AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bertille Hausberg (Traducteur)
EAN : 9782864246701
144 pages
Éditeur : Editions Métailié (08/01/2009)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 83 notes)
Résumé :
Aladino Garib dit le Turc, petit commerçant palestinien, débarque à Puerto Eden, au plus profond du détroit de Magellan, et c'est de sa lampe que surgissent comme par magie des contes magistraux, de merveilleux romans miniatures et des histoires comme Luis Sepulveda en a le secret. On y rencontre des personnages inoubliables dans leur dignité et leur humanité. On y retrouve, entre autres, un dentiste et son ami, vieux chasseur de jaguars et amateur de romans d'amour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
HORUSFONCK
  25 juin 2019
Ma troisième visite de l'oeuvre de Luis Sepulveda, aura été pour ce régal littéraire constitué de douze nouvelles.
Quelle joie, dans cette première histoire de cathédrale à reconstruire, de retrouver le Vieux qui lisait des romans d'amour !
S'ensuivent onze autres récits comme autant de mets d'un bon dîner dont je n'avais aucune hâte d'atteindre le terme.
Luis Sepulveda, ne fait pas long mais dense : Comme ces rêves de courtes durées mais ressentis si long par le dormeur.
Dans les onze étapes suivant la reconstruction de la Cathédrale, j'ai voyagé d' Amérique en Europe et en compagnie de fantômes, d'amours mortes, de sages, de nostalgies…. Tout cela dans une profondeur, une gravité teintée d'un humour en forme de souffle léger. En des lieux déchus, disparus ou des terres désolées de Patagonie.
Le livre se clôt avec l'histoire d'un trésor dont le propriétaire apprendra à user en même temps que grandit sa sagesse…
Autant de merveille dans un coffre qu'il faut refermer, les étoiles passant derrière les yeux pour nourrir la mémoire.
… Et le coffre est à rouvrir, juste pour relire un de ces splendides pages, tel le-par exemple- cette forte scène de pirates souquant ferme sur une mer démontée avec leur capitaine mourant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          245
CraboBonn
  29 mars 2015
Les écrits de Sepulveda, et ses nouvelles en particulier, se conjuguent avec amitié, voyage, humanité. Ces nouvelles-ci partagent ces caractéristiques. On y retrouve le « Vieux », celui qui lisait des romans d'amour, mais aussi des compañeraos chiliens avec qui Sepulveda a fait la révolution des mots, et celle des rues du Chili, « la révolution Allende ». de Hambourg à Santiago, d'Ipanema à Chiloé, Sepulveda nous livre des histoires « d'Hommes » dont il redessine la légende en quelques coups de plume magique. Il trace des traits d'hommes, souvent au crépuscule de leur vie, avant que les souvenirs ne s'effacent. Ce n'est pas un hasard si ces nouvelles sont sous-titrées  « autres nouvelles pour vaincre l'oubli ». Ces nouvelles sont souvent dédicacées à des compagnons de route, réels ou imaginaires, nous n'en saurons rien. Des compagnons de bars et d'aventure sans doute, pour mieux marquer l'importance de « l'Homme », des moments partagés, des petits bouts de rien qui font la vie moins morose quand on est déraciné. Souvent, ces hommes le sont. Peu de personnages vivent là où ils sont nés. le bateau ivre cherche un port pour se sentir quelque part. Entre exilés, on se reconnaît. Il y a sans doute beaucoup de solitude en filigrane de toutes ces rencontres, beaucoup de silences, éclairés par une nostalgie de rires et de larmes. de l'amour ? Oui, il y en a aussi. Mais comme souvent chez Don Luis, les femmes sont dans des « second rôles », ne sont pas sous le feu du projecteur, mais sont là comme des inaccessibles étoiles, celles qui guident le marin dans l'océan de l'incertitude.
Des nouvelles parfois comme des poèmes en prose (l'arbre), à déguster comme de petites gorgées de maté, pour un voyage dans l'espace, dans le temps et dans le coeur des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
raton-liseur
  19 mars 2014
J'aime souvent les livres de Sepulveda et la nostalgie qu'ils dégagent. Je dois avouer que cet opus de nouvelles m'a laissée sur ma faim, et je n'y ai par retrouvé l'enchantement de mes dernières lectures telles que L'Ombre de ce que nous avons été ou, pour parler de nouvelles les Rendez-vous d'amour dans un pays en guerre, qui me semblent plus réussis.
J'ai beaucoup aimé certaines nouvelles, en particulier Ding dong ding dong! Son las cosas del amor ou surtout L'arbre, mais je me suis ennuyée dans la plupart des autres.
Dommage, c'est un accroc dans ma relation livresque à cet auteur, que je ne regrette cependant pas pour les deux nouvelles que j'ai appréciées, et qui ne me fera pas renoncer à lire d'autres livres de ce très bon auteur chilien qui décrit la nostalgie de l'exil et les temps pluvieux comme pas un.
Commenter  J’apprécie          80
Blackbooks
  06 janvier 2020
Luis Sepùlveda est un militant politique et écologique et cela se sent. Luis Sepùlveda a souffert de cet engagement par un emprisonnement de deux ans et un exil de huit ans et cela se voit. Ses textes suintent de ses souffrances, de ses combats. Et ce recueil de nouvelles n'échappe pas à la règle.
Son combat pour les indiens d'Amazonie ressort dans cette première nouvelle ou l'absurdité humaine émarge de cette guerre au fin fond de cette forêt pour un lopin de terre habité par quelques colons utopistes en quête de ce mythique El dorado. Terre inhospitalière, où seul les indiens peuvent vivre. Lutte pour une frontière politique, lutte absurde et ravageuse. Sepùlveda utilise le personnage de son premier roman pour mener la résistance face aux dictatures militaires de ces régions. Face aux militaires, les hommes uniront leurs bras pour reconstruire cette cathédrale famélique, havre de paix par excellence. Bâtir à nouveau cette ville pour ne pas oublier ceux qui ont disparu, bâtir à nouveau pour vivre tout simplement.
La deuxième nouvelle Hôtel Z se situe de nouveau au coeur de l'Amazonie aux frontières du Brésil, du Pérou et de la Colombie. Cet hôtel n'est pas nommément cité, tout comme cette frontière, il est fictif, dévoré par cette forêt, véritable frontière. Cette nouvelle retrace les étapes de cette colonisation, les différentes vagues migratrices, les différents voyageurs : aventuriers, pionniers en quête de fortune, esclave fugitif…
Au travers des dessins de son ami, l'auteur se remémore les différents occupants de l'hôtel qui ont tous laissé un souvenir.
Les autres nouvelles traitent de l'engagement politique contre les gouvernements aristocrates, et les dictatures (Ding dong…) au travers d'une histoire d'amour ; de l'exil politique qu'a connu l'auteur (L'île), de la mort (coeur de María) et du souvenir des morts : « Non. Il est comme ça, Le Sauvage, car tant que nous prononcerons leur nom et raconterons leurs histoires, nos morts ne mourront jamais, a ajouté un autre. » (Un dîner en compagnie…).
Les dernières nouvelles racontent sous diverses formes la résistance face aux forces extérieures, l'amitié et la tolérance.
La dernière nouvelle est une petite parabole empreinte de poésie, entre ce vieil homme et son chien ; véritable amitié que voue ce personnage à son compagnon, plus fidèle que sa progéniture et à qui il raconte son secret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
michdesol
  01 octobre 2019
L'auteur est un as de la nouvelle. Elles sont ici inégales, mais deux d'entre elles sont superbes et justifient à elles seules la lecture du livre : celle où un vieux Patagon réussi à cacher un trésor grâce à un chien dressé, et celle qui nous narre cet amour impossible dans les brumes de l'Allemagne du nord.
Commenter  J’apprécie          92
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
FrchFrch   02 août 2019
Sur l'île de Lenox, il y a un arbre. Un. Indivisible, vertical, irréductible dans sa terrible solitude de phare inutile et vert dressé dans la brume des deux océans.
C'est un mélèze maintenant centenaire, le dernier survivant d'une petite forêt détruite par les vents australs, les tempêtes à coté desquelles l'idée de l'enfer chrétien est une plaisanterai, la lame implacable du gel qui fauche le Sud du monde.
Comment est-il arrivé dans ce domaine réservé au vent ? D'après les insulaires de Darwin ou de Pincton, il aurait voyagé dans le ventre d'une outarde, comme une semence migrante prête à germer. Voilà comment il est arrivé, comment ils sont arrivés, se sont frayés un chemin dans les failles des rochers, ont pris racine et grandi dans la plus rebelle des verticalités.
Il y avait une vingtaine de mélèzes ou davantage, disent les vieux insulaires, ils n'ont pas atteint la moitié de l'âge de l'arbre survivant ou n'ont pas résisté plus de quelques années dans ce monde où le froid et le vent murmurent : va-t'en, sauve-toi de la folie.
Ils ont succombé l'un après l'autre avec la logique des malédictions marines. Quand le vent polaire a eu raison du premier et que son tronc s'est fendu avec un bruit terrible - comme on n'en entendra plus avant le jour où se brisera l'échine du monde, disent les Mapuches - , le dernier arbre de l'île a commencé à purger sa peine. mais dans les branches du compagnon vaincu, il y avait de tous les vents auxquels il avait résisté, de tous les gels endurés, et les autres ont puisé leur nourriture dans sa mémoire végétale.
C'est ainsi qu'ils ont pris des forces et continué à défier le ciel bas de Patagonie en essayant de le toucher des branches, c'est ainsi qu'ils sont tombés l'un après l'autre, inexorablement. Sans plier, refusant des agonies déshonorantes, ils se sont abattus de la cime aux racines contre les rochers, en disant aux vents assassins : je suis tombé, certes, mais comme meurt en géant.
Il n'en reste plus qu'un dans l'île. L'arbre. Le mélèze. On le distingue à peine quand on navigue dans le détroit. Entouré de ses morts, imprégné de mémoire, temporairement à l'abri des bûcherons car sa solitude ne compense pas l'effort de prendre un bateau et d'escalader des rochers escarpés pour aller l'abattre.
Et il grandit. Et il attend.
Dans la steppe polaire, d'autres vents aiguisent leur faux de glace, elle arrivera jusqu'à l'îel, mordra inexorablement son tronc et, quand sonnera son heure, avec lui mourront définitivement les morts de sa mémoire;
Mais en attendant sa fin inélutable, il reste sur l'île, vertical, altier, fier, comme l'indispensable étendard de la dignité du Sud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
michdesolmichdesol   01 octobre 2019
Nous dînions au Off the record, le dernier restaurant bohème de Santiago. On y mange bien, les vins sont excellents, le service impeccable et les prix décents. Comme toujours, nous avions refusé les desserts et demandé en échange une autre bouteille de vin. Après tout, le raisin est un fruit, a murmuré l'un d'entre nous, et nous sommes tous tombés d'accord avec lui. Alors, comme à chacune des réunions de cette poignée d'amis vivant au Chili ou éparpillés à travers le monde, l'un de nous a demandé si quelqu'un était mort depuis notre dernière rencontre.
Nous avons tous regardé le fond de nos verres pour y trouver les mots capables d'exprimer une des vérités les plus tristes, celle qui nous montre le pire côté de la cinquantaine, l'âge où nos amis commencent à mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
raton-liseurraton-liseur   19 mars 2014
L’Hôtel Z a peut-être définitivement intégré l’album des souvenirs de tous ceux qui, comme moi, sont passés par là, ont écrit leurs noms dans le registre, occupé des chambres avec le tournoiement paresseux des ventilateurs pour seule compagnie, bu du rhum et de la cachaça, mis de l’ordre dans leurs passions et leurs idées, bercés par la pluie, et décidé de ce qu’ils allaient faire de cette foutue habitude de vivre.
(p. 40, “Hôtel Z”, dernier paragraphe).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sarasvatisarasvati   22 juillet 2010
p.23/Peu importait que deux gouvernements merdiques aient anéanti El Idilio, détruit la Cathédrale, expulsé vers nulle part ceux qui n'avaient jamais eu la moindre part. Eux, ils étaient revenus au nom de tous et resteraient là au nom de tous.
-Il y a beaucoup à faire, commenta le Vieux.
-Oui. Tout reste à faire, c'est un foutoir continental, renchérit le dentiste.
Alors, les trois hommes se regardèrent, crachèrent dans leurs mains, ramassèrent les premières planches, cherchèrent des clous, des cordes et tout ce qui pouvait lui rendre sa dignité verticale perdue, et commencèrent à reconstruire la Cathédrale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HORUSFONCKHORUSFONCK   17 juin 2019
Ont peut vivre en bien des lieux. L'un s'appelle pays, un autre s'appelle exil. Un autre s'appelle là où diable je me trouve.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Luis Sepúlveda (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luis Sepúlveda
Luis Sepúlveda - La littérature pour patrie
autres livres classés : littérature chilienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le vieux qui lisait des romans d'amour

En quelle année est paru ce roman ?

1990
1991
1992

10 questions
323 lecteurs ont répondu
Thème : Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis SepúlvedaCréer un quiz sur ce livre
.. ..