AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La folie de Pinochet (7)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
DBCDF
  19 mai 2018
Le livre, compilation d'articles écrits entre 1998 et 2001 dans plusieurs journaux à travers le monde, n'est pas vraiment un livre politique. Pour en être un, il faudrait du recul et de la réflexion sur les évènements que connurent les Chiliens entre le 4 septembre 1970 et le 11 septembre 1973, à moins que l'on confonde l'insulte ou l'étalage de ses rancunes avec des analyses. Il reste donc à prendre ce recueil pour ce qu'il est : l'évocation douloureuse des martyrs de la révolution socialiste en marche sous la bannière (ou en marge) de l'Unité Populaire, le témoignage passionné d'un rescapé de l'horreur parlant de l'exil (le sien ou celui de ces enfants nés à l'étranger) et enfin une série de salves bilieuses contre Pinochet et ses alliés, faisant sienne la devise du Comte de Monte-Cristo : « ni oubli ni pardon » (pp. 10 et 72).

Prenant pour point de départ l'arrestation de Pinochet en Angleterre en 1998, les articles sautent dès lors entre le présent et un passé manichéen que ressasse l'auteur. Dans le présent, c'est la haine contre le dictateur immobilisé (...) . Ce présent, encore empêtré dans la boue du passé, y replonge rapidement. C'est alors une galerie de portraits parfois intéressants, d'hommes et de femmes qui se sont battus pour un idéal. Des petits, comme Oscar Lagos Ríos, jeune étudiant (...) qui deviendra membre de la protection de Salvador Allende. (...). Ou encore Horacio Cepeda Marincovic, membre du Parti Communiste, ami de son père, entré en clandestinité jusqu'à ce qu'en 1976 il se fasse prendre par la DINA pour ne jamais revenir. (...)

Mais aussi les grands, et notamment leur chef de fil, le camarade-président, « Chicho » pour les intimes, dont il dresse le rapide portrait.

[...] Malheureusement, dans ses articles, Sepúlveda ne fait preuve d'aucun esprit critique mais bien du manichéisme le plus tranché. Ce faisant il fait comme beaucoup de vaincus : tant qu'ils n'ont pas coupé (trop) de tête(s), et quand bien même ils auraient la hache à la main, s'ils sont victimes avant d'avoir eu la possibilité d'être bourreaux, il leur suffit de crier bien fort leur malheur pour absoudre toute leur part d'ombre. Celui-ci qui réclamait la violence avec fascination et gourmandise se retrouve face à elle, s'y cogne et revient, bien qu'édenté, presque fier de ses blessures, pour chanter dorénavant la paix comme il ne l'avait jamais fait. Et quand la répression vire à l'horreur la plus absolue, le martyr peut devenir un héros, le survivant, tout en se nourrissant de l'aura des défunts pour, sous couvert de rester fidèle à leur mémoire, pouvant prolonger ce statut de victime absolue.

On ne pourra pas, bien sûr, reprocher à un homme qui a connu dans sa chair les atrocités et doit porter avec lui la mémoire de ses amis décédés dans des conditions si effroyables, de ne pas être neutre. Mais quel grand intérêt peut tirer le lecteur de ces litanies bilieuses suivant sans relâche le cap de l'intégrité passionnée au détriment de toute mesure ? Or, justement, ce qui fait tout l'intérêt de cette période de l'Unité Populaire (1970-1973) c'est qu'elle n'est en rien manichéenne, mais complexe, dynamique, où chaque parti a sa logique et ses contradictions, telle une tragédie grecque ou Antigone et Créon ont autant raison et tort que l'autre. Rien à voir, donc, avec ces histoires haineuses de gentils qui sont battus par les méchants. Que le lecteur trop sûr de faire partie du Camp du Bien vienne flatter son choix par ce genre de lectures est compréhensible, mais si on veut aller au-delà du scénario de film hollywoodien, il faut passer ici son chemin...
Lien : http://www.du-bon-cote-du-fu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
adtraviata
  25 février 2018
Ce petit volume d'articles de journaux a été publié en France, en Grèce, en Italie et au Portugal en 2003, triste anniversaire du coup d'Etat d'Augusto Pinochet et du renversement de Salvador Allende en 1973 (c'était aussi un 11 septembre…). Luis Sepulveda était étudiant, il avait accompagné l'espoir de renaissance apporté par Allende au Chili et il a subi lui-même la torture et l'exil après l'accession au pouvoir du dictateur. Il vit toujours en Espagne.

Quand il apprend l'arrestation de Pinochet en 1998, grâce à la ténacité du juge espagnol Garzon, Luis Sepulveda éprouve une grande joie et se met donc à observer les événements et à écrire cette série d'articles publiés un peu partout en Europe. Dès l'annonce de l'arrestation de Pinochet, le gouvernement chilien en place comme l'opposition sont très prudents et ne semblent absolument pas souhaiter l'extradition : il faut savoir qu'avant de se faire arrêter, Pinochet est resté commandant en chef des armées jusqu'en 1998, il avait réussi à se faire élire sénateur de droit à vie et à faire voter une série de lois qui protégeaient les anciens collaborateurs de la dictature. Avant qu'il ne soit remis au Chili parce que déclaré fou (vous vous souvenez de cette image de Pinochet se levant de sa chaise roulante dès sa sortie d'avion ?), Luis Sepulveda critique la mollesse des dirigeants chiliens, gauche et droite confondues, qui aimeraient tant voir amnistier tous les crimes commis pendant la dictature alors que les victimes et leurs descendants crient pour obtenir une justice équitable.Au nom de cette équité, l'écrivain réclame un procès respectueux du droit pour Pinochet. Il critique violemment les exigences imposées par le FMI au Chiliet à l'Argentine. Surtout – ce sont les articles les plus touchants à mon avis – il évoque les amis, les parents, les militants socialistes qui ont subi la torture, la mort, la disparition des corps, le cruel silence des autorités, il raconte comment il est retourné au Chili avec son propre fils, il dit la nécessité de la parole et de l'écriture.

C'est une lecture un peu difficile parfois (j'avoue que je n'ai pas toujours saisi les subtilités des partis chiliens actuels), âpre souvent (« ni pardon ni oubli » scande l'écrivain au long des pages), touchante évidemment. Ce n'est qu'en écrivant ce billet que je me rends compte que cette année 1998 n'est pas si éloignée de nous… vingt ans seulement nous séparent de la chute du dictateur. Il est mort en 2006, sans jamais avoir été jugé pour ses crimes.
Lien : https://desmotsetdesnotes.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
Gwenaelle_19
  31 juillet 2017
Pour donner à ce livre sa portee politique, il aurait été necessaire d'y ajouter des éléments de contexte : ( présentation de l'élection présidentielle chilienne, articles et discours cités, ex celui de Jean Daniel etc).
Commenter  J’apprécie          10
WAXILEXLILAROSE
  03 avril 2013

Le 11 septembre 2001 : on a retenu cette date pour les attentats américains mais qui se souvient du 11 septembre 1973 ? Date gravée à jamais dans la mémoire chilienne, jour du coup d'Etat mené par Pinochet avec la complicité de la CIA, entraînant le terme de la présidence d'Allende.

"Raconter, c'est résister". Cette citation de l'écrivain brésilien Guimaraes Rosa sur laquelle s'appuie Luis Sepulveda résume le ton adopté par l'auteur chilien dans ce livre nous délivrant son terrible sentiment d'injustice sur la personnalité de Pinochet.

L'opportunité de « célébrer » le 30ème anniversaire du putsch permet à Luis Sepulveda de rassembler dans ce livre 21 articles journalistiques publiés auprès de la presse européenne et sud américaine sur la période 1998-2002.

Il y est question d'indignations et de résistances : résistance face aux duplicités des politiciens nationaux (droite chilienne) et internationaux (notamment Kissinger, Nixon, CIA) pendant la période où Pinochet était à la tête du pays et sur l'amnésie sur le bilan de la politique du tyran.

Résumé non exhaustif de la pluie de dénonciations versées sur le régime dictatorial par l'écrivain chilien :

- les actions menées contre les opposants (résistants socialistes, communistes, chrétiens de gauche, front patriotique) à la politique à l'intérieur et à l'extérieur des frontières : disparitions (estimées à 4000 voir le rapport Rettig), massacres, kidnappings, tortures (autour de 35 000), condamnations à l'exil, incitations à la délation, censures de la presse

- le chaos social : perte des droits syndicaux (un rassemblement de plus de 3 personnes était considéré comme délit de subversion), régression sociale,

- le pouvoir de l'armée : 15% du budget de la nation consacré à l'armée destiné à faire mourir ses propres citoyens

- les modèles économiques imposés par le FMI et la Banque Mondiale sur 2 pays « cobayes » sud américains : Argentine (mise en cause du triumvirat Alfonsin, Menem, de la Rua plus nocif que Ben Laden responsables de la mort de 30 000 personnes en imposant un modèle économique injuste) et Chili

- les passe-droits de Pinochet lui permettant d'échapper à toute justice grâce à la possession d'un poste de sénateur à vie, à la détention d'un passeport diplomatique

- les bilans de santé des experts médicaux qui ont permis de mettre en suspens les actions des juges espagnol Garzon et chilien Guzman.

En effet, le juge Garzon réclame l'extradition du dictateur pour crimes et tortures en 1988 imposant 503 jours d'assignation à résidence à Londres. Pinochet ayant une santé précaire selon les experts, il est déclaré inapte à comparaître devant le tribunal et il est autorisé à retourner au Chili.

En 2000, Pinochet perd l'immunité parlementaire en tant que sénateur à vie. 200 plaintes pour violation des droits de l'homme permettent au juge Guzman d'ordonner une arrestation du Général. En 2002, Pinochet échappe au procès grâce au non lieu prononcé par la Cour Suprême alléguant une démence modérée de Pinochet.

Gardez le parapluie ouvert si les baleines ne sont pas noyées sinon changez le car Luis Sepulveda a fait sienne la devise de Monte Christo : ni oubli, ni pardon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WAXILEXLILAROSE
  03 avril 2013

Le 11 septembre 2001 : on a retenu cette date pour les attentats américains mais qui se souvient du 11 septembre 1973 ? Date gravée à jamais dans la mémoire chilienne, jour du coup d'Etat mené par Pinochet avec la complicité de la CIA, entraînant le terme de la présidence d'Allende.

"Raconter, c'est résister". Cette citation de l'écrivain brésilien Guimaraes Rosa sur laquelle s'appuie Luis Sepulveda résume le ton adopté par l'auteur chilien dans ce livre nous délivrant son terrible sentiment d'injustice sur la personnalité de Pinochet.

L'opportunité de « célébrer » le 30ème anniversaire du putsch permet à Luis Sepulveda de rassembler dans ce livre 21 articles journalistiques publiés auprès de la presse européenne et sud américaine sur la période 1998-2002.

Il y est question d'indignations et de résistances : résistance face aux duplicités des politiciens nationaux (droite chilienne) et internationaux (notamment Kissinger, Nixon, CIA) pendant la période où Pinochet était à la tête du pays et sur l'amnésie sur le bilan de la politique du tyran.

Résumé non exhaustif de la pluie de dénonciations versées sur le régime dictatorial par l'écrivain chilien :

- les actions menées contre les opposants (résistants socialistes, communistes, chrétiens de gauche, front patriotique) à la politique à l'intérieur et à l'extérieur des frontières : disparitions (estimées à 4000 voir le rapport Rettig), massacres, kidnappings, tortures (autour de 35 000), condamnations à l'exil, incitations à la délation, censures de la presse

- le chaos social : perte des droits syndicaux (un rassemblement de plus de 3 personnes était considéré comme délit de subversion), régression sociale,

- le pouvoir de l'armée : 15% du budget de la nation consacré à l'armée destiné à faire mourir ses propres citoyens

- les modèles économiques imposés par le FMI et la Banque Mondiale sur 2 pays « cobayes » sud américains : Argentine (mise en cause du triumvirat Alfonsin, Menem, de la Rua plus nocif que Ben Laden responsables de la mort de 30 000 personnes en imposant un modèle économique injuste) et Chili

- les passe-droits de Pinochet lui permettant d'échapper à toute justice grâce à la possession d'un poste de sénateur à vie, à la détention d'un passeport diplomatique

- les bilans de santé des experts médicaux qui ont permis de mettre en suspens les actions des juges espagnol Garzon et chilien Guzman.

En effet, le juge Garzon réclame l'extradition du dictateur pour crimes et tortures en 1988 imposant 503 jours d'assignation à résidence à Londres. Pinochet ayant une santé précaire selon les experts, il est déclaré inapte à comparaître devant le tribunal et il est autorisé à retourner au Chili.

En 2000, Pinochet perd l'immunité parlementaire en tant que sénateur à vie. 200 plaintes pour violation des droits de l'homme permettent au juge Guzman d'ordonner une arrestation du Général. En 2002, Pinochet échappe au procès grâce au non lieu prononcé par la Cour Suprême alléguant une démence modérée de Pinochet.

Gardez le parapluie ouvert si les baleines ne sont pas noyées sinon changez le car Luis Sepulveda a fait sienne la devise de Monte Christo : ni oubli, ni pardon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WAXILEXLILAROSE
  03 avril 2013

Le 11 septembre 2001 : on a retenu cette date pour les attentats américains mais qui se souvient du 11 septembre 1973 ? Date gravée à jamais dans la mémoire chilienne, jour du coup d'Etat mené par Pinochet avec la complicité de la CIA, entraînant le terme de la présidence d'Allende.

"Raconter, c'est résister". Cette citation de l'écrivain brésilien Guimaraes Rosa sur laquelle s'appuie Luis Sepulveda résume le ton adopté par l'auteur chilien dans ce livre nous délivrant son terrible sentiment d'injustice sur la personnalité de Pinochet.

L'opportunité de « célébrer » le 30ème anniversaire du putsch permet à Luis Sepulveda de rassembler dans ce livre 21 articles journalistiques publiés auprès de la presse européenne et sud américaine sur la période 1998-2002.

Il y est question d'indignations et de résistances : résistance face aux duplicités des politiciens nationaux (droite chilienne) et internationaux (notamment Kissinger, Nixon, CIA) pendant la période où Pinochet était à la tête du pays et sur l'amnésie sur le bilan de la politique du tyran.

Résumé non exhaustif de la pluie de dénonciations versées sur le régime dictatorial par l'écrivain chilien :

- les actions menées contre les opposants (résistants socialistes, communistes, chrétiens de gauche, front patriotique) à la politique à l'intérieur et à l'extérieur des frontières : disparitions (estimées à 4000 voir le rapport Rettig), massacres, kidnappings, tortures (autour de 35 000), condamnations à l'exil, incitations à la délation, censures de la presse

- le chaos social : perte des droits syndicaux (un rassemblement de plus de 3 personnes était considéré comme délit de subversion), régression sociale,

- le pouvoir de l'armée : 15% du budget de la nation consacré à l'armée destiné à faire mourir ses propres citoyens

- les modèles économiques imposés par le FMI et la Banque Mondiale sur 2 pays « cobayes » sud américains : Argentine (mise en cause du triumvirat Alfonsin, Menem, de la Rua plus nocif que Ben Laden responsables de la mort de 30 000 personnes en imposant un modèle économique injuste) et Chili

- les passe-droits de Pinochet lui permettant d'échapper à toute justice grâce à la possession d'un poste de sénateur à vie, à la détention d'un passeport diplomatique

- les bilans de santé des experts médicaux qui ont permis de mettre en suspens les actions des juges espagnol Garzon et chilien Guzman.

En effet, le juge Garzon réclame l'extradition du dictateur pour crimes et tortures en 1988 imposant 503 jours d'assignation à résidence à Londres. Pinochet ayant une santé précaire selon les experts, il est déclaré inapte à comparaître devant le tribunal et il est autorisé à retourner au Chili.

En 2000, Pinochet perd l'immunité parlementaire en tant que sénateur à vie. 200 plaintes pour violation des droits de l'homme permettent au juge Guzman d'ordonner une arrestation du Général. En 2002, Pinochet échappe au procès grâce au non lieu prononcé par la Cour Suprême alléguant une démence modérée de Pinochet.

Gardez le parapluie ouvert si les baleines ne sont pas noyées sinon changez le car Luis Sepulveda a fait sienne la devise de Monte Christo : ni oubli, ni pardon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mireille.lefustec
  20 octobre 2012
Ce qu'on savait déjà mais qu'il est bon de relire sous la plume d'un écrivain que j'aime et qui a souffert dans sa chair la souffrance des tortures et dans son coeur,son exil du Chili.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le vieux qui lisait des romans d'amour

En quelle année est paru ce roman ?

1990
1991
1992

10 questions
289 lecteurs ont répondu
Thème : Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis SepúlvedaCréer un quiz sur ce livre