AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080721666
Éditeur : Flammarion (15/02/2003)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 28 notes)
Résumé :
En 1671, le départ pour la Provence de sa fille - la comtesse de Grignan- met Mme de Sévigné au désespoir. Alors, pour combler l'absence, elle entre avec elle en correspondance comme on entre en religion.
Elle lui raconte tout, les plus hauts faits comme les plus anecdotiques, les plus graves comme les plus légers: la guerre de Hollande, le procès de Foucquet, le suicide de Vatel, l'incendie chez un voisin ou encore la dernière coiffure en vogue à Paris.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MllePeregrine
  13 novembre 2012
Une critique à chaud alors que je viens à l'instant de refermer le livre: ce fut un véritable plaisir de plonger au coeur de ce 17ème siècle par l'intermédiaire des fameuses Lettres de Mme de Sévigné à sa fille, la comtesse de Grignan, partie vivre en Provence.
Dans chacune de ses lettres, la marquise fait part à sa fille bien-aimée de ses états d'âme, elle lui raconte aussi bien les derniers ragots que les grands événements tels que le procès de Foucquet, elles discutent de mode, d'enfants, des voisins, des activités de l'une et l'autre.
Le lecteur s'enrichit ainsi énormément de tous ces détails, apprend aussi que le courrier était distribué 2 fois la semaine et...tiens donc! que parfois les lettres ou les colis se perdaient! Bref, rien n'a changé, ou du moins pas grand chose, ces Lettres sont finalement d'une modernité incroyable.
Un petit mot sur la collection Etonnants Classiques (GF Flammarion): les Lettres sont regroupées selon des thématiques et chacune d'elle est précédée de quelques explications sur le contexte d'alors. Des précisions bien utiles. Un dossier en fin d'ouvrage présente d'autres écrits épistolaires de différentes époques.
C'est donc un livre à la portée de tous que je recommande vivement!
Ne serait-ce que pour se délecter à la lecture de ces courriers écrits dans un français à couper le souffle...
PS: j'ai adoré le passage où pour expliquer la nouvelle coiffure à la mode à Paris, Mme de Sévigné expédie à sa fille une poupée qu'elle a faite coiffer de cette manière!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
barjabulette
  20 juin 2016
Alors,....Comment vous dire ? d'abord, peut on se permettre de critiquer les lettres de Madame de Sévigné ? Ben oui, on peut !
L'intérêt de ce genre de lecture est moins l'apport littéraire que l'apport historique.
En effet, Madame de Sévigné n'est pas Zola, ses lettres sont souvent mièvres (limite Harlequin) et ses "papotes" de café avec sa fille sont un peu lourdes.
De plus, le style est très "vieux français ampoulé" et ça n'aide pas la compréhension de cette vaste correspondance;
Par contre, ce qui m'a poussé à lire ces lettres, c'est l'humour dont Madame de Sévigné peut faire preuve, notamment lorsque ses lettres sont citées dans tel ou tel autre ouvrage. Et on retrouve bien ce coté un peu caustique de sa personnalité, par exemple, lorsqu'elle nous parle du passage au bucher de la Poison.
Autre intérêt de ce type de littérature, c'est, évidemment, les faits historiques. C'est regarder l'histoire sous un autre prisme que de lire les lettres de la Comtesse.
Ce que je déplore dans la version que j'ai lue est l'absence de contextualisation. En effet, j'aurais préféré une espèce de version "décryptée" de ces lettres, je pense qu'elles permettraient mieux de comprendre l'histoire en ayant les rappels historiques, le contexte. Ici, on est plongés dans une vaste correspondance et nous ne comprenons pas toujours à qui cela s'adresse, pourquoi, et quel était le contexte politique du moment.
Une lecture intéressante quoique fastidieuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
hberkanehberkane   03 janvier 2015
Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe, la plus singulière, la plus extraordinaire, la plus incroyable, la plus imprévue, la plus grande, la plus petite, la plus rare, la plus commune, la plus éclatante, la plus secrète jusqu’à aujourd’hui, la plus brillante, la plus digne d’envie ; enfin une chose dont on ne trouve qu’un exemple dans les siècles passés : encore cet exemple n’est-il pas juste [1] ; une chose que nous ne saurions croire à Paris, comment la pourrait-on croire à Lyon ? une chose qui fait crier miséricorde à tout le monde ; une chose qui comble de joie madame de Rohan et madame d’Hauterive[2] ; une chose enfin qui se fera dimanche, où ceux qui la verront croiront avoir la berlue ; une chose qui se fera dimanche, et qui ne sera peut-être pas faite lundi. Je ne puis me résoudre à la dire, devinez-la, je vous le donne en trois ; jetez-vous votre langue aux chiens ? Hé bien ! il faut donc vous la dire : M. de Lauzun épouse dimanche au Louvre, devinez qui ? Je vous le donne en quatre, je vous le donne en dix, je vous le donne en cent. Madame de Coulanges dit : Voilà qui est bien difficile à deviner ! c’est madame de la Vallière. Point du tout, madame. C’est donc mademoiselle de Retz ? Point du tout ; vous êtes bien provinciale. Ah ! vraiment, nous sommes bien bêtes, dites-vous : c’est mademoiselle Colbert. Encore moins. C’est assurément mademoiselle de Créqui. Vous n’y êtes pas. Il faut donc à la fin vous le dire : il épouse, dimanche, au Louvre, avec la permission du roi, mademoiselle, mademoiselle de mademoiselle, devinez le nom ; il épouse Mademoiselle, ma foi ! par ma foi ! ma foi jurée ! Mademoiselle, la grande Mademoiselle, Mademoiselle, fille de feu Monsieur[3], Mademoiselle, petite-fille de Henri IV, mademoiselle d’Eu, mademoiselle de Dombes, mademoiselle de Montpensier, mademoiselle d’Orléans, Mademoiselle, cousine germaine du roi ; Mademoiselle, destinée au trône ; Mademoiselle, le seul parti de France qui fût digne de Monsieur. Voilà un beau sujet de discourir. Si vous criez, si vous êtes hors de vous-mêmes, si vous dites que nous avons menti, que cela est faux, qu’on se moque de vous, que voilà une belle raillerie, que cela est bien fade à imaginer ; si enfin vous nous dites des injures, nous trouverons que vous avez raison ; nous en avons fait autant que vous. Adieu ; les lettres qui seront portées par cet ordinaire vous feront voir si nous disons vrai ou non.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
MllePeregrineMllePeregrine   13 novembre 2012
Imaginez-vous une tête blonde partagée à la paysanne jusqu'à deux doigts du bourrelet: on coupe ses cheveux de chaque côté, d'étage en étage, dont on fait de grosses boucles rondes et négligées, qui ne viennent pas plus loin qu'un doigt au-dessous de l'oreille; cela fait quelque chose de fort jeune et de fort joli, et comme deux gros bouquets de cheveux de chaque côté. Il ne faut pas couper les cheveux trop court; car comme il les faut friser naturellement, les boucles qui en emportent beaucoup ont attrapé plusieurs dames, dont l'exemple doit faire trembler les autres. On met les rubans comme à l'ordinaire, et une grosse boucle nouée entre le bourrelet et la coiffure; quelque fois on la laisse traîner jusque sur la gorge.
[...]
Je ferai coiffer une poupée pour vous envoyer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
SHANY21SHANY21   04 décembre 2016
M. de La Rochefoucauld voulait que j'allasse chez lui entendre lire une comédie de Molière. Mais en vérité, j'ai tout refusé avec plaisir, et me voilà à mon devoir, avec la joie et la tristesse de vous écrire.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Madame de Sévigné (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Madame de Sévigné
Madame de SÉVIGNÉ – Lettres 01 à 23
autres livres classés : epistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
6516 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre