AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709647028
Éditeur : J.-C. Lattès (25/02/2015)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 110 notes)
Résumé :
Presque dix ans se sont écoulés depuis que Julia Win est revenue de son voyage en Birmanie, le pays où son père est né et où elle a découvert un frère. Désormais brillante avocate à Manhattan, elle ne se sent pourtant pas pleinement épanouie. Lorsqu’elle commence à entendre dans sa tête une voix lui posant des questions qu’elle essaie depuis toujours d’esquiver – « Pourquoi vis-tu seule ? », « Qu’attends-tu de la vie ? » –, ses doutes grandissent encore.
Pous... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  27 mars 2015
Julia Win vient de recevoir une lettre de son demi-frère U Ba qui vit toujours en Birmanie, dont elle n'a plus de nouvelles depuis dix ans. Avocate brillante à Manhattan, elle mène une vie, certes très active mais qui ne la satisfait pas vraiment. Cette lettre va la perturber et l'obliger à vraiment se poser des questions sur sa vie.
Un jour, alors qu'elle doit prendre la parole lors d'une réunion importante au travail, elle entend une voix qui la questionne : « Qui es-tu ? », « Pourquoi vis-tu seule ? », « qu'attends-tu de la vie ? ». Comme cette voix insiste, Julia finit par en parler à son amie, Amy Lee, bouddhiste adepte de la méditation. Elle consulte un psychiatre qui lui prescrit des neuroleptiques. Burn-out ? Schizophrénie ?

Julia est une jeune femme de trente huit ans, qui s'est séparée de son dernier compagnon, et n'a pas d'enfant. Elle investit toute son énergie dans son travail d'avocate, où elle est brillante et n'a pas vraiment conscience qu'un pan de sa vie lui échappe. Elle est seule à Manhattan, sa mère et son frère habitent à l'autre bout des USA et ils ne m'aiment guère, donc ils se voient très peu.
Son père, qui possède le don d'écouter les battements de coeur et de les harmoniser (cf. le précédent ouvrage de l'auteur) est retourné en Birmanie pour y mourir auprès de son premier amour, la mère d'U Ba. J'aime beaucoup cette expression : « harmoniser » les battements du coeur », c'est une invitation au voyage dans le pays de symboles.
On comprend que la vie occidentale a perdu son âme, en se plongeant dans le matérialisme, la consommation à tout prix, le toujours plus pour être satisfait car le plaisir ne peut venir que de l'extérieur. Nous ne savons plus être à l'écoute de notre corps, communiquer avec notre âme, la vie spirituelle quand elle existe part à la dérive, se délite, devient sujet de moquerie.
A l'opposé, en Birmanie, les gens, du moins ceux qui ne possèdent rien ou alors si peu qu'ils ne sont pas constamment dans le désir, n'ont pas peur de tout perdre, peuvent partager le peu qu'ils ont, ont du plaisir à se rendre service. Payer un service rendu est un affront.
On fait ainsi la connaissance de l'histoire de Nu Nu, son mariage, ses enfants Ko Gyi et Thar Thar, la dureté de leur mode de vie, l'amour qui l'unit à son mari, Maoung Sein . le destin de cette femme et de ses deux enfants est extraordinaire, avec la mort qui rode autour.
Elle est prête à tout pour empêcher que les militaires emmènent ses fils, et devra faire un choix qui va la hanter. Mais, je ne dévoilerai rien de plus, car il faut découvrir ce roman, le siroter, le goûter, s'imprégner des couleurs, des parfums, des épices, des longyi, les currys…
Qu'on s'intéresse ou non au Bouddhisme, que l'on croit ou non à la réincarnation, l'histoire est tellement belle et riche qu'on se laisse entraîner par l'auteur dans ce pays méconnu car fermé si longtemps par la junte au pouvoir. On n'en connaît en fait que la violence de la dictature, mais on en sait si peu sur le mode de vie, les rites et les coutumes des habitants… Au passage, l'idée d'accorder le coeur comme on accorde un instrument de musique avant d'en jouer me plaît énormément.
Le fait de ne pas avoir lu le premier roman de Jan-Philipp SENDKER ne dérange pas, car il a pris soin de nous donner les éléments nécessaires à notre compréhension, mais, étant donné que le thème en est l'histoire des parents de Julia, on a envie d'en savoir plus.
Donc, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce livre. Ce n'est pas un coup de coeur, mais pas loin. Il est bien écrit, l'histoire est belle, et on fait un voyage initiatique autant que dépaysant dans un pays qu'on a envie de découvrir davantage.
Note : 8,5/10
plus sur mon blog (analyse extraits auteur...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
TheWind
  24 mars 2015
Merci tout d'abord à Babelio et aux éditions JC Lattès pour la découverte de ce roman et de cet auteur.
Avec Un coeur bien accordé, je ne savais pas trop où je mettais les pieds et après des débuts un peu timides, je me suis laissée porter par les mots, naviguant de surprise en surprise, me laissant peu à peu submerger par cette troublante et émouvante invitation au voyage.

Julia, avocate de trente-huit ans à Manhattan, s'accommode de vivre seule, loin des siens avec pour seule véritable amie, Amy une peintre, bouddhiste un peu farfelue et mystique.
Un jour, alors qu'elle se trouve en pleine réunion de travail, une voix s'adresse à elle, lui posant des questions pour le moins dérangeantes : «  Qui es-tu ? », « Qu'est-ce que tu fais ? » , « Pourquoi es-tu seule ? »...Autant de questions qui la déstabiliseront et la mèneront à entreprendre une sorte de voyage initiatique.
C'est en Birmanie où vit son demi-frère U Ba (dont l'existence est révélée dans le premier tome, si j'ai bien tout compris) qu'elle se rend et qu'elle trouvera l'origine de ses voix.
Dès lors, à travers les histoires entendues par Julia et U Ba, le lecteur est tenu en haleine et ne peut plus lâcher le livre. S'ouvre à lui un conte moderne des plus poignants, celui narrant l'histoire tragique et passionnante de Nu Nu et celle de ses fils Ko Gyi et Thar Thar.

Véritable hymne à la vie et à l'amour, ce roman nous ouvre son coeur. Il y laisse entrevoir les faiblesses humaines, les espoirs d'une mère, ses déceptions, ses erreurs, ses tourments ...Il nous y livre aussi un magnifique plaidoyer pour une vie humble, privilégiant l'amour de son prochain, et le don de soi au détriment d'une vie purement matérielle.
Il nous ouvre le chemin d'une Birmanie bouddhiste à la sagesse toute orientale, rurale, démunie, menacée par les conflits armés. Il nous entraîne sur les pas d'un peuple à l'existence misérable mais courageux et serein face à l'adversité.
Il nous laisse à la fois plein d'espérance sur la nature humaine, mais tout aussi chagriné, bouleversé et pantois...

On attend bien sûr une suite à ce livre...Est-elle prévue ? Je l'espère.
En attendant, je vais me procurer le premier tome « L'art d'écouter les battements de coeur » qui j'en suis certaine me ravira tout autant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
Didili
  25 mars 2015
J'ai hésité un peu quand Babelio par l'intermédiaire de Pierre Krause, m'a contacté pour ce partenariat privilégié.
Est-ce que ce livre serait intéressant ? ... Je lui trouvais des connotations de littérature "rose" ... J'appréhendais un peu ...
Et puis finalement, j'ai lu que ça parlait de Birmanie et puis la couverture était si jolie. Il n'y avait pas encore beaucoup d'avis mais un partenariat c'est l'occasion de prendre quelques risques sans conséquences ;-). J'ai déposé alors ma candidature qui a été retenue.
Merci merci BABELIO ♥ et les Editions JC Lattès
Le début du roman m'a un peu inquiétée... oui, vous allez me dire, encore ?
J'avais l'impression que j'allais être aux prises des méandres psy tarabiscotées d'une femme, jeune, jolie et brillante avocate à New York à qui tout réussi (bien sur) mais pas tout quand même (faut pas exagérer ...), côté amour ce n'est pas ça, et patati et pata-tras... Et bon je n'avais pas trop envie de ça ...
Et puis le livre change de ton, quand Julia décide de retourner en Birmanie pour faire taire cette voix inquiétante qui intervient dans sa vie de tous les jours et lui ordonne d'arrêter son travail et de se recentrer sur elle (la voix et elle aussi en fait... Je ne sais pas si je suis claire...).
On quitte alors assez vite NY pour la Birmanie et hop on change d'atmosphère.
Je n'avais pas compris que ce livre était une sorte de deuxième tome mais en fait ça ne m'a pas dérangé et les livres peuvent se lire indépendamment, la preuve je l'ai lu sans lire le premier.
de New York à la Birmanie, l'écart est important. Entre une vie matériellement confortable, une société de consommation où tout se trouve à profusion et une vie de peu, humble proche des besoins vitaux et respectueuse des enseignements de Bouddha, une vie zen quoi.
Julia rejoint en Birmanie son demi-frère U Ba, un homme simple et vivant en harmonie dans son pays. Un homme bon envers Julia.
U ba va aider Julia dans sa quête, pour faire taire cette voix qui la perturbe et lui ordonne de venir l'aider.
Cette voix est un appel au secours. C'est le SOS d'une femme morte. C'est son esprit qui tourmente Julia. La quête de la jeune femme va lui permettre de connaitre l'histoire de Nu Nu.
Sa triste histoire... Oui parce que Nu Nu c'est cette femme n'a pas eu vraiment une vie facile. Non c'est le moins que l'on puisse dire. Une vie de peu, une vie de labeurs et laborieuse, dure, faite de deuils, dans un contexte de guerre.
J'ai particulièrement aimé la partie deux de ce livre. celle où une vieille dame (La soeur de Nu Nu) nous raconte la vie de Nu Nu, de son mari Maung Sein et de ses deux fils : Ko Gyi et Thar Thar.
J'ai aimé être à l'écoute de cette terrible histoire. On arrive bien à comprendre ainsi pourquoi le coeur de Nu Nu n'est toujours pas au repos... Que d'épreuves traversées !!!!
Et puis retour dans le temps présent avec de belles rencontres...
Le retour au temps présent ne bascule pas dans l'artificiel et c'est une prise de conscience qui s'éveille, un retour à la paix et l'amour.
Une voix qui s'apaise et une autre qui s'élance...
Et des coeurs bien accordés.
Une lecture qui m'a plu finalement, surtout
pour l'histoire de Nu Nu et de sa famille,
mais aussi pour celle de Julia et de U Ba
et de leurs rencontres en Birmanie.
P.S : plus d'infos sur mon blog
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Bonheur_Lecture
  15 avril 2015
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les Editions JC Lattès pour cette édition Masse Critique Privilégiée. Ce fut une super découverte, et j'en suis certaine, c'était mon premier roman de Jan-Philipp Sendker mais ce ne sera pas le dernier !
L'histoire commence aux Etats-Unis, avec Julia Win, âgée alors de 38 ans. Elle mène une vie tout à fait banale, elle est avocate. Elle est célibataire. Elle a une amie très mystérieuse, Amy mais aussi un frère, U Ba, qui vit en Birmanie et qu'elle n'a pas revu depuis dix ans.
Un jour, lors d'une réunion très importante professionnellement, alors qu'elle doit prendre la parole pour défendre son projet, Julia entend une voix qui lui dit « Qui es-tu ? », « Qu'attends-tu de la vie ? », « Pourquoi vis-tu seule ? ». Cette voix la paralyse. Elle pense devenir folle. Elle décide donc d'en parler à Amy qui lui propose de venir faire une retraite bouddhiste avec elle. Là-bas, elle va rencontrer un vieux moine, à qui elle va se livrer. Il lui propose une solution : retourner en Birmanie pour trouver qui est cette voix et savoir ce qu'elle veut… Mon voyage en Birmanie commence ici…
Quelle belle découverte, mais surtout quel coup de coeur ! J'avoue que je ne connaissais pas du tout l'auteur. Quand on m'a proposé ce livre, ce qui m'a poussé à tenter, c'est le fait que cela se passe principalement en Birmanie. Je suis vraiment attirée par les pays asiatiques tels que la Thaïlande, la Birmanie, le Laos ou le Cambodge. Et j'ai vraiment retrouvé cette culture tout au long du livre. A travers tous les personnages, que ce soit U Ba, Nunu et sa famille. Vraiment, j'ai voyagé avec Julia et U Ba, j'ai vécu autant qu'eux l'histoire de Nunu, Maung Sein, Ko Gyi et Thar Thar, cette histoire si bouleversante dont je ne veux rien dévoilé ici, de peur d'en dire trop.
Il m'est difficile d'écrire cette critique tant l'émotion est encore présente. Jamais je n'aurai pensé avoir un coup de coeur pour ce livre, jamais je n'aurai pensé ressentir autant d'émotion, de sagesse, de paix. C'est écrit à la perfection, vraiment.
J'ai pu voir qu'il y avait un premier roman en rapport avec cette histoire. Je ne le savais pas donc je précise que l'on peut très bien lire « Un coeur bien accordé » sans avoir lu l'autre. En tout cas, je vais tout faire pour me le procurer très rapidement.
Puis, en ce qui concerne la fin, même si j'ai refermé le livre en étant en larmes, je pense que Jan-Philipp Sendker ne peut pas nous laisser comme cela et qu'il y aura une suite, je vais donc guetter les infos concernant cela !
En bref, tout cela pour vous dire que vous pouvez y aller les yeux fermés, ce livre est un véritable chef d'oeuvre, sur lequel je ne me serais peut être pas retourné en librairie alors je tiens encore une fois à remercier Babelio et les éditions JC Lattès, vraiment, merci, du fond du coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Herve-Lionel
  14 mars 2015

N°881– Mars 2015
UN COEUR BIEN ACCORDÉJan-Philipp Sendker – JC Lattès.
Traduit avec l'autorisation de l'auteur à partir de la version anglaise de Kevin Wiliarty par Laurence Kiefé.
Julia Win, la narratrice, d'origine birmane, la quarantaine, est une brillante avocate à Manhattan. Elle est aussi une femme épanouie mais solitaire avec une seule amie, Amy Lee, artiste peintre. Elle se met a entendre une voix féminine étrange qui lui posent des questions pour le moins personnelles sur sa vie. Il n'en faut pas davantage pour la troubler durablement au point qu'elle manque d'entrer dans la folie. Elle pense qu'un retour en Birmanie peut lui apporter une réponse et elle y retrouve son frère, U Ba. Là, c'est un autre monde, des gens bien différents de son quotidien et dix ans se sont écoulés depuis son dernier voyage dans ce pays. Seules quelques lettres échangées avec lui ont entretenu cette relation. Sous la conduite de ce frère pourtant malade, Julia apprend la vie tragique de Nu Nu, une femme poursuivie par le malheur mais aussi celle de Thar Thar, son fils. Ce sont deux êtres dont on dit qu'ils sont nés sous une mauvaise étoile, que malgré eux, ils attirent le malheur et qu'ils sont l'objet, jusque de la part de leurs proches, d'une volonté de destruction. Et pourtant ils survivent alors qu'on imaginerait qu'autant d'épreuves ne peuvent que se conclure par la mort qui serait pour eux une libération. Ce récit est réellement pathétique et aucun détail en nous est épargné. Hasard des rencontres, Julia croise un homme qui pourrait bien être Thar Thar. Il n'est pas un moine comme il en a l'apparence mais réalise à sa manière une sorte de syncrétisme entre le christianisme et le bouddhisme, se consacre aux plus défavorisés que la société rejette. Il pratique, à travers le pardon et l'amour, un sorte de dévotion à un dieu universel autant qu'un art de vivre. La métaphore du coeur désaccordé, comme le serait un instrument de musique, prend alors tout son sens. L'auteur met en avant l'amour mais aussi le pardon qui génère la liberté pour celui qui le prononce [« Pour pardonner, il faut aimer et être aimé. Seuls ceux qui pardonnent peuvent être libres. Quiconque pardonne n'est plus prisonnier. » déclare-t-il].
C'est un peu comme si la voix qu'elle entendait sollicitait à travers elle le pardon de Thar Thar. A travers son exemple et son enseignement, Julia en tire des leçons pour elle-même, réfléchit sur le destin, accepte de mener une vie différente de celle qu'elle avait à New-York, de prendre son temps, de vivre au quotidien comme une Birmane à travers des gestes simples, de remettre en question ses certitudes, de perdre ses repaires américains et ses valeurs occidentales, de retrouver peut-être ses croyances religieuses oubliées… Comme elle, le lecteur reçoit cette leçon de sagesse orientale et explore les arcanes du coeur humain. du coup, Julia accepte de confier à cet homme l'objet de sa quête et la voix qui torturait sa vie se tait, lui procurant une sorte de plénitude intérieure. Entre eux naîtra une sorte de complicité basée sur la connaissance commune, un amour même mais qui n'a rien à voir avec une de ces passades new-yorkaises que Julia a pu connaître dans sa vie d'avant. Ce qui les unit est de nature quasi-religieuse et procure à Julia une certaine paix de l'âme qui naît autant de la vie spartiate qu'elle mène pendant ces quelques semaines birmanes que de la découverte de ce frère qu'elle n'avait jusqu'alors qu'entraperçu. Ce bouleversement intervenu dans sa vie donne à penser que non seulement elle abandonnera ici le fardeau qu'elle porte mais qu'on imagine pas qu'elle puisse vivre ailleurs désormais.
C'est un roman dépaysant mais surtout une sorte de voyage initiatique que Julia mène comme une quête personnelle même si je peux personnellement avoir une notion différente du pardon. En ce qui concerne le récit de la vie de Nu Nu puis celle de Thar Thar, cela peut paraître appartenir à une fiction, l'auteur noircissant le trait pour servir l'histoire et ainsi apitoyer le lecteur. En réalité le malheur existe qui s'accroche à certains êtres sans aucune raison et martyrise leur vie alors qu'il en épargne d'autres. Trop d'épreuves imméritées qu'on a du mal à justifier autrement que par un mauvais karma, peuvent effectivement bouleverser les plus solides.
Avec un art consommé du suspens et une écriture fluide,[même si le texte original a pu être écrit en allemand et a dû passer par une version anglaise avant d'être traduite en français] l'auteur entretient l'attention et l'intérêt de son lecteur jusqu'à la fin. Je suis personnellement entré complètement dans ce roman notamment dans le récit des destinées de Nu Nu et de Thar Thar. Cela m'a paru appartenir à une réalité différente de celle parfois faussement idyllique qu'on rencontre dans les romans.
J'ai eu plaisir à découvrir à cette occasion un auteur jusqu'à là inconnu.
©Hervé GAUTIER – Mars 2015 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
Eve-YesheEve-Yeshe   27 mars 2015
« Nous sommes à nous même notre plus grand mystère ; et le but de notre existence, c’est de résoudre ce mystère. Personne n’y parvient jamais… mais il est de notre devoir de suivre la piste. Sans nous soucier de la distance ni de l’endroit où elle va nous mener. P 12
Commenter  J’apprécie          440
Eve-YesheEve-Yeshe   28 mars 2015
Quelle est l’épaisseur du mur qui nous sépare de la folie ? Personne ne sait de quoi il est fait. Personne ne sait jusqu’à quel point il résiste. Tant qu’il n’a pas cédé.
Nous vivons tous sur la crête.
Il ne s’agit que d’un pas. Un tout petit pas. Certains le sentent, d’autres non. P 44
Commenter  J’apprécie          360
DidiliDidili   25 mars 2015
Nu Nu étudiait intensément la silhouette des bananiers, des papayers au crépuscule, la forme des volutes de fumée qui montaient du feu et la configuration des nuages. Passant beaucoup d'heures à contempler le ciel, elle observait leur formation et cherchait à leur donner un sens. Elle était fascinée par la figacité de leur présence. Ils changeaient constamment de forme, moulés par quelques mains invisible, avant de disparaitre au bout d'un instant dans l'infini d'où il avait surgi.
Elle ressentait de la pitié pour ceux qui ne voyaient là que des nuages porteurs de rien d'autre que d'un temps clément ou d'un orage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
TheWindTheWind   21 mars 2015
Plus tard, elle devait souvent réfléchir à ce moment et se demander si ces larmes, ce matin-là, étaient authentiquement des larmes de joie. Ou soupçonnait-elle déjà dans le tréfonds de son cœur la façon dont tout cela se terminerait ? Que tout grand bonheur entraînait un grand chagrin corrélatif ? Que chaque commencement contenait déjà sa propre fin, qu'il n' y avait pas d'amour sans la douleur de la séparation, que toute main finissait par se refroidir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
denisarnouddenisarnoud   17 avril 2015
Comment une mère peut-elle partager son amour?
Si l'amour venait sous forme de perles, de feuilles ou de grains de sable, elle pourrait les compter et les répartir avec équité.
S'il venait sous la forme d'une grosse masse chaude et douce comme une galette de riz, elle pourrait la couper en morceaux de taille égale.
Ou sous la forme d'un liquide épais et parfumé, elle pourrait le verser goutte à goutte dans des verres qu'elle offrirait à ses deux enfants.
Mais l'amour ignore la justice. L'amour suit ses propres lois. Même l'amour d'une mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Jan-Philipp Sendker (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jan-Philipp Sendker
Mød manden bag "At høre hjertet slå"
autres livres classés : birmanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

"L'art d'écouter les battements de coeur" de Philipp Sendker

(Question Fastoche) Qu'arrive-t-il à Julia le lendemain de l'obtention de son diplôme de droit ?

Elle est admise dans un grand cabinet d'avocat ?
Sa mère à eu un grave accident de voiture ?
Son père disparaît sans laisser de trace ?
Elle achète un chien

6 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : L'art d'écouter les battements de coeur de Jan-Philipp SendkerCréer un quiz sur ce livre
.. ..