AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253238058
240 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (12/06/2019)

Note moyenne : 2.4/5 (sur 56 notes)
Résumé :
« Au début il y a cette fille, Lili rencontrée sur Facebook. Ça commence par « vous connaissez peut-être », on clique sur la photo du profil et un jour on se retrouve chez les flics. J’ai aussi pris un chien, et j’essaie de lui apprendre à ne pas tuer mes chats. Tant que je n’aurais pas résolu le problème du chien et le mystère de la fille, je ne tournerai pas rond.
Ça va durer 6 mois.
C’est une histoire vraie. »
Ce roman fait suite à Comment tu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Deslivresalire
  02 septembre 2017
Pour oublier une rupture sentimentale, Joann Sfar se met en tête de prendre un chien et entretient une relation épistolaire et téléphonique avec Lili, une femme rencontrée sur Facebook (en cliquant sur son profil présenté dans l'option "vous connaissez peut être").
"Pourquoi tant de pages avant de trouver le courage de raconter cette histoire ? Parce qu'elle fait autant honte que les confessions d'un type ruiné par une secte Krishna Jihad et qui se réveille en se demandant comment il a pu marcher dans de telles conneries. Lili, c'est le procès de la croyance, cette vieille peluche."
Mais rien ne se passe de façon idéale, car le chien (un bull-terrier) ne cesse, malgré tous ses efforts pour l'éduquer, de vouloir tuer ses chats, et la jeune femme le fait tourner en bourrique, entre messages d'amour, de promesses et d'insultes... sans qu'il arrive à déterminer s'il s'agit d'une véritable personne ou d'une arnaque.
Mais l'essentiel n'est pas forcément là, car cette période est aussi riche en réflexions philosophiques sur sa relation aux autres, y compris aux animaux et finalement aux "êtres auxquels on s'attache pour des raisons imaginaires".
"Le sujet, ce n'est pas seulement le chien Marvin ou pas seulement Lili. le sujet, c'est Facebook et la promesse qu'offrent les images. le petit chien de Facebook, la jolie fille de Facebook, et pour finir le carnage de Facebook seront toujours plus attirants que les drames vécus et éprouvés dans nos vies minuscules. Car derrière ces images, dans la joie ou dans l'horreur, se tiennent des promesses plus grandes que nous."
Il est intéressant ce livre de Joann Sfar, bien que partant un peu dans tous les sens. C'est d'ailleurs bien ce qui le rend vivant. On passe d'une idée à l'autre, d'un questionnement à l'autre, mais avec toujours en ligne de fond ces deux histoires de chien et de relation Facebook.
Le langage cru renforce cette idée qu'on est dans la tête de l'auteur, et c'est parfois drôle, parfois émouvant.
Mais c'est sans doute aussi une façon de montrer qu'au final "il faut que la fille dont on rêve existe vraiment dans la vie. Si on rencontre une fille qui ne fait pas rêver, il faut s'abstenir. Il ne faut pas y aller par politesse ou pour montrer qu'on peut bander. Non, c'est pas comme ça. L'amour c'est sacré".
Même si j'ai eu un tout petit peu de mal à entrer dans ce roman, perdu dans les méandres des pensées philosophiques dont on ignore parfois la finalité, assez rapidement j'y ai trouvé du plaisir et de l'intérêt, tout en partageant sa vision des dangers de l'internet et de l'illusion qu'il entretien.
Ce roman c'est finalement le chemin de l'auteur vers un nouvel amour qui sera l'incarnation bien réelle de l'imagerie entretenue jusque là sur FB sans avoir pu la concrétiser...
Vous pouvez donc vous lancer dans la lecture de ce bon roman... "y a pas de souci".
D'autres avis sur d'autres lectures sur :
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Ogrimoire
  09 octobre 2017
Me croirez-vous si je vous dis que j'ai lu ce livre il y a déjà plus de deux mois ? Eh oui, j'étais en vacances en pleine période boulimique de lecture – et de rosé -, j'ai dévoré ce roman en une journée… Et après ? Eh bien, quand j'ai dû me mettre à la rédaction de ma chronique, j'ai tout fait pour repousser l'échéance car je ne savais pas par quel bout le prendre, je ne savais pas si j'avais vraiment aimé ou pas, en fait j'étais juste incapable de donner un avis…
Après de nombreuses hésitations, je crois enfin que je peux y arriver, que j'ai trouvé comment parler de ce roman.
Comme beaucoup de lecteurs, le nom de Sfar m'évoque le Chat du rabbin, que je trouve extrêmement réussi : j'ai adoré le pitch de départ, l'histoire de ce chat qui après avoir mangé acquiert l'usage de la parole… Mais pour ce qui est des romans, j'ai souvent entendu dire que Joann Sfar avait un style particulier et parfois déroutant pour le lecteur !
J'ai essayé d'entamer ce livre en laissant de côté mes a priori. L'idée de départ ne peut que nous séduire, nous qui sommes des adeptes de réseaux sociaux à outrance et qui sommes très rarement à nous questionner sur les répercussions que peut avoir l'exposition permanente de nos vies sur la toile… Bref, on entame notre lecture avec des tonnes de questions…
Au bout de quelques pages, on sent bien que ce livre va partir un peu dans tous les sens – serait-ce ça qui rend ce livre si vivant ? Car oui, moi j'ai ressenti une grande proximité avec Sfar : j'ai eu l'impression que nous étions deux amis attablés autour d'un bon verre de vin – de préférence un Vacqueyras ou un Saint-Véran – et qu'il me racontait sa rencontre pour le moins énigmatique avec Lili. Je voyais Marvin, son chien incontrôlable, courir autour de nous. Bref, sa vie ne tourne pas rond : elle tourne autour de Facebook !
Cette tranche de vie que nous livre Joann Sfar est à la fois drôle et émouvante… Et même si on craint rapidement que son histoire avec Lili ne puisse rien donner de bon, on se laisse surprendre à se dire « et si, et si cette fille était simplement un peu paumée mais pas mythomane… ».
Le seul bémol, en ce qui me concerne, ce sont les « réflexions philosophiques » qui gravitent autour de l'histoire. Elles instaurent une forme de distance entre l'auteur et le lecteur, sans que leur finalité soit réellement claire !
Lien : https://ogrimoire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Bazart
  16 septembre 2017

En mai dernier, on s'était félicités du fait que Joann Sfar abandonnait pour un temps les univers un peu trop introspectifs et autocentrés sur ses obsessions intimes, pour retrouver avec bonheur son fameux Petit Vampire .
Malheureusement, cette parenthèse aura été de courte durée car il nous revient en cette rentrée 2017 avec un récit largement autobiographique basée sur sa rencontre sur facebook avec une jeune fille fantasque nommée Lili, ainsi que ses difficultés à gérer un incontrôlable pitbull, Marvin..
Ca commence pas mal, c'est plutôt enlevé, ca pose de questions plutôt pertinentes sur internet et ses dangers, mais hélas, très vite ca se gate pour aboutir à un récit décousu, trop autocentré pas assez universel.
Finalement ce mélange de quelques aphorismes parfois brillants et disgressions souvent inutiles lasse bien vite.
Dommage, depuis quelques temps, Sfar produit beaucoup, trop peut-être, trop sans doute, et sincèrement son talent incontestable mérite mieux que cette frénésie d'écriture..

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Kirzy
  09 septembre 2017
C'est un drôle de roman ultra vivant, foutraque, qui part dans tous les sens me mode hyperactif. La trame principale est double : elle s'articule autour de la relation dévorante de l'auteur avec la fantasque Lili rencontrée virtuellement sur Facebook, mais aussi de son quotidien dévoré par Marvin, un bull-terrier incontrôlable.
C'est comme si on était plongé direct dans la tête de Joann Sfar. de digression en digression de digression, il nous parle à la 1ère personne des dangers des réseaux sociaux, de sa vie d'artiste, de sa passion du dessin, de la famille, du rapport à la judaïté dans un méli-mélo joyeusement foutraque.
C'est souvent très drôle car l'auteur a beaucoup d'esprit et sait trouver des saillies hilarantes et intelligentes.
Mais y en a trop ! J'ai souvent eu envie de zapper certains passages un peu fumeux ou trop long, pour revenir à l'histoire avec Lili.
Commenter  J’apprécie          110
Thalyssa
  17 juin 2018
J'avoue que dans ma bulle, j'ignorais encore qui était Joann Sfar – auteur de BD, illustrateur et réalisateur français – quand ce livre a atterri entre mes mains. Je traînassais dans les allées de la bibliothèque à la recherche de quelque chose de différent et en grande amie des animaux, c'est d'abord la couverture qui m'a attirée. En m'approchant, j'ai vu qu'il s'agissait du coup de coeur du moment d'un des bibliothécaires, le pitch avait l'air intéressant, dans l'air du temps, alors pourquoi pas ?
Des mois plus tard, j'ai encore du mal à définir mon ressenti. Encore dans l'ombre d'une relation amoureuse qui s'est mal terminée, Joann Sfar s'entiche d'une jeune femme que Facebook lui suggère dans son fameux encart : « Vous connaissez peut-être ». Ils font connaissance entre deux joutes verbales mais très vite, les choses prennent un drôle de tournant. Lili paraît instable, elle enchaîne les grandes déclarations d'amour aux pires insultes et menaces. Elle joue les bienfaitrices et les victimes, elle se lance dans des récits grandiloquents sur sa vie comme si elle cherchait à surcompenser l'ennui du quotidien. Elle se prête une vie de mannequin à l'entourage toxique, elle est pleine de vie, malade le lendemain, mourante le surlendemain. Elle passe du tout à rien, s'enflamme, envahit, étouffe, s'accapare,… Mais on ne peut nier une certaine intelligence puisqu'elle arrive à manipuler l'auteur, un homme instruit qui en a pourtant vu d'autres. Elle introduit des éléments réels dans ses fantasmes, on ne sait d'ailleurs trop comment, et convainc les autres de lui accorder le bénéfice du doute. Durant cette même période, Joann Sfar adopte un bull terrier et s'investit du mieux qu'il peut pour que tout se passe au mieux pour l'animal comme pour lui. Mais là aussi, tout se complique très vite. « Marvin n'est pas méchant, il aime tuer, c'est différent. »
Ce livre autobiographique nous est présenté comme basé sur ces deux éléments mais la vérité est toute autre. Honte de s'être fait prendre au piège ? Tentative de mener le lecteur en bateau comme il a pu l'être au fil des mois ? de tout ramener à lui à l'instar de Lili qui ressentait sans arrêt le besoin d'être sur le devant de la scène ? le fait est que l'auteur passe sans arrêt du coq à l'âne. Il dit qu'il va nous parler de Lili et il enchaîne avec sa mère. Il dit qu'il va nous parler du chien et il enchaîne avec ses conquêtes d'un soir. Même sa plume est paradoxale, car Joann Sfar arrive à jongler avec des phrases philosophiques, des aphorismes percutants qui n'ont pas manqué de interpeller, et un langage volontairement familier, parfois même vulgaire. Il joue les provocateurs comme pour cacher ses sentiments réels face à tous ses déboires. Il est facile de perdre le fil d'une page à l'autre, les digressions multiples pourront en déstabiliser plus d'un, et pourtant, petit bout par petit bout, j'étais assez prise au jeu pour avoir envie d'y revenir. C'est une lecture dense et complexe, et je n'arrive toujours pas à savoir si j'ai aimé ou détesté. J'y ai trouvé quelque chose en tout cas, et c'est bien ce que l'on demande à un livre, peu importe son genre. Les réflexions de l'auteur sur la vie, les réseaux sociaux, l'amour, ses relations avec les autres, ses pensées anarchiques qui partent dans tous les sens comme s'il voulait tout dire en une fraction de seconde de peur de l'oublier d'ici la suivante, le besoin d'expier, de déballer pour mieux tourner la page,… tout cela a su trouver un écho en moi. On y voit un homme sensible, un peu vulnérable aussi sur certains points, un homme qui se livre, dans le chaos et l'autodérision. Et qui joue les machos. Cette structure aléatoire, carrément brouillonne, et ce récit centré sur l'ego de l'auteur font que malgré tout, c'est une lecture qu'il ne m'arrivera sûrement jamais de conseiller à mon entourage.
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (4)
LeDevoir   07 août 2018
Les émotions, se noient dans l’ironie malgré une écriture rythmée. Sfar donne à rire, livre même quelques joyaux, mais il peine, même s’il en est capable, à nous secouer, à nous faire rêver.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeFigaro   31 octobre 2017
Dans son roman Vous connaissez peut-être, le dessinateur et réalisateur évoque la façon dont il s'est fait piéger sur le réseau social. Et dresse le portrait d'une usurpatrice talentueuse qui faisait également du chantage à un journaliste «réputé».
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeFigaro   15 septembre 2017
Le récit des mésaventures du dessinateur célèbre tombé amoureux d'une fille vue sur Facebook.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   28 août 2017
Vous connaissez peut-être, par Joann Sfar: drôle de roman sur les dangers des réseaux sociaux ou mise en scène surécrite de l'écrivain lui-même?
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
DeslivresalireDeslivresalire   11 septembre 2017
Le sujet, ce n'est pas seulement le chien Marvin ou pas seulement Lili. le sujet, c'est Facebook et la promesse qu'offrent les images. le petit chien de Facebook, la jolie fille de Facebook, et pour finir le carnage de Facebook seront toujours plus attirants que les drames vécus et éprouvés dans nos vies minuscules. Car derrière ces images, dans la joie ou dans l'horreur, se tiennent des promesses plus grandes que nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LucilliusLucillius   02 janvier 2019
Notre époque c'est celle du type qui achète tellement de livres qu'il n'aura jamais le temps de les lire et ça l'angoisse tellement qu'il en oublie à quoi servait à l'origine la lecture.
Commenter  J’apprécie          70
OgrimoireOgrimoire   09 octobre 2017
Le sujet, ce n’est pas seulement le chien Marvin ou pas seulement Lili. Le sujet, c’est Facebook et la promesse qu’offre les images.
Commenter  J’apprécie          70
BazartBazart   16 septembre 2017
Ecrire, c'est quand quelque chose te tracasse et que tu peux le faire sortir. "Y'a pas de souci, c'est l'inverse. Chaque " y a pas de souci" entendu confortera l'auteur dans l'idée que toute communication avec l'extérieur est vouée à l'échec.
Commenter  J’apprécie          30
etoilensoletoilensol   27 décembre 2017
"Et toi, tu t'appelles Jihad. ça veut dire "guerre sacrée". Elle est sacrée car elle est dans ta t^te. Tu sais, on se représente souvent faisant le jihad avec un sabre, mais en vrai on devrait commencer par prendre un balai pour faire le ménage en éliminant tous les mauvais penchants qu'on a dans le crâne. Voilà, ton jihad c'est une guerre des idées, contre le mal qu est dans ta tête, et contre ce que qui ne fonctionne pas dans le monde.
P 195
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Joann Sfar (126) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joann Sfar
Grégory Panaccione et Boulet bataillent et trinquent end dessins autour d'une choppe* ! L'abus de dessin n'est pas du tout mauvais pour la santé.
Donjon Antipodes -10000 - L'Armée du crâne Scénariste : Lewis Trondheim - Joann Sfar Illustrateur : Grégory Panaccione
Résumé : Après avoir conclu la méta-histoire de Donjon avec les tomes 110 et 111 en 2014, Sfar et Trondheim offre un nouveau souffle à leur saga culte. Un grand retour qui débute avec la création d'une série aux « antipodes » des précédents. Les guerres continuelles qui voient s'affronter Elfes et Orques ne laissent que peu de survivants. Seul sur le champ de bataille, un chien orque pleure la disparition de son maître. Mais le temps du recueillement est de courte durée. Il croise une animal destiné à être un ennemi : un chien D Elfe bien éduqué et à la langue bien pendue. Pour survivre dans ces contrées sauvages, ils vont devoir faire équipe.
En savoir plus : https://www.editions-delcourt.fr/serie/donjon-antipodes-10000-l-armee-du-crane.html
Achetez la Bande Dessinée numérique directement via l'application Delcourt - Soleil : https://itunes.apple.com/fr/app/delcourt-soleil-bd-comics/id840127039
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/ https://www.instagram.com/donjonplus/
Achetez le tome : Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782413016854&tag=editidelco-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : https://www.awin1.com/cread.php?awinmid=12665&awinaffid=651803&clickref=&p=http://recherche.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?Search=9782413016854 Cultura : https://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782413016854&classification=0
Donjon Zenith 07. Hors des remparts Scénariste : Lewis Trondheim - Joann Sfar Illustrateur : Boulet
Résumé : 2020 sera Donjon ou ne sera pas. Entre naissance d'un nouveau cycle et poursuite de toutes les séries « classiques », Sfar et Trondheim renouent avec cette incroyable saga épique. Pour reconquérir le Donjon tombé aux mains de Guillaume de la Cour, le plan est simple : Marvin, Isis et Herbert doivent trouver du fugus purit et l'utiliser pour déloger les occupants actuels de la forteresse. Mais est-ce vraiment le plan du Gardien ? Nos héros vont devoir lutter contre tous pour sauver le Donjon. Et en parallèle, Marvin réussira-t-il son Tong Deum de fiançailles ?
En savoir plus : https://www.editions-delcourt.fr/serie/donjon-zenith-t07-hors-des-remparts.html
Achetez la Bande Dessinée numérique directement via l'application Delcourt - Soleil : https://itunes.apple.com/fr/app/delcourt-soleil-bd-comics/id840127039
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/ https://www.instagram.com/donjonplus/
Achetez le tome : Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782413016885&tag=editidelco-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : https://www.awin1.com/cread.php?awinmid=12665&awinaffid=651803&clickref=&p=http://recherche.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?Search=9782413016885 Cultura : https://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782413016885&classification=0
+ Lire la suite
autres livres classés : réseaux sociauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le chat du rabbin

De quelle couleur est mon pelage ?

Gris souris
Tigré
Ebène

10 questions
115 lecteurs ont répondu
Thème : Le chat du rabbin Intégrale de Joann SfarCréer un quiz sur ce livre
.. ..