AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Oscar Pill tome 1 sur 5
EAN : 9782226193575
571 pages
Albin Michel (04/11/2009)
3.77/5   507 notes
Résumé :
Je m'appelle Oscar Pill et je ne suis pas un garçon comme les autres. Je suis un Médicus : j'ai le pouvoir extraordinaire de voyager dans n'importe quel corps vivant. Comme mon père, qui fut autrefois un célèbre Médicus avant de disparaître. Aujourd'hui, l'humanité entière est à nouveau menacée : Skarsdale, le sombre Prince des Pathologus, s'est échappé de sa prison. Et moi, j'ai été choisi pour l'affronter. Il me faut braver tous les dangers et rapporter un Trophée... >Voir plus
Que lire après Oscar Pill, tome 1 : La révélation des MédicusVoir plus
Magyk, Tome 1 par Sage

Magyk

Angie Sage

4.15★ (6207)

7 tomes

Triskellion, tome 2 : La marque de feu par Peterson

Triskellion

Will Peterson

3.64★ (49)

2 tomes

Strom, tome 1 : Le collectionneur par Saint Chamas

Strom

Emmanuelle de Saint Chamas

4.29★ (1546)

3 tomes

Critiques, Analyses et Avis (122) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 507 notes
Le pitch m' avait bien plu mais à la lecture ce ne fut pas une révélation pour moi. Ce fut lonnnnggggg ! 230 pages grand format avant que cela ne démarre vraiment. Et encore on ne passe pas la seconde.
En plus, l'auteur français situe son histoire aux Etats Unis et ça ne colle pas vraiment car on y retrouve un arbre qui s'appelle Zizou, un gamin fan de foot, une twingo qui s'appelle Toinette. Pas très crédible tout ça.
Oscar vit avec sa maman Célia et sa soeur Violette. Il a un pouvoir étrange. Ses plaies cicatrisent toutes seules en un rien de temps et il peut soigner des petites blessures en apposant sa main. Oscar découvre bientôt qu'il est le fils d'un medicus et il entreprend lui aussi la formation pour devenir un medicus. C'est une personne capable de rentrer dans le corps humain ou des animaux. Il y a bien sûr des méchants : les pathologus.
Certains jeux de mots m'ont fait sourire. Mais je n'ai pas du tout adhéré à l'histoire. Trop de longueurs et de discussions.
Commenter  J’apprécie          280
Le premier tome de cette série m'a beaucoup plu comme la plupart des livres fantasy ou SF spécial jeunesse.

Je pense qu'il est inutile de faire le résumé de cette histoire puisqu'il est déjà disponible sur cette page alors autant faire ma critique directement.
Pour commencer, ce qui a été un véritable coup de coeur pour moi, c'est l'originalité de l'histoire : vous aviez déjà lu des histoires de voyages initiatiques, de combats, de quêtes, n'est-ce pas ? du vu et revu non ? Eh bien non, puisque tout cela se déroule... dans des corps vivants ! Tout notre corps est en fait une immense usine avec son fonctionnement et ses dysfonctionnements qui nous permettent de vivre. Et c'est même au sein d'un corps que le jeune Oscar fait la connaissance de nouveaux amis qui font partie intégrante de ce corps !

L'idée des cinq univers du corps est génialissime ! D'ailleurs, chaque tome de cette série est associé à un des univers que vous découvrirez par la lecture.

J'ai d'ailleurs adoré l'incipit de ce livre : l'évasion de Skarsdale, l'ambiance de la prison, le suspens... tout était parfaitement bien trouvé et divertissant !

Les personnages sont eux-même très attachants :

Oscar, le jeune garçon attaché à la mémoire de son père.

Célia, la maman, accablée par la mort de son époux, mère prévenante et protectrice... même si elle cuisine la même chose à chaque repas.

Violette qui, depuis la mort de son père, s'enferme dans ses rêves étranges, éloignée de la réalité. Ce qui fait d'elle un personnage profondément humain est que, derrière le fait qu'elle nous amuse avec son excentricité, nous nous rendons compte que c'est une jeune fille très sensible, faisant de ses rêves et ses drôles d'inventions, une échappatoire pour ne plus souffrir.

L'Érythrocyte Valentine aux couettes rouges et l'Hépatolien très instruit Lawrence à la peau jaune sont si attachants et si originaux ! Valentine, par son franc-parler et sa manie de foncer toujours tête baissée, Lawrence par son intelligence et sa grande sensibilité.

Il y a aussi tout le conseil des Médicus qui ont chacun leur personnalité propre : le révolutionnaire, la dame respectable, la comtesse trop maquillée, l'homme inquiétant etc.

Les livres qui parlent grâce à leurs auteurs morts depuis des siècles... je pense à la timide Julia, l'insolent Billy Boyd, l'intelligente mais orgueilleuse Estelle Fleetwood etc. m'ont beaucoup amusée.

Ce qui m'a encore beaucoup plus intéressée dans cette histoire est le fait qu'Oscar ne soit pas un personnage idéal. Ah ! Qu'il est irritant d'avoir affaire à un personnage qui sait déjà tout sur tout avant même d'avoir commencé son apprentissage sous prétexte qu'il a un pouvoir ! C'est ce qui m'a fait râler contre Harry Potter même si j'aime beaucoup cette saga.
Oscar a déjà le don d'être médicus, il a cela dans le sang, certes, mais il apprend au fur et à mesure à se perfectionner en essuyant maints échecs mais aussi maintes réprimandes quand il n'en faisait qu'à sa tête. Oscar, par ses qualités mariées harmonieusement à ses défauts s'avère un personnage très humain dont l'identification est un vrai plaisir.

MAIS... eh oui, il y a malheureusement un mais... mais on ne peut pas tout avoir, n'est-ce pas ?
Je pense que certains internautes... que dis-je Babeliens, ont dû le signaler dans leur critique mais cette oeuvre ressemble un peu trop à... Harry Potter ! Voilà une ombre au tableau qui m'a un peu déprimée car toute l'originalité semble gâchée par ses détails. J'avais l'impression de relire le tome 1 de Harry Potter :
- le garçon normal (et orphelin même s'il lui reste sa mère malgré tout) qui se découvre un pouvoir.
- Un ami garçon et une amie fille (Ron et Hermione !)
- Deux frères facétieux et commerçants (les jumeaux Weasley)
- Un caïd riche et gâté et son père à qui il ressemble comme deux gouttes d'eau aussi bien par l'apparence que par la personnalité acariâtre (tiens, des Malfoy maintenant ! Bravo pour le prénom de Rufus qui rime avec Lucius !)
- le faux traître qui est en fait innocent (trop prévisible !)
- Une dame d'un certain âge gentille et sévère (Mrs Mcgonagall)
- L'ennemi en noir qui s'évade de sa prison pour diriger le monde avec son armée de Pathologus masqués... habillés en noir (un certain Voldemort avec ses mangemorts... masqués eux aussi !)
- Les tableaux animés grâce aux esprits des Éternels.
- La mort mystérieuse du papa.
- le garçon qui enfreint sans cesse le règlement sans se faire renvoyer
etc.
Aïe... c'est bien dommage car l'histoire en elle-même est originale et il est amusant de voir quelques personnages s'assimilant à ceux de l'une de mes sagas préférés mais trop de similitudes peuvent tuer l'histoire...

Malgré tout, je ne vais pas cracher sur ce livre à cause de cela car l'histoire d'Oscar Pill, même si elle ressemble à Harry Potter, a su se débarrasser de certains clichés comme l'histoire du novice trop fort qui réussit tout sur tout et a fait dérouler le coeur de l'action dans différents corps vivants... et là, je dis bravo !

Et comme le dit si bien Albus Dumbledore dans Harry Potter et l'Ordre du Phénix (du moins dans le film) : "Ce qui compte, ce ne sont pas vos similitudes mais vos différences !"
Bon d'accord... mais pour les similitudes, point trop n'en faut, n'est-ce pas ?
Commenter  J’apprécie          110
Soyons honnêtes : de Oscar Pill je n'avais jamais entendu parler avant que le livre attire mon regard dans la médiathèque où je me rend régulièrement.
Première surprise : je ne savais pas que Eli Anderson était le nom de plume d'un écrivain français, c'est à dire Thierry Serfaty, mais grâce à Babelio, j'ai vite été éclairée à ce sujet...
J'avoue que j'aime me plonger de temps en temps dans de la littérature estampillée jeunesse, histoire de me changer les idées...Après tout, que ce soit Harry Potter ou les sagas de Pierre Bottero, j'ai toujours apprécié ce genre de livres .
La, j'avoue que je n'ai pas accroché plus que ça....
Déjà, j'ai un sérieux problème avec les écrivains français qui veulent absolument que leurs romans se déroulent aux Etats-Unis : bien peu réussissent cet exercice de style selon moi.Je pense que même si je n'avais eu connaissance de la nationalité de l'auteur, j'aurais eu de sérieux doutes : une Twingo appelée Toinette, ( c'est vrai que ça court les rues aux States ce genre de bagnoles....) un gamin qui ne se sépare pas de son ballon de foot et puis un arbre sportif appellé Zizou.....mouaifff...Pourquoi ne pas faire simple et faire se dérouler l'histoire chez nous ??
Je ne parlerais pas des ressemblances avec Harry Potter, d'autres lecteurs s'en sont fort bien chargés....Donc, pour ce qui est de l'originalité....
Et l'histoire, me direz vous ? Pas tout à fait convaincante selon moi. Ok, c'est sympa de redécouvrir l'anatomie de cette manière, certains jeux de mots sont amusants ( comme le Col Hédoc par exemple ), mais les personnages ne sont pas si attachants que ça et il me manque un je ne sais quoi pour que j'adhère complétement.
En résumé donc : j'ai passé un assez bon moment de lecture, mais je ne pourrais pas affirmer au jour d'aujourd'hui si je poursuivrais ma découverte de cette saga.....


Commenter  J’apprécie          164
Comme chaque année pour les vacances de Noël, dans l'établissement dans lequel je travaille, ce sont les élèves qui choisissent le livre que leur prof lira pendant les congés. Cette année, une de mes élèves de 4ème m'a attribué le premier tome d'une série que je ne connaissais pas: Oscar Pill.
J'ai donc réalisé mes devoirs de vacances avec engouement car elle m'avait vendu du rêve, d'autant plus que les premiers chapitres sont très prometteurs.
Un mystérieux prisonnier très dangereux s'échappe de sa cellule en transitant par le corps de quelqu'un d'autre: wouah! Il y a de l'idée! Puis nous faisons connaissance de notre héros, Oscar, 12ans, jeune garçon certes turbulent mais au grand coeur.
Il s'avère que le prisonnier désormais dans la nature va mettre le monde en danger et que notre jeune ami rencontré plus haut va découvrir qu'il a des pouvoirs magiques...Une société secrète va lui apprendre à s'en servir car oui, il fait partie de ceux qui vont pouvoir sauver l'humanité.
A partir de là, Oscar va apprendre à voyager dans les corps humains (ou animaux). A l'intérieur, les différentes zones correspondent à différents royaumes qu'il va devoir connaître: il est un Médicus, il est là pour soigner et lutter contre les Pathologus, les grands méchants qui eux, rendent malades...
Et c'est là que j'ai moins aimé. D'un côté, on a l'impression d'être dans quelque chose très proche d'Harry Potter, il est vrai. de l'autre, on est dans Il était une fois la vie... En effet, il y a dans les corps plein de petits bonshommes qui pilotent des vaisseaux, il y a des rivières rouges, etc. Oscar va même se lier d'amitié avec deux d'entre eux, qui vont devenir ses alliés.
Finalement, ce que j'ai préféré, ce sont les parties où il n'est pas dans un corps humain.
C'est donc un peu mitigée que je ressors de ce premier volume, sans pour autant dire que je n'ai pas apprécié. J'ai quand même passé un bon moment de lecture. Je ne sais pas si je lirai la suite. Ma curiosité a envie de savoir ce qu'il va se passer d'autant plus que les personnages grandissent au fur et à mesure des volumes mais ce sera surtout en fonction de ce que possède ma collègue documentaliste ;)
Commenter  J’apprécie          110
Oscar, jeune garçon intelligent vit avec sa mère et sa petite soeur. Cette dernière, depuis la disparition de leur papa, s'est réfugiée dans un univers féérique qui n'existe que dans sa tête, mais qui la rassure et panse sa douleur. Mais pour Oscar tout est différent, il reste bien ancré dans la réalité de la vie et se reconnait de bombreuses ressemblances avec son père qu'il a pourtant peu connu. Quand une vieille femme vient lui dire qu'il est un lui aussi un Médicus et qu'il doit suivre une formation pour sauver le monde, il se réfugie d'abord dans le déni. Mais l'amour de sa mère et son admiration pour son père vont le pousser à partir à la découverte de cette seconde nature si mystérieuse.

J'ai lu ce livre il y a quelques temps maintenant et je peux ainsi voir quel souvenir il m'a laissée. Je dois dire que mon avis est partagé. Ce moment lecture était très sympathique et prenant, pourtant j'en retiendrai surtout qu'il est principalement destiné à un public jeune et qu'il contient de trop grandes similitudes avec le monde d'Harry Potter, et la fan inconditionnelle que je suis bute un peu sur cet aspect. En résumé, je reste mitigée.

Ce qui ressort de plus positif de ce livre et premier tome d'une longue série, c'est l'originalité et l'imagination de son auteur. Créer tout un univers basé sur des voyages au sein même du corps humain, ça semble d'abord tiré par les cheveux mais finalement, c'est tout à fait fascinant. du moins pour ce premier tome qui nous fait découvrir le premier univers que renferme le corps humain, d'autres se dévoileront dans les tomes suivants. En plus d'être original, cela demande également de l'imagination de la part du lecteur, et en passant, une petite révision de notre anatomie de manière plutôt étonnante.
Le déroulement de l'histoire est cohérent, ce qui peut sembler banal à préciser mais je pense que si ce n'était pas le cas, nous serions vite perdu !
Mais je me rends compte que globalement, j'en arrive vite aux points négatifs et notamment les ressemblances que j'ai trouvé avec Harry Potter. Rien d'étonnant à cela étant donné que la série est clairement présentée comme étant dans la lignée d'HP. Mais quand même, moi ça me gêne. le grand méchant qui se libère et qui va teroriser tout le monde après avoir été "absent" quelques temps, un jeune garçon qui se pensait normal et qui découvre sa vraie nature et la vraie raison de la mort de son père. Un vieux monsieur et une vieille dame qui le prennent sous leur coupe. Garçonnet têtu, qui respecte peu les régles et qui se fait 2 meilleurs amis : un garçon et une fille. Des tableaux vivants. Etc etc... Un peu trop à mon goût malheureusement. J'espère que la suite de l'histoire se démarquera davantage pour prendre sa propre voie et évoluer plus indépendamment pour que je puisse l'apprécier à sa juste valeur.

Autre point fort de cette histoire, ce sont les personnages, avec leur personalité bien marquée et hautes en couleur. Certes, j'ai trouvé que le public visé par ce livre est jeune de part le fait que les personnages le sont et présentent certains degrés d'immaturité, il est quand même reconnaissable que le travail fourni pour les présenter et les mettre en avant est très convaincant. Ma petite préférence ira pour la soeur d'Oscar, simplement parce qu'elle vit dans son monde et qu'elle est très touchante et surtout très intelligente et attachante.

L'auteur a un avenir prometteur dans le genre. Il sait réunir les ingrédients pour captiver son public et le déconnecter de la réalité. le tout de manière fluide et rythmée du début à la fin. Je n'ai pas vu le temps passé !

Je le redis, je pense que ce livre saura être apprécié d'un public relativement jeune (12-13 ans) mais ce n'est pas pour autant que je ne me suis pas amusée, bien au contraire. Pour les adultes ayant conservé leur âme d'enfant, allez-y gaiement, ça vous parlera sûrement. Un bémol aux fans d'Harry Potter qui risquent d'être gênés par les similitudes. Mais je lirai la suite avec plaisir et surtout curiosité !
Lien : http://dautresplumes.eklablo..
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
"-Maman en prison il n'y a pas de fenêtre? Oscar a dit que c'était tout noir. Alors papa, il n'a pas pu s'envoler?
Celia voulut répondre, mais sa gorge se noua. Pour la première fois depuis des années, Violette parlait de son père. Oscar ravala son chagrin et réussi à sourire.
-Si, Violette, on peut toujours s'envoler. Il n'y a pas que les fenêtres pour ça. Tu fais comment toi?
-Moi? répondit sa soeur, hésitante. Moi je rêve.
-Voilà, conclut Oscar. Papa aussi, il a rêvé."
Commenter  J’apprécie          140
Un détail-capital- attira immédiatement son attention : la porte de la cave était ouvert. Elle laissa tomber son sac sur le sol, descendit les marches et suivit la lumière dorée qu'elle reconnaissait. Devant le coffre, elle ferma les yeux quelques instants. Lorsqu'elle les rouvrit, Oscar s'était retourné.
Il semblait plus grand, plus droit, plus fort. Et peut-être même un peu plus vieux. Pendant une fraction de seconde, elle crut revoir son mari. Entre les doigts d'Oscar, la ceinture brillait de mille feux et ondulait. Le cuir ressemblait à de l'or, et les cinq sacoches avaient repris forme.
-La ceinture des Trophées se transmet de père en fils, mon Oscar, dit-elle avec émotion. Et surtout, elle reconnaît celui qui doit la porter.
Oscar contemplait la ceinture, le cœur battant.
-Je ne crois pas l'avoir vue briller si fort entre les mains de ton père, dit encore Celia. La ceinture se mut avec tant d'intensité qu'il la laissa s'échapper. Elle flotta un instant, puis tournoya autour de lui et s'enroula autour de sa taille. Il sentit un feu intérieur l'envahir, comme une force immense qui poussait en lui et lui coupa la respiration, Celia posa la cape sur les épaules d'Oscar, les larmes aux yeux.
-Mon fils, un Médicus.
-J'irais chez Mr Brave, maman. J'irai à Cumides Circle.
-Je sais, dit-elle tout bas. Je suis très fière de ta décision.
Elle ajouta en le serrant contre elle :
- Lui aussi serait fier.
Commenter  J’apprécie          30
-Ton père a vaincu le Prince Noir qui a été emprisonné dans la forteresse du Mont-Noir, dans un endroit reculé du monde, reprit Mrs Withers. Malheureusement, il n'en reste plus beaucoup, tous les Médicus doivent se préparer à lutter, car cet homme va vouloir reconquérir le monde. Tu me comprends ?
Celia voulut prendre son fils contre elle . Il la repoussa sans brusquerie et acquiesça.
-Le prince des Pathologus ne va pas forcément s'en prendre à toi, mais il faut que tu puisses te défendre, et que tu participes à notre combat.
-Je serais...
-... un Médicus, oui Oscar. En tout cas tu en montres tous les signes. C'est le moment pour toi d'apprendre à voyager dans un corps et ses cinq Univers, comme l'a fait ton père. Personne ne peut t'en empêcher, dit-elle en regardant Celia, mais personne ne peut te forcer non plus. C'est à toi de choisir ta déstinée.


Commenter  J’apprécie          50
Avec les Grimoires, on ne choisit pas ses réponses comme avec certaines personnes: le Grimoire dit la vérité, et surtout il ne dit pas ce qu'il veut dire, et comme il a envie de le dire. Tu apprendras à mieux le connaitre, à mieux poser tes questions, et ses réponses te sembleront plus claires, tu verras.
Commenter  J’apprécie          120
- Et toi, t'es qui, alors ? demanda le garçon.
- Je suis une Erythrocyte de la république indépendante de la Moelle, et je m'appelle Erythra 34 - 46 - 35^20.
- Mais... c'est pas un nom !
- "Mais... c'est pas un nom !" l'imita la fillette sur un ton moqueur. Pourquoi, tu trouves que c'est mieux, Oscar Pill ? 34, c'est ma famille, 46, c'est la génération, et 35^20 c'est mon rang d'arrivée parmi mes frères et soeurs. Mais si tu préfères, tu peux m'appeler Valentine, c'est comme ça qu'on m'appelle chez moi.

Valentine donna un nouveau coup de volant et le Globull DR5 fit un bond de côté.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Thierry Serfaty (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Serfaty
Présentation de Mila Hunt
autres livres classés : corps humainVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (1340) Voir plus



Quiz Voir plus

Questions sur le livre "Oscar Pill"

Quel membre de sa famille Oscar Pill a t'il perdu ?

Sa mère
Son père
Sa soeur
Sa tante

5 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : Oscar Pill, tome 1 : La révélation des Médicus de Thierry SerfatyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..