AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253151746
317 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (02/11/2001)
3.16/5   41 notes
Résumé :
Comment continuer à vivre quand on en a perdu l'unique raison ? Dans un long et douloureux récit, Pascal Sevran raconte "La vie sans lui", lui, Stéphane, ce garçon "aux boucles brunes sur ses yeux verts", aux "fesses de nègre (...) comme dessinées par Michel Ange", qui partagea sa vie pendant dix-huit ans avant de mourir d'une douloureuse maladie, à 36 ans, le jour même de l'anniversaire de son ami. Présentateur de l'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Symphonie
  22 février 2013
La vie sans lui de Pascal Sevran , un ouvrage à la mémoire de son compagnon disparu. Il nous livre avec pudeur son ressenti, sa vie sans " LUI " le showbiz. son désarroi, sa solitude. Un récit empreint de sensibilité. J'ai été surprise, je ne m'attendais pas à tant d'émotion en le parcourant. Parti rejoindre son compagnon, il nous laisse un très bel ouvrage.
" Un seul être vous manque et tout est dépeuplé " ( Lamartine )
Personne ne pleure de la même manière...
Commenter  J’apprécie          30
lilalys
  11 octobre 2020
Au fil des jours, Pascal Sevran ne fait pas que de déposer sa douleur de l'être aimé à jamais disparu dans son journal, mais nous fait aussi partager sa vision de l'amour, de l'amitié, ses goûts littéraires ( avec une certaine prédilection pour Marcel Jouhandeau), ses voyages et leurs péripéties, ses commentaires sur l'actualité de l'époque (guerre en Bosnie ...) et enfin son profond attachement pour la Haute-Vienne où il a sa maison de campagne.
J'ai beaucoup apprécié ses différentes approches que je trouve très pertinentes bien que son franc-parler peut quelquefois nous interpeller.
Commenter  J’apprécie          00
Brigitte91
  22 août 2021
Ce livre a du être une thérapie pour l'auteur dont on ne connaissait finalement que la partie haute de l'iceberg .on découvre une personne sensible, qui nous fait part de ses sentiments lors de la perte de son compagnon qui lui manque énormément . une vraie histoire d'amour !
Commenter  J’apprécie          10
ALEXANDRA_LEDX
  21 juillet 2018
j'étais en deuil j'avais besoin de lire cette histoire...
Commenter  J’apprécie          40
karine68700
  30 janvier 2020
C'est un ancien livre qui date des années 2000. Il est assez triste et long à lire.
en effet Pascal Sevran raconte son histoire ou plutôt sa vie après la mort de son compagnon Stéphane. il explique chaque jour dans ce journal ce qu'il fait ou bien des pensées pour Stéphane et le manque de son amour.
c'est très touchant l'amour qui lui a porté et qui lui portera toujours.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   04 avril 2013
Morterolles, 10 novembre

Je n’en peux plus des gens qui parlent, qui parlent pour ne rien dire ou pour médire. Je ne les écoute pas. Je les fuis le plus souvent, certains me poursuivent de leurs assiduités et je cède parfois à leur sincérité provisoire. Je pourrais les mener en bateau, mais ce jeu serait minable.
Suis-je naïf ? Non, pas encore. Alors je me démène pour ne pas céder au découragement. Je m’en veux quand je me trompe. Les traîtres n’ont pas forcément des têtes de traîtres, voilà le problème, avec les traîtresses en revanche c’est plus simple, elles ont à la commissure des lèvres un pli qui les dénonce (même à vingt ans) et dans le regard une fourberie que leur sourire ne dément pas. Stéphane en avait repéré une parmi d’autres autour de moi que je n’avais pas démasquée à son sujet, je la croyais irréprochable.
C’est lui, je le crains, qui avait raison. J’aurai la preuve bientôt qu’elle s’occupe de ce qui ne la regarde pas. Les hommes aussi bavardent, mais ils ne savent pas mentir longtemps.
Je ne suis pas misogyne car il faut le talent de Guitry pour que ce mauvais penchant soit acceptable. Mais c’est vrai, je suis sans indulgence pour celles que leur comportement rend impardonnables. Les misogynes reprochent aux femmes d’être des femmes, moi c’est le contraire qui me scandalise, quand elles renoncent à leur différence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   04 avril 2013

Morterolles, 1er mars 1999

Ma vie avec Stéphane ressemblait beaucoup au bonheur. Je redoutais d’avoir un jour à en payer le prix. C’est fait. Quand on est pessimiste, on est sûr d’avoir raison finalement.
Depuis trois jours, écrire ce journal ne suffit pas à m’apaiser. Est-ce la lune montante qui me malmène ? Berl croyait à l’influence de la lune. Elle finira bien par redescendre.
Ce que je crois moi, c’est que l’amour est une proposition du diable, il faudrait savoir lui résister. Je suis resté longtemps insensible à ses avances, décidé de ne pas « tomber » amoureux, laissant cela aux jeunes filles perdues d’avance, et puis le diable l’emporte toujours. Souffrir toute la suite de ma vie pour dix-sept ans d’amour fou, la balance penche vraiment trop du mauvais côté…
Il faut rester tranquille, seul : « Quand on poursuit le bonheur, on court après le reflet d’un mot. » Je ne suis pas fait pour les grandes tragédies que sont l’amour et la mort, je suis fait pour la vie et je vois bien pourtant que la vie c’est l’amour et la mort. - Arrête mon petit Jean-Claude, va dire bonjour à tes ânes, ça ira mieux après…
Stéphane savait m’arracher à mes tourments car il ne doutait pas que l’amour vaut d’être vécu. Tu étais le diable mon amour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
janessanejanessane   06 juillet 2014
L'intimité ne se réduit pas à l'amour physique, il en est parfois le prolongement heureux mais il ne le prouve pas, il ne l'éclaire pas. L'intimité c'est donner son âme à qui peut en partager les bonheurs et les tourments.
Commenter  J’apprécie          50
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   04 avril 2013
Morterolles, 23 juillet

C’est au crépuscule que je m’apaise le mieux. Mes angoisses tombent avec le jour, il y a là un mystère que Dieu seul pourrait expliquer s’il avait le temps de s’intéresser à moi. Je n’y compte pas, on le sait, il a assez à faire avec ses défauts pour ne pas s’embarrasser des mécréants.
Je mourrai un matin qui me surprendra au-delà de mes forces, incapable d’aller plus loin sans Stéphane. D’ici là d’autres sourires viendront peut-être qui me conduiront calmement jusqu’à lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
janessanejanessane   06 juillet 2014
On ne peut demander ça à personne de vous aimer sans repos, sans répit, c'est pourtant la seule chose que nous espérons secrètement. Nous vivons aux aguets.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Pascal Sevran (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Sevran
Documentaire diffusé le 24 septembre 1991 sur France 3. Jean-Michel Vouzelaud va à la rencontre de Pascal Sevran à son domicile, pour l'interviewer.
lamiretele2
>Loisirs et arts du spectacle>Représentations scéniques>Cinéma, radio, télévision (853)
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
356 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre