AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782812611049
181 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (17/08/2016)

Note moyenne : 2.9/5 (sur 104 notes)
Résumé :
Découvrant au début du récit que la mort de son jeune frère résonne avec un secret de famille, le narrateur interroge ses proches, puis, devant leur silence, mène sa recherche dans les Archives nationales. Il découvre alors que son arrière-grand-père a participé à la confiscation des biens juifs durant l'Occupation. Le récit tente d'éclairer des aspects historiques souvent négligés jusqu'à récemment, l'aryanisation économique de la France de Vichy, crime longtemps r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
Tostaky61
  18 août 2016
Alexandre Seurat avait frappé un grand coup avec « La maladroite », premier livre encensé à juste titre.
Quand on m'a gentiment proposé de lire son nouvel opus « L'administrateur provisoire », je n'ai donc pas hésité un instant.
Le sujet, un jeune homme enquête sur le passé trouble de son arrière-grand-père, nommé administrateur provisoire des biens des juifs sous l'occupation. Un passé que toute la famille, grand-père, père, oncles et leurs conjointes préfèrent ignorer.
Un sujet fort donc.
Mais voilà, force est de constater que je n'ai pas accroché au style de narration de l'auteur. En attendais-je trop ?
Je me suis perdu, dans le labyrinthe des époques et des personnages, au point de ne plus savoir de qui le narrateur (l'arrière-petit-fils, donc) parle.
Mélangeant le passé du temps de l'occupation, celui des souvenirs d'enfance et celui du temps présent dans le même chapitre. Je passe sur le bisaïeul qui n'a pour patronyme qu'une lettre, le « H », et sur le frère, véritable fantôme qui hante le livre et dont je cherche encore aujourd'hui à comprendre la destinée.
Bref, autant le dire tout de suite, ce livre est une déception pour moi.
Mais ce n'est que mon modeste avis, peut-être suis-je simplement passé à côté…..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Wyoming
  13 mai 2020
Après une rencontre intéressante avec l'auteur à la fête du livre de Toulon en novembre 2016, son livre a patienté une quarantaine de mois dans ma bibliothèque, quelquefois il est bon de laisser attendre un livre, comme le vin, pour le déguster au meilleur moment.
Très riche dégustation que celle de l'écriture d'Alexandre Seurat sur un thème difficile, celui des mystères familiaux sur la collaboration de trop de français au génocide des juifs, quand le profit facile et spoliateur passe avant toute humanité, presque pire que la haine raciale des nazis qui, eux, l'assumaient.
La construction originale du livre d'Alexandre Seurat, qui a pu dérouter quelques lecteurs, m'a paru très réussie car, à travers la quête de l'arrière petit-fils de l'administrateur provisoire, c'est toute une progression dans les arcanes d'une famille qui va et vient, tantôt dans la pénombre des salons feutrés emplis de meubles anciens -- sont-ils biens de famille ou "prélevés" par cet homme? --, tantôt dans les cours d'immeubles désertes qui ont vu passer tant de valises remplies à la hâte de semblants d'espérance sur la route inconnue de Drancy, puis d'Auschwitz.
Les recherches de l'arrière petit-fils vont de l'exploration minutieuse des archives à travers le livre vert foncé de l'inventaire du Commissariat général aux questions juives, à la lecture du texte promulgué par un triste maréchal, avide d'un pouvoir illusoire, collaborant pleinement à liquidation des biens et des familles, en passant par le questionnement des oncles qui ont un peu connu ce grand-père austère et sévère, pointilleux dans les comptes des spoliations qu'il a réalisées et dont les crimes restèrent impunis.
L'alternance du propos d'Alexandre Seurat rend tout à fait intéressante cette tragique découverte des missions indignes de cet administrateur provisoire. C'est le genre de livre qu'il faut lire de temps en temps, pour apprendre si besoin, savoir et ne pas oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
lucia-lilas
  11 octobre 2016
« Loi du 22 juillet 1941 relative aux entreprises, biens et valeurs appartenant aux Juifs
publiée au Journal officiel du 26 août 1941.
Nous, Maréchal de France, chef de l'Etat français, le conseil des ministres entendu, Décrétons:
Art. 1. - En vue d'éliminer toute influence juive dans l'économie nationale, le Commissaire général aux questions juives peut nommer un administrateur provisoire à:
1. Toute entreprise industrielle, commerciale, immobilière ou artisa¬nale;
2. Tout immeuble, droit immobilier ou droit au bail quelconque ;
3. Tout bien meuble valeur mobilière ou droit mobilier quelconque,
lorsque ceux à qui ils appartiennent, ou qui les dirigent, ou certains d'entre eux sont juifs. »
Dès 1940, dans le but d'éliminer les Juifs de l'économie nationale, était nommé par un commissaire général aux questions juives un administrateur provisoire chargé d'exproprier les Juifs, de les exclure de différents corps de métiers. C'est la politique d'aryanisation économique : les biens sont vendus et « le produit de la vente bloqué sur un compte à la Caisse de dépôts et consignations. » Ainsi le capital juif est « sous contrôle ». L'administrateur provisoire doit cependant « verser des subsides à son administré au cas où cela s'avérerait absolument indispensable. » C'est lui qui décide : « Article 7 : L'administrateur provisoire doit gérer en bon père de famille. »
Les malversations sont nombreuses, les administrateurs cherchant à faire du bénéfice, à voler, à spolier. Les familles se retrouvent à la rue, sans aucune ressource, puis souvent déportées.
On connaît ce pan sordide de l'Histoire mais on ignore souvent que ces faits ont donné lieu à la création d'une fonction spécifique : celle d'administrateur provisoire. Il y en a eu, paraît-il, environ dix mille sous Vichy. Je n'en avais jamais entendu parler. Ce ne sont pas des êtres de fiction. Ils ont existé, il y a des documents, aux archives.
Impensable.
Ils agissaient au nom de la loi, devaient se sentir droits dans leurs bottes, accomplissant avec minutie, comme n'importe quel employé, leur petit travail quotidien, s'appliquant à bien tout noter sur leur petit carnet noir.
Je reste muette de stupeur. Pas de mots. Revenons au livre…
C'est l'histoire d'une famille : les arrière-grands-parents, les grands-parents, les parents, les oncles, les tantes et les enfants. Ils sont deux, deux garçons. L'un vient de mourir : suicide certainement… On ne sait pas. Il avait en lui un mal-être insurmontable, il était « hanté par la Shoah ». Il disait avoir une bombe en lui. le narrateur, son frère, ne comprend pas bien. Il sent. Il sent que quelque chose ne tourne pas rond dans cette famille, que quelque chose n'a pas été digéré, ne passe pas. Comme un secret qui pèse, écrase et tue. Des chapes de silences hantent les conversations, les non-dits sont rois. On sous-entend, on suggère, à demi-mots. L'ambiance est étouffante.
C'est Pierre, l'oncle, qui dira que son père, le grand-père du narrateur, était revenu d'un oflag, camp de prisonniers de guerre pour officiers, en décembre 1941. Il avait des appuis certainement. Des appuis ? Lesquels ? s'étonne le narrateur. Raoul H, l'arrière-grand-père, « un sale type » ajoute Pierre « qui a fait partie du Commissariat général aux questions juives. »
Un semblant de clarté se fait soudain dans l'esprit du narrateur, il comprend et repense à son frère. A lui maintenant, pour ce frère qu'il aime, de sortir ce Raoul H de l'ombre, de savoir qui il était et ce qu'il a fait, précisément. Il mérite d'être jugé, il le sera dans le tribunal intérieur du narrateur qui lui fera son procès. le garçon aura-t-il le courage d'aller jusqu'au bout de son enquête, de poser des questions à ceux qui renvoient tout ça au passé, à ceux qui disent « en quoi ça te concerne cette histoire ? » ou « à quoi bon ? », ou encore « C'est amusant que tu t'intéresses à ça », aura-t-il le courage de fouiller le passé, d'en exhumer le pire, l'insupportable, l'indicible ?
Je n'ai pas posé une seule fois le livre d'Alexandre Seurat, je l'ai lu d'une traite, en retenant mon souffle, découvrant petit à petit, comme le narrateur, ce passé impossible, inimaginable, ce Raoul H, inventeur de l'altamètre, appareil de calcul permettant de mesurer la hauteur des arbres, homme terrible, pointilleux, inflexible, ne lâchant rien, quel que soit le domaine… « Une fois qu'il tenait quelque chose, il ne le lâchait pas » dira l'oncle Philippe. On imagine ce que cela donnera quand il deviendra l'administrateur.
« C'est comme un corps à corps : c'est entre lui et moi. Je sens bien qu'il est là, quelque part, mais sans que je sache où, bien tranquille, silencieux, sûr de lui, certain que je n'ai pas les moyens de le rejoindre. »
C'est un combat, une lutte, il y aura un vainqueur et un vaincu. le frère est déjà mort. Il reste le narrateur…
A travers cette écriture sobre, précise, essentielle et silencieuse, Alexandre Seurat nous propose un livre bouleversant, d'une force incroyable, soigneusement documenté, qui met à jour des pans plus ou moins connus de l'Histoire du XXe siècle que l'on découvre à travers le quotidien d'un homme banal comme il y en avait tant, nommé par un prénom et une initiale, espèce de petit bourreau anonyme. Placés sous la loupe grossissante de la vérité, éclairés par la lumière de la justice, ces hommes tirés de leur ombre tranquille sont enfin jugés pour ce qu'ils furent : des criminels.
Poignant et nécessaire !

Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
pompimpon
  17 juillet 2020
Le secret de famille court sous les peaux, dans les ombres, d'une génération à l'autre, jusqu'à ressortir violemment à la quatrième avec la mort du plus jeune des deux frères.
C'est l'aîné qui parle.
Un télescopage de souvenirs, de phrases dites à mi-voix, de mauvais rêves, de regards un peu fuyants, le parquet grince, l'horloge tique-tac un peu trop fort dans les sentiments étouffés…
Nié, balancé de l'un à l'autre comme une patate chaude, le secret de famille dévoile son ignominie au fil de recherches faites par le narrateur, mettant en lumière l'arrière-grand-père et son activité d'administrateur provisoire pour le Commissariat général aux questions juives mis en place par le régime de Vichy afin de dépouiller les juifs de leurs biens.
On ne saura pas tout de cette famille ressemblant à tant d'autres, les quelques centre-quatre-vingt pages de l'ouvrage sillonnent la période de découverte du secret, de mise en mots du secret, d'appropriation du secret sans pour autant en éprouver de soulagement.
Les relations garderont ce rien de trop convenu, ce soupçon d'artificiel si habituel qui devrait détourner le regard de l'éléphant qui trône dans le salon.
Parce qu'un secret de famille, c'est bien un éléphant dans le salon, dont on dit qu'il n'y est pas, d'ailleurs on ne voit aucun éléphant alors…
Alexandre Seurat parvient, dans une écriture rêche et suivant un fil qui se dérobe sans cesse, à traduire le malaise du narrateur face au silence puis face aux mots.
Il nous le fait éprouver aussi, reprenant les expressions d'un antisémitisme "ordinaire", relevant la bonne conscience de l'arrière-grand-père à profiter de la situation pour s'enrichir.
Ce n'est pas une lecture confortable, c'est âpre, ça pèse. J'en ressors un peu groggy, un peu écoeurée aussi, mais avec beaucoup de considération pour la démarche de ce narrateur orphelin de son frère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          217
oran
  21 août 2016
Une écriture déconcertante.
Au bout de quelques pages, j'ai dû poser sur le papier l'arbre généalogique de la famille pour mieux me repérer.
On trouve :
L'arrière-petit-fils, narrateur interne, tour à tour adulte, petit, adulte...
Son frère , qu'on voit enfant , plus grand , décédé, mais de quoi ? Hanté, étouffé par la Shoah , probablement.
Sa mère, son père,
Les oncles maternels:
Jean marié avec Anne,
Pierre marié avec Elisabeth,
Philippe, marié avec Clotilde,
Puis le grand-père Jacques, lui a été prisonnier de guerre en 40, la grand-mère qui termine ses jours en maison de retraite,
Et enfin l'arrière-grand-père Raoul H, qui a épousé Henriette , héritière d'une famille d'industriels, résidant au château De Beauvoir. Lui, c'est un homme « très bien, très intelligent ».
Le narrateur, apprend, par bribes que son bisaïeul a été en 1941 administrateur provisoire. Mais les renseignements recueillis auprès de ses oncles s'avèrent succincts et volontairement vagues. Par ailleurs, il est intrigué par l'attitude de sa mère qui témoigne envers la communauté juive bien plus qu'un intérêt, un réel engouement.
Ses recherches dans les archives du Commissariat général aux questions juives vont confirmer cette information. Raoul qui a peut- être été forcé d'occuper cette fonction pour faire revenir son fils de l'oflag (camp destiné aux officiers prisonniers pendant la seconde guerre mondiale) va continuer à assumer son rôle bien au-delà de la libération de son fils. Il découvre même, que Raoul n'a pas exercé ce mandat en toute honnêteté, en bon père de famille » : ses recherches pour la mise au point et la commercialisation d'un dendromètre (instrument pour mesurer les arbres) , s'avérèrent certainement coûteuses...
Ce livre se construit par des analepses, des prolepses successives, rendant la lecture quelque peu compliquée. Et puis, il y a l'esprit des disparus, ces juifs spoliés, expulsés, déportés, exterminés qui vient hanter le narrateur , qui vient nous percuter , nous aussi, peut -être coupables par générations interposées ?
Au final, un sujet intéressant permettant aussi de mieux appréhender le rôle de ces administrateurs provisoires.
Un roman pour mettre en scène de façon originale , prégnante ce que fut cette période noire, car il faut toujours écrire, raconter, et lire pour dire non à l'oubli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   08 avril 2017
« Raoul H. a le droit avec lui et la loi avec lui, et il ne fait que son travail, avec rigueur et diligence, ne cherche que le bien de ses administrés, qui lui compliquent pourtant la tâche. Il remplit le rapport, le glisse dans l’enveloppe, lèche l’enveloppe lentement, la ferme proprement, minutieusement, l’adresse au Commissariat général aux questions juives, la timbre, puis se lève, sonne Margoton pour qu’elle la poste. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
oranoran   21 août 2016
Nous, Maréchal de France, Chef de l'Etat français, Le conseil des ministres entendu, Décrétons :
Article ler : En vue d'éliminer toute influence juive dans l'économie nationale, le Commissaire général aux questions juives peut nommer un administrateur provisoire à
1° Toute entreprise industrielle, commerciale, immobilière ou artisanale ;
2° Tout immeuble, droit immobilier ou droit au bail quelconque ;
3° Tout bien meuble, valeur mobilière ou droit mobilier quelconque, lorsque ceux à qui ils appartiennent, ou qui les dirigent, ou certains d'entre eux sont juifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
WyomingWyoming   12 mai 2020
Ces visages qui me fixent de loin, de leurs regards très silencieux, depuis un lieu énigmatique, je voudrais qu'ils s'en aillent. Ils ne m'adressent ni reproche ni question : ils ne me demandent rien, ils me regardent simplement, depuis l'autre côté, depuis ce lieu sans nom, de leur air calme, serein. Il me semble qu'ils m'attendent, qu'ils me devancent, puis disparaissent.
Commenter  J’apprécie          60
JIEMDEJIEMDE   07 janvier 2017
Je ne suis quand même pas responsable de ce qui se passait dans ces camps de transit, dans ces convois, ni dans leurs lieux de destinations, à l'autre bout de l'Europe. Il sourit (le silence paraît grandir). Cela ne me concerne en rien. Puis il finit par dire, Je n'ai fait que mon devoir, avant de se taire un temps, puis il ajoute, Je n'ai fait qu'appliquer la loi.
Commenter  J’apprécie          50
WyomingWyoming   12 mai 2020
Dans la pièce sombre à la lumière tamisée, les fauteuils ternes, gris, en cercle, semblent déjà en discussion. Dans la salle à manger qu'on aperçoit derrière, une longue nappe blanche tombe de la table ovale, où sont posées des assiettes de porcelaine blanche, qui brillent.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Alexandre Seurat (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Seurat
Un thème, cinq intervenants. Chacun a treize minutes pour traiter le sujet en fonction de son expérience professionnelle, son domaine de recherche ou son parcours personnel. Cinq points de vue singuliers pour une approche plurielle de ce que l?on appelle la folie. Que sont les soins sous contrainte ? Comment éviter clichés et idées fausses sur la maladie mentale véhiculés par les médias ? Les scientifiques sont-ils forcément des savants fous ? Quelle place pour la folie dans la littérature ? ... Par ces regards croisés, cette soirée transdisciplinaire propose de prendre un peu de hauteur et de lancer des pistes de réflexion.
Avec : Caroline Raynaud, Paul Brétécher, Alexandre Seurat, Natalie Giloux, Marie-Christine Lipani, Jean Dhombres
Retrouvez le dossier "Psychanalyse, psychiatrie et malaise social" sur notre webmagazine Balises : https://balises.bpi.fr/psychologie-psychanalyse/psychiatrie-psychanalyse-et-malaise-social
Suivre la bibliothèque : SITE ? http://www.bpi.fr/bpi BALISES ? http://balises.bpi.fr FACEBOOK ? https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER ? https://twitter.com/bpi_pompidou
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
972 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

.. ..