AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2746505932
Éditeur : Le Pommier (01/03/2014)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Ce livre raconte la pensée de Michel Serres à travers des entretiens vivants où le penseur revient sur son itinéraire, depuis la traversée de la guerre au bord de la Garonne jusqu'à aujourd'hui. Passeur des savoirs, capable de faire comprendre l'histoire des idées au travers de récits savoureux, Michel Serres reste insuffisamment connu. Sait-on que ce philosophe pour qui "penser, c'est anticiper", a vu venir avant tout le monde toutes les grandes révolutions de notr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
bina
  04 octobre 2014
Si vous n'avez jamais lu de livres de Michel Serres, ou si vous le trouvez difficile d'accès, ce livre est pour vous.
Dans le premier cas, il va vous donner envie de vous jeter sur ses oeuvres précédentes mentionnées dans l'ouvrage, dans le second cas, il va expliciter sa pensée.
Cet ouvrage est un entretien sur deux ans entre deux journalistes et le philosophes atypique qu'est Michel Serres. Les questions portent sur les personnages qu'il a crées pour développer sa pensée scientifique et philosophique.
Il retrace d'abord son parcours, qui explique en partie ses choix de recherches.
Habituellement, les philosophes développent des concepts, qui se retrouvent ensuite associés à leur nom. Michel Serres, lui, invente des personnages, qui sont des passeurs entre sa pensée et ses lecteurs, tout en soulevant des questions éthiques.
A travers Hermès, Thanocrate, le Tiers Instruit, Petite Poucette ou Hominescent, il présente des singularités, afin de mieux comprendre le collectif, un fait de société, une mutation.
En plus, Michel Serres est un précurseur, un penseur qui anticipe les grandes évolutions de la société. Avant tout le monde il a analysé la fin du secteur secondaire au profit de l'ère de communication.
Son oeuvre est un ensemble qui se construit, se remodèle à chaque publication, chaque livre étant pour lui comme un lien hypertexte dans l'ensemble de son oeuvre.
Lui qui dit refuser les concepts à la manière des philosophes, il y en a bien un qui fait le lien entre tous ses livres, tous ses personnages, c'est celui de pantopie. Il a la volonté de circuler partout tant intellectuellement que géographiquement. Tout voir, tout connaitre, comprendre les liens entre les événements. Il ne veut plus être de nulle part (utopie), mais de partout (pantopie).
Un livre à recommander.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
tiri_noiret
  04 août 2017
Un très beau parcours sous forme de dialogues à travers la pensée de Michel Serres: son évolution, ses préoccupations, sa méthode.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   04 septembre 2014
Ensuite il y a le ballon, auquel on ne prête pas assez d'importance. Au rugby ou au football, tout le monde regarde l'équipe, personne ne regarde le ballon. Or l'important, c'est le ballon, c'est lui qui fait l'équipe. C'est la passe qui fait la relation entre les gens, et une équipe n'existe que par le ballon, que par la passe. Voilà ce que j'appelle un "quasi-objet", un objet qui est fait pour circuler entre les membres d'un groupe: le ballon, l'argent, les paroles. De la même manière que je m'intéresse à des personnages minuscules, sans importance apparente, qui révèlent des choses fondamentales, de la même manière mes concepts ne sont pas des concepts au sens classique mais des concepts "opératoires", dynamiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
binabina   04 octobre 2014
Auschwitz a été jugé d'un point de vue juridique et le concept de crime contre l'humanité a été inventé à Nuremberg. Il n'y a pas d'équivalent avec Hiroshima alors qu'il est clair que la disparition de l'humanité se profile à l'horizon de la bombe atomique. Cela dit il y a dans le concept de "crime contre l'humanité" une disposition latérale qui est l'imprescriptibilité et auquel je suis opposé: la prescription est pour moi le fondement du droit. S'il n'y a pas de possibilité d'éteindre une poursuite, alors on ouvre la voix a une vengeance éternelle et il n'y a pas de possibilité d'établir un droit. Et même pas une histoire. A un certain moment, à la fin de la prescription, l'histoire recommence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   04 septembre 2014
Pour moi, le changement s'est lu sur les murs, littéralement: il y avait inscrit Kazern, Burö, Gestapo, des choses comme ça. C'est probablement à ce moment-là que j'ai été traumatisé du côté des langues vivantes. Bloqué définitivement. Depuis, je n'ai pu parlé couramment aucune autre langue que le français, sauf le gascon cela va de soi, parce que me parents le parlaient entre eux à la maison. Mais je dois ajouter qu'après la guerre j'ai trouvé qu'il y avait encore plus de mots anglais sur les murs de Paris que de mots allemands entre 1942 et 1944. Je ressens aussi l'anglais comme une langue d'Occupation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tiri_noirettiri_noiret   03 mars 2018
La joie; la simple joie contingente d'exister; la joie de survivre aux violences de plusieurs guerres; la joie , ici et maintenant, d'une paix qui dure depuis soixante-dix ans; la joie que donne la beauté du monde et celle des femmes; la trismégiste joie d'aimer...
Commenter  J’apprécie          80
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   21 novembre 2016
Il suffit de regarder du côté de l'éducation des enfants - leur maman les prend à l'école et les amène à la danse, et après la danse, il y a le cours de solfège ou de judo... Ils ne s'ennuient jamais et par conséquent ils n'ont pas de temps mort. Or le temps mort nous constitue. Parce que, sinon, je ne suis que joueur de piano, danseur ou judoka... Vive l'ennui !
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Michel Serres (72) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Serres
Morales espiègles Michel Serres Éditions le Pommier, collection Manifestes, février 2019.
Comme à chaque parution de Michel Serres dans la collection « Manifeste », c?est un vrai régal de lecture. Dans ces Morales espiègles, le philosophe sait exprimer toute la sagesse d?un penseur soucieux des jeunes générations. Ses conseils sont aiguisés, pertinents, et surtout, bienveillants. Ce court texte est un éloge de l?humilité et de l?espièglerie, et le ton emprunté fait du bien en ces temps bousculés.
https://www.laprocure.com/morales-espiegles-michel-serres/9782746518834.html
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Michel Serres nous manque déjà...

Certains les nomment génération Y ou "digital natives", les jeunes, (nouvelles ?), générations nous battent à plate couture devant un écran. Moi j'ai préféré les désigner sous le terme générique de ........?........

petite poucette
les pouces en or
petit poucet
poucez vous de là

10 questions
91 lecteurs ont répondu
Thème : Michel SerresCréer un quiz sur ce livre