AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330058918
Éditeur : Actes Sud (03/02/2016)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 8 notes)
Résumé :

À l’automne 2007, après plusieurs années d’exil, Benazir Bhutto rentre au Pakistan pour y mener une nouvelle campagne électorale qui lui coûtera la vie. Ali Sikandar, étudiant et reporter pour une chaîne de télévision privée, doit couvrir ce retour. Témoin privilégié dont la trajectoire personnelle est faite de douleurs intimes, de doutes et d’idéaux, il incarne les questionnements de toute une jeunesse qui, face à la confusion et aux dérives du pays, hésite... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
traversay
  28 mars 2016
Le Sindh est une région historique, au sud du Pakistan, dont la ville principale est Karachi, ancienne capitale du pays. La romancière Bina Shah en est originaire, de même que Benazir Bhutto, qui est au centre de son livre, La huitième reine. L'action se déroule durant trois mois, du retour d'exil de Benazir Bhutto à son assassinat, en décembre 2007, en pleine campagne électorale. La première qualité du roman est d'expliquer la complexité politique et ethnique du Pakistan à travers son passé mouvementé. Les chapitres contemporains alternent avec des légendes ou événements historiques, tous reliés à cette région du Sindh, creuset économique, agricole et industriel, mais aussi intellectuel du pays. le récit suit Ali, un journaliste de 25 ans qui est le symbole d'une jeunesse déboussolée et rebelle, fascinée mais aussi souvent très critique vis-à-vis de Benazir Bhutto. le livre trouve un équilibre entre la narration sociale et intime : Ali et son complexe de fils de grand propriétaire terrien, Ali et sa fiancée hindoue, Ali et ses indécisions politiques, Ali et ses velléités de partir en Amérique. C'est son évolution et sa révolution personnelle, dans une contrée en effervescence, qui constituent la moelle d'un roman dont la trame est parfois erratique mais en fin de compte passionnante et ô combien éclairante dans un Pakistan aujourd'hui encore en plein chaos et qu'un horrible attentat vient de frapper.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
BMR
  07 mars 2016
[...] Mais, tout de même… Donner de l'instruction aux filles ?
Difficile de ne pas répondre à l'invitation de Bina Shah de visiter son pays, le Pakistan, ou plus exactement sa région natale : le Sindh, la vallée et le delta de l'Indus, la région sud du Pakistan, frontalière du Rajahstan indien et du désert de Thar. C'est là que se trouve Karachi et ses 20 millions d'habitants, la plus grande ville du monde musulman.
Le Pakistan est un pays que l'on connait bien mal et dont la seule réputation chez nous est celle des attentats à répétition ou des compromissions d'un régime corrompu avec des extrémismes de tout bord, à commencer par les talibans de l'Afghanistan voisin.
Bina Shah est femme et journaliste et son roman entreprend résolument de nous faire découvrir sa région et son pays en mêlant la période actuelle et les origines géopolitiques de la partition coloniale de la région lorsque, en 1947, les britanniques décidèrent de tracer des frontières sur les cartes, obligeant des millions de personnes à des exodes croisés en fonction de leurs convictions religieuses.
La période contemporaine se situe en 2007 lorsque Benazir Bhutto, La huitième reine, revient de son exil pour mener campagne et reconquérir le pouvoir.
Le personnage principal, Ali Sikandar, est journaliste lui-même : désabusé quant à son propre avenir et à celui de son pays, il ne songe qu'à partir aux États-Unis. Sa famille lui pèse lourdement et sa petite amie est ... hindoue, encore une voie qui s'annonce sans issue.
Et voilà notre pauvre Ali chargé par son journal de couvrir le retour de Benazir Bhutto, l'idole de son père qu'il s'efforce de renier : un ancien propriétaire terrien, un 'féodal' détesté qui soutenait ardemment Benazir Bhutto et son clan.
La plume vive, mordante, ironique et moderne de Bina Shah fait le reste et tout cela nous donne un éclairage décalé sur le Pakistan d'hier et d'aujourd'hui. Elle aime manifestement son pays mais regrette profondément ce qui en a été fait.
Même le portrait de l'idole du pays (dame Bhutto, la huitième reine) n'est pas tendre et la corruption qui a entaché son règne est évoquée sans détours.
Sans avoir à braver les risques d'attentats, du fond de notre fauteuil, on apprend donc beaucoup de choses sur ce Pakistan méconnu et notamment sur ces 'féodaux', cette caste de riches propriétaires terriens (dont le clan Bhutto est issu) dont les colons britanniques assurèrent la pérennité en échange de leur soutien.
Pour celles et ceux qui aiment la géopolitique.
Lien : http://bmr-mam.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
de
  13 août 2016
Le Sindh, une région du Pakistan, un journaliste, retour sur l'actualité et l'histoire, plongée dans les doutes ou les travestissements de la réalité, heurts entre temps longs des arrangements sociaux, « l'arbre social » et accélération particulière du temps au travail ou en amour.
Une écriture fluide, une évocation légère et sérieuse des autres temps.
Les Pirs, les familles sindhies, les attentats, les saints soufis, les allégeances, le colonialisme britannique, les statuts sociaux et leur persistance dans le temps, les religions comme barrière, le poids des familles et des traditions, les rencontres et les amours…
Les silences honteux, les réécritures des passés, « l'autodestruction qu'il s'était amenée sur lui à force de secrets et de mensonges », ces relations familiales travesties ou niées, les corps nus et les « indigènes », les bouleversements sociaux et la lenteur des ajustements personnels, la dictature, les corruptions, les persistances des « féodalités », le poids de l'identitaire refaçonné en permanence…
Ce temps bousculé ou reformulé par la narration, les plongées dans les mythes et les histoires rêvées, l'irruption de la violence présente…
La tentation de l'exil, « hindous » et « musulmans », les protestations sociales, les hésitations et les basculements de perspective, la trépidante « modernité » urbaine et les brouillards mentaux, une extraordinaire journée d'échecs, manifestation de rue et répression…
Ces passés qui travestissent le présent, les liens refusés et pourtant si présents, les aménagements personnels avec les réalités…
« Il voulait être avec elle jusqu'à ce que la lune suive le chemin du soleil vers la ligne plate de l'océan, et que le soleil se relève à l'est, amenant le jour nouveau et, avec lui, un nouveau départ pour eux deux, sans plus d'interruption »
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
tristane
  13 juin 2017
Les difficultés sentimentales du personnage principal de ce roman ne présentent pas beaucoup d'intérêt, si ce n'est pour souligner le poids des traditions au Pakistan.
En revanche, la découverte de l'histoire ancienne (religieuse et politique) du Pakistan, les coutumes ancestrales qui perdurent, la situation du pays lors du retour de Benazir Butho sur le sol natal après des années d'exil sont très instructifs.
Commenter  J’apprécie          10
Atasi
  15 février 2016
Ali Sikandar est un jeune homme pakistanais d'origine sindh. Sindh, tout comme Benazir Bhutto, leader de l'opposition, qui est de retour au Pakistan après huit années d'exil. Ali mène une vie paisible, il a un travail dans une chaîne de télévision de Karachi, il s'occupe de sa famille, loin de la politique et du militantisme tout en rêvant de reprendre ses études. Le retour de Benazir Bhutto fera l'effet d'un électrochoc dans la vie d'Ali dès lors que son collègue caméraman fut tué sous ses yeux lors d'un reportage couvrant cet évènement.
En parallèle à la vie d'Ali, Bina Shah nous offre une rétrospective des grands personnages qui ont marqué à leur façon l'histoire du Sindh et du Pakistan. Un voyage dans l'histoire, tout en gardant le fil, certes discret, de l'histoire initial.
"La Huitième Reine" est le premier roman de Bina Shah traduit en français, et j'espère que ses précédents romans et nouvelles seront très rapidement à leur tour traduits.
J'ai apprécié découvrir la province du Sindh et l'histoire du Pakistan.
Lien : http://atasi.over-blog.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Les critiques presse (1)
Liberation   25 mars 2016
La romancière Bina Shah entrelace avec souffle actualité et mythes pakistanais, dans le sillage de la Première ministre assassinée en 2007 et d’un jeune révolté.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
AtasiAtasi   10 février 2016
Ali le contempla fixement. Pouvait-il exister plus absurde qu'un homme debout, ici, devant la Haute Cour du Sindh pendant une manifestation sur laquelle des rangées de policiers étaient prêts à fondre à tout instant, en train de déclamer des vers d'un poète soufi classique ? C'était surréaliste. Et, toutefois, complètement approprié à cet instant, à ce lieu - ce pays, où la vie ressemblait à un cauchemar surréaliste, un cauchemar duquel il était impossible de se réveiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BMRBMR   06 mars 2016
[...] Le pays se trouvait soudain confronté à une pénurie de blé : jamais encore Ali n’avait vu des gens faire la queue derrière des camions d’où on leur lançait des sacs de farine, comme s’ils s’étaient réveillés dans l’un de ces pays africains où règne la famine. Partout, des attentats suicides à la bombe, des fanatiques promettant de prendre le pouvoir dans le pays, d’y imposer la charia et de conquérir le monde entier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   06 mars 2016
[...] Devoir faire face jour après jour aux problèmes du type pas-d’eau-pas-d’électricité-pas-de-chauffeur-pas-de-domestiques. La crainte que quelqu’un ne s’introduise dans leur maison et ne les cambriole, ne viole sa sœur, sa mère. Le stress d’une vie citadine qui faisait tout pour vous accabler et rien pour vous encourager.
Commenter  J’apprécie          20
dede   13 août 2016
Il voulait être avec elle jusqu’à ce que la lune suive le chemin du soleil vers la ligne plate de l’océan, et que le soleil se relève à l’est, amenant le jour nouveau et, avec lui, un nouveau départ pour eux deux, sans plus d’interruption
Commenter  J’apprécie          30
BMRBMR   06 mars 2016
[...] Elle était comme les Sept Reines de Shah Abdul Latif Bhittai, ce poète soufi qui avait décrit avec tant d’émotion les femmes du Sindh qui avaient combattu les oppresseurs, conduit des guerres, perdu la vie pour leurs amants.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Bina Shah (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bina Shah
Présentation de Bina Shah (en anglais)
autres livres classés : pakistanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
302 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre