AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020191008
Éditeur : Seuil (01/12/1993)

Note moyenne : 2/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Prolongeant et développant la réflexion qu'avaient ouverte Négritude et Humanisme ("Liberté 1") puis Négritude et Civilisation de l'Universel ("Liberté 3"), ce volume s'articule autour des thèmes majeurs de la pensée de L. S. Senghor : négritude, francophonie, recherche des conditions de réalisation de cette civilisation de l'universel qui serait fondée sur l'interpénétration, le dialogue, l'influence réciproque de toutes les cultures.

Après avoir mo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Enroute
  26 juillet 2018
Pour Senghor, tout s'explique par le sang, la race, la biologie et l'histoire (j'étais là avant). Les propos sont bienveillants bien sûr ; il s'agit de promouvoir "le dialogue des cultures", de s'ouvrir à l'autre, de tâcher de le comprendre, mais il n'en reste pas moins qu'à le prendre au mot, on est franchement effrayé de cette exclusivité de la biologie qui paraît interdire tout possibilité d'avenir (les gens pensent ainsi car telle est leur biologie et puis c'est tout).
Par ailleurs, les outils conceptuels font défaut : je dois rester ce que je suis tout en m'ouvrant à autrui. Mais comment reconnaître la différence d'autrui par rapport à la mienne ? Est-ce que je ne serais pas par exemple en ce moment-même en train de parler à un congénère dont l'ADN, qui n'est pas écrit sur son front, est pourtant le même, enfin à peu près, que le mien ? Dois-je demander le groupe sanguin de mon interlocuteur avant de me prédisposer à m'ouvrir à sa culture ? Et puis, si je m'ouvre à autrui, est-ce que je ne risque pas de changer, de me changer ? Comment alors rester moi-même ? Comment apporter, lorsqu'à mon tour on me le demandera, des éléments de ma différence intrinsèque (qui aura pu changer entre temps par divers échanges) ?...
D'ailleurs, le propos de dissout de lui-même puisque Senghor s'enorgueillit que le Sénégal se trouve à la jonction des cultures nord et sud-africaines, lieu de métissage : si bien que la "Sénégalité" - à défaut de l'"Africanité" ou de la Négritude - n'est pas du tout un concept simple à appréhender. Même chose pour le Portugal : lieu de métissage, il est le lieu du dialogue des cultures. On en vient à conclure que pour penser l'universel, il faut produire un génome universel... (donc pas la peine de faire d'efforts, la génétique pourvoira aux conflits identitaires.......... glups).
Reste que les propos sont bienveillants et qu'à force d'utiliser les mots "nègre" et "négritude", Senghor finit par les dévitaliser totalement : ils finissent par ne plus rien dire, par ne plus évoquer quoi que ce soit. C'est peut-être là son apport principal et il n'est pas insignifiant. de plus, pour moduler encore l'impression assez désagréable de sa pensée, il reconnaît que "Négritude" peut aussi signifier un mouvement d'avenir, une manière d'envisager un monde nouveau d'une certaine manière. Si tous les propos étaient de cet acabit, et si cette "manière" (il parle de Weltanschauung) était thématisée et argumentée autour des points communs de l'ensemble des membres de la communauté concernée, on n'aurait plus rien eu à dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Léopold Sédar Senghor (191) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léopold Sédar Senghor
Le Printemps des poètes débute ce 9 mars, et on s'interroge : quelle est cette chose indéfinissable qu'est la poésie ? Senghor, Sarraute, Saint John Perse, mais aussi MC Solaar ou Charles Trénet, donnent leur définition. Et pour vous, c'est quoi, la poésie ?
Léopold Sédar Senghor 1983
Les Peuls du Sénégal définissent la poésie : "des paroles plaisantes au c?ur et à l?oreille."En Afrique la poésie est l?art le plus complet. C?est le langage le plus expressif qui passe par les sens pour aller jusqu?à l?âme.
Andrée Chedid 1979
Pour moi la poésie n?est pas quelque chose de coupé de la vie donc pour moi c?est la pleine réalité enfin c?est la réalité qui comprend l?existence et cette essence de vie qui frémit au fond de nous.
Saint John Perse 1960
Poésie, s?ur de l?action et mère de toute création. Elle est l?animatrice du songe des vivants et la gardienne la plus sûre de l?héritage des morts.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤19Abonnez-vous7¤££¤6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : biologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
294 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre