AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782910386061
84 pages
Éditeur : Editions de l'Encyclopédie des Nuisances (01/01/1997)
4.15/5   24 notes
Résumé :
Diverses conséquences des plus récents progrès de l'efficacité économique sont examinées, et en particulier ce qu'implique, pour la mentalité des jeunes générations, l'adaptation à ces nouvelles conditions où les hommes ne sont plus que les parasites des machines qui assurent le fonctionnement de l'organisation sociale.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  15 juillet 2021
Mobilisant Georges Orwell et Jack London, celui du Talon de fer, Jaime Semprun règle ses comptes avec ses contemporains, refusant pour autant de faire « l'anatomie d'une charogne », ainsi qu'est devenue la société mondiale, tandis que « des foules stupéfaites » sont précipitées dans l'abîme « par la modernisation qu'exige la fuite en avant économique ». « le système des libertés marchandes se passe maintenant de quelque justification historique que ce soit, y compris par la référence à son ancien repoussoir stalinien. Il repose sur ce qu'ont accompli les totalitarismes de ce siècle et s'appuie sur leurs résultats. »
(...)
Lucide et percutant état des lieux qui ne débouche toutefois pas sur la moindre proposition. Désespéré ?
Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          261
somethingstupid
  02 mars 2011
Un ouvrage incontournable pour tout adepte de l'école de Francfort. Récemment décédé (Aout 2010), l'auteur se veut le continuateur des Adorno, Benjamin et autres Horkeimer. Si vous vous sentez trop optimiste, alors je vous conseille ce livre. Excessif, il l'est sûrement à bien des points de vue, mais sa lucidité est souvent salutaire, même si on ne trouvera aucune solution chez ce pessimiste radical.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   08 janvier 2017
Parmi les choses que les gens n'ont pas envie d'entendre; qu'ils ne veulent pas voir alors même qu'elles s'étalent sous leurs yeux, il y a celles-ci : que tous ces perfectionnements techniques, qui leur ont si bien simplifié la vie qu'il n'y reste presque plus rien de vivant, agencent quelque chose qui n'est déjà plus une civilisation; que la barbarie jaillit comme de source de cette vie simplifiée, mécanisée, sans esprit ; et que parmi tous les résultats terrifiants de cette expérience de déshumanisation à laquelle ils se sont prêtés de si bon gré, le plus terrifiant est encore leur progéniture, parce que c'est celui qui en somme ratifie tous les autres. C'est pourquoi, quand le citoyen-écologiste prétend poser la question la plus dérangeante en demandant : « Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ? » il évite de poser cette autre question, réelemmen inquiétante : « À quels enfants allons-nous laisser le monde ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
enkidu_enkidu_   25 février 2021
Jamais sans doute une société n’aura vanté à ce point la jeunesse, comme modèle de comportement et d’usage de la vie, et jamais elle ne l’aura dans les faits aussi mal traitée. Chesterton avait pressenti dans Divorce, que le sens ultime des théories pédagogiques alors les plus avancées, selon lesquelles il convenait de considérer l’enfant comme un individu complet et déjà autonome, était de vouloir « que les enfants n’aient point d’enfance » (Hannah Arendt a redit cela beaucoup plus tard, à sa manière). S’étant débarrassé, avec l’individualité, du problème de sa formation, la société de masse se trouve en mesure de réaliser ce programme, et dialectiquement de le compléter avec ce que l’on a appelé son « puérilisme », en faisant en sorte que les adultes n’aient point de maturité. Les consommateurs étant traités en enfants, les enfants peuvent bien l’être en consommateurs à part entière (« prescripteurs », comme tous les publicitaires le savent, d’une part sans cesse croissante des achats de leurs parents). De tout ce qu’un dressage si précoce à la consommation dirigée entraîne d’infirmités et de pathologies diverses, les honnêtes gens soucieux de « protection de l’enfance » parlent fort peu. Ils se demandent d’ailleurs tout aussi peu comment il se fait que les pervers et les sadiques dont ils s’inquiètent de protéger leurs enfants soient venus à tant abonder, justement dans les sociétés les plus modernes, policées, rationnelles.

Quand on dit que la jeunesse n’a jamais été aussi mal traitée, et non seulement dans ces pays lointains sur le dénuement desquels on s’apitoie, mais ici même, dans les métropoles de l’abondance, on se voit en général opposer le travail des enfants au XIXème siècle, ou bien la mise en apprentissage d’avant-guerre. Comme toutes les images en forme de slogans qui servent à justifier le progrès, celle-ci permet de ne rien dire sur ce que le progrès a effectivement apporté, ou de dire seulement que cela pourrait être pire. En l’occurrence, c’est la scolarité prolongée qui est tenue par postulat pour un bonheur et une conquête au mépris de tous les faits constatables et accablants ; parmi lesquels le moindre est que ces études dites supérieures, auxquelles on ouvre un accès aisé par des taux de réussite au baccalauréat fixés administrativement, ne préparent à rien qui mérite encore le nom de métier. Cela n’est certes pas fait pour entraver le fonctionnement d’une économie moderne, puisqu’on sait qu’on n’y embauche guère que dans cette néo-domesticité des « services », qui va du livreur de pizza à l’animateur socioculturel. Et de toute façon, il importe assez peu qu’on laisse mariner plus ou moins longtemps dans le jus malpropre de l’Education nationale ceux qui seront surtout « élevés à la console de jeux ». Car, pour en revenir aux mauvais traitements, là est l’essentiel : nous voyons grandir les premières générations qui auront été livrées à la vie numérisée sans que ne s’interpose plus rien, ou presque, de ce qui dans les mœurs empêchait encore il y a peu de s’y adapter complètement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
enkidu_enkidu_   25 février 2021
Un sociologue soucieux d’intégration et d’éducation humanitaire plaidera habituellement les circonstances atténuantes : certes ces jeunes brutes sont peu ragoûtantes, mais la propagande « sécuritaire » exagère beaucoup, et puis, de toute façon, quelle chance leur a-t-on donné d’être de braves garçons, travailleurs et bien éduqués ? Le gaucho-humanitarisme, comme toujours, pas plus qu’il n’attaque vraiment ce qu’il prétend attaquer, ne défend vraiment ce qu’il prétend défendre. Si l’on veut dire que les violences exercées par les jeunes déshérités ne doivent pas faire oublier les violences qu’ils ont subies, il ne faut pas dénoncer seulement la violence policière, la « répression », mais tous les mauvais traitements que la domination technique inflige à la nature des hommes. Il faut donc cesser de croire qu’existerait encre quelque chose comme une société civilisée, à la quelle on n’aurait pas donné à ces jeunes barbares la chance de s’intégrer. Il faut donc voir en quoi les déshérités le sont effectivement, et plus cruellement que ceux du passé, en étant expropriés de la raison, enfermés dans leur novlangue au moins autant que dans leur ghettos, et ne pouvant même plus fonder leur droit à hériter du monde sur leur capacité à le reconstruire.

Et donc, enfin, plutôt que de verser des larmes de crocodiles sur les « exclus » et autres « inutiles au monde », il conviendrait d’examiner sérieusement en quoi le monde du salariat et de la marchandise est utile à quiconque n’en tire pas de profits, et si l’on peut s’y inclure sans renier son humanité. Tout cela fait évidemment beaucoup pour des sociologues, aussi gauchistes soient-ils : ces gens ont après tout pour fonction, non de critiquer la société, mais de fournir des arguments et des justifications au pléthorique personnel d’encadrement de la misère, à ceux que l’on appelle les « travailleurs sociaux ». Il est donc logique que leurs efforts portent surtout sur la satisfaction de supposées revendications « identitaires », auxquelles ils offrent de choisir un rôle au décrochez-moi-ça des appartenances mimétiques, friperie de l’illusion où l’on trouve de tout, de la casquette de rappeur marquée du X de Malcolm X à la gandoura islamiste.

Moins embarrassé, parce que libre de tout rapport pratique avec la réalité, l’extrêmegauchisme se contente de renverser les termes de la propagande policière : là où celle-ci désigne des barbares, venus d’un infra-onde extérieur aux valeurs de la société civilisée, il prône des sauvages étrangers au monde de la marchandise et décidés à le détruire. C’est la « révolution par les cosaques », avec les banlieues en guise de steppes. Tout ce que veut bien concéder une telle apologie, c’est que ce refus est assez peu conscient, fort mal raisonné en tout cas, quoique bel et bien là par l’intention. Mais si l’on quitte le ciel des bonnes intentions – le gauchisme vit de bonnes intentions, les siennes et celle qu’il prête à ses héros négatifs – pour redescendre sur terre, le problème n’est pas que ces barbares refusent, même très mal, le nouveau monde de la brutalité généralisée ; c’est au contraire qu’ils s’y adaptent très bien, plus vite que beaucoup d’autres, qui sont encore encombrés de fictions conciliatrices.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   15 mars 2011
Quand le citoyen-écologiste prétend poser la question la plus dérangeante en demandant : « Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ? », il évite de poser cette autre question, réellement inquiétante : « À quels enfants allons-nous laisser le monde ? ».

Commenter  J’apprécie          200
ErnestLONDONErnestLONDON   10 juillet 2021
Le système des libertés marchandes se passe maintenant de quelque justification historique que ce soit, y compris par la référence à son ancien repoussoir stalinien. Il repose sur ce qu'ont accompli les totalitarismes de ce siècle et s’appuie sur leurs résultats. 
Commenter  J’apprécie          150

autres livres classés : pamphletsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox