AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070654419
Éditeur : Gallimard (02/10/2013)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 210 notes)
Résumé :
Polar et romance dans la Nouvelle-Orléans des années 50 : après Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre, Ruta Sepetys s'impose comme un grand écrivain.

Années 50 à La Nouvelle-Orléans. Josie Moraine, dix-sept ans, n'a pas tiré le gros lot. Fille d'une prostituée qui n'a rien d'une mère attentionnée, elle grandit dans une maison close du Quartier français, celui de la mafia, des affaires louches et des gens sans avenir.
Pourtant, Josie a un rêve : q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (98) Voir plus Ajouter une critique
canel
02 janvier 2014
Josie est née en 1933 à la Nouvelle-Orléans. Sa mère, prostituée, l'a prénommée comme la plus ‘grande' tenancière de bordel de la ville, c'est un honneur, non ? Voilà qui en dit long, en tout cas, sur ses ambitions pour sa fille. Cette enfant a toujours reçu plus d'attention et de tendresse des autres femmes de la maison close que de cette mère aussi froide et stupide que cupide.
A dix-sept ans, Josie a réussi à échapper à ses griffes. Elle travaille depuis cinq années dans une librairie, hébergée par le propriétaire et son fils de vingt ans, devenus pour elle une seconde famille.
Déterminée à ne pas suivre le modèle maternel, Josie entend bien étudier à l'université et loin de sa ville natale, où elle compte pourtant des amis fidèles.
Voilà une jolie fresque de personnages crédibles et attachants : Josie la battante au grand coeur, ses proches fidèles et attentionnés, ses 'secondes mamans' et la tenancière de la "maison", bourrue, sèche, mais protectrice envers la jeune femme.
Le contexte de cette intrigue est radicalement différent de celui du précédent ouvrage de Ruta Sepetys (Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre), où l'on suivait le destin d'une jeune Lituanienne déportée lors des purges staliniennes.
Le décor est plutôt classique, ici. Une ambiance à la Dickens me transportait parfois dans le Londres de la fin du XIXe siècle, bien loin de ce Quartier-français de la Nouvelle-Orléans des années 50 - David Copperfield, personnage référent pour Josie, est d'ailleurs souvent mentionné.
L'intrigue est tellement prenante, la plume si agréable et fluide, que j'ai dévoré cet ouvrage qui m'a rappelé certains romans historiques de Ken Follett. Ce 'Big Easy' est tout aussi passionnant et moins manichéen.
A partir de 13-14 ans.
--- Merci à Babélio (MC) et aux éditions Gallimard Jeunesse (collection Scripto) pour cette lecture vraiment agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
missmolko1
10 octobre 2013
Voici le troisième livre reçu en partenariat avec Gallimard jeunesse - on lit plus fort et je les en remercie car j'ai beaucoup apprécié cette lecture.
Nous faisons la connaissance de Jo (diminutif de Josie), 18 ans. de suite on se sent proche d'elle puisque le roman est écrit a la première personne comme si elle se confié a nous lecteurs. Josie a peu de repères, elle ne connait pas son père et sa mère est une prostituée qui travaille dans une maison close. Les seules personnes qui prennent soin d'elle sont Willie, la mère maquerelle, et Charlie et son fils Patrick qui sont propriétaire d'une librairie ou la jeune fille travaille.
Voila le point de départ mais peu a peu, les choses prennent une autre tournure. On découvre en effet le corps d'un homme puis l'on apprend qu'il a été assassiné. L'étau se resserre autour de Jo et de ses proches...
L'ambiance de ce roman est vraiment très bien construite. On découvre la Nouvelle-Orléans dans les années 1950. On plonge dans le milieu de la prostitution, des truands, on sent le racisme omniprésent (je pense notamment au personnage de Cookie qui est métisse). On espère qu'une chose c'est que Jo s'en sorte et qu'elle puisse réaliser ses rêves (aller a l'université).
Le personnage de Josie est vraiment très travaillé, c'est une jeune fille mature (la vie ne l'a pas gâté), elle est ambitieuse et met toutes les chances de son coté pour réussir. Elle ne fait pas toujours les bons choix, je pense au passage ou elle va du chantage pour avoir sa lettre de recommandation pour l'université. Malheureusement, elle est issue d'un milieu ou elle dispose de peu de moyens....
L'écriture de Ruta Sepetys est vraiment très agréable, fluide et se lit très rapidement. C'est une auteure que je ne connaissais absolument pas et c'est donc une très belle découverte. Elle mêle habilement les genres, a la fois le policier avec l'enquête sur la mort de ce monsieur fortuné (son nom m'échappe), l'amour avec Jesse ou encore Patrick qui courtise plus ou moins Jo et surtout on sort vraiment des clichés des livres jeunesse que je trouve parfois "gnan-gnan" car ici c'est un vrai roman noir!
Enfin la couverture est vraiment très belle, même si pour ma part, elle est en noir et blanc (car mon exemplaire est une épreuve non corrigée). Je me permet cette remarque, car j'habite en Irlande est ici les livres ont souvent des couvertures magnifiques et quand je vois la couverture de la traduction française je suis souvent déçue! Or la c'est tout l'inverse, cette couverture est bien plus belle que la couverture VO.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
IreneAdler
14 novembre 2013
Big Easy, ou La Nouvelle Orléans. Pourtant rien n'est simple pour Josie, et surtout pas sa parentèle : sa seule vraie famille, c'est sa mère, prostituée. Qui lui laisse sur les bras un beau cadeau lorsqu'elle s'enfuit avec son jules : la mafia et une dette de 5000 dollars. Heureusement, Josie peut compter sur sa famille de coeur : la patronne du bordel, les libraires chez qui elle travaille, un chauffeur de taxi quarteron, Jesse... Car elle a un rêve et compte le réaliser.
Qu'il est difficile de se sortir de sa condition, surtout quand elle est basse. C'est pourtant ce que va s'acharner à faire notre héroïne, en dépit du danger (et parfois du bon sens) Elle sera secondée admirablement, résistera à l'argent facile et aux compromissions.
Ce n'est peut-être pas toujours tout à fait crédible, mais cela reste un beau conte de fée, avec une princesse indépendante et intelligente. La fin ouverte évite l'angélisme facile et laisse imaginer une chute selon le coeur du lecteur.
Commenter  J’apprécie          250
harmo20
02 décembre 2013
J'ai vu différents avis sur ce livre et j'ai pu remarquer qu'il ne se passait pas grand-chose dans ce livre. du coup, j'étais un peu réticente pour le lire. Mais finalement, ce n'est pas l'action le point fort dans ce livre, c'est les personnages ! L'auteure a très bien retransquire les sentiments, l'amour, l'amitié, la joie, la tristesse…
Josie ne connaît pas son père. Sa mère étant une prostituée, elle ne sait pas non plus qui est le père… Louise, la mère de Josie, rêve d'avoir beaucoup d'argent, elle espère trouver un homme qui a de l'argent dans la maison close de chez Willie. Josie a grandit dans cet environnement, mais elle se démarque car elle a appris à écrire, lire toute seule. Elle est très intelligente et ne souhaite pas devenir comme sa mère, au contraire, elle veut aller à l'université pour partir et créer sa vie.
Comme je l'ai dis, le point de fort de ce livre est les personnages. Ils sont tous attachants, sauf ceux qui font du mal à Josie.
On suit l'histoire sous le point de vue de Josie. On s'attache très facilement à elle car elle n'a pas eu d'enfance facile. C'est un personnage fort, intelligent, rêveur. Elle souhaite aller à l'université de Smith mais elle n'est pas donnée. Malgré le fait qu'elle économise, il lui manque beaucoup d'argent. Surtout que sa mère lui attire des problèmes et que celle-ci vole sa propre fille…
Patrick est un très bon ami de Josie. C'est le fils de Charles Marlowe, un écrivain et libraire. Charles a laissé Josie s'installer dans une pièce au dessus de la librairie et en échange elle travaille pour lui. du coup, Patrick et Josie se connaissent depuis très longtemps. Ils ont aucun secret l'un pour l'autre.
Willie est la propriétaire de la maison close. Tous les matins Josie va faire le ménage dans les chambres. Malgré le fait que Willie est une femme dur et qu'on a l'impression sans coeur, elle est très attachée à Josie même si elle ne le montre pas.
Louise est une femme égoïste, elle pense qu'à sa petite personne et n'hésite pas à voler sa fille depuis son enfance. Elle veut avoir de l'argent et n'hésite pas à se mettre avec un homme très dangereux pour cela.
Pour les personnages secondaires comme Cokie, Sady, Jesse… je les ai aussi adorés. Tous ont un rôle très important dans l'histoire, chacun y trouve sa place.
Il y a une petite part d'amour dans ce livre, j'avais envie de secouer Josie pour qu'elle ouvre les yeux. Mais heureusement, la fin rattrape tout.
Le style de l'auteure est simple et fluide. L'histoire est vraiment captivante. Un livre qui se lit bien et rapidement.
En conclusion, un livre à découvrir. D'ailleurs, l'auteure a aussi écrit "Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre" que j'aimerais beaucoup découvrir. Même s'il n'y a pas d'action dans ce roman, l'histoire est tellement bien exprimée qu'on le dévore. J'ai adoré du début à la fin, l'introduction de la vie de Josie, ses moments de rigolade, d'amitié, de tristesse… Et le dénouement n'est que génial. Bref, un livre à découvrir !
Lien : http://livres-films-series.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
orbe
11 octobre 2013
Josie Moraine veut s'en sortir. Fille d'une prostituée et habitante du Quartier français de la Nouvelle Orléans, elle souhaite s'échapper par le haut, partir faire des études dans un autre état. Mais dans les années 50 il n'est pas simple de fuir son passé et sa condition sociale. Alors, il y a son quotidien, la boutique de livres dans laquelle elle a trouvé refuge dès son plus jeune âge et la maison close où elle va faire des ménages. le meurtre d'un riche entrepreneur va bouleverser son destin... Arrivera-t-elle à trouver le bonheur?
Un roman sombre et lumineux à la fois. L'histoire est racontée par la jeune héroïne qui oscille entre espoir et fatalisme. Pourtant elle ne renonce jamais à lutter même lorsque son avenir devient noir. Il y a de la tragédie antique dans ce récit mais aussi beaucoup de positif avec notamment la chaleur humaine que lui apporte les simples gens de son entourage, l'amitié et l'amour. Son rêve est-il possible? Est-il envisageable pour une femme des années 50 de réussir sa vie? L'histoire se construit par l'éparpillement d'indices. Il n'y a aucun temps mort. Un magnifique roman porté par une écriture envoûtante.

Lien : http://cdilumiere.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

Les critiques presse (3)
LaPresse20 janvier 2014
Vif, incisif, chaud et festif comme La Nouvelle-Orléans, ce roman nous fait facilement «voir» les états d'âme de la belle Josie et de ses comparses. Ne soyez pas surpris si cette histoire est, plutôt que tard, adaptée au grand écran.
Lire la critique sur le site : LaPresse
HistoiresSansFin09 décembre 2013
Aucune fausse note malgré un sujet qui aurait pu faire tourner le récit du côté du pathos et du larmoyant. La grande force du roman de Ruta Sepetys est sans aucun doute la galerie de personnages secondaires qu'elle a créés.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Ricochet03 décembre 2013
Pas beaucoup de fraicheur dans ce deuxième roman très attendu de Ruta Sepetys : Les personnages sont bien brossés mais vraiment trop stéréotypés.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe11 octobre 2013
- Les grandes décisions, déclara-t-il, voilà ce qui façonne notre destinée.
Et, sans même ouvrir le livre, il se mit à réciter un passage de David Copperfield : "Deviendrai-je le héros de ma propre vie, ou bien cette place sera-t-elle occupée par quelqu'un d'autre?"
Acquiesçant d'un signe de tête, je terminai la phrase avec lui :
- "A ces pages de le montrer."
Nous étions tous les deux là, en face l'un de l'autre - deux inconnus qui se comprenaient parfaitement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
JumaxJumax08 septembre 2013
Ma mère était folle de Cincinnati - au point d'avoir prétendu un jour qu'ils étaient amoureux. Elle était parfois d'une stupidité embarrassante. Qu'elle fît des passes avec un criminel comme Cincinnati était déjà une triste chose, mais être amoureuse de lui ? Lamentable !
Commenter  J’apprécie          200
canelcanel27 décembre 2013
[1950, La Nouvelle-Orléans]
(...) il m'avait expliqué que je pourrais facilement obtenir une bourse de l'une ou l'autre université de la région. Mais la seule idée de revoir des élèves du lycée et d'être la fille dont la mère est une putain-qui-se-balade-toute-nue-sous-un-manteau-de-fourrure m'était insupportable. Je n'aurais jamais la moindre chance d'être normale.
(p. 59)
Commenter  J’apprécie          110
EwylynEwylyn02 octobre 2013
- Darcy ou Gatsby ? demanda Patrick.
- Oh, allons bon, Patrick ! Tu n'aurais pas pu trouver mieux ? raillai-je. C'est évident. Darcy.
- Je ne comprends pas pourquoi il est la coqueluche des femmes. Il est tellement complexé ! Gatsby, lui, a du style.
- Il n'a rien de complexé, insistai-je. Il est seulement un peu timide.
Commenter  J’apprécie          120
CrocodyllCrocodyll26 octobre 2013
Il y avait là, tous unis comme les doigts de la main, une tenancière de bordel, un professeur de littérature anglaise, une cuisinière muette, un chauffeur de taxi quarteron et un fille qui transportait un plein seau de mensonges et les jetait à la ronde comme des confettis, autrement dit moi.
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : nouvelle-orléansVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Big Easy

Qui est l'auteur de ce livre ?

Stephenie Meyer
Ruta Sepetys
John Green
Veronica Roth

20 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : Big easy de Ruta SepetysCréer un quiz sur ce livre
. .