AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 208070768X
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 362 notes)
Résumé :
Don Pédro Je veux te conter comment Béatrice louait ton esprit l'autre jour. Je disais que tu avais l'esprit fin. " C'est vrai, a-t-elle répondu, il l'a minuscule. " - " Non, repris-je, je veux dire, un grand esprit. " - " Exact, dit-elle, un grand, gros esprit. " - " Point, dis-je, un bon esprit. " - " Très juste, dit-elle, il ne fait de mal à personne. " - " C'est un esprit réfléchi. " - " Exactement, dit-elle, c'est le reflet d'un esprit. " - " En outre, il possè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  26 avril 2013
Un humour totalement désopilant caractérise cette pièce grandiose qui se classe parmi les comédies du grand dramaturge anglais, généralement plus célébré pour ces tragédies.
La multitude des personnages traités en profondeur, les chassés-croisés multiples et les différents intérêts des protagonistes font de "Much Ado About Nothing" un pépite théâtrale à rebondissements !
A lire absolument, à voir sur les planches si possible et à défaut, vous pouvez visionner la très bonne adaptation cinématographique réalisée en 1993 par le brillantissime Kenneth Branagh avec une très belle palette d'acteurs parmi lesquels Kenneth Branagh en personne dans le rôle de Benedict, la talentueuse Emma Thompson pour lui donner la réplique, le ténébreux Keanu Reeves, l'inimitable Michael Keaton, le séduisant Denzel Washington (oui, vous avez bien lu !), Kate Beckinsale alors débutante et le troublant Robert Sean Leonard. Et sur tout ça, une BO lumineuse !
Commenter  J’apprécie          7513
Titania
  03 mai 2015
J'aime Shakespeare, pas tant ses grandes fresques historiques qui durent des heures, mais ses pièces dans lesquelles il parle davantage de nous, y compris nous qui sommes loin de lui, par delà les siècles . Et c'est le cas pour cette pièce dont le propos est la confiance que l'on accorde à ceux qu'on aime. Il est vrai que l'amour et la séduction ont l'air plus faciles que la guerre, sauf que c'est sans compter les rivalités et vengeances personnelles qui prennent en otage des innocents. Claudio aime Hero et doit l'épouser, mais l'affreux Don Juan complote pour discréditer la belle et se venger de son frère. Ce n'est pas une époque très marrante car l'honneur des familles se situe entre les jambes des filles. L'affaire devient vite une affaire d' État . La belle Béatrice cousine de la première obtient de son amoureux qu'il venge l'honneur de la famille, on risque le bain de sang...jusqu'à ce que la supercherie soit révélée et que tout rentre dans l'ordre, ouf pas de morts ! et malgré les siècles , les éléments surannés, c'est le fond de l'histoire qu'il nous faut examiner. Qui n'a jamais fait tout un scénario sur un doute ou une présomption, une crise de jalousie, au risque de faire une scène épouvantable à la personne incriminée, avant même de savoir ce qui s'est réellement passé.....pas vous ? Vous êtes bien exceptionnels mes chers amis, mais si un jour , vous vous retrouvez dans cette situation, pensez à cette petite pièce bien enlevée et évitez de faire "beaucoup de bruit pour rien" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          355
PhilippeCastellain
  06 mai 2018
Les comédies de Shakespeare tournent un peu toutes autours des mêmes éléments. Amours contrariés, traitrise, quiproquos, fin heureuse. Mais ‘Beaucoup de bruit pour rien' recèle quelque chose de plus – et plus que son titre ne le laisse à penser.

Pourtant rien de plus classique à première vue. Un roi débonnaire avec un méchant frère. Deux jeunes officiers beaux, courageux et appréciés du roi : Claudio et Bénédict. Deux charmantes jeunes filles, cousines bien sûr, Héro et Béatrice. Claudio et Héro s'aiment, mais le méchant leur fait un coup à la Iago : convaincu par ruse que sa bien-aimée le trompe, Claudio l'abandonne et l'humilie devant l'autel. La tricherie est découverte, et tout fini bien. Mais quelque chose vient s'additionner à ce canevas bien rodé, l'enrichir et le transformer : la relation entre Béatrice et Bénédict.

Au début de l'histoire, les deux ne peuvent pas se supporter. Mais c'est avec une totale liberté de ton qu'ils se lancent pique sur pique. Béatrice n'hésite pas à remettre en cause le courage physique et les compétences militaires de Bénédict ; ce dernier n'a pas plus de scrupule à la comparer à son cheval. C'est un échange d'égal à égal entre un homme et une femme, sans frein, où seuls comptent l'intelligence et l'esprit. On sort totalement et abruptement du dialogue d'amour courtois, et pourtant on distingue sans peine la séduction qui se cache dans leurs agaceries – et du reste leur entourage n'est pas dupe.

Mais ces deux-là se distinguent également par le courage et la loyauté qu'ils dissimulent sous leur apparence de légèreté. Bénédict est l'un des premiers à croire en l'innocence d'Héro, et malgré sa répugnance, pour la venger, il prend le risque de tuer – ou pire, humilier – Claudio, son ami de toujours et compagnon d'arme. Mais c'est la rage de Béatrice, et son cri d'impuissance (« oh, si j'étais un homme ! ») qui l'y décident.

Ce n'est plus l'amour romantique et ses grandes déclarations à la Roméo et Juliette. C'est un amour où domine la lucidité, où chacun traite l'autre d'égale à égale, et respecte avant tout son intelligence, sa loyauté et son courage. Deux personnages étonnamment modernes en somme.

Berlioz intitula d'ailleurs « Béatrice et Bénédict » l'opéra qu'il tira de la pièce, et fit le choix de l'expurger de tout élément tragique pour centrer l'histoire sur leur relation. Qu'il compléta avec un hymne au vin de Syracuse, que j'espère bien gouter un jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
Meps
  05 janvier 2017
Shakespeare à longtemps été pour moi l'anti-Molière. Sans l'avoir lu ou vu représenter ses pièces, je ne connaissais que l'image du tragedien, alors que j'avais l'image du Molière "comédien" autant comme auteur de comédie, qu'interprète sur scène.
Et puis je suis allé voir au cinéma avec le lycée, il y a 20 ans de cela, le film Beaucoup de bruit pour rien avec Emmanuel Thompson et Kenneth Brannagh. Et j'ai ri sur du Shakespeare. Et j'ai adoré la richesse de cette langue, son intelligence. J'ai été nourri à Molière mais je ne peux que reconnaître la "supériorité" de Shakespeare quand je relis de nouveau aujourd'hui cette oeuvre. Le film a repris mot pour mot les dialogues... Et il a pu le faire car ce que décrit Shakespeare est intemporel. Il auto-dénigre son propos en nommant la pièce : "Beaucoup de bruit pour rien" mais quelle peinture intelligente des relations hommes-femmes, de la complexité de ce qui fait naître l'amour...
Quel plaisir aussi de voir un théâtre libéré du carcan du théâtre classique tout en gardant cette profondeur et cette richesse littéraire...
Mais également quelle drôlerie simple et enfantine que certains personnages aux discours totalement absurdes ou que certains échanges pleins d'ironie piquante et acerbe.
Bref, si vous ne connaissez pas Shakespeare et avez peur de l'affronter, entrez par cette porte... Si vous ne connaissez de lui que les tragédies classiques tel Othello ou Hamlet, que vous les aimiez ou les detestiez, donnez sa chance à cette bluette sans conséquence... C'est un trésor qui vous révélera bien plus que le rien pour lequel son bruit a été produit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Pirouette0001
  28 mars 2018
Pour les amateurs de Jane Austen et de Pride and prejudice, foncez lire cette pièce de théâtre. Le pauvre Benedick et la très belle Béatrice qui s'échangent des propos peu amènes mais hautement sarcastiques, ne pourront en effet que vous faire pensez à Elizabeth et Fiztwilliam.
Et forcément, cela va bien évoluer.
C'est sans doute, bien évidemment le contraire, à savoir Jane Austen qui connaissait ses classiques.
La pièce est sémillante et ne perd à aucun moment son rythme.
Je rêve de la voir jouée à la hauteur des promesses que le texte offre.
Commenter  J’apprécie          262
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
SirennaSirenna   24 décembre 2015
BALTHAZAR chante.
Ne soupirez plus, mesdames, ne soupirez plus,
Les hommes furent toujours des trompeurs,
Un pied dans la mer, l'autre sur le rivage,
Jamais constants à une seule chose.
Ne soupirez donc plus ;
Laissez-les aller ;
Soyez heureuses et belles ;
Convertissez tous vos chants de tristesse
Eh eh nonny ! eh nonny !
Ne chantez plus de complaintes, ne chantez plus
Ces peines si ennuyeuses et si pesantes ; La perfidie des hommes fut toujours la même
Depuis que l'été eut des feuilles pour la première fois ;
Ne soupirez donc plus, etc., etc.
DON PEDRO.--Sur ma parole, une bonne chanson.

BALTHAZAR.--Oui, seigneur, et un mauvais chanteur.

DON PEDRO.--Ah ! non, non ; ma foi vous chantez vraiment assez bien pour un cas de nécessité.

BENEDICK, à part.--Si un dogue eût osé hurler ainsi, on l'aurait pendu. Je prie Dieu que sa vilaine voix ne présage point de malheur : j'aurais autant aimé entendre la chouette nocturne, quelque fléau qui eût pu suivre son cri.

DON PEDRO, à Claudio.--Oui, sans doute. (A Balthazar.) Vous entendez, Balthazar ; procurez-nous, je vous en prie, des musiciens d'élite, la nuit prochaine : nous voulons les rassembler sous la fenêtre d'Héro. BALTHAZAR.--Les meilleurs qu'il me sera possible, seigneur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SirennaSirenna   24 décembre 2015
DON PEDRO.--Te voilà bientôt un véritable amant. Déjà tu fatigues ton auditeur d'un volume de paroles. Si tu aimes la belle Héro, eh bien ! aime-la. Je ferai les ouvertures auprès d'elle et de son père, et tu l'obtiendras. N'est-ce pas dans ces vues que tu as commencé à me filer une si belle histoire ?

CLAUDIO.--Quel doux remède vous offrez à l'amour ! A son teint vous nommez son mal. De peur que mon penchant ne vous parût trop soudain, je voulais m'aider d'un plus long récit.

DON PEDRO.--Et pourquoi faut-il que le pont soit plus large que la rivière ? La meilleure raison pour accorder, c'est la nécessité. Tout ce qui peut te servir ici est convenable. En deux mots, tu aimes, et je te fournirai le remède à cela.

--Je sais qu'on nous apprête une fête pour ce soir ; je jouerai ton rôle sous quelque déguisement, et je dirai à la belle Héro que je suis Claudio ; j'épancherai mon coeur dans son sein, je captiverai son oreille par l'énergie et l'ardeur de mon récit amoureux ; ensuite j'en ferai aussitôt l'ouverture à son père ; et pour conclusion, elle sera à toi. Allons de ce pas mettre ce plan en exécution.

(Ils sortent.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MepsMeps   03 janvier 2017
BENEDICT. - Qu'une femme m'ait conçu, je l'en remercie; qu'elle m'ait élevé , je lui en suis aussi bien humblement reconnaissant. Mais je ne veux pas plus sonner l'hallali au-dessus de ma tête qu'accrocher piteusement une corne de chasse à quelque invisible ceinturon; et toutes les femmes doivent me le pardonner. C'est parce que je ne veux pas avoir ce tort de me méfier de l'une d'elles, que je veux avoir ce tort de ne me fier à aucune. La conclusion, et je n'en serai que plus accompli, c'est que je vivrai garçon.
DON PEDRO. - Avant que je meure, je te verrai pâle d'amour.
BENEDICT. - De colère, de maladie, ou de faim, monseigneur, mais d'amour, jamais ! Prouvez-moi que l'amour me fait plus perdre de sang que le vin ne m'en rend, et je veux bien qu'on me crève les yeux avec la plume d'un faiseur de ballades, ou qu'on m'accroche à la porte d'un bordel en guise de Cupidon aveugle !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
tamara29tamara29   27 juillet 2014
Bénédict : Tiens, ma chère Madame Dédain ! Vous êtes toujours en vie ?
Béatrice : Le dédain pourrait-il mourir quand il a un plat aussi succulent à se mettre sous la dent que le Signor Bénédict ? La courtoisie elle-même se change en dédain dès que vous êtes présent.
Commenter  J’apprécie          242
FolfaerieFolfaerie   13 novembre 2010
BEATRICE

I wonder that you will still be talking, Signior
Benedick: nobody marks you.

BENEDICK

What, my dear Lady Disdain! are you yet living?

BEATRICE

Is it possible disdain should die while she hath
such meet food to feed it as Signior Benedick?
Courtesy itself must convert to disdain, if you come
in her presence.

BENEDICK

Then is courtesy a turncoat. But it is certain I
am loved of all ladies, only you excepted: and I
would I could find in my heart that I had not a hard
heart; for, truly, I love none.

BEATRICE

A dear happiness to women: they would else have
been troubled with a pernicious suitor. I thank God
and my cold blood, I am of your humour for that: I
had rather hear my dog bark at a crow than a man
swear he loves me.

BENEDICK

God keep your ladyship still in that mind! so some
gentleman or other shall 'scape a predestinate
scratched face.

BEATRICE

Scratching could not make it worse, an 'twere such
a face as yours were.

BENEDICK

Well, you are a rare parrot-teacher.

BEATRICE

A bird of my tongue is better than a beast of yours.

BENEDICK

I would my horse had the speed of your tongue, and
so good a continuer. But keep your way, i' God's
name; I have done.

BEATRICE

You always end with a jade's trick: I know you of old.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de William Shakespeare (348) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Shakespeare
16 juillet 1991 Peter Brook présente "La Tempête" au festival d'Avignon, un spectacle phare de cette saison 1991.Sur quelques images où les comédiens jouent le spectacle dans un décor naturel, Peter Brokk
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Littérature dramatique anglaise (128)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Roméo et Juliette

"Roméo et Juliette" est une comédie.

Vrai
Faux

10 questions
1319 lecteurs ont répondu
Thème : Roméo et Juliette de William ShakespeareCréer un quiz sur ce livre
.. ..