AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Rosso (Traducteur)
ISBN : 2869592272
Éditeur : Arléa (03/03/1995)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.61/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Ceux qui lisent Sénèque s'apparentent à une franc-maçonnerie dont quelques membres se reconnaissent, en catimini, comme s'ils tâchaient de ne pas ébruiter l'affaire. Sénèque est providentiellement moderne. Sur l'inconstance des princes, l'inutilité de l'affairement, la vanité du spectacle politique, il a tout dit. A le fréquenter, on s'épargne bien des agacements et bien des déplaisirs.
On trouvera dans ce livre deux des plus célèbres traités du grand stoïcie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
mercutio
  21 octobre 2014
Le dialogue "De la vie heureuse" est intéressant a plusieurs titres.
D'une part, Sénèque en fait une sorte de petit bréviaire de la doctrine stoïcienne en en rappelant les bases :
"c'est à la nature que je donne mon assentiment; ne pas s'égarer loin d'elle, se conformer à sa loi et à son modèle, c'est là que réside la sagesse. La vie heureuse est donc une vie conforme à sa propre nature; elle ne peut être atteinte à moins que l'âme ne soit d'abord saine, en possession continuelle de sa santé, et qu'elle ne soit ensuite courageuse et ardente, admirablement patiente, adaptée aux circonstances, soigneuse de son corps et de ce qui le touche sans en être pourtant inquiète, diligente à l'égard des autres moyens d'embellir la vie sans admirer aucun d'eux, prête à faire usage des présents de la fortune, mais non à s'y asservir."
Avec comme conséquence notamment que le sage stoïcien, sans rechercher la richesse, peut être riche du moment qu'il n'est pas possédé par elle et qu'il est apte à s'en séparer sans émotion ni état d'âme.
Conformément à cette orientation il rejette logiquement la poursuite préférentielle du plaisir, rendant à cette occasion justice à Épicure dont ce ne fut jamais la conception que ce dernier avait du bonheur et arguant combien vertu et plaisir ne peuvent cohabiter harmonieusement dans le "souverain bien".
D'autre part, il consacre une partie importante du dialogue à justifier que sa propre vie puisse en pratique rester fort éloignée des principes stoïciens qu'il promeut sans que cela en affaiblisse la force ni la légitimité, car lui n'est qu'un aspirant à la sagesse travaillant à l'amélioration de son âme et déjà, par cela, bien supérieur aux vils critiqueurs encore plus éloignés que lui de cette vertu salvatrice.
Chacun appréciera selon ses propres convictions mais il faut bien constater que ces deux questions (recherche du bonheur et "faites ce que je dis, pas ce que je fais") sont toujours d'actualité, quelques deux mille ans plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Vermeer
  29 novembre 2017
Pour vivre heureux, concentrons-nous sur ce qui dépend de nous et cultivons la vertu qui mène à la sagesse. Il ne faut pas mépriser les richesses qui permettent générosité et discernement mais ne pas en être esclave, ne pas craindre de les perdre. La richesse et la santé sont souhaitables mais comme elles sont fragiles et contingentes, il ne faut pas compter sur elles pour asseoir son bonheur qui est alors menacé. Seule la sagesse intérieure mène au bonheur inébranlable et absolu.
Les principes de Sénèque sont tout de même un peu théoriques et difficiles à suivre dans la réalité car la vie n'est pas faite d'abstraction pure, nous sommes corps et esprit mais l'aspect positif est que la sagesse se cherche plus qu'elle ne se trouve, il faut essayer de l'atteindre et agir selon sa conscience.
Commenter  J’apprécie          110
plotin
  12 décembre 2010
"La Vie Heureuse" de Sénèque est le premier livre sorti dans la collection "Retour aux Grands Textes" de l'éditeur Arléa.
Cette collection comprend 60 textes. Des grands philosophes de l'Antiquité (Sénèque, Epictète, Lucrèce, Plutarque, Marc Aurèle, Platon....) aux philosophes De La Renaissance (Montaigne), ces 60 textes sont LES textes philosophiques de référence à avoir à portée de main. L'intérêt majeur de cette collection "Retour aux grands textes", quand on compare avec d'autres éditions, réside, à mon avis, dans la facilité de lecture de ces textes : traductions lisibles dans un français "moderne", pas de commentaires ou d'annotations superflus, mise en page agréable... L'amateur ou le novice en philosophie aura grand plaisir à accéder à ces grands textes sans avoir à fournir un effort intellectuel ! Au prix de 5 à 10€ le livre, Arléa "démocratise" l'accès à ces grands auteurs dont les oeuvres savent traverser les siècles et sont toujours d'actualité.
Dans "La Vie Heureuse", Sénèque, à travers un dialogue avec son frère Gallien, exprime avec fougue un des grands principes de la sagesse antique à savoir le bonheur réside dans la vertu qui elle-même s'acquiert par un comportement en conformité avec la nature. Il faut entendre par vertu, la disposition à faire le bien et éviter le mal. Lire et relire "La vie heureuse" est un vrai bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
stcyr04
  19 avril 2016
4ème de couverture: (...) Sénèque est providentiellement moderne. Sur l'inconstance des princes, l'inutilité de l'affairement, la vanité du spectacle politique, il a tout dit. A le fréquenter, on s'épargne bien des agacements et bien des déplaisirs (...). Cet opuscule est augmenté d'un extrait de la correspondance entre Elisabeth de Bohème et Descartes concernant les deux oeuvres présentées (La vie heureuse, la brièveté de la vie) qui apporte un éclairage sur celles-ci bien quelles soient d'une clarté adamantine. A lire, à relire, à méditer... le stoicisme est un reflet occidental indéniable de la sagesse Bouddhiste.
Commenter  J’apprécie          32
Bill
  13 juin 2019
Pour vivre heureux ... pour relativiser, ... un retour vivifiant aux Antiques s'avère une solution intemporelle !
En farfouillant dans nos Billy, je suis tombée sur un recueil de Sénèque dont je n'avais lu jusque là que le traité sur la brièveté de la vie ... 
Dans la vie heureuse, lettre à son fils, dont il manque malheureusement la fin, Sénèque reprend ses thèmes favoris :
 Pour vivre heureux, concentrons-nous sur ce qui dépend de nous et cultivons la vertu qui mène à la sagesse.
Il ne faut pas mépriser les richesses qui permettent générosité et discernement mais ne pas en être esclave et ne pas craindre de les perdre.
La richesse et la santé sont souhaitables mais comme elles sont fragiles et contingentes, il ne faut pas compter sur elles pour asseoir son bonheur qui est alors menacé.
Seule la sagesse intérieure mène au bonheur inébranlable et absolu.
Il évoque également le temps, "Si tu ne saisis pas le temps, il fuit. et quand bien même tu l'auras saisi, il fuira malgré tout: c'est pourquoi il faut lutter de vitesse avec le temps, donc en user promptement", en évitant la procrastination " le plus grand gaspillage de la vie, c'est l'ajournement: car il nous fait refuser les jours qui s'offrent maintenant et nous dérobe le présent en nous promettant l'avenir." 
Un traité plein de bon sens qui va à l'essentiel 

Lien : http://les.lectures.de.bill...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   28 octobre 2015
Je verrai la mort d'un visage aussi calme que si j'en entendais parler. Je me soumettrai à tous les travaux, si grands qu'ils soient, soutenant le corps par l'âme. Je mépriserai également les richesses, qu'elles soient présentes ou absentes, et je ne serai ni plus triste quand elles se trouvent ailleurs que chez moi, ni plus fier si elles m'environnent de leur éclat. Je ne serai pas sensible aux allées et venues de la fortune. Je considérerai toutes les terres comme miennes et les miennes comme appartenant à tous. Je vivrai comme si je savais que je suis né pour les autres et remercierai la nature d'un pareil titre, car comment aurait-elle pu mieux conduire mes affaires ? Elle m'a donné seul à tous, elle a donnée tous à moi seul. Tout ce que j'aurai, ni je le garderai d'une manière sordide ,ni je le répandrai d'une manière prodigue. Je croirai ne rien posséder mieux que ce que je donne comme il faut. J'estimerai les bienfaits ni au nombre, ni au poids, mais au prix qu'y attache celui qui les reçoit. Jamais je ne penserai donner trop à qui est digne de recevoir. Je ne ferai rien en vue de l'opinion, je ferai tout par conscience. Je croirai avoir pour témoin tout un peuple alors que j'agirai devant ma seule conscience... La limite que je m'imposerai dans le boire et le manger sera de satisfaire les besoins naturels, et non d'emplir et de vider l'estomac. Je serai agréable envers mes amis, indulgent et affable envers mes ennemis. Je serai ébranlé avant même d'être prié, et j'irrai au devant des demandes honnêtes. Je saurai que ma patrie c'est le monde, que mes chefs ce sont les dieux et qu'ils sont au-dessus de moi et autour de moi surveillant mes actes et paroles. Quand la nature me redemandera ma vie ou que ma raison la fera cesser, je m'en irai en attestant que j'ai chéri la bonne conscience et les bonnes études, et que la liberté de personne n'a été diminué de mon fait, la mienne moins que toute autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ElGatoMaloElGatoMalo   07 janvier 2012
Ainsi donc, tu peux professer hardiment que le souverain bien, c’est la tranquillité de I'âme ; car les vertus sont là ou se trouvent entente et unité. Les dissensions, elles, relèvent des vices.
Commenter  J’apprécie          110
dimakitabdimakitab   22 juillet 2014
Le plus grand gaspillage de la vie, c'est l'ajournement: car il nous fait refuser les jours qui s'offrent maintenant et nous dérobe le présent en nous promettant l'avenir.
Commenter  J’apprécie          110
dimakitabdimakitab   22 juillet 2014
Si tu ne saisis pas le temps, il fuit. et quand bien même tu l'auras saisi, il fuira malgré tout: c'est pourquoi il faut lutter de vitesse avec le temps, donc en user promptement.
Commenter  J’apprécie          70
dimakitabdimakitab   21 juillet 2014
Celui qui poursuit la volupté lui sacrifie tout et pour commencer sa liberté. Voila le prix qu'il paie pour satisfaire son ventre.Il n'achète pas la volupté?il se vend à la volupté.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Sénèque (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sénèque
Pièce radiophonique adaptant « Phèdre », tragédie de Sénèque, diffusée le 9 août 1991 sur France Culture, dans une adaptation de Françoise Gerbaulet réalisée par Jean-Pierre Colas. Distribution des rôles : Jacqueline Danno (Phèdre), Alain Cuny (Thésée), Christophe Alwright (Hippolyte) et Yves Gerbaulet (Le choeur).
Dans la catégorie : StoïcismeVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie antique, médiévale, orientale>Stoïcisme (45)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre