AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081295261
282 pages
Éditeur : Flammarion (01/10/2014)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Un virus, appelé le "poison noir" sème la panique à Maximum City. Cette micro-bactérie qui s'attaque aux récoltes, entraine une crise alimentaire et économique sans précédent. Une puissante société, AgroGen, prétend avoir trouvé un anti-virus. Mais pour l'équipe de typos, cette solution miracle cache quelque chose.
Le pouvoir en place menace l'avenir des hommes. Une mission de tous les dangers...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Hillel
  03 novembre 2014
Voici le second volet de la série young-adult dynamique et intelligente publié par Flammarion. Guido Sgardoli nous amène une fois de plus dans une société complexe, dans un univers trouble, inquiétant où la technologie et la corruption dominent. Un récit qui nous plonge dans une ambiance bien particulière qui m'a rappelé le genre "steam punk". Bref, encore une fois, j'ai trouvé cette série novatrice et intéressante. le premier tome m'avait étonné, le second ne m'a en rien déçue. Encore une fois je me suis attachée à ces quatre héros très particuliers.

Et pourtant, encore une fois, j'ai eu envie d'en savoir plus sur eux, j'aurai aimé que leurs relations et leurs personnalités soient plus développées...
Même si dans ce second tome nous en apprenons un peu plus sur eux. Nous savons enfin pourquoi sont-ils dotés de ces particularités si étranges. Nous avons quelques bribes de personnalités qui se révèlent, un début de romance, un peu de tension, bref enfin un peu plus de relations humaines qui mettent du piquant au récit.
Oui, j'aime bien ce genre de détails pour m'attacher aux personnages.
Dans ce second tome, c'est Gipsy, cette jolie fille taciturne et revêche qui est davantage mise en lumière. L'équipe de typos doit mener une nouvelle enquête pour démasquer les agissements louches d'un laboratoire agronomique. Les quatre jeunes étudiants en journalisme, Arlequin, Dusker, Morphe et Gipsy vont quitter Maximum City pour se rendre sur les traces d'un laboratoire certainement responsable d'une terrible épidémie.
Parallèlement, Gipsy s'interroge sur son passé. Ses nuits sont hantées par le visage du terrifiant Cartablanca. Ce dernier, toujours à la solde de K-Lab, se charge des sales besognes, c'est à dire torturer et liquider tout être indésirable mettant en péril les agissement de K-Lab. Cet organisme qui maintient la population dans la désinformation. L'auteur alterne les points de vue, et nous suivons tour à tour différents personnages du récit. j'ai particulièrement apprécié lire les pensées les doutes d'Arlequins, les inquiétudes de Gibsy, la haine de Cartablanca, ou les sentiments de Dunsker...
Par conséquent, le lecteur en sait davantage sur Cartablanca. Celui-ci veut mettre la main sur les quatre jeunes. On sent la tension monter dans les deux camps, sans que jamais les personnages ne se rencontrent.
Ainsi, deux histoires se mêlent, celle de l'enquête de Typos, et celle du passé de Gypsi. J'ai bien aimé ce mélange, même si j'aurai aimé un peu plus d'approfondissement sur l'histoire personnelle ou le caractère des autres héros. Mais il semble clair que l'auteur y va petit à petit, progressivement, nous distillant au compte goutte les détails croustillants...
Cependant, on ne s'ennuie pas une minute, beaucoup d'action et de rebondissements dans cette nouvelle enquête de Typos. Un second tome au rythme haletant et au style très original. Une narration vive ponctuée de brefs chapitres.
De plus, une fin qui nous laisse sur un suspens très intense et nous donne une très forte envie de connaître la suite.
Une série jeunesse originale et dynamique. Un second tome un peu meilleur à mon sens... J'ai hâte de lire le tome 3.
Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
maevedefrance
  04 octobre 2014
Nous retrouvons les quatre étudiants en journalisme (Gipsy, Morph, Dusker et Arlequin) dont le premier volume relatait leur lutte contre un scandale humanitaire dans un pays africain de 2043.
A présent voilà qu'une crise alimentaire et économique sans précédent s'abat sur Maximum City, due à un mystérieux champignon noir qui a ravagé toutes les récoltes. Comme par miracle, la puissance société AgroGen a trouvé un anti-virus. Cela paraît évidement totalement suspect à l'équipe d'apprenti-journalistes, qui mènent une enquête jusqu'à mettre leur propre sécurité en péril.
Guido Sgardoli choisit ici de montrer comment l'on peut fabriquer une famine de toutes pièces, comment, dans une société totalement corrompue et malfaisante comme celle de ce roman, l'économique et le politique sont complices au nom de deux maîtres mots : le profit et le pouvoir. Il suffit que des multinationales, où les gens travaillent pour leur compte, créent volontairement des catastrophes et ensuite se présentent avec l'antidote élaborée d'avance. C'est tout bénéfice pour eux, d'autant qu'elles ont "la plus haute organisation internationale pour le contrôle et le développement alimentaire" (le Fonds alimentaire mondial) dans la poche. le pouvoir de vie et de mort sur les individus est alors à portée de main.
Autant j'avais un avis mitigé sur le premier volume de cette série, autant on ne s'ennuie pas une seule seconde dans celui-ci, qui plonge directement au coeur du problème, à un rythme haletant. Une petite virée dans le désert qui borde Maximum City et la rencontre surprenante avec une vieille dame, que l'on imagine un peu sortie d'un roman anglais (elle se nomme Sara Bells) qui se prend d'amitié sincère pour les quatre jeunes qu'elle va héberger chez elle, est l'une des surprises de cette histoire.
Autant dans le premier volume j'avais eu du mal à m'attacher aux jeunes héros parce qu'ils n'étaient pas suffisamment approfondis à mon goût, autant ici on en apprend davantage sur eux par le biais de l'histoire de leurs parents. On comprend pourquoi Morph est un être protéiforme et pourquoi Gipsy dispose de bronchies. Les particularités physiques de chacun font aussi partie du puzzle de l'intrigue, que l'on découvre au fur et à mesure.
Pourtant, le lecteur n'est pas au bout de ses surprises : un coup de théâtre l'attend à la dernière page et ce n'est pas une bonne nouvelle ! Ce qui me fait conclure en disant : avec Typos, noir, c'est noir !
J'espère tout de même un peu d'espoir dans le tome suivant. Affaire à suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
orbe
  12 octobre 2014
Un groupe de jeunes, TYPOS, lutte contre la désinformation. Ils ont tous des capacités hors du commun : arriver à se faufiler en des endroits improbables, modifier son apparence physique ou encore réagir par un urticaire à toute annonce d'une fausse nouvelle !
La volonté de défendre la vérité les amènent à enquêter. Dans ce tome, une grande entreprise agro-alimentaire annonce avoir découvert le moyen de lutter contre un champignon noir qui détruit toutes les cultures. Info ou intox ?
Arlequin et ses camarades s'interrogent : D'où vient ce virus ? Pourquoi les actions des grands groupes industriels augmentent-elles soudainement ? A qui sert la désinformation? Puis, ils passent à l'action !
Un second tome au rythme plus soutenu. Alors que le premier volume présentait de façon plus générale le rôle de l'information et de la communication dans une société, cette suite applique cette problématique à la question des semences agricoles.
L'auteur décrit avec exactitude et conviction les mécanismes qui rendent possibles l'accaration des richesses par un petit groupe de puissants. Il démonte les rouages d'une machinerie implacable qui broie les plus petits sans se soucier de sacrifier les ressources de la Terre. Une démonstration brillante !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
c.brijs
  11 janvier 2015
"Pour devenir journaliste, il faut aimer la vérité et ne pas avoir peur de l'affronter."
Une citation qui, suite aux événements de ces derniers jours, a une sonorité bien particulière !
Dans ce deuxième tome de Typos, on retrouve, dans une société du futur, Arlequin, Dusker, Gipsy et Morph, nos quatre jeunes étudiants en journalisme, membres de la société secrète Typos, chargée, via son journal clandestin, de faire triompher la vérité.
Cette fois-ci, il s'agit de dénoncer les agissements criminels d'une société agroalimentaire qui propose au prix fort des semences miraculeuses résistant au champignon noir, cette micro-bactérie qui a détruit toutes les cultures et a entraîné une crise économique et alimentaire sans précédent. Trouver des preuves qui l'incrimine ne sera pas une mince affaire. Surtout qu'en chemin nos héros recroiseront la route de leur ennemie de toujours, la société K-Lab, la multinationale qui manipule l'information au profit du plus offrant.
Une fois la surprise passée quant au changement d'auteur - ce tome n'est plus écrit par l'auteur de la série à succès Ulysse Moore, Pierdomenico Baccalario, mais par Guido Sgardoli -, je me suis plongée dans ce récit. Après une première partie un peu plate où l'auteur s'approprie les héros et redéfinit les forces en puissance, on entre vraiment dans le vif de l'action lorsque l'un des membres de Typos est kidnappé. Ensuite, les péripéties s'enchaînent rapidement et on ne déplore plus aucun temps mort.
A l'action s'ajoute même en prime l'ébauche d'une histoire d'amour... Au programme également quelques révélations sur l'enfance de nos héros ainsi que quelques clés (on est loin de tout savoir) pour comprendre les origines de leurs super pouvoirs (Arlequin détecte tout mensonge, Dusker a une force surhumaine, Gipsy ne ressent aucune douleur et Morph est capable de modifier la physionomie de son visage). Et puis, par dessus tout, quelques réflexions sur les journalistes qui, tels des chevaliers blancs, pourchassent la vérité, parfois même au péril de leur vie. Une référence aussi à l'histoire du journalisme avec un clin d'oeil à l'affaire du Watergate, et plus proche de nous, au "User Generated Content, le contenu généré par les utilisateurs".
On retrouve également d'autres thématiques intéressantes qui tournent autour des OGM, de la génétique en agriculture et de la biodiversité. Avec ce questionnement quant à l'avenir de l'homme qui ne se situe pas comme on pourrait le croire dans la technologie mais bien dans les ressources alimentaires. Sans nourriture, l'homme n'est plus !
"Essayez de manger des machines pour voir."
Un tome qui pourrait s'achever sur le fameux "tout est bien qui finit bien" si l'auteur ne nous gratifiait pas d'une dernière information qui fait tout basculer et nous laisse dans l'expectative.
"Une "vérité" déclarée cachait toujours la réalité, souterraine."
Bref, un titre d'anticipation d'actualité ! le passage du flambeau entre Pierdomenico Baccalario et Guido Gardoli est plutôt réussi ! Hâte de découvrir la suite.

Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
argali
  27 septembre 2014
Nous retrouvons dans ce deuxième tome, les quatre adolescents étudiants en journalisme qui forment l'équipe de Typos. Les voici aux prises avec un scandale écologico-économique.
Un mystérieux champignon a détruit les récoltes des Territoires, le prix des denrées alimentaires a flambé et la famine guette. Un anti-virus apparaît alors comme par miracle. Cela met la puce à l'oreille de Typos. Bientôt, ils se rendent compte que d'autres catastrophes écologiques ont été résolues dans les années antérieures par la même firme dont les actions en bourse ont grimpé en flèche. Parallèlement, les publicités fleurissent dans la presse pour pousser les gens à investir dans l'agriculture et les OGM, d'alléchants crédits étant même accordés. Coïncidences ?
Dans cette société du futur hyper informatisée et contrôlée par le pouvoir en place, Typos est le caillou dans la chaussure. Déterminés, altruistes, incorruptibles, ces futurs journalistes encadrés d'un professeur et du père de l'un d'eux n'hésitent pas à dénoncer les dysfonctionnements du système et ses abus. Travaillant dans l'anonymat par sécurité, ils sont souvent amenés à faire des sacrifices pour mener à bien leur mission.
Ce deuxième tome nous donne enfin quelques précisions sur les personnages et les raisons de leur recrutement au sein de l'équipe. Les liens se clarifient un peu et le danger se précise par la même occasion. Il peut cependant se lire indépendamment du premier car les faits importants sont rappelés dans l'histoire. Comme le 1er opus, ce récit permet d'amorcer en classe une réflexion sur l'information, la presse, le choix des sujets traités... mais également sur le pouvoir des multinationales, la spéculation, les jeux d'influence et le manque d'éthique.
Un roman jeunesse bien construit, haletant et sans temps mort qui mêle avec intelligence et finesse des problèmes d'aujourd'hui et une fiction futuriste convaincante. le sujet et les nombreuses trouvailles technologiques plairont très certainement aux adolescents.

Lien : http://argali.eklablog.fr/ty..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe   09 octobre 2014
C'était uniquement grâce à leur héroïsme discret que les vérités cachées pouvaient remonter à la surface. Et si les vérités desservaient le système, comme c'était généralement le cas, le prix à payer pouvait être énorme.
Commenter  J’apprécie          150
argaliargali   27 septembre 2014
La nourriture est considérée comme un instrument financier abstrait qui sert à faire des profits.
Commenter  J’apprécie          60
shousounshousoun   22 novembre 2014
Contrairement à ce qu’on peut penser la technologie ne représente pas l’avenir de l’homme. Essayez donc de manger une machine, pour voir.
L’avenir de l’homme, autrement dit ses possibilités de survie, dépend de la nourriture. Si la nourriture disparaît, l’homme disparaît également. C’est logique, n’est-ce pas ? p. 11
Commenter  J’apprécie          10
c.brijsc.brijs   11 janvier 2015
Pour devenir journaliste, il faut aimer la vérité et ne pas avoir peur de l'affronter.
Commenter  J’apprécie          50
c.brijsc.brijs   11 janvier 2015
Une "vérité" déclarée cachait toujours la réalité, souterraine.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : ogmVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Guido Sgardoli (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
142 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre

.. ..