AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 0307291340
Éditeur : Ballantine Books (30/11/-1)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
In the four most bloody and courageous days of our nation’s history, two armies fought for two conflicting dreams. One dreamed of freedom, the other of a way of life. Far more than rifles and bullets were carried into battle. There were memories. There were promises. There was love. And far more than men fell on those Pennsylvania fields. Bright futures, untested innocence, and pristine beauty were also the casualties of war. Michael Shaara’s Pulitzer Prize–winning ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Walktapus
  13 juin 2014
The Killer Angels a donné au cinéma le film de guerre ULTIME à mes yeux : le Gettysburg de Ron Maxwell. Il raconte les trois jours de cette bataille centrale de la guerre de sécession.
Basé sur des mémoires et correspondances des protagonistes, sa force est sans doute de présenter dans toute leurs diversité, leur authenticité, leurs préoccupations, sans jamais les juger, l'âme de ces "anges tueurs" réunis sur un champ de bataille : Longstreet hanté par la mort de ses enfants, Lee malade cherchant à lire les intentions de Dieu, Chamberlain combattant pour une cause, Armistead et son amitié tragique avec Hancock, Garnet hanté par les accusations de Jackson, Picket anxieux d'arriver trop tard à la bataille, Buford désillusionné par le haut commandement, ou même Reynolds apparaissant pour mourir deux pages plus tard. Chaque chapitre est écrit du point de vue subjectif d'un de ces personnages.
Le livre se concentre principalement sur le haut commandement confédéré : Lee et Longstreet, et les brigadiers de la divison Pickett. Pour contrebalancer, côté Nord, on descend au niveau de la troupe en suivant tout au long de la bataille le 20ème régiment du Maine et son colonel, Chamberlain, qui s'offrent le point culminant du livre, au soir du second jour sur Little Round Top, avec la seule scène de combat décrite de l'intérieur, dont le chaos est rendu de façon saisissante par un resserrement du style.
Rien n'est épargné de ce qui fait une bataille : manoeuvres, recherches de l'ennemi, erreurs d'appréciations, lâchetés, incompétences, rivalités, actes de bravoure, initiatives malheureuses ou heureuses, décrivant de manière magistrale ce que peut être une bataille, l'information disponible par chacun, les relations entre les généraux, la transmission des ordres, l'appréciation des pertes, et bien sûr les hasards et les grains de sable, qui font déjouer les plans. Et aussi le trivial : la météo, les orages, la chaleur et la poussière des chemins, les blessures, la nourriture, etc.
Les batailles de cette importance donnent toujours lieu à plusieurs interprétations, souvent partisanes. The Killer Anges redore plutôt le blason de Longstreet (accusé après la guerre par ses anciens collègues de la défaite, et d'ailleurs un des rares qui ait participé à la "Reconstruction" avec le Nord), et fait reposer sur Stuart et Lee la responsabilité de l'échec sudiste.
Le livre sera peut-être un peu aride et difficile à suivre par le néophyte. Il y a beaucoup de noms, il vaut mieux connaître l'organisation militaire (armée, corps, division, brigade, régiment : c'est pourtant simple), et puis un petit peu des campagnes qui ont précédé (pour situer notamment Fredericksburg et Chancellorsville, Jackson et McClellan). Un ordre de bataille des deux armées avec le nom des généraux aurait été bienvenu.
Le film, avec ses 4 heures, est très fidèle et a largement le temps de suivre tous les personnages et la plupart des scènes, en reprenant les dialogues. Mais le livre rentre davantage dans la tête des personnages : dans celle de Longstreet, surtout, monolithique et impénétrable sinon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          97
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
WalktapusWalktapus   13 juin 2014
" Pour être un bon soldat, il faut aimer l'armée. Mais pour être un bon officier il faut pouvoir ordonner la mort de la chose que vous aimez. C'est... une chose très difficile. Dans aucune autre profession on n'a cela. C'est l'une des raisons pour lesquelles il y a si peu de bons officiers. Bien qu'il y ait beaucoup d'hommes de valeur. " (Lee à Longstreet)
(trad Walktapus)
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
autres livres classés : gettysburgVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
892 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre