AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782749933542
250 pages
Michel Lafon (05/04/2018)
2.81/5   13 notes
Résumé :
Un western crépusculaireEn cet après-midi de 14-Juillet, Jacques Merenda dit " Le Niçois " n'aspire qu'à un moment de complicité avec son fils Christian Lestrival qui lui a succédé à l'hôtel de ville. Le feu d'artifice est pour lui l'occasion idéale. Mais la douce soirée d'été bascule en tragédie effroyable quand la Promenade des Anglais est frappée par une attaque terroriste des plus sanglantes. Incapable de faire face aux scènes d'horreur auxquelles il vient d'ass... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
coquinnette1974
  25 mai 2018
Farniente - le niçois de Joann Sfar m'a été envoyé par net galley et les éditions Michel Lafon.
Jacques Merenda dit " le Niçois "revient à Nice voir son fils, Christian Lestrival qui lui a succédé à l'hôtel de ville. Jacques aimerait aller voir le feu d'artifice sur la promenade des anglais, en ce jour de 14 juillet 2016. Il ne peut pas y aller car il dîne avec son fils et à un moment il apprend l'horreur : la Promenade des Anglais est frappée par une attaque terroriste des plus sanglantes. Il n'a qu'une envie : fuir cette ville..
En demandant ce roman, j'ignorais qu'il s'agissait du second volet des aventures de Jacques Merenda dit " le Niçois ".
Et cela m'a un peu dérangé, car je ne le connaissais pas du tout, et j'ai eu du mal à accrocher au début, et ensuite aussi d'ailleurs ! J'étais un peu perdue, ne sachant pas à qui j'avais à faire !
Le personnage est difficile à cerner si on n'a pas lu le premier tome. du coup, j'avoue ne pas avoir du tout accroché avec ce roman ! J'ai peiné à le lire, j'ai souvent soupiré et à aucun moment je n'ai réellement apprécié ma lecture.
Je mets pile la moyenne, deux étoiles et demie. Pas moins, car il est possible qu'en ayant lu le premier j'aurais apprécié celui-ci. le gros souci ici est que je n'ai pas apprécié le personnage, ce qui m'a clairement dérangé dans ma lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Livresenchantsthes
  13 avril 2020
Depuis "Le rouge et le noir" le fossé entre Paris et la province est littérairement officialisé et établi comme irréversible.
Joann Sfar est niçois et dit un fait : un attentat à Nice n'est pas traité de la même façon qu'un attentat à Paris.
Qu'à partir de ce moment là son écriture à la manière de San Antonio puisse faire confondre outrage et rage n'est que l'exercice de la liberté d'un auteur.
Dans l'horrible du noir de la nuit, du rouge sang des vies déchiquetées viennent se faufiler des ballets roses.
Cela interroge mais ne distrait pas.
Le personnage principal étant dans l'équivoque d'une personnalité politique réelle mêlée d'un personnage de fiction, il se permet de parler pour ne rien dire tout en dévoilant, et de dénoncer le bal des hypocrites tout en ne faisant rien. Sans complexe apparent il dit que la solution pour éviter le pire n'était pas compliquée mais il ne s'est pas impliqué.
Commençant le récit avec envie d'en finir avec la vie il termine en entrant dans la danse macabre de l'oisiveté.
Curieusement, de cet humour noir où les puissants ne font que cacher leur impuissance, peut sortir un furieux désir de sortir de toute apathie, sans aucune autre ambition que de ne pas se laisser abattre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NigraFolia
  01 mai 2018
La suite du Niçois où l'on retrouve Jacques Merenda (oui on pense à Jacques Médecin) et le Pitchoun ou Christian Lestrival, l'ancien maire devenu le président de l'agglomération niçoise, ancien champion motocycliste, accessoirement fils adultérin de Merenda, (qui ressemble bien à l'actuel maire de Nice). Oui les personnages sont assez caricaturaux.
Merenda est revenu dans « sa » ville. On est le 14 juillet 2016, Meranda veut aller voir le feu d'artifice sur la Promenade, mais est obligé d'aller au restaurant avec son fils pour un repas de travail. La Promenade des Anglais, la traversée folle d'un camion, des corps partout, des gens tétanisés ou affolés par la peur. L'horreur. Merenda ne se reconnait plus dans l'amour qu'il porte à sa ville, il se résout à la quitter. Pour fuir, i ldoit passer via ses amis, les patrons de la pègre locale. Et Sfar valse entre une maîtresse du président de la République, des producteurs louches, des salafistes, des stocks de drogue et des valises pleines de billets.
On accroche ou pas sur l'écriture de Sfar. Honnêtement ce n'est pas ma tasse de thé. La cascade mise en place fonctionne, mais je n'accroche en rien aux personnages. C'est comme ça, ça ne s'explique pas. Donc c'est une courte chronique.
Néanmoins, il n'en demeure pas moins qu'il transparait dans Farniente, une ode de Joann Sfar à sa ville et au-delà une excuse pour, fort d'une volonté de comprendre ce qui est incompréhensible, continuer son travail sur la tolérance notamment suite à cet attentat du 14 juillet.
Lien : https://nigrafoliablog.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sylvie71
  16 décembre 2018
Je n'ai pas adhéré à l'histoire, ni au style d'écriture. Je ne sais pas si c'est parce que Farniente- le niçois est une suite et qu'il me manque des éléments pour comprendre l'histoire ou alors que j'ai raté quelque chose à la lecture.
Pour moi il y a un trop grand décalage entre l'attentat du 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais à Nice et le personnage de Jacques Meranda.
Cela dit, ce roman peut plaire à d'autres lecteurs.
Commenter  J’apprécie          50
bibliobleue
  18 avril 2018
J'ai connu Joann Sfar avec "le chat du rabbin au cinéma" et "Gainsbourg, vie héroïque". Deux films que j'ai véritablement aimé au cinéma.
La lecture de ce roman ne m'a pas convaincu, Il y a une telle distance entre le personnage principal et les événements de cette nuit du 14 juillet que je suis restée ... insensible. Est-ce vraiment le mot ?
Je dois avouer que je n'ai pas du tout accroché à l'histoire et que je n'ai eu aucun plaisir de lecture.
Est-ce que j'ai raté quelque chose ?
Désolée ...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
idelaideidelaide   13 avril 2020
Bientôt on roule dans l'eau. C'est un phénomène dont je devrais me fiche complétement , cette nuit-là, mais ça me rend fou, cette montée des eaux à Nice. Ca dure depuis des mois. Ce n'est pas de l'eau salée ni, à proprement parler, du réchauffement climatique. Les experts se succèdent et on n'en sait rien, ce pourquoi ça dégorge.. Mais c'est ainsi. A part les trottoirs très hauts… J'ai cru à l'imminence d'un tsunami. ..On marche en pensant à autre chose puis on a les pieds mouillés et on se demande à quelle sauce on nous cuisine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
GuillangersGuillangers   06 avril 2019
Je m’approche de la scène du crime (c’est ainsi que j’appellerai la promenade des Anglais désormais). J’ai mon escorte, un géant qui boite et un photographe retraité qui trimballe une poussette.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Joann Sfar (143) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joann Sfar
Donjon Potron Minet 82  Donjon Monsters 15
autres livres classés : niceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le chat du rabbin

De quelle couleur est mon pelage ?

Gris souris
Tigré
Ebène

10 questions
127 lecteurs ont répondu
Thème : Le chat du rabbin Intégrale de Joann SfarCréer un quiz sur ce livre