AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266230964
138 pages
Éditeur : Pocket (04/04/2013)
Résumé :
Quatre nouvelles drôles, émouvantes ou tragiques, pour découvrir un grand auteur de la littérature sud-américaine : Le dernier fakir. Un artiste de cirque très pauvre est transformé en fakir par son "impresario". Désireux de bien faire, le malheureux va mourir en tentant d'avaler un sabre. Le champion. L'histoire d'un boxeur. A propos de quelque chose que j'ai perdu dans un train. Un enfant voyageant avec son père côtoie, dans un train un bandit enchaîné à un polici... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
missmolko1
  01 juin 2014
J'adore les éditions bilingues, déjà parce qu'elle me permette de lire en VO sans stress : la traduction est sur la page en face. Et puis souvent on découvre des petites pépites méconnus, des textes d'auteurs célèbres mais moins connus....
Luis Sepulveda n'est plus a présenter mais les quatre nouvelles présentes dans ce recueil étaient pour moi complètement inconnues.
On découvre en premier le dernier fakir, qui donne son nom au recueil. C'est une nouvelle très courte et plutôt dramatique. le narrateur parle avec un fakir, c'est lui qui l'a repéré dans un cirque et qui a fait de ce fakir ce qu'il est devenu aujourd'hui. le narrateur essaie de se justifier mais on sent la pression monter jusqu'à cette fin tragique. Je n'en dis pas plus pour ne pas vous dévoilez l'intrigue.
Vient ensuite A propos de quelque chose que j'ai perdu dans le train. C'est la nouvelle que j'ai préféré. le narrateur est un jeune garçon de 14 ans, très attachant, qui rêve de liberté. Il voyage avec son père quand dans un train, il voit un prisonnier menotté au bras d'un policier. Il s'imagine déjà l'aidant a s'évader, a partir a ses cotés. Un voyage qui va transformé sa vie mais pas comme il l'imagine.
Une voiture s'est arrêtée au milieu de la nuit. Cette nouvelle est angoissante, elle commence doucement et simplement puis petit a petit l'étau se resserre. Un homme se cache chez lui, a peur, essaie de se persuader que cette voiture va repartir.... Cette nouvelle est encore une fois très courte et se lit très vite tant on est pressé de découvrir la fin.
Enfin le champion vient conclure ce recueil. C'est la nouvelle que j'ai le moins apprécié. Elle est intéressante et très bien écrite mais elle ne me laissera pas un grand souvenir.
Je suis vraiment ravie d'avoir lu et découvert ces quatre nouvelles. Elles m'ont beaucoup plu. J'aime aussi avoir le texte original et surtout cette édition est très riche en explications. On y découvre certaines expressions propres a l'Amérique du Sud qui change de l'espagnol d'Espagnol ou celui que l'on apprends a l'école.
Amateur de nouvelles, de littérature sud-américaine ou juste curieux, je vous conseille ce livre.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Viracocha
  11 juin 2014
Etant débutant en espagnol, j'ai apprécié cette oeuvre bilingue pour me familiariser un petit plus avec cette langue. Ca se lit vite et pas trop difficilement, toutefois je n'ai pas trouvé les histoires transcendantes, sympathiques mais pas de quoi s'envoler pour le septième ciel.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   31 mai 2014
Au cours du voyage de retour, nous nous arrêtions dans plusieurs villes, chacune d'elles ayant ses secrets culinaires. A Chillán, les marchands de vin, descendants des Galiciens espagnols, nous attendaient avec leur barriques d'eau-de-vie de marc, des saucisses et des chorizos faits maison. A Concepción, les producteurs de l'âpre vin pipeño. A Linares ou à Sans Javier, les bons crus des vignobles de l'archevêché ou la pétillante chic ha, comme un avant-goût des vins à venir. A Talca, les succulentes cassolettes de tendres dindonneaux et les cailles d'élevage.
Je le regardais faire. Plus qu'un père et son fils, nous étions des amis. J'aimais le voir quand il fermait les yeux en dégustant les vins comme pour en emporter les secrets jusqu'a un recoin ultime et lointain de son palais.

[extrait de À propos de quelque chose que j'ai perdu dans un train]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Luis Sepúlveda (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luis Sepúlveda
Luis Sepúlveda - La littérature pour patrie
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Le vieux qui lisait des romans d'amour

En quelle année est paru ce roman ?

1990
1991
1992

10 questions
323 lecteurs ont répondu
Thème : Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis SepúlvedaCréer un quiz sur ce livre