AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782800144580
56 pages
Éditeur : Dupuis (05/11/2009)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 32 notes)
Résumé :

Le Val d'Or, c'est ce lieu merveilleux de beauté et de richesses naturelles que des moines bénédictins découvrent en l'an 1070, au cours de leur périple à la recherche de l'endroit idéal pour édifier leur abbaye. Observant la règle de Saint-Benoît, ils vivent dans la simplicité et le silence, loin de la cupidité et de la violence du monde. Entre fresque historique et saga romantique, Jean-Claude ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
bdelhausse
  22 février 2018
Jean-Claude Servais se fait plaisir. Il est voisin de cette abbaye d'Orval. Personne fort sympathique, Jean-Claude Servais (que j'ai rencontré voici des années) est même susceptible d'avoir cédé à quelque tierce personne sur l'air du "et si tu retraçais l'histoire de l'abbaye"?
Orval... son pain, son fromage et sa bière. Elle compte comme une des rares bières ayant le label "Trappiste"... car elle est brassée par les moines au sein de l'abbaye. Elle est produite en petite quantité, et il n'est pas rare lors des approvisionnements en grandes surfaces que les clients soient rationnés.

Pourquoi est-ce que je vous parle de bière, de fromage et de pain... tous trois excellents, par ailleurs?
Parce que je préfère parler de cela que de la BD... voilà tout. Bon, allons-y quand même, puisque vous êtes là...
Jean-Claude Servais se met en tête de raconter l'histoire de l'abbaye. On démarre dans les ruines, pour un flashback au 6è siècle quand Saint Benoit édicte les règles de son ordre et que ses disciples, faisant voeux de pauvreté essaiment dans toute l'Europe. Puis on passe en 1780, à quelques pas de la Révolution française. Les moines sont alors loin des voeux de pauvreté des débuts et on emprunte à tour de bras. La population est mécontente et les troubles qui suivront la Révolution française seront quasiment fatals à l'abbaye.
Le trait de Jean-Claude Servais est assuré, mais tellement travaillé qu'il ne suscite en moi que peu d'émotions. Tout comme ses personnages pour lesquels je n'arrive pas à éprouver d'empathie. Au gré des pages, on a de superbes vues "carte postale", ou des clins d'oeil à des tableaux célèbres. Servais peut se le permettre, bien sûr, son dessin est techniquement irréprochable. Je n'ai pu me départir du sentiment que l'auteur a accordé une attention hors norme à l'apparence, en laissant de côté le récit, la cohérence, la profondeur des personnages. Même si l'abbaye est le personnage central, les pauvres mortels qui gravitent autour méritent aussi un traitement de qualité. Moi qui ai été à l'abbaye à plusieurs reprises, je n'y ai pas retrouvé les sensations qui furent les miennes alors. Dommage. Ce bel écrin de verdure, ce Val d'Or, Cet Or-Val méritait mieux.
Et rappelez-vous, lorsque vous commanderez cette bière extraordinaire au café, de dire "un" Orval, et pas "une"... Si, si, je ne me moque pas de vous. Un Orval, dans le verre idoine, bien sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Trollibi
  30 décembre 2018
Jean-Claude Servais est un des dessinateurs de BD que j'affectionne tout particulièrement. Quand j'étais étudiante, j'avais beaucoup tout particulièrement apprécié les BD qui constituent le cycle de « La mémoire des arbres ». Et donc, quand je suis tombée sur ce diptyque consacré à un pan de l'histoire de l'abbaye d'Orval, je n'ai pas pu résister, je l'ai acheté tout de suite.
Le récit manque un peu de cohérence, c'est vrai. Cela s'explique par les flash back et les sauts constants dans le temps, jusque la période de la Révolution française. de plus, on suit plusieurs personnages dont les destins se croisent, c'est un peu brouillon…
Mais le grand talent de Servais, c'est de nous proposer une petite leçon d'histoire, même si cette histoire est en partie romancée. Car, à part les spécialistes, qui peut se vanter de connaitre l'histoire l'abbaye d'Orval ? Quand on dit Orval, la première chose à laquelle on pense, c'est à la bière. Or ce n'est que très tard que les moines ont commencé à la brasser. Orval, c'est une longue histoire, ce n'est pas que de la bière et du fromage et j'ai vraiment apprécié le fait que, pour une fois, on présente l'abbaye sous une toute autre perpective. de plus, l'édition que je possède contient un dossier historique qui permet de compléter les informations données dans le récit, photos à l'appui, ce que je trouve très intéressant.
Et puis, il y a les dessins de Servais. A eux seuls, ils font de cette BD une belle lecture. Les vues de l'abbaye sont magnifiques, les paysages et les personnages sont dessinés avec beaucoup de réalisme. La feuilleter sans la lire, rien qu'en regardant les dessins est un pur moment de plaisir.
Bref, moi qui n'aime pas la bière, pour une fois, j'ai apprécié de déguster Orval.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LVI
  17 mars 2012
Veille sur ton coeur : c'est de lui que jaillit la vie !

Jean-Claude Servais, l'immense dessinateur wallon (né en 56), grand passionné de la Nature, de l'ancien temps, de la magie et des contes et légendes, ressuscite pour notre plus grand plaisir visuel l'extraordinaire abbaye d'Orval (= le Val d'or) et met en images l'histoire de celle-ci, qui se trouve tout simplement dans la région de Belgique (très proche de la France dont elle a d'ailleurs fait partie autrefois) dans laquelle lui-même vit ; ce qui nous vaut un double album (2 x 54 pages en couleur -du grand Raives, l'habituel collaborateur d'Eric Warnauts et qui n'est autre que Guy Servais) paru en 2009 et 2010 qui pour une fois n'illustre pas vraiment une histoire, mais plutôt diverses petites histoires qui viennent se greffer sur celle de l'abbaye elle-même.

De Saint-Benoît aux amoureux d'aujourd'hui, en passant par ceux d'antan, JCS nous raconte comment cette abbaye, fondée en 1070 en Lorraine (alors) par des moines bénédictins, est devenue non seulement un grand centre spirituel, mais aussi industriel (au travers de ses forges), a été détruite par les révolutionnaires français et finalement entièrement reconstruite au XX° siècle.

Que la Nature est belle quand elle est dessinée par un homme du talent de Jean-Claude Servais (et coloriée par Guy Servais), ce dessinateur qui travaille à l'ancienne, exactement comme les grands graveurs du XIX° siècle qui illustrèrent les plus grands romans d'alors et firent tant pour l'imagination des lecteurs d'autrefois, et accorde un soin tellement particulier aux décors comme aux personnages. Si vous aimez le ‘beau' dessin, tout comme dans le domaine de la chanson Henri Salvador aima la ‘belle' musique, vous vous régalerez une fois de plus (même si cette BD-ci tient plus du prospectus de luxe pour l‘abbaye d'Orval que des habituelles oeuvres de JCS) avec ce double album dans lequel les planches sombres de l'abbaye en ruines alternent avec les planches si magnifiquement lumineuses qui illustrent la vie de Saint-Benoît, puis du monastère, certaines vignettes ayant la qualité des plus beaux tableaux de maître !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sabrina1988
  29 février 2020
Le dessinateur belge Jean-Claude Servais nous raconte l'histoire de l'abbaye d'Orval, située à côté de chez lui en Belgique, près de la frontière française.
Le premier tome évoque sa création par le père Benoît devenu Saint Benoît.
"Saint-Benoît rédige la règle qui porte son nom pour ses disciples en 537, au monastère du Mont Cassin.
Sa règle se propagera bientôt dans toute l'Europe. Avec lui, les moines deviendront vraiment des membres du clergé, et les monastères se préparent à jouer un rôle de refuge pour la culture."
Ce passage résume parfaitement l'importance de l'abbaye d'Orval dans le paysage culturel et économique.
On apprend également l'origine du nom Orval : la comtesse Mathilde de Toscane, voulant s'abreuver, non pas de l'excellente bière Orval mais d'eau, perd son anneau de mariage en or dans une fontaine de la vallée.
Suppliant Dieu, un miracle se produit alors : une truite apparaît à la surface de l'eau, la bague dans sa gueule.
"Je voudrais que cette vallée magique porte pour toujours ce nom : VAL D'OR !"
L'abbaye fut alors construite.
Ainsi naquit Orval.
Le logo de la bière Orval représente d'ailleurs la truite avec l'anneau.
Bien plus tard, les moines bénédictins doivent faire face à la Révolution française, le lieu est menacé.
Ce tome s'achève sur l'impressionnante destruction de l'abbaye, et nous laisse sur notre faim, ou plutôt sur notre soif !
Ayant visité l'abbaye d'Orval, une visite guidée est proposée pour découvrir l'histoire du lieu et sa légende, avec bien sûr une dégustation de son fromage et de sa bière trappiste, produits d'excellentes qualités.
Superbe pèlerinage culturel que je vous recommande, avec la gentillesse belge en prime.
Jean-Claude Servais a créé des personnages pour reconstituer brillamment l'histoire de ce lieu magique et incontournable en Belgique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marsup
  16 mai 2010
Cette BD retrace une partie de l'Histoire de cette fameuse abbaye. On y découvre de nombreuses anecdotes historiques. C'est enrichissant et interessant. Néanmoins, malgré un joli coup de crayon et une trame de qualité, je n'ai pas été totalement captivée et suis restée un peu sur ma fin ! Dommage !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Sabrina1988Sabrina1988   29 février 2020
"Écoute bien, mon fils, les leçons du maître, incline l'oreille de ton cœur, accueille volontiers les avis d'un tendre père et mets-les effectivement en pratique, afin de retourner, grâce au labeur de l'obéissance, à celui dont tu t'étais détourné par la lâcheté de la désobéissance.
A toi donc, s'adresse maintenant mon discours, à toi, qui que tu sois, qui renonces à tes volontés propres, et qui saisis les très puissantes et nobles armes de l'obéissance."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sabrina1988Sabrina1988   29 février 2020
Après avoir passé les premières épreuves afin de savoir si tu es digne de l'accueil de Dieu, tu revêtiras la robe la plus simple, sans le moindre ornement inutile, la moindre retouche. Ce sera ton habit d'humilité. Cette robe est le signe de ta conversion de vie, de ta volonté de mener ta vie monastique le mieux possible jusqu'à ta mort.
Commenter  J’apprécie          00
Sabrina1988Sabrina1988   29 février 2020
Saint-Benoît rédige la règle qui porte son nom pour ses disciples en 537, au monastère du Mont Cassin.
Sa règle se propagera bientôt dans toute l'Europe. Avec lui, les moines deviendront vraiment des membres du clergé, et les monastères se préparent à jouer un rôle de refuge pour la culture.
Commenter  J’apprécie          00
Sabrina1988Sabrina1988   29 février 2020
...L'abbé organise de fastueuses réceptions avec des gens que l'on dit importants, pour tenir le rang ! Mais nous sommes de simples moines, et Orval n'est plus une abbaye, c'est Versailles !
Commenter  J’apprécie          00
Sabrina1988Sabrina1988   29 février 2020
"Voir l'univers à sa mesure véritable,
l'univers comme un point lumineux, léger grain de sable que l'amour transfigure, savoir que toute chose est en Dieu précieuse et pure."
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Jean-Claude Servais (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Servais
Vidéo de Jean-Claude Servais
autres livres classés : abbayeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3809 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre