AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782870971932
64 pages
Blake et Mortimer (05/12/2014)
3.82/5   119 notes
Résumé :
Préquelle de la première aventure de Blake et Mortimer, Le secret de l'Espadon. En 1944 : le capitaine Blake réussit, aux commandes d'un prototype, à déjouer une attaque suicide contre le Parlement anglais. Un exploit qui lui vaut d'être recruté par le MI 6. Sa mission ? Faire gagner aux Alliés la Deuxième Guerre mondiale et les préparer pour... la troisième ! Arrivé dans l'une des bases secrètes du MI 6, Blake découvre que son partenaire n'est autre que Mortimer, s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 119 notes
5
16 avis
4
15 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Pavlik
  26 janvier 2015
Cet album de Blake et Mortimer, le 23ème, est un pont lancé à travers le temps. Réalisé par le tandem Yves Sente (scénario) et André Juillard (dessin), à qui l'on doit, entre autres, la "Machination Voronov", un des meilleurs épisodes post Jacobs, ce "Bâton de Plutarque" nous propose de faire le lien entre deux époques (celle des albums de Jacobs et celle de ses successeurs), mais également entre L Histoire et l'uchronie.
Au niveau chronologique il se situe dans la continuité du "Sarcophage du 6ème continent" et du "Serment des cinq lords", deux albums écrits et dessinés par, tiens, tiens, Yves Sente et André Juillard. Par ailleurs, l'histoire, se déroulant juste avant le "Secret de l'Espadon", peut-être vue comme l'introduction de la célèbre trilogie, mais également comme le lien qui ancre l'imaginaire à la réalité historique, c'est-à-dire la deuxième guerre mondiale à la troisième, imaginée par Jacobs, en son temps.
"Le Bâton de Plutarque" nous plonge en 1944, à la fin du conflit. Blake est un intrépide pilote de la RAF, en poste sur le porte-avion Intrepid, et malgré l'expérience du "Serment des cinq Lords", il n'a encore aucun lien avec le MI6. Mortimer est un scientifique de haut vol, oeuvrant déjà, dans le secret absolu, à la conception de l'Espadon. Les deux hommes se connaissent de loin (voir le "Sarcophage du 6ème Continent") mais ne forme pas encore de duo. Les autorités Britanniques ont déjà connaissance de la menace que représente l'Empire Jaune de Basam-Damdu, et c'est bien dans l'optique de s'en prémunir qu'elles ont lancé la réalisation de l'Espadon. Mais pour l'heure, l'ennemie à abattre est l'Allemagne nazie et ses alliés. Cet album est l'occasion d'assister à la première rencontre entre Olrik et Blake et de savoir dans qu'elle armée il obtint ses galons de colonel, ainsi que ses origines. L'éternel adversaire est déjà à la solde de l'Empire Jaune et l'on comprend que c'est son travail de sape, facilité par la focalisation des alliés sur les allemands, qui permettra la victoire écrasante de Basam-Damdu.
L'opération Overlord est dans les tuyaux mais, afin de maximiser ses chances de succès, une véritable guerre de l'ombre s'est engagée, une guerre dont les armes sont l'information et la désinformation. Blake et Mortimer sont donc recrutés, par le MI6, pour mener à bien l'opération Narval, qui consiste à mettre en place une série de balises, en mer Méditerranée, imitant le bruit de sous-marins, afin d'induire les Allemands en erreur, quant à l'endroit du débarquement et donc, par conséquence, de provoquer la dispersion de leurs forces. Cet album est donc un véritable hommage à ces hommes et ces femmes, qui oeuvrèrent dans la plus grande discrétion et qui permirent, en grande partie, la victoire des alliés. L'hommage vaut aussi bien pour les hommes de terrain (Blake), que pour les scientifiques de Bletchley Park (Mortimer) qui cassèrent le code Enigma des allemands (Turing n'est pas cité, mais on pense forcément à lui).
"Le Bâton de Plutarque" est donc une franche réussite, on y retrouve bien l'esprit de Jacobs et l'objectif de relier passé et présent est pleinement atteint.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
saigneurdeguerre
  12 octobre 2019
Printemps 1944. A bord du porte-avions britannique Intrepid.
« Capitaine Blake, en vue du prochain débarquement allié sur les côtes françaises, il est capital de détruire les sous-marins allemands. Autrement, je ne donne pas cher des vaisseaux de transport de troupes. Heureusement, pour nous aider à les détecter, nous allons bénéficier d'un nouveau sonar remorqué mis au point par les Américains… Ciel ! Je reçois à l'instant un message de première importance ! … Incroyable ! Les Allemands s'apprêtent à lancer une attaque suicide contre notre Parlement… Dans… une heure… »
Critique :
C'est avec joie et délectation que je me suis plongé dans ce nouvel opus des aventures de Blake et Mortimer, d'autant qu'il vient préciser les événements qui se sont déroulés dans « le Secret de l'Espadon », mon Blake et Mortimer préféré. Bonjour les grincheux qui trouvent que Blake et Mortimer sont morts avec Edgar P. Jacobs ! J'ai adoré les dessins d'André Juillard qui correspondent parfaitement au style graphique de Jacobs. Bravo, monsieur ! de l'excellent ouvrage ! L'ambiance année '40, façon Edgar P. est on ne peut plus crédible. Votre ligne claire est parfaite !
Ouvrons le feu sur Yves Sente, le scénariste ! … Taratata ! On se calme ! On respire… Et on admire ! Si je ne connaissais pas un peu l'oeuvre d'Edgar Félix Pierre Jacobs, j'aurais pu croire que le scénario était l'oeuvre de cet auteur qui apporta tant à la bande dessinée en général et à la BD franco-belge en particulier. Que ce soient les longues descriptions, fréquentes à son époque, ou les dialogues mâtinés d'expressions anglaises, tout sent la présence de cet immense auteur et dessinateur. Yves Sente a parfaitement trouvé sa place dans le studio Jacobs et ce récit qui annonce « le Secret de l'Espadon » du grand maître est un pur bonheur car il s'intègre parfaitement dans l'oeuvre de Jacobs, au point que dans quelques années, si on place les histoires par ordre chronologique (non en fonction de leur date de parution, mais bien en fonction du calendrier du XXe siècle) les lecteurs n'y verront que du feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Domichel
  07 décembre 2014
C'est avec un plaisir non dissimulé que j'achète à chaque fois le dernier album de Blake & Mortimer, dès le jour de sa sortie. Il me faut au moins la soirée et une partie du lendemain pour le lire deux fois, une première pour l'histoire et une seconde pour le dessin et encore l'histoire. Ceci fait, je peux m'en faire un avis sérieux. C'est souvent un avis positif, quelquefois moyen et de rares fois - heureusement - un avis négatif.
Cette fois-ci, je le dis tout net, je me suis vraiment régalé. La satisfaction de retrouver mes deux héros dans une aventure servant de prologue au Secret de l'Espadon, se double de celle d'assister enfin à la rencontre de leur meilleur ennemi, Olrik, dont les puristes auront reconnu le visage en lieu et place de mon portrait, en hommage à Jacobs qui avait dessiné le colonel en se regardant dans un miroir.
Aujourd'hui, aux commandes de ce onzième album des nouvelles aventures de B&M, nous retrouvons le tandem le plus prolifique, Yves Sente au scénario et André Juillard au dessin. Leur collaboration ayant donné la très bonne “Machination Voronov” et l'excellent ”Serment des cinq Lords”, on n'en attendait pas moins de ce ”Bâton de Plutarque”, alors que leurs partitions dans “Les Sarcophages du 6e Continent” ou le “Sanctuaire du Gondwana” étaient plutôt en demi-teinte.
L'aventure débute en pleine guerre mondiale (1944) alors qu'une grave menace pèse sur le gouvernement britannique, en pleine préparation du futur débarquement, et que tous les services d'espionnage et de contre-espionnage rivalisent d'ingéniosité pour intoxiquer les services secrets nazis. C'est après un coup d'éclat aérien que Francis Blake va réintégrer le MI6 (qu'il avait quitté au coeur des années 30 - cf. Les 5 Lords), et ainsi retrouver dans une base secrète un scientifique qu'il avait rencontré dans sa jeunesse à Simla en Inde (cf. Les Sarcophages), et qui n'est autre que son ami Philip Mortimer. Dès lors les deux compères vont devoir travailler de concert et naviguer dans les eaux troubles de l'espionnage et faire la connaissance de deux curieux personnages : un asiatique à la personnalité ambigüe et un arrogant colonel, portant monocle et fume-cigarette, vous l'avez bien sûr reconnu !
Si la mission première de B&M est d'aider à la fin de la deuxième guerre mondiale au plus vite, il apparaît qu'ils vont devoir oeuvrer sérieusement afin de se préparer rapidement à un troisième conflit qui se profile comme étant plus terrible encore que les précédents.
Grâce à Yves Sente le rythme du scénario est très soutenu, la documentation bien entendu extrêmement sérieuse, et comme toujours avec Juillard, le dessin irréprochable, soutenu sur ce plan par une mise en couleurs et un encrage des décors excellents. Une multitude des détails permet d'ancrer avec finesse cet album dans l'oeuvre de Jacobs et c'est un bel hommage que les auteurs rendent au maître, qui n'aurait sans doute pas renié une telle aventure.
Je pense également que tous les amateurs de cette série seront ravis de découvrir ce nouvel album et que comme moi ils auront envie d'enchaîner avec une nouvelle lecture du Secret de l'Espadon. Si j'en avais la possibilité, je mettrais sans problème 4,5 étoiles sur les 5 proposées par la notation de Babelio.
Bonne lecture à tous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
lechristophe
  28 décembre 2020
Ce vingt-troisième album des aventures de Blake et Mortimer est typique de ce que doit ressentir un lecteur non averti de la série. Je m'explique. Normalement, les albums d'une série se suivent. Or, depuis le décès d'Edgar P. Jacobs, les différentes équipes de scénaristes se baladent dans la chronologie, se permettant des retours en arrière. Ainsi, le tome précédent était une suite directe de "La marque jaune", un tome 6 bis en quelque sorte. de même, dans cet album intitulé "Le bâton de Plutarque", Yves Sente et André Juillard ont fait plus fort : ils ont créé un prologue au premier tome de la série, un tome 0 !
Pour rappel, au début du tome 1, "Le secret de l'Espadon", nous sommes en 1947 en pleine Troisième guerre mondiale au cours de laquelle les Alliés occidentaux, tout juste vainqueurs des forces de l'Axe, affrontent les armées Jaunes de l'empereur tibétain Basam Damdu.
Dans "Le bâton de Plutarque", nous sommes au printemps 1944, durant la Seconde guerre mondiale, et les forces alliées préparent le débarquement en Normandie. Pour ce faire, ils doivent faire croire aux forces de l'Axe que l'opération aura lieu sur une côte méditerranéenne. C'est là qu'interviennent nos deux héros. Francis Blake ne fait pas encore parti des services secrets et n'est que le meilleur pilote de la RAF, capable de prendre en main tout type de prototype volant. Philip Mortimer, lui, est un ingénieur travaillant dans les différentes bases secrètes britanniques, à l'élaboration du célèbre Espadon mais aussi aux leurres chargés d'attirer les forces de l'Axe dans la Méditerranée. Ils vont devoir faire équipe ensemble pour mener à bien leur mission, indispensable à la réussite de l'opération Overlord.
Comme c'est un peu l'album 0, nous assistons à des premières comme les retrouvailles entre les deux protagonistes une bonne vingtaine d'années après leur rencontre quand ils étaient jeunes hommes, l'apparition du super-méchant de colonel Olrik dans leurs vies, ou celle de leur logeuse londonienne Mrs Benson.
Le duo Sente-Juillard ayant déjà commis quelques-uns des meilleurs albums de l'après-Jacobs, je n'avais aucune crainte au sujet de la qualité de celui-ci, même s'il faut bien l'avouer que le suspense et l'action sont un peu mous. Un bon tiers de l'ouvrage est occupé par la présentation de Francis Blake. Ensuite, la partie espionnage à Bletchley Park qui permet d'introduire la présence d'un traître dans l'équipe n'aura troublé que les plus novices des lecteurs car les plus aguerris auront tout de suite découvert son identité.
Malgré ces défauts, c'est à un bon album des aventures de Blake et Mortimer que nous avons droit, peut-être parce qu'il ne contient pas d'élucubrations pseudo-scientifiques comme certains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
dancingbrave
  15 juin 2018
Sorte d'épisode 0 parut en 2014 qui, chronologiquement, viendrait se situer avant le premier album de 1950. Nous y retrouvons nos deux comparses en pleine guerre, en 1944 ; alors que Blake est encore capitaine, pilote de la Royal Air Force et Philip Mortimer un scientifique travaillant pour l'armée.
Ce que je trouve admirable, c'est la façon dont le dessinateur est capable de reprendre jusque dans leurs moindres détails les personnages créés par Edgar Jacobs et dont le scénariste retrouve le flux et les thématiques des dialogues.
Le procédé, que l'on retrouve finalement assez souvent, peut être critiqué. Je trouve néanmoins formidable de pouvoir continuer à se plonger dans ces univers qui nous ont tant plu, à tous les âges de notre vie.
Survient alors un questionnement : Lorsque l'on sait que Jacobs ne désirait pas que la série continue après sa mort, quelle différence y a-t-il alors entre une « reprise » et un « plagiat » ?
Assurément une simple affaire de gros sous.
Mais qu'importe. Profitons de nos joies d'enfant retrouvées !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212


critiques presse (5)
BDGest   13 janvier 2015
L’ensemble s’avère sans réelle surprise, un tantinet boy-scout dans l’esprit, à l’instar de ces productions d’après guerre dont il se veut l’héritier. Toutefois, si dans ses grandes lignes, le récit peut apparaître, aujourd’hui, cousu de fil blanc, il recèle nombre de petits détails qui montrent qu’Yves Sente a particulièrement veillé à la cohérence du tout, à défaut de sa crédibilité.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   07 janvier 2015
Le scénario est plaisant et change des épisodes enchaînant les rebondissements spectaculaires et le retournements de situation éreintants. Bien sûr, là aussi, nos héros manquent plusieurs fois d’y passer et ne doivent leur salut qu’à un sacré coup de chance, mais c’est l’esprit du feuilleton d’aventures qui veut ça.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   19 décembre 2014
Ce genre de bande dessinée "old school", manichéenne à souhait, où les gentils sont écœurants de vertu et les méchants si épouvantables qu’ils n’en sont même pas crédibles ne tient plus vraiment la route.
Lire la critique sur le site : Bedeo
LaLibreBelgique   05 décembre 2014
Avec “Le Bâton de Plutarque”, astucieusement scénarisé par Yves Sente et superbement dessiné par l’infatigable André Juillard (Etienne Schréder assurant l’encrage des décors et Madeleine Demille la mise en couleurs), nous découvrons les événements qui précédèrent la première aventure de Blake et Mortimer.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Sceneario   27 novembre 2014
Le Bâton de Plutarque, la nouvelle aventure de Blake et Mortimer, est une agréable surprise, une très bonne surprise qui , comme il est dit à la fin, vous donne envie de vous replonger dans la lecture du secret de l'Espadon.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
DomichelDomichel   07 décembre 2014
- L'heure n'est pas à l'ironie Capitaine. J'ai appris à me méfier des ressortissants de l'Empire jaune. tous cruels, fourbes et menteurs… Réfléchissez bien avant de leur confier une quelconque information.
- J'en prends bonne note, Colonel.
Commenter  J’apprécie          100
Fanvin54Fanvin54   04 décembre 2014
En ce printemps 1944, l'état d'alerte permanent auquel est soumis le porte-avion britannique The Intrepid rappelle aux marins et pilotes de la Royal Navy qu'une guerre sans merci n'en finit plus de déchirer les puissances mondiales.
Commenter  J’apprécie          70
CormorobinCormorobin   28 décembre 2014
Contre toute attente, le visage de Clarke se transforme brusquement. Le secrétaire dévoué et un peu timide s'est mué en une sorte de fauve qui se rue vers la sortie en hurlant sa rage
Commenter  J’apprécie          50
Fanvin54Fanvin54   30 décembre 2014
Si le Golden Rocket ne peut venir à bout de ce maudit engin, nos Seafire n'ont aucune chance. Ils vont se faire descendre les uns après les autres.
Commenter  J’apprécie          60
Fanvin54Fanvin54   14 mars 2016
Cela n'a pas été simple de les récupérer, Colonel, mais voici le capitaine Blake et le professeur Mortimer sains et saufs !
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Yves Sente (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Sente
Voici un extrait de l'interview d'Yves Sente, le nouveau scénariste de XIII. Il répond à la question "Qui êtes-vous" :)
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Blake et Mortimer - Le Bâton de Plutarque

Qui est le dessinateur de ce nouveau tome ?

Bob de Moor
Ted Benoît
André Julliard
Antoine Aubin

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Blake et Mortimer, tome 23 : Le bâton de Plutarque de Yves SenteCréer un quiz sur ce livre

.. ..