AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782812204135
RAMSAY LITTERAT (11/10/2022)
3.49/5   43 notes
Résumé :
Pour certaines personnes, passer une IRM s’avère une expérience angoissante. C’est ce que découvre Théodore Moisan, un écrivain de cinquante et un ans au succès modeste, pour qui ce simple examen médical se transforme, à son grand étonnement, en une épreuve terrifiante. Heureusement, le tout ne dure qu’une quarantaine de minutes et il se dit que cela n’a été qu’un mauvais moment à passer.

Or, à la suite de l’examen, Théodore oublie certains trucs, co... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 43 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Antyryia
  04 octobre 2022

Quand j'entends certains auteurs dire lorsqu'ils sont interrogés sur leur processus créatif que ce ne sont pas eux qui décident mais leurs personnages de fiction, ça a le don de m'agacer.
"Beaucoup d'écrivains clament qu'ils ne font qu'obéir à la volonté de leurs personnages..."
Alors oui, bien sûr, au-delà du plan initial d'un roman il peut y avoir énormément de changements avec le résultat final, des personnages secondaires peuvent s'imposer de façon inattendue, gagner en consistance, bouleverser la trame initiale en se révélant. Les caractères s'étoffent, le romancier n'appliquera pas stricto sensu son idée de départ, parce que celle-ci a évolué au même rythme que l'intérêt des protagonistes et des nouvelles idées qui sont venues s'imposer pendant l'écriture. Mais c'est bel et bien l'écrivain le démiurge qui décidera au final, même s'il est en transe, même s'il est shooté, même s'il vit son roman dans un état second.
Le narrateur de Résonances, Théodore Moisan, soutient pourtant le contraire. Sorte de double de Patrick Senécal, auteur de thriller noirs et de romans d'horreur d'une cinquantaine d'années, son inspiration se manifeste par la visite de nouveaux personnages, qui s'imposeront à lui lors de promenades et amèneront avec eux les idées d'un nouveau livre. C'est tout juste s'ils ne s'assoient pas devant son ordinateur pour faire le travail de rédaction eux-mêmes.
Ainsi témoigne Gerda Benjamin, consoeur de Théodore, au lancement de son nouveau roman en parlant du petit monde qu'elle a créé :
"Ils m'ont amené dans des directions qui m'ont surprise, que je n'approuvais pas toujours, mais j'ai décidé de leur faire confiance et ils ont eu raison."
Résonances commence avec un examen médical, une IRM passée par l'auteur de thrillers. Là encore, la vie de Senécal et de son personnage principal sont étroitement liées puisque c'est à l'hôpital, dans les mêmes circonstances, que l'auteur d'Hell.com a eu l'idée de son nouveau roman.
Ou la visite de Théodore, allez savoir !
Pour en avoir déjà passé deux, je confirme que ça n'est pas fort agréable, et que mieux vaut ne pas être claustrophobe quand on est entièrement avalé par la machine. Mais théoriquement, quand on en ressort, le monde autour de nous n'a pas changé. Après la crise d'angoisse durant son imagerie par résonance magnétique, Théodore va cependant se rendre compte d'un certain nombre d'anomalies.
Quant à moi, il y a bien eu cette fois où j'ai passé un scanner de l'épaule droite parce que la radio était insuffisante pour déceler une éventuelle fracture. Pour la petite histoire, j'avais dévalé les escaliers en chaussettes, et quand j'ai perdu l'équilibre mon poignet s'est fermement accroché à la rampe, et brièvement tout le poids de mon corps a tenu au niveau de la clavicule. Pas de chute donc mais un léger craquement et une douleur vive ainsi qu'un bras qui ne répondait plus à toutes mes sollicitations. Donc après quelques courageuses semaines où je n'ai presque pas pleuré, le médecin m'a confirmé la présence d'une fracture.
- Qu'est-ce qu'on fait alors ? demandais-je à ce professionnel aguerri.
- Ben rien, on attend que ça se passe, ça va se ressouder tout seul.
Ok, merci docteur...
Il y a des consultations qui valent vraiment la peine.
Le premier évènement inhabituel auquel Théodore Moisan assistera, ce sera cette infirmière qui fumera devant lui, sans se préoccuper un instant de l'interdiction ou de savoir si ça le dérange.
On a tous déjà lu ou vu des histoires mettant à mal l'identité du héros, que plus personne ne reconnaît, qui doit reconstituer ses souvenirs, qui ne sait pas s'il est victime d'un complot, s'il est devenu fou ou s'il a basculé dans un univers parallèle. Je pense aux films Mémoire effacée, Memories ou encore aux romans de David Ambrose ( Coïncidence, Suspicion, Superstition ). C'est un peu sur ce terrain de jeux qu'est allé Patrick Senécal tout en nous proposant quelque chose de totalement inédit.
Parce qu'effectivement, notre narrateur souffre d'amnésie. Par exemple il n'est plus très sûr de la raison de son examen médical. Quand il mange au restaurant il lui semble ne jamais avoir ce qu'il a commandé. Il confond la marque de son véhicule avec une autre. Sa vie comporte des brèches. S'il sait très bien qu'il est marié à Julia et père de Camille, il ne se remémore avec précision ni le mariage ni la naissance de sa fille. Et il y a ces fameux moments où le temps avance anormalement vite. Que se passe-t-il durant ces ellipses ?
"C'est comme si... comme si on voulait faire disparaître toute trace de mon passé."
Mais son principal problème n'est pas celui-là. C'est que le monde autour de lui est devenu complètement dingue.
Imaginez un monde où tout le monde dirait toujours la vérité, sans fard ni faux-semblant ?
Comme ce serveur qui parle ainsi de la fille de Théodore : "En fait, j'avais envie de lui dire que j'aimerais ça la fourrer, mais je me suis retenu."
Comme ce chauffeur de taxi au sujet d'une étudiante : "Si je l'avais frappé avec ma voiture, ça aurait fait une connasse de moins."
Ou ce confrère auteur qui lui dit avec une amabilité désarmante : "C'est pas parce que j'aime pas tes livres que je peux pas t'aider, hein ?"
Réflexions racistes, misogynes, conflits générationnels, mais aussi indifférence totale de sa femme à ses problèmes. Ils forment pourtant un couple soudé. Non ?
"J'ai l'impression de me retrouver au coeur d'une pièce de Ionesco."
La question de l'hallucination ou même de la folie se posera de plus en plus tant il n'y a plus rien de cohérent, tant dans l'attitude de son entourage proche que de personnes inconnues. La libido de sa femme est exacerbée à l'extrême et ça n'est pas pour son plus grand bonheur. Des gens s'installent sur la route pour chanter ou jouer de la guitare. Une femme qu'il n'a jamais vu le reconnaît régulièrement tout en le confondant toujours avec une autre personne. Des enfants le regardent en répétant les mêmes gestes menaçants : l'un simule une gorge tranchée et l'autre fait mine de se crever les yeux. Un homme se masturbe en se repaissant d'un crime en direct depuis sa fenêtre. Un seul taxi semble parcourir les rues de Montréal.
Il y a aussi cette photo encadrée d'un édifice sur laquelle il n'arrête pas de tomber sans qu'elle soit jamais strictement identique à la précédente. Je vous invite à regarder la couverture de l'éditeur Alire attentivement : On y aperçoit une silhouette humaine dans le bâtiment du haut alors qu'elle n'y figure plus à la fenêtre éclairée du bas.
Il rencontrera régulièrement un policier dénommé Panel, la seule personne semblant comprendre ce qui se passe réellement autour d'eux, mais qui ne parlera que par énigmes pour essayer de l'aider.
"Les mots confusions, terreur, paranoïa, incrédulité et désespoir peuvent être évoqués."
Il est confronté à l'indifférence de ses semblables, devenus comme imperméables à la souffrance, à la peine, à la mort.
Et dans cet univers parallèle où l'absurdité fait loi, l'effet de répétition, de résonance, est aussi une lente montée vers l'horreur et le summum de l'incompréhension et de la démence. Si Senécal a écrit un roman très différent de tout ce qu'il avait pu faire jusqu'à présent, se renouvelant plus encore avec ce roman qui laisse une belle part à la réflexion, il n'en n'a pas moins rédigé un thriller d'horreur de sa plume unique.
En plus de tout le reste Théodore est témoin de scènes d'agressions, de suicides, de résurrections pour parfaire un nouveau suicide plus réussi que le précédent. Et plus ces scènes se produisent ( ou se reproduisent ), plus la tension monte pour le narrateur dont l'incompréhension devient totale.
"Toutes les questions rationnelles me paraissent désormais superflues, presque déplacées."
Et avec la tension, la cruelle impossibilité d'agir et d'empêcher le sang de couler de plus en plus abondamment, puisque Théodore n'a aucune prise sur les évènements de plus en plus graves qui se produisent.
"Tout dégénère, partout."
Tous ces évènements sans queue ni tête trouveront bien une explication, d'une implacable logique.
On commence à la deviner en cours de lecture même s'il faudra être patient avant que tout n'apparaisse clairement. Rien n'est innocent, rien n'est laissé au hasard, pas même ces chapitres d'introduction présentant les principaux personnages ou les ellipses relatant les nuits sans rêves ou les moments d'inconscience de Théodore.
Si ce roman est probablement le plus original de la carrière de Patrick Senécal, il comporte cependant un défaut. Quand on comprend de quoi il retourne on prend aussi du recul avec les personnages. Leur indifférence généralisée ne permet pas d'établir un lien empathique avec eux, c'est plutôt tout le contraire.
Quant à Théodore, bien sûr il est amusant de se mettre à sa place et d'imaginer nos réactions si nous vivions dans un monde devenu aussi délirant, privés de tout repère et de toute rationalité. Mais c'est justement là que le bât blesse : Les situations les plus atroces nous font sourire ( certes d'un humour très noir ) plus qu'elles ne nous enfoncent dans la terreur à laquelle l'auteur nous a habituée avec sa graduation nous emmenant en plein cauchemar et malaise.
Très bel exercice de style, Résonances rend hommage au cinéma de David Lynch ou à des romanciers comme Franz Kafka ou Italo Calvino.
Le roman déstabilisera probablement certains amateurs de l'auteur canadien, ça a été mon cas, et pourtant il s'agit incontestablement de son oeuvre la plus folle, toute en démesure.
C'est aussi un de ces romans qui mérite une seconde lecture, tant de nombreux détails ne pouvaient pas trouver leur place et perturber, déranger, tant que la fin de l'histoire comportait encore des zones d'ombre. En revanche, quand tout est enfin révélé au lecteur, celui-ci peut enfin visualiser et comprendre toute ses perspectives. Chacun de ces évènements qui n'avait aucun sens à priori peut désormais trouver sa place dans ce puzzle, aussi improbable soit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          246
profileuse_criminal_lectrice
  18 octobre 2022
Théodore Moisan 51 ans et un écrivain qui écrit des romans , il a acquis une certaine notoriété , un petit succès modeste , bref une vie en somme banale .
Jusqu'au jour où il va passer un examen IRM, une expérience qui se résulte au final bizarre, voire cauchemardesque, car après cette IRM, Théodore se met à oublier des pans de sa vie et tous les gens lui semble différents, et même sa femme Julia, il ne la reconnaît plus, et il constate qu'elle est distante, voire absente.
Qu'est-ce qui a bien pu se passer durant ce banal examen IRM ?
Devient-il fou ?
Perte de la mémoire ?
Qu'est-ce qui lui cause ces manifestations ?
Qu'est-ce qui se passe ?
Alors j'ai été toute ma lecture en train de me poser les mêmes questions que Théodore, presque en osmose, à enquêter avec lui pour comprendre, prise dans ce récit sans savoir où j'allais, tout comme lui.
Et c'est là, à force de lire des romans de Patrick Senécal depuis quelques années maintenant, je me rends compte qu'il nous tisse son histoire et c'est complètement barré et qu'il est sorti de sa zone de confort un tant soit peu, au niveau de l'écriture, mais tout de même cela reste sa marque de fabrique un thriller peu conventionnel.
Je n'ai pas pu m'empêcher tout le long de ma lecture de penser à mon film préfère " Matrix ", tellement j'y ai vu des similitudes.
Dans tous les cas, j'ai apprécié ma lecture, c'est carrément barré, dérangeant, original.
J'ai ressenti cet effet-là, l'auteur, c'est éclaté à écrire ce roman.
Quant à nous lecteurs, il fallait qu'on suive Théodore jusqu'au bout qu'on se perde avec lui dans cette étrange histoire et qu'on comprenne le comment du pourquoi en même temps que lui.
L'auteur à mon sens, cette fois a choisi de ne pas s'écouter et de faire un final au antipode de d'habitude, et cela, même si comme d'habitude, il glisse une scène qui se passait dans un de ses anciens romans.
J'espère bien qu'après cette lecture, vous penserez bien à Théodore Moisan si vous devez passer un examen IRM.
“Au moment où nous concevons le concevable, il commence à résonner en nous et devient inconcevable.”
Jean Arp
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Errant
  10 octobre 2022
Plus j'avançais dans ce bouquin plus je trouvais que l'auteur était en train de réussir un certain virage qu'il avait annoncé en entrevue. On reconnait facilement cet as de la surenchère, son rythme trépidant, ici pontué d'ellipses qui calment un peu le jeu, son humour caustique, ici dirigé principalement contre les wokes. Quant au propos, le thème ambigu, volontairement intriguant, le flou perpétuel savamment entretenu, le bordel ambiant, le désarroi grandissant de son héros sont autant d'éléments qui m'ont rivé à mon siège. C'était parti pour un méchant tour de manège !
Mais quelle fin décevante, je me demande même si on peut appeler cela une fin. C'est comme si l'auteur avait été dépassé par son personnage et ne savait plus trop quoi en faire. Alors au lecteur de se dépatouiller. Je me suis senti trahi par l'écrivain qui avait si bien construit son labyrinthe. Tout cela pour finir sur une telle entourloupette ! Misère.
Commenter  J’apprécie          140
Neneve
  28 octobre 2022
Je ne le cache pas, cette chronique ne sera aucunement objective. Senécal est, de loin, mon auteur québécois préféré… J'ai donc un biais positif, peu importe dans quel genre d'univers il m'amène comme lectrice. Ici, nous suivons les quelques jours troublants d'un écrivain, qui, suite à une IRM, voit son environnement complétement chamboulé. Les gens autour de lui semblent suivre ou répondre à leurs pulsions, négatives ou positives. Sa femme se met à avoir des expériences sexuelles troublantes, sa fille s'en prend violemment à un serveur, son meilleur ami devient un vieux machiste ivrogne… Bref, il ne reconnaît rien, ni personne. Se peut-il que ça soit les contrecoups de cet IRM ? le personnage de Paden, vision nébuleuse, guidera l'auteur afin de découvrir ce qu'il se passe… Un roman très bien construit. Des personnages dignes de Senécal. Une histoire complétement insensée. Sexe, sang, intensité, questionnements. Tout est là pour que j'ai complétement adhéré à ce roman. Vivement le prochain… parce que je n'ai jamais assez de cet auteur !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PhilippeNordiste
  08 novembre 2022
Un livre curieux, impossible à résumer (mais ce n'est pas le but de ces chroniques) et aussi difficile à décrire. On ne sait pas où on est, on ne comprend pas ce qui se passe, il y a des fulgurances de violence et d'érotisme extrêmes. On suit les pérégrinations de cet auteur à travers la ville sans trop comprendre où on va. On lit pour essayer de comprendre, on croit tenir enfin quelque chose, et la fin abrupte arrive en nous laissant dans l'expectative. Pas le meilleur de Sénécal, mais quand même un livre bien intrigant.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AntyryiaAntyryia   07 octobre 2022
À droite, je vois un patient debout sur sa civière, totalement nu, qui chante en pleurant Au suivant de Jacques Brel, balançant ses bras tel un chef d'orchestre. Mais ses mains ont disparu et ses moignons en mouvement projettent des giclées écarlates partout, alors que des infirmiers tentent en vain de le recoucher.
Commenter  J’apprécie          70
alapagedesuziealapagedesuzie   31 octobre 2022
C’est une supposition qui ne repose sur aucune logique, une hypothèse dont les assises n’ont rien de scientifique, mais dans un monde où l’irrationnel est maître, quelle autre solution envisagé?
Commenter  J’apprécie          20
nickoko21nickoko21   26 septembre 2022
Gang de petits criss d'enfants rois qui ont aucune culture historique! Ils lisent un mot raciste, rien qu'un ostie de mot, et ils réagissent comme s'ils vivaient l'Holocause! Pis si on dit auxfilles qu'elles sont jolies, juste jolies, elles hurlent à l'agression! Calvaire, c'est trop, Théo, c'est crissement trop!
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Patrick Senécal (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Senécal
Pierre-Majorique Léger Chercheur en expérience utilisateur
Professeur Pierre-Majorique Léger est professeur titulaire à HEC Montréal et titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Prompt en expérience utilisateur. Il est détenteur d'un Ph.D. en génie industriel de l'École Polytechnique de Montréal. Ses recherches visent à améliorer l'expérience utilisateur (UX) vécue lors de l'apprentissage ou de l'utilisation d'une technologie de l'information (TI), et ce, en mobilisant les données psycho et neuro physiologiques générées lors de l'interaction et permettant de qualifier l'émotion et la cognition de l'utilisateur.
Sylvain Sénécal Chercheur en comportement des consommateurs
Sylvain Sénécal est professeur titulaire de marketing, titulaire de la Chaire de commerce électronique RBC Groupe Financier de HEC Montréal et codirecteur ¤££¤13Pierre-Majorique Léger23¤££¤. Il est titulaire d'une M. Sc. et d'un doctorat en marketing de HEC Montréal. Ses intérêts de recherche sont liés au marketing des consommateurs sur Internet et aux neurosciences du consommateur. Ses travaux ont été présentés à plusieurs conférences internationales et publiés dans des revues scientifiques en marketing et en commerce électronique de renom.
Conférence : Comment l'utilisateur de technologies vit-il réellement son expérience ? Jeudi 5 mai 2022, 10h - 10h45 — Amphi mauve
Pour concevoir des produits et services numériques que les utilisateurs voudront utiliser et réutiliser, il est primordial de bien comprendre leur expérience. Or, l'utilisation que l'on fait des technologies au quotidien est fréquemment automatique et même inconsciente, ce qui rend très difficile à l'utilisateur de partager ce qu'il vit vraiment. Nos recherches visent à améliorer l'expérience utilisateur vécue, et ce, en mobilisant, grâce à des instruments issus de la neuroscience capables de mesurer les états cognitifs et émotionnels des utilisateurs lors d'une interaction avec une technologie. Ces données neuroscientifiques sont une véritable mine d'or pour les concepteurs afin de créer des applications plus intuitives. Cette conférence mettra l'accent sur des exemples concrets issus de projets menés avec des entreprises d'ici et d'ailleurs qui ont cherché à évaluer ce que vivent réellement leurs utilisateurs grâce à l'utilisation de la neuroscience dans le cadre de la recherche collaborative au sein du laboratoire ¤££¤21Pierre-Majorique Léger23¤££¤ qu'ils ont cofondé il y a plus de 10 ans.
+ Lire la suite
autres livres classés : hallucinationsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus