AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782283030042
251 pages
Éditeur : Buchet-Chastel (03/10/2016)

Note moyenne : 2.6/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Cerise, mère de famille quarantenaire, vit seule avec ses deux enfants. Un soir, la gendarmerie la prévient que sa mère est en garde à vue. Au cours des semaines qui suivent, elle tente de comprendre ce qu'a fait cette dernière. Un roman sur la famille, ses secrets, ses comédies et ses drames.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Juin
  15 décembre 2018
Caroline Sers dans ses romans décortiquent souvent les relations familiales. Dans celui -ci c'est l'histoire de Cerise et de son frère Cochise, adultes toujours vampirisés par Marie, leur mère qui semble détestable. Si le frère a réussi à prendre ses distances Cerise, divorcée et mère de 2 enfants tente de réussir sa vie, de faire mieux que sa mère.... Pas facile de jongler entre tout ça. Enfants, ex, frangin, boulot et surtout sa mère...
Le roman démarre fort et vite. Et puis madame mère est mise en garde à vue. De ça elle ne dira rien à ses enfants, il y aura juste un appel de la gendarmerie, et le lecteur espère aussi en savoir un peu plus.
Le roman semble s'enliser un peu mais une invitation surprise dans la maison familiale bouscule un peu les événements. Des comptes sont réglées, Marie souffle le chaud et le froid... Oui elle est comme ça Marie. C'est sa nature.
Un roman qui parle assez juste, on a de l'empathie pour ces personnages.
L'enfer c'est peut-être les autres, c'est aussi la famille quelquefois. Là ça tacle dur. Les dialogues sont incisifs.
Finalement je l'ai trouvé "belle" cette Marie et l'histoire prend un virage intéressant.
Dommage j'avais été lire la dernière page, cinq lignes qui m'avaient tout dit ou presque...
Un auteur dont j'aime la voix, qui sans beaucoup de bruit raconte la vie...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
sylviedoc
  15 décembre 2019
Une histoire de famille à la fois banale et dysfonctionnelle. Entre Marie, cette mère qui nous semble de prime abord égocentrique et peu aimante, et ses deux enfants, les relations sont tendues, émaillées de rancoeurs et de conflits mal digérés. Cerise, la fille, mi-quarantaine, séparée du père de ses propres enfants, vit mal la vacuité de son boulot, est assaillie de doutes sur ses capacités à gérer sa vie, et fait son possible pour être une meilleure mère que ne l'a été Marie pour elle. Cochise, alias Sébastien, le fils célibataire a pratiquement coupé les ponts avec Marie, mais n'a de cesse de la critiquer lors de ses conversations avec Cerise. le jour où la gendarmerie appelle pour signaler la mise en garde à vue de Marie, Cerise s'inquiète et s'interroge, Sébastien s'énerve et ressort ses vieux griefs. La suite du roman alterne les chapitres concernant la vie de Cerise (l'évolution de son poste, ses relations avec son ex,...) et le point de vue de Marie, qu'on découvre finalement sous un autre jour plus sympathique que celui présenté au début. On ne sait que tout à la fin ce qui a motivé cette fameuse garde à vue, dont l'explication interviendra au cours d'un week-end où toute la famille est enfin réunie.
En somme une histoire sans rien d'extraordinaire, où chacun reconnaîtra sans doute des trais de caractère ou des situations déjà rencontrées dans son entourage. Mais ce roman est agréable à lire et permet de se questionner sur les avis parfois très tranchés que l'on peut porter sur certaines personnes. Sont-ils vraiment justifiés, ou les comportements reprochés cachent-ils des raisons insoupçonnées ?
J'ai lu ce roman comme transition entre deux lectures plus "consistantes", et n'ai pas grand-chose de plus à en dire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Heindryckx
  26 novembre 2016
MAMAN EST EN HAUT DE L'AUTEUR CAROLINE SERS 252 PAGES EDITIONS BUCHET CHASTEL OCTOBRE 2016
Résumé :
Cerise, la quarantaine bien entamée, vit seule avec ses deux enfants, supporte sa mère, a des élans hypocondriaques, se demande si elle ne devrait pas changer de boulot et, dans les moments extrêmes, ouvre une bouteille de blanc pour réfléchir. Un matin, lors du traditionnel appel téléphonique agressif de sa mère, elle perd le fil de la conversation et n'écoute plus. Pourtant, quand Marie lui assène « J'ai eu raison, n'est-ce pas ? », prise de court, elle acquiesce. le soir même, c'est la gendarmerie qui la contacte : sa mère est en garde à vue, mais ils refusent de lui en dire plus… Qu'a-t-elle pu faire, encore ? Pendant les quelques semaines qu'il lui faudra pour comprendre, Cerise traverse d'autres turbulences : retour de son ex-mari avec une bien curieuse proposition, changement de direction et débarquement de « jeunes » dans l'entreprise où elle travaille. Maman est en haut : dans le nord ; perchée depuis des années ; en haut de l'arbre généalogique. Une position idéale pour lâcher quelques bombes….
Mon avis :
Un livre sympathique : on le glisse entre deux romans qui nous ont malmenés pour reprendre un cours plus apaisé.
Nous avons de l'humour même si le fond reste mélancolique avec des sujets de société. Il se lit vite. J'aime trouver des histoires qui sont légères et qui font du bien à la tête, pour le moral, c'est extra. J'ai pris plaisir à le lire.
Je le conseille. Go en librairie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Moomin60
  12 mai 2020
Petite déception pour cette lecture.
L'année dernière, j'avais lu les belles espérances, de la même auteure, mais là ça n'a pas pris. C'est vite lu mais aussi vite oublié.
L'intrigue m'a semblé banale, commune... La rancoeur entre un parent et un enfant après tout, ce n'est pas si exceptionnel que ça. En lisant ce livre, j'ai presque eu l'impression d'entendre deux personnes converser d'une connaissance commune, mais que moi je ne connaîtrais pas. C'est un moindre mal on me l'a prêté, mais on m'a aussi prêté Sans les meubles...
Commenter  J’apprécie          00
dpmev
  28 décembre 2019
J'avais emprunté ce livre parce que le résumé m'a laissé penser qu'il serait frais,drôle,divertissant et donc promettant un bon moment de détente et de rire entre des lectures plus sérieuses. Malheureusement,je n'ai dû esquisser que deux ou trois sourires tout au plus. Je n'ai pas compris le but de cette histoire,qui laisse en plus les lecteurs sur leur faim ... Ce qui était censé être drôle ne m'a pas fait rire et m'a même paru lourd. Les dialogues ne m'ont pas semblé authentiques,l'écriture est très ordinaire,et le fond ne m'a pas plu davantage que la forme : à la fin de ma lecture,je n'avais toujours pas saisi l'intérêt de ce livre. Vite lu et très vite oublié.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
JuinJuin   15 décembre 2018
- Écoute, quand même, ce n'est pas rien ce qui s'est passé. Je suis inquiète pour toi, franchement...Je....
- Inquiète-toi plutôt pour tes enfants, et fiche-moi la paix !
- Pour mes enfants ? Mais qu'est-ce que tu racontes ?
- Oh, avec Rose qui est d'une impertinence incroyable et Vladimir toujours collé à tes basques, franchement tu as du souci à te faire! (...)
p 117
Commenter  J’apprécie          40
flambotteflambotte   02 septembre 2019
Maman sortait, maman s'amusait, maman les laissait seuls et revenait un sourire satisfait aux lèvres, légère, comme si le simple fait de ne plus être en leur compagnie la libérait d'un grand poids. Ces soirs-là, Cerise avait toujours en tête le proverbe familial, attribué à son arrière-grand-père : "Question : "Où est-on mieux qu'au sein de sa famille ?" Réponse : "Partout ailleurs !"" Sa mère le citait avec délectation lorsque, événement rare, elle recevait des amis en présence de ses enfants. Cerise, sourire aux lèvres pour la galerie, avait chaque fois l'impression qu'elle lui plantait un couteau dans le cœur. Elle avait envie de hurler "Pourquoi avoir fait des enfants ?" mais s'abstenait de peur d'obtenir, cette fois, une réponse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
flambotteflambotte   02 septembre 2019
Je voudrais partir sans y penser, sans avoir vos yeux posés sur moi, votre regard désespéré qui traque les premiers signes de mon départ. Je voudrais m'enfoncer dans du coton et ne plus rien ressentir...
Commenter  J’apprécie          20
cathulucathulu   01 octobre 2016
Elle qui laissait tomber une tasse, qui tâchait un vêtement de manière irréversible...Elle ne les méritait pas !
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Caroline Sers (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Caroline Sers
L'émission complète : https://www.web-tv-culture.com/emission/caroline-sers-les-belles-esperances-51455.html
Depuis son premier roman « Tombent les avions » en 2004, Caroline Sers a développé un univers littéraire qui lui est propre. Elle n?hésite pas à prendre des risques, s?aventurant dans divers registres, du roman social au polar en passant par le récit. Mais le fil rouge qui unit tous les titres de Caroline Sers est bien celui de la famille. Histoires d?héritage, perte d?un enfant, rébellion intergénérationnelle, conflits, secrets ou confidences, l?auteur décortique avec finesse tout ce qui fait le charme des relations familiales. Avec son 8ème roman « Les belles espérances », Caroline Sers nous entraine dans les beaux quartiers de Paris, entre le boulevard St Germain et la rue de Lille, où vit la famille Bouillard. Dans cet appartement cossu et bourgeois, Charlotte règne en despote depuis la mort prématurée de son époux. Sans qu?il s?agisse d?une suite, les lecteurs fidèles à Caroline Sers se souviendront du personnage de Charlotte, apparu dans un précédent roman, « Les petits sacrifices ». Face à ces deux grands fils, Pierre et Fabrice, Charlotte a fort à faire pour maintenir à flot la famille d?autant que nous sommes en mai 1968 et que les pavés volent dans les rues de la capitale. Pierre observera ce monde qui change sans bien le comprendre, restant dans le giron familial tandis que Fabrice, par amour et idéalisme, partira vivre en communauté, élevant des chèvres en Corrèze, avant de revenir quelques années plus tard, tel le fils prodigue. La force de ce roman est de nous raconter une famille française de 1968 à 2018 face aux soubresauts de la société. Au fil des décennies, les générations se succèdent, ceux qui tenaient les rênes sauront-ils laisser la place, ceux qui se croyaient tellement différents parviendront-ils à ne pas trahir leurs idéaux, ceux qui veulent casser les codes et sortir du moule éviteront-elles les sirènes de la liberté ? 50 ans de la vie d?une famille avec ses drames, ses blessures, ses incompréhensions mais aussi la complicité et la fierté d?être du même sang et de prendre sa place dans la ronde du monde. L?écriture de Caroline Sers porte avec justesse et finesse cette histoire dans laquelle chacun pourra se reconnaitre. « Les belles espérances » de Caroline Sers est publié chez Buchet-Chastel.
+ Lire la suite
autres livres classés : parentsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1114 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre