AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070335720
Éditeur : Gallimard (15/11/2001)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 43 notes)
Résumé :
L'histoire, racontée à la première personne, est l'autobiographie d'un cheval nommé Black Beauty, qui commence sa vie poulain dans une ferme anglaise. Le roman raconte les mésaventures de ce cheval, vendu par ses premiers propriétaires, jusqu'à devenir cheval de fiacre dans les rues de Londres. Tout au long de l'histoire, Black Beauty est confronté à la cruauté ou la sympathie des hommes, et continue à faire le travail qu'on lui demande avec courage. Chaque chapitre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Folfaerie
  04 mai 2010
Un mot sur l'auteur. Anna Sewell est née en Angleterre en 1820. Elle aimait les animaux et surtout les chevaux. A l'âge de 14 ans, elle fit une chute qui lui abîma les genoux. La blessure fut mal soignée et la jeune Anna demeura handicapée jusqu'à la fin de sa vie. Pour retrouver sa mobilité et son indépendance, elle utilisait fréquemment l'attelage de son père. Elle fut ainsi témoin de mauvais traitements infligés aux chevaux et en 1871 décida d'écrire un roman à l'attention de tous ceux qui s'occupent de près ou de loin des équidés. Elle mit 6 ans pour le terminer et le roman fut publié en 1877. C'est devenu un classique de la littérature anglaise.
Plusieurs choses sont à noter. le roman est très original car la parole est donnée au cheval. En anglais, il était sous-titré : l'autobiographie d'un cheval. Ensuite, écrit en pleine période victorienne, c'est l'un des rares romans traitant du respect dû aux animaux. J'adore personnellement tout ce qui touche à cette époque, mais il faut bien avouer que, quelque que soit l'écrivain ou le roman, on ne trouve quasiment jamais d'anecdotes ou de détails se rapportant aux animaux de compagnie et surtout aux chevaux.
Anna Sewell espérait contribuer à améliorer le sort des chevaux anglais en écrivant cette histoire. Elle y réussit en partie.
Black Beauty est un beau cheval qui vit dans la propriété de ses maîtres avec sa mère, Duchesse et d'autres chevaux, notamment l'ombrageuse Ginger et le poney Merrylegs. Il vit heureux jusqu'à ce que le maître soit obligé de s'exiler à l'étranger et de vendre ses bêtes; Les premiers ennuis commencent pour Black Beauty. Acheté par un Lord, nous découvrons en même temps que le cheval cette funeste mode de l'époque, l'utilisation de fausses rênes pour les chevaux d'attelage, procédé qui consistait à relever la tête des chevaux (ça faisait plus joli, plus noble !!!) et qui causait des douleurs dorsales et déformait les encolures.
Après un accident qui lui endommage gravement les genoux, Black Beauty est revendu à un maquignon qui le loue aux cavaliers de passages, puis est revendu à nouveau à un cocher de fiacre à Londres. Son nouveau maître prend soin de lui mais le travail est dur (le fiacre était l'ancêtre du taxi, rappelons-le). Ensuite, Black Beauty, qui aura d'ailleurs changé de nom plusieurs fois, connaîtra encore une période de misère avec d'autres propriétaires, avant d'échouer enfin dans une famille qui saura prendre soin de lui.
Black Beauty endure beaucoup de choses : les coups de fouets, les charges trop lourdes, le manque de nourriture, des écuries mal aérées et nettoyées peu souvent, les longues attentes dans le froid et sous la pluie pour un client. Il voit des camarades qui finissent à l'abattoir, il raconte la vie éprouvante des poneys qui transportaient le charbon dans les galeries, bref, c'est un panorama assez complet de l'utilisation des chevaux à cette époque.
C'est forcément très émouvant, sans que l'histoire ne tombe non plus dans le mélodrame. Par bien des aspects cela m'a rappelée les Mémoires d'un âne de la Comtesse de Ségur, un autre livre qui a beaucoup compté dans ma jeunesse.
Je suis cavalière, j'ai appris tardivement à monter, j'ai vu ce qu'était la vie d'un cheval de club et à bien des égards, certaines choses rapportées par Anna Sewell se rencontrent encore aujourd'hui.
Ce roman n'est pas seulement destiné à la jeunesse, même si les éditions en ont décidé autrement. Il doit être lu par les adultes, qu'ils soient cavaliers ou non, peu importe. Mais aussi par ceux passionnés par l'époque victorienne, car il est bon également, de découvrir l'envers du décor.

Lien : http://lectures-au-coin-du-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lisbei13
  27 septembre 2016
Dans sa jeunesse, Black Beauty a connu la douceur des prés de la campagne anglaise, la liberté et l'affection de ces maîtres. Devenu un beau cheval doux et d'une belle prestance, il fait la fierté de ses propriétaires et des palefreniers qui prennent grand soin de lui et de ses compagnons Ginger et Merrylegs. Mais la vie d'un cheval, au XIXème siècle, est rarement un long fleuve tranquille, et Black Beauty va l'apprendre au gré de ses rencontres avec d'autres chevaux, qui n'ont pas toujours eu sa chance, puis de lui-même, en changeant plusieurs fois de maîtres.
Unique roman de son auteur, Anna Sewell, ce livre a été écrit pour dénoncer les conditions de vie des chevaux à l'époque, les mauvais traitements, les modes stupides qui infligeaient parfois de véritables tortures aux chevaux, l'indifférence ... on peut dire que ce fut un succès car le livre a connu une immense popularité au point de le hisser au rang de classique.
Pour ma part, il m'a irrésistiblement fait penser aux Mémoires d'un âne de la Comtesse de Ségur, que j'ai lu plusieurs fois dans mon enfance (oui, nous avions la collection complète des oeuvres de Sophie Rostopchine à la maison, et je les ai tous lus au moins une fois, à l'exception des Deux Nigauds, il me semble), avec toutefois une différence notable : la morale. Parce que dans Les Mémoires d'un âne, il me semble bien qu'on met en avant qu'une bonne partie des malheurs connus par Cadichon sont une juste punition de son mauvais caractère ou de ses mauvaises actions ... alors qu'ici, point de tout cela. Black Beauty est un animal gentil et courageux, et on explique à de nombreuses reprises que le fouet et les coups sont inutiles pour inciter un cheval à faire correctement son travail, s'il a été bien élevé et qu'il est bien traité par ses maîtres, il met déjà tout son coeur à l'ouvrage. Bon, par contre, la morale chrétienne est bien présente dans le récit, mais plutôt pour souligner que les hommes bons traitent leurs animaux convenablement et avec affection, et qu'en retour ils en obtiennent le meilleur. Par d'autres côtés, j'ai même trouvé ce livre étonnant de modernité, dans la troisième partie, quand Black Beauty appartient à un conducteur de fiacre, et où nous avons toute une réflexion sur le salariat et le patronat, et sur le travail du dimanche, notamment. Toujours d'actualité, non ?
Bref, pour moi qui ai dévoré la série Poly et celle de l'Etalon noir dans ma jeunesse, c'est un très bon livre de littérature jeunesse, qui porte l'empreinte de son époque, bien sûr, mais qui sera toujours apprécié par les jeunes amateurs de chevaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Gingko9
  17 septembre 2011
Un classique de la littérature jeunesse ! C'est l'un des livres qui m'a le plus marqué, et pas seulement parce que j'aime les chevaux. Ce livre parle de chevaux, c'est vrai, mais mais aussi de l'Angleterre du 19e siècle et des hommes qui y vivaient. L'auteur décrit à travers les yeux de ce cheval toute la société de l'époque, et ses injustices. Ce beau cheval de race, auquel on s'attache évidemment, apprend tout d'abord à être monté et appartient au meilleur monde. Mais par malchance, il va peu à peu descendre toutes les strates sociales et passer d'un cheval de monte à un cheval d'attelage, pour la noblesse, puis à Londres en tant que taxi, et... A vous de lire la suite !
Je le recommande très fortement, pour tout ce qu'il nous apprend des conditions de vie réelles et quotidiennes à cette époque, et parce qu'il s'agit d'une très belle histoire, avec des injustices mais aussi beaucoup d'amour.
Commenter  J’apprécie          20
Hindy
  15 janvier 2011
Un joli et lointain souvenir
Commenter  J’apprécie          70
Shaitana
  10 janvier 2011
Un de mes albums de chevet quand j'étais petite ! Que d'heures passées à lire cette si belle adapation du roman tellement connu d'Anna Sewell !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
danyeledanyele   01 octobre 2015
MON COUP DE COEUR JUNIOR N°1
Commenter  J’apprécie          61
Videos de Anna Sewell (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Sewell
"Black Beauty" Livre vidéo. Non sous-titré, non traduit. Partie 3
autres livres classés : chevauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Anna Sewell (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
659 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre