AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2755507519
Éditeur : 1001 Nuits (16/09/2015)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Afin de pallier une activité quotidienne trop intense, l'oisiveté permet de se retirer pour trouver dans la contemplation et la méditation une forme de bonheur.

Le traité est accompagné de cinq des Lettres à Lucilius sur la notion de l'oisiveté.

L’oisiveté (otium) n’était pas pour les Romains un vilain défaut mais, au contraire, le contrepoint nécessaire au negotium, à l’activité, celle des affaires courantes et extraordinaires, qui di... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Erik35
  12 décembre 2017
POUR UNE OISIVETÉ PRODUCTIVE ET HEUREUSE ?
Ce bref mais ô! combien dense opuscule des éditions Mille et Une Nuits intitulé par leurs soins "Éloge de l'oisiveté" n'a jamais été réellement composé de cette manière-là par le philosophe romain du Ier siècle après Jésus-Christ Sénèque, car terriblement incomplet. L'ouvrage se compose donc comme suit :
Les cinq premiers textes sont les seuls fragments qui nous restent d'un ouvrage intitulé de otio (l'oisiveté), probablement rédigé dans les dernières années de la vie de Sénèque (62 - 65)
La seconde partie est composée de cinq des 124 lettres magnifiques de sagesse, écrites lors des dernières années de la vie (63–64) du philosophe à l'intention de Lucilius le Jeune, alors gouverneur romain de Sicile.
Comme il l'avait déjà fait dans l'un de ses ouvrages précédents, de la brièveté de la vie (De breuitate uitæ), il fait ici un éloge du retrait et de ce fameux "otium" que nous traduisons comme nous le pouvons par ce terme d'oisiveté qui, au fil du temps, s'est acquise une bien mauvaise réputation - surtout à partir du moyen-âge où oisiveté prendra plus au latin vitiosus (gâté, corrompu, vain) qu'à son autre racine plus vraisemblable - recouvrant tout le champ lexical de la paresse, de la fainéantise, de l'occupation ne rapportant rien (pécuniairement). En bref, cette oisiveté va devenir ce sport exécré et exécrable des oisifs, des bons à rien, quelque chose de parfaitement vain, vide, inutile.
De cette oisiveté-là, il n'est absolument pas question chez nos antiques. Sans doute une meilleure presse lui eût-elle accordé une traduction plus juste de loisir (la "skolhè" des grecs) et même de loisir utile, afin de bien marquer sa différence d'avec le simple farniente, de méditation, bien que ce dernier terme recouvre aussi d'autres domaines. Chez nos romains, l'otium n'est en rien l'absence d'accomplissement, il en est même l'inverse, mais il passe par la réflexion, la méditation, c'est, en quelque sorte, l'équivalent cérébral et spirituel de l'activité physique à laquelle le soldat s'astreint dans l'intérêt de son corps et de sa bonne constitution.
Préférer l'oisiveté n'est donc pas un vilain défaut. Cet exil de la pensée permet, selon Sénèque (dont la mort est attestée en 65 ap. J.C), de se déprendre des affaires et des passions de la vie quotidienne. Cultiver son oisiveté, c'est se donner l'occasion de méditer sur soi-même, sur les autres et sur le monde. A l'opposé, farniente et apathie sont tout autant proscrits pour donner lieu à un idéal de sagesse. Ainsi, persévérer dans cette activité de l'esprit n'est ni un vice, ni une fuite, mais le privilège du sage qui sait vivre en autarcie, plus ou moins définitive ainsi que nous allons le voir par la suite.
Car, hélas, on oppose généralement l'otium, et peu vite, au negotium, comme s'il en était l'antithèse absolue, l'ennemi définitif, le mauvais génie. Si le premier s'en différencie en ce qu'il impose le calme, le retrait, la contemplation, tandis que le negotium représente le monde des affaires, du commerce, ce qu'on appellerait aujourd'hui en bon franglais le "business", ces deux concepts sont, en réalité, les deux faces d'une même pièce qu'il serait vain de vouloir systématiquement dissocier, en faire des ennemis irréconciliables. Ainsi, le negotium devient-il une activité qui relève de l'otium, et dans laquelle il s'inscrit.
C'est ce que ne cesse d'expliquer Sénèque à son disciple Lucilius, ce qui ne l'empêche pas de le mettre constamment en garde contre les mauvais penchants que le negotium impose à l'homme de vices irréconciliables avec le seule idée de bonheur : l'ambition (qui n'a jamais de limite), la cupidité (insatiable), l'hypocrisie (à fin de complaire).
Sénèque, en bon serviteur de l'Etat et de plusieurs empereurs qu'il fut savait fort bien que ce negotium, aussi ingrat fut-il, futile quant à ce qu'il semble pourtant valoriser de l'être, est indispensable au bon fonctionnement de la Cité. Et s'il semble pencher parfois pour cette retraite totalement vierge d'implication sociale qu'Épicure - qu'il cite souvent - revendique, quasiment un "pour vivre heureux, vivons cachés", la réflexion de Sénèque ainsi qu'un certain sens pratique, un engagement à l'action, à la vie sociale que sa philosophie d'essence stoïcienne implique généralement, ces deux temps de son existence passée lui imposent de reconnaître qu'il serait vain de toujours se refuser à s'impliquer dans les affaires du monde. C'est à ce moment que l'otium, notre oisiveté décidément pas si oiseuse que cela, prend tout son sens, toute son importance. Car c'est ce temps plus ou moins long - qui peut être, vers la fin d'une vie, définitif - de loisirs studieux, de réflexion calme durant lesquels ont pourra prendre le temps de lire, d'écrire des notes, de compiler des pensées, de reprendre une correspondance plus riche, déliée des obligations du monde, ce sont tous ces moments qui permettront à l'homme s'en retournant aux contact du monde de ne pas aller se perdre corps et âme, au sens propre, dans l'affairisme, les intrigues malsaines, la spéculation tant des biens que des êtres. Ainsi l'otium pousse-t-il l'individu à demeurer sage et vertueux.
Il va sans dire que, pour notre philosophe, le point d'orgue de cet otium c'est, après une vie plus ou moins bien remplie durant laquelle on s'y sera soigneusement préparé, le moment où le sage pourra enfin s'y consacrer jusqu'à plus soif et jusqu'à sa propre fin, acceptée avec sérénité. Alors le bonheur est-il enfin chose véritablement envisageable car il n'est plus besoin d'anticiper quelque future contrainte que ce soit (en cela, d'une certaine manière, Sénèque rejoint tout de même Épicure à la philosophie pourtant si dissemblable), ne plus être qu'à soi au monde.
Mais de tout cela, un seul peut décider de l'accomplir : c'est donc soi-même - où l'on retrouve, deux millénaires plus tard, Michel Foucault pour qui l'otium était « l'écriture de soi » -. Il appartient à chacun de s'y adonner, et de devenir vertueux ou de céder aux vices les plus communs mais les plus épouvantables des hommes lorsqu'ils font société. Car, rappelle-t-il à son disciple en quelques lignes d'une grande et belle sagesse :
«Il est tombé dans chaque créature humaine des germes célestes dont une heureuse culture obtient une moisson de même nature que la semence et digne en tout point du créateur. Mais faute de soin, comme en un sol stérile et marécageux, ils meurent, et on voit naître de viles herbes au lieu de bon grain.»
Il n'y a pas à dire : l'oisiveté chez cet homme-là, c'est un sacré boulot !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          337
libermoi
  08 novembre 2015

Il est je pense indispensable dans notre ère actuelle de lire cette Éloge de l'oisiveté de Sénèque.
Dans notre société, le travail est fondamental. Il consiste aujourd'hui à une production en puissance pour toujours plus de consommation. le travail est donc une valeur centrale de notre chère société.
Sénèque nous faire l'éloge de l'oisiveté, qui par définition est « l'état d'une personne qui n'a pas d'activité laborieuse », « laborieuse » se rapporte comme synonyme de « travail ».
Les époques et les contextes sociaux ont poussé cette définition à changer, ont peu l'associer à la paresse ou alors le loisir. Sénèque voit ici l'oisiveté comme loisirs. le travail n'étant plus qu'actuellement une nécessité à posséder le nécessaire vital.
Cependant, le travail était autrefois, à l'ère des Romains, défini par negotium, une source de dégradation de la nature humaine.
Les Romains privilégiaient les activités sociales et citoyennes, le travail était réservé aux esclaves qui avaient besoin de lui pour comme dit précédemment, une nécessité vitale à la survie économique.
En revanche, les hommes libres, eux, étaient oisifs, ils étaient consacrés aux valeurs exclusivement humaines, où le travail et la consommation ne devaient être présents, c'est-à-dire : la vie publique, les sciences, les arts, les échanges humains, et tout ce qui était bon pour eux. « le refus de l'activisme civique » était alors une valeur très importante pour parvenir au bonheur.
L'otium est donc passé de définition en définition, passant par le divertissement, le délassement, la paresse, l'oisiveté...
Actuellement, je pense que le travail à longue durée, s'il n'est pas loisir n'est qu'activité déshumanisante.
Sénèque, avec une merveilleuse argumentation en fait un éloge splendide, en définissant l'oisiveté comme un refus des activités matérielles, mais comme une indispensable activité de l'esprit essentiel au bonheur de l'humain. le bonheur y est donc abordé, l'homme heureux n'est pas oisif au sens de la passivité et de l'ignorance, mais il est celui qui cultive son esprit, qui contemple la nature et le monde, pour en saisir une vérité qui l'éloignerait de l'asservissement et de l'ignorance. Sénèque prône la contemplation intellectuelle car la contemplation implique l'action. le philosophe critique l'excès d'activité qui tue le bonheur. Il y dénonce également les plaisirs de l'homme qui sont bien souvent que des désirs matériels, on peut également retrouver cette critique des désirs matériels dans L'Attitude à prendre envers les tyrans d'Épictète, ces désirs matériels étant l'avarice, l'instabilité de l'âme, le désir de plaire, la recherche de jouissances ou encore l'inertie.
Sénèque fait également l'éloge de la retraite qui est pour lui, « le retour à soi-même et à l'étude de la nature pour mieux se comprendre et le monde avec soi », où l'homme peut faire le bilan de son existence gâchée et gaspillée par les biens matériels et de la fortune qui ont été surévalues jusqu'à ce qu'on en dépende.
L'édition Mille et une Nuits offre cinq lettres à Lucilius sur l'otium, cela apporte encore plus du jugement de Sénèque. La première : « Quitter les hauts emplois pour le repos », qui est normalement la lettre dix-neuf, illustre parfaitement la définition de l'otium.
C'est un délice de lire Sénèque, puisque actuellement nos politiques, notre société, nous pousse toujours plus au travail « Travailler plus pour gagner plus », sans prendre en compte la valeur de l'oisiveté, que l'on oublie, on oublie notre côté humain pour devenir des machines à travailler et à produire. Vive la capitalisation n'est-ce pas ? Voyez-vous, aux États-Unis, le plein-emploi a fait son retour, cette semaine. Je trouve ça bien triste. Il ne faut en aucun cas qu'une société dépende du travail, sinon, ses citoyens ne seront guère heureux, puisqu'il leur manquera le loisir. Or le loisir peut être un sincère recul philosophique et méditatif, mélioratif à l'humain.
Les cinq Lettres à Lucilius sur l'otium sont suivies d'une merveilleuse sorte de “remarque“ intitulée « Travailler à ne rien faire ? » par Cyril Morana.
Celui-ci continue à démontrer l'oisiveté en y ajoutant notre condition sociale actuelle, tout d'abord il explique pourquoi « l'oisif ne jouit plus aujourd'hui de l'estime de ses contemporains », il y dit, comme je l'ai dit précédemment que « c'est que le temps a considérablement transformé notre acceptation du loisir et de l'oisiveté ». En effet, il n'est plus esprit libre, profond et méditatif, mais juste parasite.
Lien : http://libermoi.blogspot.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ErnestineRadioconducteur
  02 mars 2017
L'oisiveté ne s'oppose pas à l'action comme on serait enclin à le croire.
La vie active ne trouve son sens que dans la perspective heureuse de l'oisiveté à laquelle elle doit préparer. Loin d'être un farniente, il est un loisir méditatif.
Commenter  J’apprécie          50
EcureuilBibliophile
  02 mai 2017
C'est un joli traité sur l'otium antique, sur l'inactivité pour la cité follement active pour soi et pour ses proches. Encore une fois Sénèque prend ce qu'il veut des diverses doctrines qui l'entourent… mais des idées fort' alléchantes.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Erik35Erik35   12 décembre 2017
Or, ne songer qu'à obtenir encore, c'est oublier ce qu'on a obtenu ; et de tous les vices, la cupidité est le plus grand, c'est qu'elle est ingrate. Ajoutons que de tous ces hommes qui ont des fonctions dans l'Etat nul ne considère qui il surpasse, mais par qui il est surpassé ; ils sont moins flattés de laisser mille rivaux derrière eux que rongés d'en voir un seul qui les précède. C'est le vice de toute ambition de ne point regarder derrière elle. Et ce n'est pas l'ambition seule qui ne s'arrête jamais. Toute passion fait de même : elle part toujours du point d'arrivée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Erik35Erik35   11 décembre 2017
Les cirques, où tant de mains applaudissent, nous encouragent au vice. Quand nous ne tenterions nul autre moyen de salut, la retraite, par elle-même, profiterait encore : on vaut mieux quand on est seul.
Commenter  J’apprécie          160
Erik35Erik35   12 décembre 2017
C'est le sage qui, sans ombre de sollicitude, sait vivre pour lui ; car il possède la première des sciences, la science de la vie.
Commenter  J’apprécie          130
Erik35Erik35   11 décembre 2017
Tout comme se jeter dans les affaires sans le moindre amour de ce qui est moral, sans culture de l'esprit, et produire des œuvres vides, serait la chose du monde la moins louable.
Commenter  J’apprécie          90
ErnestineRadioconducteurErnestineRadioconducteur   02 mars 2017
Une sagesse imparfaite n'a que de joies entrecoupées. Le contentement du sage est continu. C'est un tissu que nul accident, nul coup de fortune ne peuvent rompre[...] Sa félicité est tout à fait interne
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Sénèque (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sénèque
Pièce radiophonique adaptant « Phèdre », tragédie de Sénèque, diffusée le 9 août 1991 sur France Culture, dans une adaptation de Françoise Gerbaulet réalisée par Jean-Pierre Colas. Distribution des rôles : Jacqueline Danno (Phèdre), Alain Cuny (Thésée), Christophe Alwright (Hippolyte) et Yves Gerbaulet (Le choeur).
autres livres classés : affairismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
262 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre