AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782501126861
256 pages
Éditeur : Marabout (22/08/2018)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 5 notes)
Résumé :
''J'ai vécu la médecine sans guérison. J'ai choisi, sans savoir, la spécialité la plus désarmée, la neurologie, l'espace des grandes maladies dont on ne traite que les symptômes : maladie de Parkinson, Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Charcot...C'est avec elle que j'ai commencé à réfléchir, non plus comme un médecin, mais comme un homme sans blouse."

Neurologue, le romancier Antoine Sénanque est confronté chaque jour à l'impuissance de la m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ninosairosse
  20 janvier 2019
♫Par les quatre horizons qui crucifient le monde
Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe
Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains
Par le malade que l'on opère et qui geint
Et par le juste mis au rang des assassins
Je vous salue, Marie.
Oh, Marie, si tu savais
Tout le mal que l'on me fait
Oh, Marie, si je pouvais
Dans tes bras nus me reposer
Évanouie, mon innocence
Tu étais pour moi ma dernière chance
Peu à peu, tu disparais
Malgré mes efforts désespérés
J'aime Les Gens Qui Doutent
Les gens qui trop écoutent [...]
Ceux qui n'auront pas honte
De n'être au bout du compte
Que des ratés du coeur
Pour n'avoir pas su dire
"Délivrez-nous du pire
Et gardez le meilleur"
J'aime leur petite chanson
Même s'ils passent pour des cons
J'aime les gens qui n'osent
S'approprier les choses ♫
La prière - Georges Brassens -1953
Marie - Johnny Hallyday - 2002
Les Gens qui doutent- Anne Sylvestre-1977

Peut-on tester Dieu comme un vulgaire médicament ?
Faut-il apprendre aux médecins à être des charlatans ?
Un thérapeute efficace doit être un charlatan singulier,
qui envers le patient se doit de lui dire sa vérité,
La vérité en médecine étant celle qui sert à la guérison
Croyance, miracle, placebo et autres, qui a raison ?
Je panse donc j'essuie
Médecins, malade et maladie
célèbre triangle Hyppocratique
faut être balèze en mathématiques
pour les incurables c'était un carré
le quatrième coté étant le sacré
Sacrée claque à Pythagore
avec son théoreme, que nul ignore !
AB²+AC² ça m'est égal, ta tête au carré !?
Mes sincères félicitations, à Mr Sénanque
qui jongle avec l'ethique en saltimbanque
Pour un Neurologue authentique
une petite prose Sémantique
du bio logique à la métaphysique
maladie de Lyme , remède homéo pas tique
Pas de panique, propos prosaïques
peut rendre vraies même les fausses sceptiques
de la Grèce Antique à l'épigénétique
références philosophiques, au Renouveau Charismatique
sans vouloir faire son malin
il nous montre le Chemin
Demandez pour être guéri ! … priez !
Si vous manquez de vocabulaire, marchez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          793
BrandinKaren
  05 septembre 2018
5 étoiles donc puisque quoi que l'on fasse, cela finit toujours de la même façon : par une estimation chiffrée, une note forcément arbitraire qui vient pourtant sanctionner le cheminement d'une pensée, celui d'une vie de neurologue, en autre.
J'ai découvert Antoine Senanque au travers de "Blouse" il y a quelques années alors que mon frère tentait "médecine" (il finit aujourd'hui des études de philosophie finalement), un ouvrage que j'avais lu et vécu passionnément.
Il paraît, si l'on en croît les critiques, qu'il s'agit d'un brulot "contre" la médecine. Pour moi, c'est surtout un livre plein de douleurs, une douleur qui s'exprime et heureusement comme à chaque fois que l'on tente, dans un corps de métier ou un autre, de donner plus que l'ordinaire.
Quand on aime plus que l'ordinaire, qu'il s'agisse de la médecine ou des maths dans mon cas, la colère ou la révolte ne sont jamais loin.
On rêve parfois de cette indifférence qui protège et lisse tout mais on ne refait pas si facilement.
" Pas d'équilibre mais elle fait de son mieux, elle penche." (M. F.)
"Guérir quand c'est impossible" est quant à lui un ouvrage apaisé je pense, un ouvrage polymorphe.
J'ai été touchée par les "extrémités du livre" (le retour d'abord sur cette profession de médecin, un métier qui semble évoluer au rythme de la personne qui l'exerce et ensuite sur ce que la médecine est appelée à devenir ou pas).
En fin d'ouvrage notamment l'auteur revient sur cette médecine que l'on imagine d'ici quelques années robotisée, contaminée pour le meilleur et pour le pire par l'intelligence artificielle qui sera probablement en mesure d'établir un diagnostic radiologique très fiable et donc un soin qui va perdre en humanité ce qu'il va gagner en technicité et en rapidité. Même si ma formation est en maths pures (donc par essence même " en maths inutiles" et dieu sait qu'étant jeune, je l'ai revendiqué. C'était même ma fierté !), avec l'âge je suis j'espère moins égoïste, moins réfractaire aux maths dites appliquées et par conséquent il faut reconnaître que l'incursion des maths en imagerie médicale notamment permet sans doute des clichés plus fiables mais surtout obtenus grâce à des temps d'exposition aux rayonnements réduits donc comme toujours, tout n'est pas à jeter. Il y a bien une finalité de confort du patient.
En revanche, ce temps de gagné, c'est un temps à consacrer au dialogue, à l'échange.La finalité, ce ne sont pas des consultations à la chaîne ! Ensuite, une médecine systématique à grand coup d'algorithmes aussi efficaces soient-ils et de protocoles standards va laisser sur le bord de la route les quelques malades qui n'entrent pas dans cette base de données pré-établies. Pour ces personnes, il faudra bien des hommes et des femmes, pas seulement aptes à paramétrer une machine, mais bien capables de réfléchir, de s'adapter, de douter, bref de respecter ces corps qui souffrent et réagissent différemment. Pour l'ensemble des patients, rien ne remplacera jamais un regard de soutien un peu appuyé, une main quelques secondes sur une épaule. Quelquefois, ce sont ces secondes qui peuvent tout changer, qui réparent au moins autant que l'ordonnance en donnant la force et l'envie de lutter.
Antoine Senanque revient sur la formation médicale et ce mode de sélection (à grand coup de QCM ie de cases à noircir plus vite que son ombre) qui est décrié depuis des années sans que rien ne semble réellement évoluer. Je reconnais que chaque année près de 60% de mes terminales S envisagent de faire "médecine" comme ils disent et que c'est pour moi une source perpétuelle d'étonnement puisque finalement très rares sont ceux qui peuvent, même de manière très artificielle, justifier cet engouement si jeune. Médecin, c'est être confronté chaque jour a des gens malades, c'est donc être le réceptacle consentent ou pas de la souffrance, de la détresse de l'Autre. Bien souvent ces jeunes que j'adore pourtant sont, il faut le reconnaître, "de petits monstres ordinaires", souvent indifférents, consommateurs en fin de chaîne et qui sans pudeur, revendiquent l'égoïsme. de manière terrifiante, ils sont même convaincus qu'il s'agit du chemin le plus sûr pour réussir ces études hautement humaines. Malheureusement, ils ont probablement raison.
Je les encourage bien sûr mais en pensant intérieurement : 10 ans pour apprendre les bases du fonctionnement d'un corps, c'est sûrement suffisant mais seulement 10 ans pour apprendre à devenir un être humain, un être capable d'empathie, capable de dire : "merci", "pardon", "courage" ou simplement "je ne sais pas", je crois que ce sera trop court. On part de beaucoup trop loin.
Alors oui, que l'on accepte enfin dans ces études des élèves aux horizons variés. Puisqu'il n'y a pas qu'une médecine, puisqu'il n'y a pas de patient-type, il ne doit pas y avoir qu'un prototype de médecin. Cette richesse, elle manque et peut-être qu'elle aussi pourrait contribuer à sauver des vies.
Quant au coeur de l'ouvrage, il s'agit de présenter non pas des alternatives à la médecine traditionnelle mais à évoquer des pistes qui sont autant de chemins possibles même si ce sont des chemins de traverse et que l'on est parfois bien loin de l'autoroute ! de mon côté, n'étant pas croyante, je n'éprouverais pas de soulagement à évoquer/invoquer la religion notamment pour m'apaiser ou me stimuler en cas de maladie grave mais comme Antoine Senanque, je suis légitimement "pour ce qui marche", que ce soit d'inspiration rationnelle ou pas.
Est omniprésente aussi, et c'est plus rare, l'aspect quantique non pas du corps (puisque cette théorie ne s'applique pas à l'échelle macroscopique au sens où elle n'a pas pour objectif de la décrire) mais de la cellule. L'auteur nous rappelle que l'on retrouve au niveau cellulaire cette dualité "onde/corpuscule" si bien que l'Homme semble se confondre avec le Chat de la célèbre expérience de pensée de Schrödinger, condamner à errer dans une superposition d'états mort/vivant. On est finalement toujours au bord de la Vie comme on est toujours au bord de la mort.
Bref, c'est un livre à lire, apaisant, plein de sagesse, d'espoir aussi qui ne cherche ni à détourner ni à convaincre. Ce n'est pas un manifeste "pour ou contre quelque chose" mais 250 pages d'humanité, de doute et de tolérance.
" Derrière les fenêtres
Des vies, longtemps, se perdent
Derrière les fenêtres
J'envie des mondes
Qui ressemblent aux songes
Derrière les carreaux
Tombent en lambeaux des êtres
Derrières les pâleurs, on sait qu'un
Coeur va naître ou disparaître"
extrait de "Derrière les fenêtres"
Mylène Farmer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
misstoupin29
  04 octobre 2020
J'ai trouver la démarche extrêmement courageuse.Cet homme est à féliciter pour avoir fait ce livre. Il va là ou peut ose témoigner.
Le document est écrit avec franc respecte des personnes qui pratiquent et ce qui consulte des médecines alternatives.
Les chapitres décortiquent chaque une d'elles.
Les prosaïques ne se retrouvent pas dans cette ouvrage.
J'aime l 'idée qu'il peut avoir une partie de spirituelle dans la médecine.
Une très belle découverte cet ouvrage.A faire partager aux personnes ouvertent d'esprit.
J'ai beaucoup appris et mes opinions ont changé suite à cet ouvrage.
Commenter  J’apprécie          100
Dancharr
  26 juin 2019
Cher monsieur,
Votre dernier livre s'est fait attendre et, après l'avoir lu, je comprends pourquoi. Il interroge la médecine, bouscule les médecins, bouleversera les malades, s'offre des envolées et donne de belles réponses qui interpellent.
Le style est brillant - votre marque -.
Vous assumez la provocation de votre titre avec le brio et la passion qu'il méritait.
J'ai apprécié votre belle réflexion, très construite, très documentée sur le pouvoir de l'esprit ou de la foi sur le corps et l'âme, sur les actions-réactions de l'un sur l'autre. Votre livre est une opération « portes ouvertes » sur le chemin que vous avez parcouru avant de pouvoir l'écrire et nous demander de le partager. Il trouvera un écho chez tous ceux - nombreux - qui ne se satisfont pas d'une médecine scientiste.
Vous en profitez pour délivrer, en passant, quelques idées fortes qui dérangeront opportunément notre société arriérée : votre conseil d'éviter les jeunes médecins remplis de connaissances et d'ignorances, votre plaidoyer pour la liberté de mourir dans la dignité (liberté élémentaire refusée aux français), et votre dénonciation du non-sens absolu qui livre la médecine aux matheux incultes, inaptes à son exercice.
Votre livre est un trésor qui me fait vous pardonner d'avoir dévié de votre veine romanesque.
Avec mes remerciements et mes sentiments les meilleurs,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   27 décembre 2018
Les médecins grecs abandonnaient les malades qu'ils jugeaient intraitables. Sans le cacher. La médecine était définie honnêtement comme un champ limité. Elle ne pouvait pas tout guérir. Elle laissait les miracles en dehors de son territoire, sans nier leur existence et en reconnaissant l'importance des prêtres, sans esprit de concurrence. Les médecins grecs s'opposaient aux devins, pas aux sanctuaires; à la magie, pas à la religion. [...]
"Envoyez les incurables au temple"
P46
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
ninosairosseninosairosse   15 décembre 2018
Amis, fuyez les jeunes médecins.
La jeunesse écrit sur leur blouse une lettre écarlate. Eloignez-vous. Ne les laissez pas vous approcher. J'ai été l'un d'entre eux, je sais de qui je parle. L'exercice autonome du soin devrait être interdit aux moins de 40 ans, l'âge de la majorité en blouse. Comme la conduite, on devrait instituer la médecine accompagnée, par un gardien plus expérimenté, pour la haute surveillance des docteurs Hyde que nous avons tous été un jour.
p19
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ninosairosseninosairosse   29 décembre 2018
Selon Bruce Lipton : "Tous les aspects de la biologie, la synthèse de l'ADN et des protéines par exemple, sont régis par les champs énergétiques. L'énergie façonne la matière. Les cellules réagissent à toutes les formes de champ électromagnétique de champ énergétique et de propriétés mécaniques quantiques. ''
P85
Commenter  J’apprécie          285
ninosairosseninosairosse   13 janvier 2019
Freud a donné des noms propres aux trois blessures narcissiques subies par l'humanité depuis la Renaissance : Copernic, Darwin et le sien.
La Terre n'est plus au centre de l'univers, l'homme est un animal comme un autre, la conscience n'est pas maîtresse d'elle-même.
p213
Commenter  J’apprécie          260
ninosairosseninosairosse   28 décembre 2018
Comme le disait un sage :
"Être superstitieux est un comportement d'ignorants, mais ne pas l'être porte malheur."
P76
Commenter  J’apprécie          320

Videos de Antoine Sénanque (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Sénanque
Antoine Sénanque nous raconte les aventures de Jonathan Weakshield, un gamin chassé d'Irlande et qui va gravir les échelons de la pègre.
autres livres classés : médecineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
202 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre