AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782271090270
376 pages
Centre national de la recherche scientifique (04/10/2018)
4.75/5   2 notes
Résumé :
Comment et pourquoi 75 % des juifs ont ils échappé à la mort en France sous l'Occupation, en dépit du plan d'extermination nazi et de la collaboration du régime de Vichy ? Comment expliquer ce taux de survie inédit en Europe, dont les Français ont encore peu conscience ?

Jacques Semelin porte un regard neuf et à hauteur d'hommes sur les tactiques et les ruses du quotidien qui ont permis aux persécutés d'échapper aux rafles et déportations. Au-delà du ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
FleurDuBien
  19 décembre 2018
" L'ouvrage de Jacques Semmelin appartient à cette catégorie de livres qui deviennent immédiatement des usuels et qui semblent avoir toujours été présents tant ils sont utiles et utilisés. (...) Ce livre que j'aurais tant voulu écrire, c'est Jacques Semmelin qui l'a écrit et c'est une remarquable réussite." Serge Klarsfeld.
Oui. Un livre admirable, remarquable et d'utilité publique.
La question est posée d'emblée : comment se fait-il que 75 % des juifs soient encore en vie à la fin de la guerre, soit 80 000 déportés, soit 220 000 juifs sauvés des camps de la mort ? Cette question fait la matière de ce livre comme le dit si bien Monsieur Semmelin. Quid des enfants ? 11 385 furent déportés sans retour, sur 70 000 enfants juifs, soit 58 615 sauvés.
Alors qu'en est-il de cet antisémitisme forcené dont la France est souillée, cette thèse mensongère, colportée par Marrus et Paxton dans leur célèbre "La France de Vichy". Cette thèse d'un antisémitisme virulent en France n'est plus à jour.
Car comment expliquer alors ce nombre non négligeable de juifs sauvés ?
Déjà, par la situation géographique des deux France, celle occupée et celle libre. Beaucoup de juifs sont passés en zone libre au début de la guerre. C'est ce qu'appelle l'auteur "la dispersion". On atteint La Suisse ou l'Espagne, on se cache à la campagne en zone libre.
Et puis il faut se "débrouiller" pour survivre ; ruser avec les lois, continuer à exercer son métier.
Et se fondre dans la population, difficile à cause de l'étoile jaune, se cacher, s'évader, mettre ses enfants à l'abri, véritable crève-coeur, mais si salvateur. Ne pas oublier bien sûr les organisations diverses et variées qui ont aidé les juifs, soit par de l'argent, soit par un réseau de familles accueillantes.
Et puis, ma partie préférée, celle des "aidants", du facteur qui intercepte un courrier de dénonciation, un petit geste d'un "ange gardien", des faussaires pour les papiers, une concierge qui prévient les juifs d'une arrestation imminente. Tiens, parlons-en de la dénonciation. Oui, il y eu bien des lettres de dénonciation, mais infiniment moins qu'on a bien voulu le faire croire. Jalousie, vengeance, envie d'un poste occupé par un juif, toutes ses bassesses ont fait le lit de ces lettres abjectes.
Un chapitre magnifique sur les Justes, ces héros du quotidien, qui ont pris les enfants sans contrepartie, qui ont caché des familles entières, qui ont fait passer la frontière vers la liberté.
Tout cela s'explique par le fait que les français étaient en majorité contre la politique de collaboration de Vichy, surtout à partir des mesures génocidaires, mais aussi et surtout quand les enfants furent raflés en masse et déportés dans des wagons à bestiaux jusqu'aux chambres à gaz. Ces enfants déportés ont beaucoup choqué la population.
J'ai été quelque peu soulagée et même heureuse, d'apprendre que les français étaient en majorité des hommes et des femmes qui ont aidé les juifs, qui abhorraient le régime en place. Ce livre remarquable remet les pendules à l'heure, et c'est tant mieux.
Je comptais finir ma trilogie du moment (L'état contre les juifs, La grande rafle du Vel'd'Hiv et celui-ci), mais c'était sans compter cette envie quasi viscérale d'en savoir et d'en apprendre encore davantage sur cette époque si tourmentée. Je vais donc m'intéresser à présent au camp de Drancy avec À l'intérieur du camp de Drancy encore un ouvrage de référence.
J'ai adoré cette lecture, aisée, simple, accessible à tous.
J'ai adoré les remises en question de l'auteur quand à l'antisémitisme français pendant la seconde guerre mondiale.
J'ai adoré la préface de Monsieur Serge Klarsfeld, un très grand monsieur.
J'ai adoré tous les exemples concrets que Jacques Semmelin nous offre, exemples de vies sauvées, récupérées, aidées, miraculées.
J'ai adoré apprendre ce nouveau mot que je ne connaissais pas : le philosémitisme, contraire de l'antisémitisme.
Un livre fort, qui se lit comme un roman.
C'est bien cela le talent : rendre accessible à tous cette période si tourmentée, si terrible, si ambiguë.
Un grand travail de chercheur, une somme incroyable de faits.
Sans hésiter, pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur cette Shoah qui, en France, aurait pu prendre infiniment plus d'ampleur sans tous ceux qui, du plus petit au plus grand, ont sauvé les juifs de France.
Qu'ils en soient remerciés pour l'éternité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
FleurDuBienFleurDuBien   18 décembre 2018
Å partir de l'été 1942, l'aide n'est pas seulement le fait de travailleurs sociaux, témoins directs de la souffrance des juifs. Elle s'est répandue à travers la population, spectatrice atterrée et reprobatrice de l'arrestation massive des juifs apatrides, en zone occupée d'abord, en zone libre ensuite. (...). Sans s'être donné le mot, des milliers de français ont, ici ou là, aidé et protégé des juifs contraints de se cacher et de fuir. (...)
Un paysan, un curé, une concierge, un enseignant, voici quelques métiers ou fonctions qui se trouvent souvent impliqués dans l'aide aux juifs. Mais il y en a bien d'autres. L'aide spontanée, on le verra, n'est pas toujours liée à une profession.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FleurDuBienFleurDuBien   16 décembre 2018
Au début de l'été 1942, qui aurait pu imaginer que la persécution des juifs en France allait se transformer en une entreprise génocidaire ? (...)
Le 20 janvier 1942, la conférence de Wannsee, dans la banlieue de Berlin, avait coordonné la "Solution finale", soit la destruction de quelques 11 millions de juifs européens, y compris ceux de Grande-Bretagne. Dans le même temps, des chambres à gaz étaient construites sur le territoire polonais pour opérer les mises à mort collectives, méthode de tueries déjà expérimentées sur des malades mentaux et des prisonniers soviétiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FleurDuBienFleurDuBien   17 décembre 2018
En quelques mois, l'opinion évolue ainsi d'une relative indifférence envers la persécutions des juifs à l'expression d'une véritable compassion en leur faveur. Ceci tient d'abord au fait que cette persécution a changé de nature. Elle est devenue de plus en plus voyante et brutale, s'attaquant non seulement aux hommes mais aussi aux femmes et aux enfants (rafle du Vel'd'Hiv).
Commenter  J’apprécie          20
FleurDuBienFleurDuBien   11 décembre 2018
Mais en complément des innombrables travaux sur la déportation et l'extermination des juifs, ce livre raconte pour la première fois, il me semble, l'histoire et les mémoires de la non-déportation des juifs en France.
Commenter  J’apprécie          40
FleurDuBienFleurDuBien   11 décembre 2018
La participation de Vichy à la déportation des juifs restera comme une tache sombre de l'histoire de France. Mais pour qui travaille comme chercheur sur le génocide, c'est là une réalité troublante : alors qu'un gouvernement antisémite est en place et que le pays est totalement occupé (à partir de novembre 1942), comment se fait-il qu'une écrasante majorité de juifs puisse être encore en vie en France à la fin de la guerre, soit quelque 220 000 personnes ? Cette question fait la matière de ce livre,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Jacques Semelin (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Semelin
Des travaux récents réévaluent le rôle des catholiques dans le sauvetage des juifs. Avec les interventions d'éminents spécialistes du sujet : Serge Klarsfeld et Jacques Semelin ainsi que Marie-Christine Emine.
autres livres classés : juifVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2484 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre