel, jusqu'à la disparition mystérieuse du dernier descendant, Léonte. Au fil des dessins et de quelques indications écrites, on découvre le lien entre le monde des marins et celui des acteurs, ainsi que l'ascension des générations successives de Marvel dans le monde du théâtre. Mais certains d'entre eux ne seront pas aussi brillants que leurs parents le souhaiteraient...
La seconde partie est un récit plus classique, retraçant la quête de Joseph, un jeune garçon qui s'échappe de son pensionnat en 1990, espérant trouver refuge chez son oncle Albert à Londres. Les parents de Joseph sont de riches financiers qui voyagent à travers le monde et semblent avoir totalement oublié leur fils. Albert, d'abord réticent, finit par accueillir ce neveu qu'il connaît à peine dans sa maison-musée. Les pièces y sont pleines d'objet d'un autre temps, de scènes figées auxquelles Joseph ne doit pas toucher, et une étrange famille (les Marvel?) semble vivre à l'étage...Joseph va peu à peu se rapprocher de son oncle et découvrir ses secrets.
Enfin, la 3ème partie est à nouveau dessinée, et nous permettra de comprendre et d'imbriquer certaines pièces du puzzle.
Ce que j'en ai pensé : j'ai eu le plus grand mal à me décider à lire ce roman, je l'avoue. Autant l'objet me semblait beau, autant dès que je l'ouvrais j'étais rebutée par ce dessin noir et flou. Bien que la qualité du travail soit indéniable, je n'accroche pas du tout à ce type de graphisme. Si l'on en croit les critiques, peu de lecteurs partagent cet avis, cependant quand je l'ai montré à des collégiens, plusieurs ont eu une réaction assez proche de la mienne. J'ai donc parcouru assez rapidement les 400 premières pages, pour arriver au récit écrit. Celui-ci a davantage retenu mon attention, les personnages de Joseph et Albert sont attachants, ainsi d'ailleurs que certains personnages secondaires, comme Frankie, qui devient amie avec Joseph, ou encore Marcus, Billy... La famille est au coeur du récit, avec toutes les difficultés qu'on peut éprouver à y trouver sa place. D'autres thèmes sont également évoqués, de façon très naturelle, comme l'homosexualité et le sida. Et enfin le dénouement, plutôt inattendu, est intéressant. Les notes à la fin de l'ouvrage nous apprennent que la maison de l'oncle Albert existe réellement, et que l'histoire est inspirée de faits réels.
Conclusion : Au final, j'ai quand même apprécié la lecture de ce roman, pour la narration agréable, les thèmes bien traités et bien documentés. Si je devais recommander pour une tranche d'âge, je dirais 11 ans pour de bons lecteurs, mais peut être lu aussi par des lycéens ou des adultes, le degré de compréhension étant variable selon la maturité du lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autempsdeslivres
  22 décembre 2017
1766-1900
Les Marvels sont une famille de comédiens de théâtre de père en fils jusqu'au jour où l'héritier de la famille se révèle être un piètre comédien. Il décide alors de partir en quête de sa place dans le monde.
1990
Joseph, après s'être enfui de son pensionnat, arrive à Londres chez son oncle, Albert Nightingale. La maison de ce dernier semble figée au XIXème siècle avec de nombreuses références à l'incroyable famille Marvels.
Quel est le lien entre la famille de Joseph et les Marvels ? Qu'est devenu Léonte, le dernier héritier de la famille Marvel ?

Dans son roman graphique, Brian Selznick a opté pour une construction différente du Musée des merveilles. Ainsi, le roman est constitué de trois parties avec une première entièrement dessinée racontant le destin de la famille Marvels puis une partie écrite et une fin dessinée.
La première partie se concentrant sur les Marvels est parfaitement racontée, claire et facile à suivre grâce à la présence de dessin de coupure de presse, d'affiches de pièces de théâtre voire d'acte de mariage qui permettent de nous situer dans le temps. On est facilement emmenés dans ce destin de famille. Toutefois, les premières pages m'ont d'abord déroutée et rendue perplexe.
La deuxième partie du roman entièrement écrite a été agréable à la lecture mais j'ai trouvé quelques longueurs et des actions un peu trop répétitives notamment dans les attitudes d'Albert envers Joseph me donnant la sensation que l'histoire n'avançait pas et m'a lassée par ces passages.
Par contre j'ai été surprise par le dénouement auquel je ne m'attendais absolument pas. Je trouve l'idée incroyable, fantasque mais en même temps j'ai du mal à y croire entièrement. Je ne peux et ne veux pas en dévoiler plus car cela gâcherait la surprise de la révélation.
En ce qui concerne le fond, Brian Selznick renoue avec des sujets qui lui sont chers comme la thématique du théâtre, de la famille. Ainsi, j'ai découvert que les marins avaient eu un rôle très attractifs dans le domaine théâtral notamment dans les coulisses. le sujet de la famille est extrêmement important chez Brian Selznick notamment la question de la place au sein de la famille, comment se construire au sein d'une famille où l'on se sent parfois exclu. Ce roman aborde aussi la question de l'homosexualité de manière tout à fait naturelle mais aussi du VIH. Enfin, le roman aborde aussi la thématique du temps qui passe et j'ai beaucoup aimé le parallèle fait avec les petits objets que l'on peut parfois trouver lors de nos promenades et d'imaginer quelle est son histoire

J'ai beaucoup apprécié les notes de l'auteur expliquant la construction de son roman, ce qui lui a donné l'idée d'écrire cette histoire. le roman en lui-même est un objet extrêmement travaillé avec une magnifique couverture, une tranche dorée.
Même si je ne l'ai pas autant aimé que Le musée des merveilles, je trouve que c'est un roman graphique avec une réflexion sur notre place au sein de la famille avec de magnifiques dessins délicats, soignés. On sent le travail et la passion mis dans cet ouvrage.
C'est un roman destiné au jeune public mais là encore il peut se lire à tout âge tant le sujet est encore une fois universel.
Lien : https://autempsdeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
NATB
  20 novembre 2017
Je remercie l'équipe Bayard Editions et Babelio pour m'avoir offert deux livres de Brian Selznick, dont son dernier roman "Les Marvels".
Non seulement je découvre une nouvelle expérience de lecture avec le roman graphique et en plus c'est un petit bijou : la couverture du livre est magnifique : bleu nuit et or avec des dorures sur les trois tranches, un joli cadeau.
C'est avec curiosité que j'ai commencé ma lecture, le roman débute en 1766 par des dessins en noir et blanc pour se poursuivre en 1990 par des mots et se termine par des dessins.
Brian Selznick nous raconte une belle histoire pleine de mystères, un mélange entre magique et réel. C'est une expérience de lecture étonnante et riche.J'ai beaucoup aimé les personnages, ils sont très attachants .
Je suis ravie car j'aurai le privilège de rencontrer l'auteur début décembre !
Commenter  J’apprécie          120
ConfidencesLitteraires
  08 décembre 2017
C'est très difficile d'exprimer en mots en quoi ce roman m'a bouleversée. Je vais d'abord essayer de dire quelques mots de l'histoire.
On peut d'abord préciser que, malgré titre équivoque, ce livre n'a rien à voir avec les comics Marvel.
La première partie, tout en images, débute en 1766 lors du naufrage du Kraken. Un survivant, Billy, travaille au Royal Theatre de Londres et sera à l'origine de plusieurs générations de grands comédiens, les Marvels. Leur histoire s'arrête abruptement en 1900... et le lecteur la reprend en 1990 avec le jeune Joseph qui s'enfuit de son pensionnat. Il trouve son oncle, un personnage bien mystérieux, dans une maison encore plus mystérieuse qui semble être pleine de magie et, surtout, receler le secret de la famille de Joseph... qu'il est bien décidé à percer, coûte que coûte.
C'est un récit en poupées russes : une histoire dans une histoire dans une histoire. Il nous emmène peu à peu bien autre part où l'on pensait aller... ce qui lui donne une certaine fraîcheur, une modernité et surtout une profondeur inattendue : le roman touche des thèmes très contemporains dont je ne parlerai pas pour ne pas spoiler !
Ce qui m'a particulièrement parlé, je pense, c'est l'idée de la magie dans la réalité, renforcée par la post-face de l'auteur. L'idée que l'on peut créer de la magie partout et que chaque histoire inventée n'en est pas moins « vraie ».
En tant que lectrice persuadée que Poudlard existe « quelque part », tout comme la Comté ou Gwendalavir, cela m'a plu que l'auteur défende ce genre de thèse. Tout comme j'ai été émue par les efforts des personnages pour faire perdurer la magie des choses, ou l'illusion de magie (la différence entre les deux dépend seulement de notre foi, non ?), comme une métaphore de la préservation de techniques artisanales, d'un art de vivre passé, d'un patrimoine.
Les liens entre les marins et les artistes sont un peu la base de ce roman : dans les deux cas, l'intérêt c'est le voyage !
Un très bel objet-livre pour une magnifique histoire, qui fera rêver les plus jeunes comme les adultes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
l-ourse-bibliophile
  14 décembre 2017
J'ai retrouvé avec bonheur « un récit en mots et en images », une nouvelle fois émerveillée par la richesse du récit seulement composé de dessins. Ce livre en devient une pure oeuvre d'art. J'ai pris un immense plaisir à côtoyer ses comédiens dans ce magnifique théâtre londonien. Brian Selznick utilise intelligemment des coupures de journaux pour nous donner les seules informations que le dessin ne peut pas nous donner comme le nom des personnages. Seul petit regret : que certains dessins soient parfois un peu cachés par la pliure, rendant certains détails peu visibles.
L'ouvrage est esthétiquement envoûtant. Les gros plans sur les visages sont juste sublimes et d'une belle expressivité. Quant aux décors, ils nous plongent en un clin d'oeil dans un autre univers. En effet, après le musée, Brian Selznick invoque à nouveau des lieux hors du temps, hors du monde avec le théâtre et la maison d'Albert Nightingale. Anciens et éternels, ils sont porteurs de rêves et magie.
L'histoire est à la fois plus complexe et tout aussi touchante que celle du Musée des merveilles. C'est un récit sur la famille et sur notre place dans le monde. Les personnages des deux romans que j'ai lus se sentent différents de leur famille. Rose et Ben, dans le musée des merveilles, étaient des sourds avec des parents entendants et Joseph se sont trop rêveur pour ses riches parents qui sillonnent le monde pour gérer des banques ou occuper d'autres postes dans le genre. Cette thématique de « trouver sa place » me parle énormément car ce sont des questions que je ne cesse de me poser. Voilà pourquoi, à mon avis, j'ai été aussi sensible à ces histoires.
L'un des points qui m'a également énormément touchée dans Les Marvels est la façon dont est traitée l'homosexualité dans ce récit. Si certains personnages sont gays, ce n'est absolument pas le sujet du livre. Les mots « gay » ou « homosexuel » ne sont même jamais écrits (de la même manière que le mot « hétérosexuel » est rarement écrit lorsqu'un roman met en scène un couple composé d'un homme et d'une femme). Deux hommes s'aiment et ce n'est pas plus sujet à discussion que s'il s'agissait d'un homme et d'une femme. Ils ont des problèmes, mais être gay n'en fait pas partie. C'est très agréable et apaisant de lire une histoire où l'homosexualité ne conduit à aucun drame, n'est caution à aucun événement triste. Je ne m'attendais d'ailleurs pas à ce que cela me fasse un tel bien.
Les personnages sont tous plus marvelous les uns que les autres, mais ce qui est aussi magique, c'est que le récit de Brian Selznick s'inspire d'une histoire et d'une maison véritables, Dennis Severs' House, située à la même adresse et que j'ai bon espoir d'aller visiter en janvier. Si tel est le cas, je vous en reparlerai dans mon bilan mensuel.
Derrière cette magnifique couverture violette et or se cache un livre unique et étonnant, traversé par mille émotions, qui révèle un bel hommage à l'imagination, aux histoires, à la magie nichée dans le réel, à l'amour, au deuil et à la famille.
Un dernier mot, dernière tentative pour vous empêcher de passer à côté de cette oeuvre magnifique : lisez Les Marvels.
Lien : https://oursebibliophile.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (2)
Ricochet   28 septembre 2018
C'est complexe et fascinant ; la lecture se fait fébrile afin de comprendre les liens entre des éléments a priori disparates. Bravo !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Telerama   07 août 2018
Fiction et réalité se mêlent, les références littéraires se superposent. L’ensemble est d’autant plus vertigineux que l’on apprend, in fine, que l’auteur s’est inspiré d’une vraie personne et d’une vraie maison. Absolument magique !
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
NATBNATB   20 novembre 2017
-Un jour, j'ai joué Lady Capulet dans Roméo et Juliette.C'était dans une école de garçon, où il n'y avait pas de filles.
-Oui, c'est une vieille tradition.Ensuite, Billy m'a appris que quand les théâtres ont été édifiés aux XVIIIe et XIXe siècles, des marins aidaient à les construire et à les équiper du système qui permettait de monter et de descendre les décors.Tu savais ça ?
-...Parce que les marins n'avaient pas peur de monter tout en haut, qu'ils savaient utiliser les cordages et faire des noeuds ?
-Exactement.Tu as bien écouté.C'est pourquoi il y a dans le vocabulaire théâtral anglais des mots qui sont empruntés à ceux de la marine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
NATBNATB   20 novembre 2017
Si j'avais eu des cieux les étoffes brodées,
Ciselées de clarté aux lueurs d'or et d'argent,
Etoffes bleues et sombres, étoffes estompées
De la nuit et du jour et du jour déclinant,
Ces étoffes je les étendrais sous tes pieds :
Mais je suis pauvre, et je n'ai rien d'autre que mes rêves;
Alors j'ai étendu mes rêves sous tes pieds;
Que ton pas soit léger, tu marches sur mes rêves.
W B Yeats
Commenter  J’apprécie          60
AnneClaire29AnneClaire29   27 juin 2018
Sur le toit, dans la nuit dorée par le navire,
Je scrute au loin la ville et rêve de partir,
Les vagues déferlant,
Le vent rude et violent,
La lune est pleine et pâle, les embruns sont grisants,
Une force puissante me prend comme un aimant.
Je crie dans les ténèbres, et un échos murmure,
Va-t'en, déploie tes ailes, vole vers l'aventure.
Commenter  J’apprécie          50
lilimarylenelilimarylene   19 février 2018
Blink remarqua que Joseph jetait de temps en temps un coup d'oeil à sa montre cassée.
- Excuse-moi, dit Joseph. C'est une drôle d'habitude. Je n'arrête pas de la regarder, même si elle marque toujours 11h16. Mon grand-père me l'a offerte quand j'étais petit. Je devrais sans doute la faire réparer.
- Non ! Surtout pas !
- Pourquoi ?
- Une montre même cassée indique l'heure exacte deux fois par jour.
Blink disparut entre les étagères pendant un moment, puis revint avec une encyclopédie. Il la posa sur la table et l'ouvrit. Il pointa le doigt sur la photo d'un morceau d'ambre couleur de miel. Un insecte, figé à l'intérieur de la gemme, était immobilisé là pour toujours
- Peut-être que le temps est comme cet insecte, piégé sous le verre de ta montre, reprit Blink.
Joseph sut alors que Blink et lui seraient amis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
l-ourse-bibliophilel-ourse-bibliophile   14 décembre 2017
- Marcher le long de ce fleuve, c’est comme marcher sur un chemin chargé d’histoire, dit-il. C’est comme feuilleter un recueil sans fin d’histoires oubliées. Mais il y a d’autres évènements qui attendent d’être racontés et qui seront oubliés un jour, eux aussi. Quoi qu’il en soit, tout cela est enfoui sous vos pieds, en ce moment.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Brian Selznick (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brian Selznick
Mary a habité là pendant des années. Entre ses murs, elle a vécu les pires moments de sa vie. Ella, elle, ne peut s?empêcher d'observer cet étrange endroit depuis sa chambre. La nuit, elle se demande ce qu?il cache. Certains ne voient en lui qu?un vieil orphelinat. D?autres sont au courant de son secret? Mais tout le monde connaît son nom. Thornhill. Dans la lignée des romans de Brian Selznick, encensé par Philip Pullman, le premier roman graphique de Pam Smy est un petit bijou gothique.
"Thornhill" de Pam Smy © Éditions du Rouergue, 2019
Vidéo © David Fickling Books / MacMillan Sous-titrages traduits de l'anglais par Mathias Staat
+ Lire la suite
autres livres classés : familleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
634 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre
.. ..