AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264060441
Éditeur : 10-18 (03/04/2014)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 162 notes)
Résumé :
La mère de Bee a disparu. Pour la retrouver il faut réunir les pièces du puzzle : lettres, emails, témoignages... En chemin, on découvre combien Bernadette est fantaisiste, névrosée, féroce et fragile, et surtout combien sa fille l'adore et la comprend.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  20 février 2013
Encore une très belle découverte grâce à Babélio. Comme Jonathan Franzen le déclare sur le bandeau qui orne le livre, j'ai dévoré ce livre. C'est vivant, drôle, enlevé, sans temps mort : On ne s'y ennuie pas un minute. L'ambiance très classe moyenne américaine ,n‘est pas sans rappeler Wisteria Lane où sévissaient les regrettées Desperate Housewives, les crimes en moins. le mystère est malgré tout présent comme le laisse entendre le titre : car Bernadette, au coeur de l'intrigue, disparaît soudainement sans explication...

La construction est originale : elle repose sur un ensemble de documents, mails, lettres, articles de journaux qui se sont retrouvés entre les mains de la jeune et précoce narratrice par un proche plus ou moins bien intentionné. Et c'est là une des clefs du roman : les meilleures intentions peuvent aboutir à une foultitude de malentendus et de conséquences désastreuses, promptes à bouleverser le destin de nos personnages pour le grand bonheur des lecteurs.
Le chemin est court de l'humour à la satire, mais point d'aigreur dans les propos. On perçoit plutôt de l'attendrissement devant le spectacle de ce petit monde assez peu ouvert et très enclin à s'auto-apitoyer. Très drôle ce groupe de thérapie VCV (victimes de la victimisation!)
Un excellent moment de lecture dont je remercie vivement Babelio et les Editions Feux croisés. Ce serait une bonne idée d'éditer une traduction du premier roman de cette auteure, paru aux USA en 2008

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
paroles
  29 janvier 2018
Quel régal ce bouquin ! Et quelle causticité ! J'en ai les dents qui grincent !
Bee, adolescente surdouée de quinze ans, vit à Seattle avec ses parents dans une maison habitée par les ronces. Son père fait partie des cadres très dynamiques de la société Microsoft, société régie par mille et un code à tous les niveaux. Sa mère, Bernadette, architecte très réputée à une certaine époque, est devenue une desesperate housewife agoraphobe qui déteste en fait cette vie et s'arrange pour que son assistante Manjula (basée en Inde) fasse presque tout à sa place.
Mais voilà qu'un jour Bernadette, la fantasque, la folle, la névrosée, la menace pour la société (aux dires de certains) disparaît. Bee va alors tout faire pour la retrouver et apprendre ainsi à vraiment connaître sa mère. Et nous allons suivre son parcours par mails, fax, dialogues interposés.
La construction du roman est déjà très originale, mais en plus c'est drôle, hallucinant, jubilatoire. C'est aussi porteur de railleries sur les petites villes américaines, les mères au foyer, les pères au travail, les apparences, les amitiés sincères ou pas. C'est également riche en enseignements sur l'architecture, sur la sophistication des appareils informatiques, sur l'Antarctique et surtout surtout sur le sens de la vie.

Lien : http://mes-petites-boites.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
pyrouette
  27 avril 2014
Il est difficile de lire un tel livre, non parce ce qu'il est ennuyeux, bien au contraire, mais par sa forme. Nous suivons l'enquête de Bee pour retrouver sa mère à travers toute la correspondance des protagonistes de cette malheureuse histoire. Oui malheureuse car à force de mettre les gens dans de jolies cases bien carrées, les catastrophes sont souvent irréversibles. Que dire du mari très cartésien qui n'a pas vu la souffrance de son épouse, mais prêt à la faire interner ? Je préfère ne rien dire…. Les voisines, haineuses et vindicatives à tort puisque Bernadette a répondu à toutes leurs demandes malgré la stupidité de celles-ci ? Les collaborateurs qui l'ont laissée tomber à une époque où elle s'est effondrée ? C'est une satyre moderne démontrant l'absurdité du comportement des gens socialement normaux. La scène du jardin qui s'effondre est tellement jouissive, un pur bijou d'idiotie. Bernadette est différente et alors ? Justement elle évite ses congénères (j'essaye de ne pas insister sur le début du mot, j'espère que vous l'entendez à travers mes lignes…) comprenant qu'elle n'attire que la méchanceté. Elle a beaucoup d'humour aussi. Les moments de complicité et de tendresse entre la mère et la fille sont importants pour toutes les deux. Bernadette est obligée de fuir à cause de la bêtise de son entourage, abandonnant Bee. Bravo les bien-pensants ! Accepter les gens avec leurs forces et leurs failles, ce n'est plus possible dans notre société actuelle. L'Auteur a saisi l'occasion de nous en démontrer l'incohérence, avec humour et tendresse, mais aussi qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Bernadette, si tu veux bien que je devienne ton amie, contacte-moi, nous avons tellement de points communs !
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
chriskorchi
  27 mai 2014
Enchantée par cette lecture, ce livre est jubilatoire , une vraie bouffée d'air frais. Des répliques savoureuses, beaucoup d'humour et une super plume. L'auteur a un réel talent pour confectionner des personnages bien trempés.
Il y a tout les ingrédients du polar et de la comédie : intrigue, flash-backs, humour grinçant… C'e texte ne ménage pas les rebondissements et nous propose une satire hautement réjouissante d'un monde qui se voudrait parfait et organisé.
Bernadette est une mère de famille fraichement débarquée à Seattle avec son mari Elgie, ingénieur chez Microsoft, et sa fille Bee, une gamine de 15 ans attachante mais au coeur fragile. Dans la ville et le quartier, l'installation est difficile car les autres mères de famille cultivent un sens de la communauté très particulier. Qui ne veut pas participer est mis sur la touche et moqué. Bernadette a décrété qu'elle se tiendrait à l'écart de ces ménagères conformistes (surnommées les "bestioles") et maintient une vie sociale uniquement par mail avec une Indienne dénommée Manjula qui lui rend service à distance. Il y a un coté Wisteria Lane et desperate housewives qui n'est pas pour me déplaire. Bee comme cadeau, a demandé à aller en Antarctique avec ses parents. Ce voyage est le point de départ de bouleversements dans la famille : le père déserte, la fille excitée attend avec impatience le jour J, quant à Bernadette, elle prend la poudre d'escampette en laissant ses secrets derrière elle. Tout le récit revient sur son histoire mais aussi sur les raisons de sa fugue. Pourquoi ne remplie-t-elle pas son devoir de mère exemplaire? Et où est-elle ?
J'ai aimé l'idée des divers documents qui permettent de mieux raconter l'histoire : documents, mails, lettres, articles de journaux. j'espère que les éditions 10/18 auront la bonne idée de sortir le premier roman de l'auteur qui n"est jamais sorti en français.
VERDICT
Précipitez-vous, vous allez adorer et vous passerez un excellent moment de lecture. Imaginez-vous sur la plage ou sous un arbre avec une petite boisson et ce livre tranquille… A ne pas rater.
Lien : https://lilacgrace.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
kathel
  23 mai 2013
C'est vrai, Bernadette est agoraphobe et ne sort pratiquement jamais de chez elle, à tel point qu'elle délègue toutes les démarches à une assistante virtuelle vivant en Inde. C'est vrai, Bernadette ne supporte pas les parents d'élèves de l'école de sa fille qu'elle nomme « les bestioles ». C'est vrai, elle passe son temps au volant à insulter les conducteurs qui la précèdent. C'est sûr, l'immense maison où la famille a emménagé tombe pratiquement en ruine faute d'entretien. Pourtant, au fur et à mesure que son portrait s'affine, qu'elle apparaît, à l'inverse de ce qu'annonce le titre, Bernadette devient des plus attachantes, un personnage dont on regrette qu'il soit de fiction.
De manière très originale, c'est par différents documents, mails, notes et correspondances diverses que s'élabore le portrait de Bernadette, de son mari Elgin, chercheur génial chez Microsoft, de sa fille Bee qui n'a rien d'une adolescente ordinaire non plus.
Lire la suite :
Lien : http://lettresexpres.wordpre..
Commenter  J’apprécie          200
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
AncolieAncolie   22 novembre 2013
Nous roulions au ralenti. Grace a dit :
"Je m'ennuie.
-Oui, moi aussi, l'a imitée Bee, je m'ennuie."
Bernadette s'est arrêtée sur le bas-côté, elle a détaché sa ceinture et s'est tournée vers les filles.
"Très bien. Vous vous ennuyez ? Je vais vous révéler un petit secret sur l'existence. Vous trouvez ce moment ennuyeux ? Eh bien, ça va être de pire en pire. Plus tôt vous apprendrez que c'est à vous de rendre votre vie intéressante, mieux vous vous porterez.
-D'accord", a répondu Bee.
Grace a fondu en larmes et elle n'est jamais revenue jouer chez nous. Quant à Bee, ce fut la première et la dernière fois qu'elle déclara s'ennuyer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Alice_Alice_   08 octobre 2014
La meilleure façon de décrire Nick, ce serait de dire qu'il n'a aucune personnalité, ce qui n'est pas très sympa, mais assez réaliste. Le moment où il m'a semblé manifester le plus de caractère, c'est quand il m'a dit de balayer l'horizon des yeux, comme on oriente une torche pour faire des recherches, de droite à gauche, de gauche à droite, de droite à gauche, de gauche à droite. Il m'a raconté qu'au retour de sa première expédition, où il avait appris à diriger un Zodiac, en rentrant chez lui, il avait eu un accident de voiture, parce qu'il regardait de droite à gauche, de gauche à droite, et qu'il avait fini par rentrer dans le type devant lui. Mais ça, ce n'est pas du caractère. C'est juste un accident de voiture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Alice_Alice_   04 octobre 2014
Lors de mon premier voyage ici, à Seattle, l'agent immobilier est venu me chercher à l'aéroport pour m'emmener visiter des maisons. Dans le lot du matin, il n'y avait que du style traditionnel Craftsman, parce qu'il n'y a rien d'autre ici, exception faite de ces immeubles en béton qui gâchent la vue et jaillissent par touffes inexplicables, comme si le chef du département d'urbanisme avait dormi sur son bureau pendant toutes les années 1960 et 1970, en sous-traitant la partie architecture aux Soviétiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MelopeeMelopee   13 mars 2013
Un matin, je me suis rendue en ville assez tôt et je me suis aperçue que les rues étaient pleines de gens traînant des valises à roulettes. J'ai pensé : Wouah, cette ville est remplie de personnes dynamiques. Et puis j'ai compris : c'étaient tous des sans-abri qui avaient passé la nuit dans l'entrée d'un immeuble et qui pliaient bagage avant de se faire vider des lieux. Seattle est la seule ville où, quand on marche dans la merde, on prie pour que ce soit de la merde de chien. (p. 152)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   13 juillet 2016
Bee, ma chérie, tu es une enfant de la terre, des Etas-Unis, de l'Etat de Washington et de Seattle. Ces gosses pourris-gâtés de la côte Esr sont d'une autre espèce, ils foncent à une allure effrénée vers le néant. Tes amis de Seattle sont d'une gentillesse toute canadienne. Aucun n'a de téléphine portable, les filles portent des sweats à capuche, de grandes culottes en coton, elles se baladent avec les cheveux emmêlés, leur grand sourire et leur sac à dos customisé. Sais-tu à quel point tu es absolument exotique du fait que tu n'as pas été contaminée ni par la mode ni par la culture pop ? Il y a un mois, j'ai parlé de Ben Stiller, et tu te souviens de ce que tu m'as répondu ? "C'est qui ?" J'étais raide dingue de toi. p.368
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Maria Semple (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maria Semple
Bande annonce de WHERE'D YOU GO, BERNADETTE (2019), adaptation du roan de Maria Semple, paru en francais sous le titre Bernadette a disparu
autres livres classés : seattleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15441 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre