AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2210756790
Éditeur : Magnard (23/06/2017)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 1476 notes)
Résumé :
Pour mener à bien sa vengeance sans éveiller les soupçons, Hamlet feint la folie. Lorsque le fantôme de son père lui révèle que Claudius, souverain actuel et frère du défunt roi, est le meurtrier de celui-ci, on s'attend à une stratégie ingénieuse, d'autant que le prince semble plein de courage, d'insolence et d'esprit. Or, durant quatre actes, il ne commet qu'un seul meurtre, conséquence d'une erreur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (102) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  05 mai 2013
Que valent nos avis ? Pas grand-chose !...
Ma première rencontre avec le grand Shakespeare remonte aux temps chéris — autant que révolus — de ma fragile innocence, de ma fringante jeunesse sous le ciel immaculé de mes vingt-deux ans. Ce fut avec Hamlet que la rencontre se fit et je lus Hamlet, donc, et il ne me plut point. J'en gardais alors le souvenir d'une déconvenue, de beaucoup de bruit pour rien, d'un texte aux couleurs fades et aux contours ampoulés, bref, d'un redoutable ennui.
Je ne me sentais pourtant pas moins vive en ce temps-là, ni moins prompte à m'enflammer, ni moins sensible aux choses du verbe que je ne le suis actuellement, or — oui or, car il y a un or — or, donc, je ne fus point séduite par le verbe de naguère, qui n'est point si distant, je crois, du verbe de maintenant. Seule ma culture dramatique était à un seuil dramatiquement bas.
Aujourd'hui, forte de quelques plis supplémentaires au coin des yeux et de deux ou trois tragédies ramassées deci-delà sur mon parcours, prise d'un légitime regret je me relance à l'abordage de cette oeuvre.
Certes j'ai pris quelque temps et mis quelque zèle à choisir une traduction qui puisse me convenir. C'est sur celle d'André Marcowicz que j'ai jeté mon dévolu cette fois (l'autre fois c'était celle de François-Victor Hugo).
Et alors ? C'est le jour et la nuit. (Chapeau pour cette traduction Monsieur Marcowicz !) Je n'en reviens pas. Comment peut-on, étant la même personne, ressentir les choses aussi différemment à quelques années d'écart ?
J'ai adoré la légèreté, l'humour, la finesse, la profondeur, la qualité d'écriture de l'ensemble de la pièce (pas trop le final cependant). C'était un autre Hamlet et celui-là j'en garderai un souvenir ému et chaleureux.
Comment vous dire ?... Il y a des poussières d'Hamlet disséminées tellement partout que c'est à peine si j'ose, que je ne sais par où le prendre. Peut-être par le plus futile de tous ? Pourquoi pas ?
Les clins d'oeil à Hamlet sont fréquents dans les oeuvres destinées à la jeunesse.
Goscinny s'en donne à coeur joie dans l'album La Grande Traversée (Parodiant la réplique de Marcelus de l'acte I, le chef viking Øbsen dit en regardant un crâne : « Il y a quelque chøse de pøurri dåns mon røyåume… » Kerøsen quant à lui dit : « Suis-je un décøuvreur øu ne le suis-je pas ?... Être øu ne pås être, telle est lå questiøn… »). de même, tout le scénario du film de Walt Disney le Roi Lion est une resucée quasi-intégrale de la trame d'Hamlet. Même le fantôme du vieil Hamlet apparaissant à son fils a son pendant dans le film. Chez les écrivains un peu plus chevronnés, on peut mentionner que Rudyard Kipling, dans son ouvrage destiné à la jeunesse Histoires Comme Ça, a inséré le fameux poème « IF » qui est très largement inspiré de la tirade de Polonius (Acte I, Scène 3).
Dans la littérature dite adulte, Hamlet, en époux volage, a aussi fait des petits un peu partout (par exemple, la fameuse scène hilarante du chapitre XXXI des Grandes Espérances de Charles Dickens). Mais c'est quoi Hamlet ? À quoi ou à qui peut-il nous faire penser ?
Tout d'abord, si l'on s'intéresse à sa filiation, et l'on sait à quel point Shakespeare était féru de tragédie grecque, on y voit une ascendance très nette en la personne d'Oreste. Lui aussi est fils d'un roi qui s'est fait trucider et dont la mère s'est remariée au nouveau souverain usurpateur. (Oreste, fils d'Agamemnon et de Clytemnestre, frère d'Électre ne supporte pas l'assassinat de son père et décide de devenir le meurtrier de sa mère qui a fomenté le régicide.)
Le thème de la trahison, du doublage par un frère (le vieil Hamlet est assassiné par son frère Claudius) est un thème qui semble fort et important pour l'auteur, c'est d'ailleurs le corps de l'ultime drame de Shakespeare, La Tempête, où Prospero a échappé in extremis à la mort et s'est fait subtiliser le trône par son frère.
Le thème de la mort, ou plus particulièrement de l'inutilité de la vie, est également un sujet de prédilection du grand dramaturge anglais et qui figure au coeur d'Hamlet, d'où cette fameuse tirade du « être ou ne pas être ».
Mais si tout cela est vrai et fort, ce qui me semble plus fort et plus évident que tout — et qui m'avait totalement échappé à la première lecture — c'est la réflexion sur le théâtre qui est contenue dans cette tragi-comédie et c'est la théorie que je vais défendre ci-dessous.
Pour bien analyser la question, observons l'architecture, la structure de l'oeuvre :
Acte I — révélation du meurtre de son père à Hamlet et de l'usurpation de son trône. Hamlet est par conséquent renvoyé à un rôle subalterne.
Acte II — la « folie » d'Hamlet, prise de position sur le théâtre et mise en abîme (le théâtre montre le théâtre). Révélation du stratagème du « théâtre » du roi et de la reine pour cerner Hamlet dans ses amours. Mise en évidence d'un double discours dans ce « théâtre ». Incompréhension d'Hamlet et d'Ophélie.
Acte III — Hamlet, à son tour, utilise le stratagème du théâtre. le théâtre apparaît alors en tant que révélateur de la vérité de l'âme humaine derrière les apparences. Révélation de leur propre trahison au roi et à la reine. Assassinat par Hamlet de Polonius, le courtisan intéressé et qui s'était caché.
Acte IV — le pouvoir veut emmener Hamlet en Angleterre pour le tuer. Réapparition de Laërte, fils de Polonius, sorte de dédoublement d'Hamlet, qui lui aussi veut venger la mort de son père.
Acte V — On en a oublié Ophélie qui meurt sans qu'on s'en soit trop occupé, on ne sait que la pleurer. Réflexion sur la mort à l'occasion de l'enterrement d'Ophélie. Combat organisé par le roi entre Hamlet et Laërte. Mort des deux opposants qui entraînent dans leur fin celle du roi.
Voilà, très grossièrement l'ossature de la pièce. Permettez-moi simplement maintenant de vous dire ce que ces personnages m'évoquent :
Hamlet, C'EST le théâtre, dans l'acception la plus noble du terme. C'est lui le révélateur, c'est lui qui voit clair dans le jeu orchestré par le roi et c'est lui qui est déchu par la vilenie du pouvoir.
Le roi symbolise évidemment le pouvoir, en tant qu'autorité qui muselle l'activité artistique de peur qu'elle ne montre trop explicitement ses propres exactions.
Laërte, c'est l'autre théâtre, le théâtre d'état, le théâtre qui dit ce que le roi veut entendre, celui qui est aux bottes du pouvoir.
Les deux théâtres se livrent une lutte à mort, et qui est sacrifié au milieu d'eux ? le public, évidemment, et ici le public est symbolisé par Ophélie, qui devient folle.
La reine représente la conscience, la morale à qui l'on a tordu le cou pour avaler des couleuvres.
Polonius représente les seconds couteaux, le peuple nombreux des courtisans hypocrites qui lèchent les savates de tout pouvoir, quel qu'il soit, et qui se font étriller par le théâtre (pensez aux bourgeois, aux savants ou aux religieux chez Molière, par exemple) car si l'on ne peut taper sur le pouvoir, on peut tout de même se faire la main sur les courtisans. Mais on peut aussi (et surtout) voir dans Polonius, l'archétype du puritain (voir les conseils qu'il donne à son fils), très en vogue et toujours plus près du pouvoir à l'époque de Shakespeare.
Et la moralité de tout cela, c'est qu'un pouvoir qui n'est pas capable de se regarder en face sous le révélateur, sous le miroir de vérité qu'est le théâtre, tellement il a honte de lui-même est voué à disparaître.
Pour conclure, si l'on recontextualise la genèse de cette pièce avec les événements historiques dont l'auteur était le témoin, ce qu'il faut voir dans Hamlet, ce n'est ni une tragédie (ou tragi-comédie), ni un quelconque message métaphysique, mais bien plutôt une supplique politique pour maintenir les théâtres publics élisabéthains et leur liberté d'expression face aux attaques toujours plus virulentes des puritains qui essaient d'imposer leur théâtre moralisateur. On sait par ailleurs que les craintes de Shakespeare étaient fondées car les puritains obtiendront gain de cause avec la fermeture des théâtres publics en 1642 (notamment le Théâtre du Globe où était joué Shakespeare).
Vu comme cela, cette pièce est absolument lumineuse, forte, pleine de sens et de désillusions, bref, essentielle. Une oeuvre, donc, qu'il faut absolument lire, mais, comme je l'ai expérimenté moi-même, peut-être pas trop tôt et pas sans s'être muni au préalable d'une petite patine en matière de théâtre, du moins c'est mon minuscule avis face à cette immense pièce, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8111
Allantvers
  18 juin 2016
Tout arrive : j'ai enfin lu Shakespeare ! Après trente ans à hésiter et me rencogner, je dois dire que la découverte d'Hamlet fut une belle surprise.

Pour ce qui est de l'histoire, je laisse à Horatio, fidèle d'Hamlet, le soin de dire de quoi il retourne : « Vous entendrez parler d'actes charnels, sanglants, contre nature ; d'accidents expiatoires ; de meurtres involontaires ; de morts causées par la perfidie ou par une force majeure ; et, pour dénouement, de complots retombés par méprise sur la tête des auteurs. »
Imposant programme. D'autant que dans Hamlet il est aussi question de trahison, de vilénie, de courtisanerie affligeante. Mais encore et surtout des affres du jeune Hamlet, ravagé de haine envers son oncle, de rancoeur envers sa mère qui l'a épousé et d'envie de venger son père assassiné mais n'osant passer à l'acte.

Le plus surprenant pour mon oeil neuf à l'univers de Shakespeare, c'est l'humour, qui émaille la pièce entre deux tirades fabuleuses tout comme ses scènes aux accents gouailleurs et populaires, dans un joyeux mélange des genres. On y sent un théâtre très vivant, plein des bruits de la vie, bien loin du solennel empesé que j'imaginais.
Et comme je pressens à cette première lecture qu'Hamlet est une oeuvre à tiroir, avec des pièces dans la pièce ouvrant sur de multiples interprétations, je prévois déjà de le relire un jour, certaine que s'ouvriront lors des prochaines lectures de nouvelles portes sur de nouveaux plaisirs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
Gwen21
  31 mai 2016
Sincèrement, ça me terrifie de constater à quel point je suis hermétique aux tragédies shakespeariennes. Après le désastre de ma lecture de "Roméo et Juliette", j'ai voulu tenter à nouveau l'expérience avec le nom moins célèbre "Hamlet" et si l'ennui a été moindre, je ne peux quand même pas dire que ce fut la panacée. Je pense que pour guérir ce travers, il faut surtout que je vois l'oeuvre de Shakespeare jouée plutôt que de la lire !
Âmes sensibles, s'abstenir. "Hamlet", la plus longue des pièces du grand dramaturge anglais, est un lent cortège de mensonges, de crimes et de tromperies. Par le fer et le poison, la noyade et le duel, la mort rôde partout et si je ne craignais pas de paraphraser l'ami Horatio, je dirais qu'il y a quelque chose de bien pourri au royaume du Danemark. Bon, en même temps, soyons francs, un drame reste un drame - malgré les fleurs dont Ophélia orne sa virginale chevelure - et le prix du sang est le prix du sang, point. La pièce est un modèle du genre pour traiter de la vengeance et de l'honneur perdu, c'est juste dommage que je n'ai pas saisi toute l'intensité des relations entre les personnages (notamment entre Hamlet et sa bien-aimée) et que le dénouement m'ait paru si abrupt !
Allez, je finis par ce que j'ai préféré : la beauté incontestable du texte, le petit côté fantastique (j'aime bien les spectres) et la belle amitié entre Hamlet et Horatio.

Challenge BBC
Challenge PETITS PLAISIRS 2016
Challenge MULTI-DÉFIS 2015 - 2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4014
cicou45
  20 janvier 2014
Oh, combien d'encre a déjà fait couler cette superbe oeuvre de Shakespeare et combien de larmes ont été versées pour elle, je n'ose l'imaginer.
Aussi, je ne prétendrai pas à faire une critique que vous n'auriez pas déjà lue probablement des dizaines de fois, ni même apporter des éléments nouveaux que vous ne sauriez déjà mais sachez seulement que cette pièce, que j'avais déjà lu lorsque j'étais à la fac (il y a donc dix ans de cela), je l'ai relue et la relirai probablement encore avec autant de plaisir. Certes, il s'agit là d'une tragédie (donc, comme ce nom l'indique, rien de très réjouissant) mais quelle poésie dans ces vers, quelle beauté dans cette folie douce amère dont se croit atteint le prince du Danemark, le jeune Hamlet.
Est-il fou ? Je ne le pense pas...il a vu un spectre, celui de son père assassiné par son oncle mais qui n'a jamais ressenti pas la présence à ses côtés d'un être cher récemment disparu, et qui plus est, dans des conditions plus que douteuses. Je ne pourrai pas affirmer n'avoir jamais éprouvé ce sentiment-là, ou du moins avoir eu envie de croire. le spectre révèle donc à son fils comment son propre frère (dorénavant nouveau Roi du Danemark étant donné qu'il a aussi pris sa place dans les couches de la Reine Gertrude, à peine deux mois après sa mise en bière) s'y est pris pour l'assassiner et réclame vengeance !
L'esprit d'Hamlet est donc torturé, il est vrai, mais qui ne le serait pas après une révélation pareille ? Que doit-il faire ? Prendre l'épée et faire à nouveau couler le sang ? de son côté, le Roi, Claudius, pressentant le danger fait tout pour éloigner Hamlet du royaume du Danemark afin de préserver sa place sur le trône.
Hamlet se retrouve donc seul face à son destin car, bien que la présence de ce spectre au château lui ait été révélée par trois gardes et par son ami Horatio, sur qui d'autre peut-il réellement compter ? Qui le croira ? On le prendra pour fou (et lui-même s'amusera à jouer de cette folie) et cela arrangera bien les affaires de son oncle ou d'autres qui seraient tout autant avides de pouvoir que lui et qui ont voué leur cause à Claudius, car, comme chacun le sait, le premier ministre (pour ni citer que lui) se doit d'être fidèle à celui qu'il sert et lui vouer sa dévotion la plus grande.
Je n'en dirai pas plus en ce qui concerne l'intrigue car je pense encore une fois que je ne vais faire que répéter ce qui a déjà été dit moult et moult fois mais j'insiste sur le point que cet ouvrage, bien qu'il s'agisse d'un drame dans lequel beaucoup de sang coulera, est de toute beauté. A lire et à relire sans faute !
Ah oui, j'oubliais de vous préciser que la raison qui m'a poussé à relire cette pièce est que, faisant parti d'une modeste troupe de théâtre, notre professeure a décidé de nous faire monter sur scène pour interpréter...Hamlet. Que de grandes ambitions, n'est-ce pas ? Je ne sais pas si nous serons à la hauteur mais au moins, j'aurais pris énormément de plaisir à travailler sur ce texte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Abettik
  29 mars 2011
[Ce billet sur Hamlet fait partie d'une analyse plus large du roman "le temps disloqué" de Philip K Dick]
à retrouver dans
http://sfetal.blogspot.com/2011/03/le-temps-desarticule-philip-k-dick-et.html
The time is out of joint. O cursed spite
That ever I was born to set it right!
Hamlet, Acte I, scène V, Shakespeare (1603)
- L'époque, déclara Ragle, est désarticulée.
Le temps désarticulé, Philip K. Dick (The time out of joint, 1959), p 74
La SF a cela de passionnante qu'elle s'inspire explicitement de tous les champs de la connaissance: sciences dures et technologie, bien entendu, mais aussi sciences sociales, Histoire et, en ce qui nous concerne ici, les oeuvres classiques. C'est bien la raison d'être de ce blog.
Alors, autant le dire tout de suite, je n'avais pas, et n'aurais sans doute jamais lu Hamlet si je n'y avais pas été incité par la curiosité de comprendre le pourquoi de cette citation explicite dans un roman de Philip K. Dick. Je l'ai donc lu pour les besoins de cet article et autant dire que la lecture est ardue, principalement à cause de la langue (très difficile en anglais, mais plus fluide et plus musical; finalement pas beaucoup plus facile en français). Je l'ai vu il y a une bonne dizaine d'années (Kenneth Branagh (1996) et même Franco Zeffirelli (1990) avec Mel Gibson [Attention, cette version n'est pas en araméen et ne contient aucune injure à caractère sexiste ou antisémite]). Quant aux critiques et autres analyses, j'ai dû me contenter d'une ou deux pistes glanées au gré de nombreux clics. Je n'ai donc pas trouvé beaucoup de matériel pour étayer cette introduction d'esquisse de rapprochement (de loin); qu'à cela ne tienne, cela m'aura laissé la liberté de lancer quelques réflexions armé de mes seuls neurones. Et puis, eh, Hamlet (si ce n'est Shakespeare) souffrira bien d'une nouvelle interprétation, fut-elle mineure, scolaire et maladroite.
Words, words, words: des mots, toujours des mots
(Dalida et Alain Delon, 1973)
(Hamlet, Acte II, scène 2, Shakespeare )
Imaginez. Imaginez une quatrième de couverture vantant une ambiance de meurtres, de lutte pour le pouvoir et d'amour contrarié, de spectre réclamant vengeance depuis l'au-delà à un fils préférant la folie à la réalité, le tout se terminant dans un duel à l'épée. Déplacez l'action du Danemark à la Fédération Intergalactique ou donnez les moyens à ce fils de sombrer définitivement dans une réalité alternative dont il cherchera à s'échapper, finissez le tout par un duel aux sabres laser ou aux lames bien tranchantes devant lentement pénétrer les limites d'un bouclier atomique personnel.
Autrement dit, face à l'assassinat de son père, à la révélation par le fantôme de celui-là même, de la culpabilité de son oncle (qui a depuis épousé sa mère), devant son amour contrarié pour Ophélie (vous suivez?), Hamlet décide (vraiment ?, là (aussi) est la question) de sombrer dans la folie (avouez, on le serez à moins).
Alors bien entendu, le titre en premier lieu. Il est tiré de la toute fin de l'acte I, dans la scène 5, lorsque le fantôme du père d'Hamlet lui révèle le forfait de son oncle. Ce sont même même les derniers mots (juste avant Nay, come, let's go together. qu'on pourrait traduire, mais sans doute un peu rapidement, par ok mes cailles, on se déboulonne) :
The time is out of joint. O cursed spite
That ever I was born to set it right!
Hamlet, Acte I, scène 5, Shakespeare (1603)
Notre époque est détraquée. Maudite fatalité, que je sois jamais né pour la remettre en ordre !
Hamlet, Acte I, scène 5
[voir le site inlibroveritas pour l'ensemble des traductions]
Cette déclaration sonne comme un jugement définitif sur une époque de folie mais préfigure aussi la folie d'Hamlet. Or, c'est bien là l'une des questions soulevées par ce drame: cette folie est-elle ou non simulée ? Quoiqu'il en soit, il semble effectivement fuir une réalité qui lui est trop pesante et tient des propos incohérents dés lors qu'on l'interroge.
Polonius. [aside] [...] What do you read, my lord?
Hamlet. Words, words, words.
Polonius. What is the matter, my lord?
Hamlet. Between who?
Polonius. I mean, the matter that you read, my lord.
Hamlet. Slanders, sir; for the satirical rogue says here that old men have grey beards; that their faces are wrinkled; their eyes purging thick amber and plum-tree gum; and that they have a plentiful lack of wit, together with most weak hams. All which, sir, though I most powerfully and potently believe, yet I hold it not honesty to have it thus set down; for you yourself, sir, should be old as I am if, like a crab, you could go backward.
Polonius. [aside] Though this be madness, yet there is a method in't.- [...]
POLONIUS. - [...] Que lisez-vous là, monseigneur ?.
HAMLET. - Des mots, des mots, des mots !
POLONIUS. - de quoi est-il question, monseigneur ?.
HAMLET. - Entre qui ?.
POLONIUS. - Je demande de quoi il est question dans ce que vous lisez, monseigneur !
HAMLET. - de calomnies, monsieur ! Ce coquin de satiriste dit que les vieux hommes ont la barbe grise et la figure ridée, que leurs yeux jettent un ambre épais comme la gomme du prunier, qu'ils ont une abondante disette d'esprit, ainsi que des jarrets très faibles.
Toutes choses, monsieur, que je crois de toute ma puissance et de tout mon pouvoir, mais que je regarde comme inconvenant d'imprimer ainsi : car vous-même, monsieur, vous auriez le même âge que moi, si, comme une écrevisse, vous pouviez marcher à reculons.
POLONIUS, à part. - Quoique ce soit de la folie, il y a pourtant là de la suite
Hamlet, Acte II, scène 2
On retrouve évidemment, dans ce discours aux apparences d'incohérence (mais pas que, ainsi que semble le comprendre Polonius), les réflexions de Dick sur les mots dans le temps disloqué.

Suis-je ou ne suis-je pas ?
D'autant que la folie d'Hamlet questionne aussi le réel. Est-il déjà fou dès le début de la pièce, désespéré par la mort de son père et le remariage de sa mère, au point de concrétiser ses désirs dans la personne du fantôme? Vit-on le rêve, le fantasme d'Hamlet qui voudrait venger la mort de son père, vivre son amour pour Ophélie mais se trouve empêtré dans sa propre inaction ? Ou bien encore, Hamlet n'est-il finalement que ce qu'il paraît être, le personnage d'une pièce dramatique ?
J'ai trouvé les traces de cette hypothèse dans l'analyse suivante:
At the same time, Hamlet seems somewhat aware that he is, in fact, playing a role on stage. He notices his own costume and makeup (“'Tis not alone my inky cloak, good mother [...]” (I.ii.77 ff.)); he refers to specific areas in the theater (as when he notes that the ghost is “in the cellarage” (I.v.150)); in short, he seems at once to be the most typical of types, and to be an audience to his own typecasting – and furthermore, he seems to be distressed about being so typecast, and anxious to prove that there is something genuine behind his theatrical veneer. In general, critics have long noticed that Hamlet is a play about plays, most specifically a revenge tragedy about revenge tragedy, and the pretzel-like self-referentiality of the protagonist is the main reason why.
[http://www.gradesaver.com/hamlet/study-guide/section1/]
Dont je vais tenter une traduction:
Dans le même temps, Hamlet semble par certains aspects conscient d'être, en fait, en train de jouer un rôle sur scène. Il remarque son propre costume et son maquillage: "Ce n'est pas seulement ce manteau noir comme l'encre, bonne mère, ni ce costume obligé d'un deuil solennel, [...]" (I.ii.77 ff.)); il fait référence à des lieux particuliers du théâtre (quand il note que le fantôme est "à la cave"[1] (I.v.150)); pour faire court, il semble d'un coté être le plus caricatural des archétypes [?], et de l'autre être le public de sa propre performance [?] - et de plus, il semble bouleversé d'être aussi [cantonné dans propre rôle?] et inquiet de prouver qu'il y a quelque chose d'authentique derrière cette apparence théâtrale. Plus généralement, les critiques ont depuis longtemps [souvent ?] remarqué qu'Hamlet est une pièce sur les pièces, et plus spécifiquement une tragédie sur la revanche parlant de la tragédie sur la revanche et l'[auto-référencialité] retournée sur elle-même [image du Bretzel] des protagonistes en est la raison principale.
[1] the cellarage fait aussi référence à une zone située sous la scène dans un théâtre
Comme si Hamlet, tout comme Ragle, avait l'intuition d'apercevoir une réalité qui lui est dissimulée derrière les rideaux de celle où il est condamné à évoluer. A moins justement de ne vouloir s'en échapper par la folie.
L'analyse telle que je l'ai trouvée s'arrête ici mais elle m'a ouvert les yeux sur une interprétation possible au très énigmatique (pour moi, tout du moins, jusque là) "To be or not to be":

Hamlet To be, or not to be- that is the question:
Whether 'tis nobler in the mind to suffer
The slings and arrows of outrageous fortune
Or to take arms against a sea of troubles,
And by opposing end them. To die- to sleep-
No more; and by a sleep to say we end
The heartache, and the thousand natural shocks
That flesh is heir to. 'Tis a consummation
Devoutly to be wish'd. To die- to sleep.
To sleep- perchance to dream: ay, there's the rub!
For in that sleep of death what dreams may come
When we have shuffled off this mortal coil,
Must give us pause. There's the respect
That makes calamity of so long life.
For who would bear the whips and scorns of time,
Th' oppressor's wrong, the proud man's contumely,
The pangs of despis'd love, the law's delay,
The insolence of office, and the spurns
That patient merit of th' unworthy takes,
When he himself might his quietus make
With a bare bodkin? Who would these fardels bear,
To grunt and sweat under a weary life,
But that the dread of something after death-
The undiscover'd country, from whose bourn
No traveller returns- puzzles the will,
And makes us rather bear those ills we have
Than fly to others that we know not of?
Thus conscience does make cowards of us all,
And thus the native hue of resolution
Is sicklied o'er with the pale cast of thought,
And enterprises of great pith and moment
With this regard their currents turn awry
And lose the name of action.- Soft you now!
The fair Ophelia!- Nymph, in thy orisons
Be all my sins rememb'red.
Hamlet, Acte III, scène 1
Soit, en VF:
HAMLET. - Etre, ou ne pas être, c'est là la question. Y a-t-il plus de noblesse d'âme à subir la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s'armer contre une mer de douleurs et à l'arrêter par une révolte ? Mourir... dormir, rien de plus ;... et dire que par ce sommeil nous mettons fin aux maux du coeur et aux mille tortures naturelles qui sont le legs de la chair : c'est là un dénouement qu'on doit souhaiter avec ferveur. Mourir... dormir, dormir ! peut-être rêver ! Oui, là est l'embarras. Car quels rêves peut-il nous venir dans ce sommeil de la mort, quand nous sommes débarrassés de l'étreinte de cette vie ?
Voilà qui doit nous arrêter. C'est cette réflexion-là qui nous vaut la calamité d'une si longue existence. Qui, en effet, voudrait supporter les flagellations, et les dédains du monde, l'injure de l'oppresseur, l'humiliation de la pauvreté, les angoisses de l'amour méprisé, les lenteurs de la loi, l'insolence du pouvoir, et les rebuffades que le mérite résigné reçoit d'hommes indignes, s'il pouvait en être quitte avec un simple poinçon ? Qui voudrait porter ces fardeaux, grogner et suer sous une vie accablante, si la crainte de quelque chose après la mort, de cette région inexplorée, d'où nul voyageur ne revient, ne troublait la volonté, et ne nous faisait supporter les maux que nous avons par peur de nous lancer dans ceux que nous ne connaissons pas ?. Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches ; ainsi les couleurs natives de la résolution blêmissent sous les pâles reflets de la pensée ; ainsi les entreprises les plus énergiques et les plus importantes se détournent de leur cours, à cette idée, et perdent le nom d'action... Doucement, maintenant ! Voici la belle Ophélia... Nymphe, dans tes oraisons souviens-toi de tous mes péchés.
Hamlet, Acte III, scène 1
Hamlet s'interroge: vaut-il mieux vivre que mourir ? Vivre, c'est vivre, selon lui, dans la douleur: il martèle assez bien ce point d'une longue liste à la pervers. Mais la mort n'est pas peut être pas la fin de tout. Toute la question est là, contenue dans une seule phrase au milieu de ce long monologue : la mort, c'est avant tout l'inconnu.
For in that sleep of death what dreams may come
When we have shuffled off this mortal coil,
Car quels rêves peut-il nous venir dans ce sommeil de la mort, quand nous sommes débarrassés de l'étreinte de cette vie ?
Hamlet, Acte III, scène 1

C'est là pour lui l'unique justification à notre choix de préférer la vie à la mort, notre peur de l'inconnu:
Thus conscience does make cowards of us all,
Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches ;
Hamlet, Acte III, scène 1

Doit-on en conclure qu'on choisirait la mort si l'on était courageux ? Hamlet laisse la réponse en suspend, se borne à constater que c'est la peur de l'inconnu qui nous retient.
Revenons-en à l'interrogation initiale, voire ultime. Au regard des remarques précédentes sur la folie d'Hamlet et sur ses questions quant à la réalité de ce qu'il vit, on pourrait voir dans ce Etre ou ne pas être, un suis-je ou ne suis-je pas : suis-je ou ne suis-je pas fou ? Suis-je ou ne suis-je pas vivant ?
Alors finalement, à cette question posée tout autant au genre humain qu'à lui-même, et face à l'alternative binaire, vivre ou mourir, une troisième voie n'est-elle pas suggérée par touche, tout au long de cette réflexion? le saucissonnage n'est sans doute pas une bonne idée dans un texte si dense, mais j'oserai cependant isoler les trois propositions suivantes:
[...] To die- to sleep-
No more; [...]
[...] To die- to sleep.
To sleep- perchance to dream: [...]
Thus conscience does make cowards of us all,
Mourir... dormir, rien de plus ;
Mourir... dormir, dormir ! peut-être rêver !
Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches ;
Hamlet, Acte III, scène 1
Si la conscience fait de nous des lâches, si la mort n'est pas forcément souhaitable car terra incognita, ne pourrait-on alors altérer cette conscience et choisir le rêve pour fuir la dure réalité de la vie. Voilà une hypothèse éminemment dickienne: parions qu'Hamlet à la sauce sixties aurait adoré le LSD.

Alors, finalement, oui ou non ?
Réponse de Normand à défaut d'être Danois: oui et non. Ou plutôt le contraire.
Non, Hamlet, même s'il interroge la folie du monde, celle qui lui est propre, et même la réalité qui l'entoure n'est pas à proprement un simulacre. Il n'y a pas d'altération particulière de la réalité par un tiers impliqué dans ce drame.
Sauf à rechercher ce tiers en dehors de la pièce. Sauf à envisager un (simulacre)^2.
Sauf, donc, à considérer le rapport entre les personnages et l'auteur lui-même: si Shakespeare écrit une tragédie sur les tragédies, il plonge ses personnages dans une situation artificielle visant à faire s'interroger le lecteur sur ce genre. Hamlet, lui-même, flirtant avec la folie, semble prendre conscience par moment de sa condition de pantin.

Et puis finalement, rien d'original à cela, me direz-vous, car de par la richesse et l'intemporalité des thèmes qui y sont abordés, ce texte est voué à supporter toutes nos attentes, à éclairer nos interrogations, comme un Yi-King romancé accompagnant l'humanité à travers son Histoire, chaque époque y trouvant les sources de compréhension de ce temps disloqué qui lui est propre.
[Ce billet sur Hamlet fait partie d'une analyse plus large du roman "le temps disloqué" de Philip K Dick]
à retrouver dans
http://sfetal.blogspot.com/2011/03/le-temps-desarticule-philip-k-dick-et.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (200) Voir plus Ajouter une citation
moussk12moussk12   10 décembre 2017
Maintenant grave dans ta mémoire ces quelques préceptes. Refuse l'expression à tes pensées et l'exécution à toute idée irréfléchie.
Commenter  J’apprécie          90
moussk12moussk12   10 décembre 2017
Un roi si excellent (...) si tendre pour ma mère qu'il ne voulait pas permettre aux vents du ciel d'atteindre trop rudement son visage !
Commenter  J’apprécie          20
SatineSatine   24 décembre 2010
Extrait 1 :
Hamlet reproche à sa mère La Reine d’avoir épouser le frère de son mari récemment décédé et de ne point porter le deuil. A l’évidence Hamlet lui en tient rigueur :
La Reine : « Qu’y a-t-il dans ton cas qui te semble si singulier ?
Hamlet : - Qui me semble, madame ? Oh non : qui est ! Je ne sais pas ce que sembler signifie ! Ce n’est pas seulement mon manteau d’encre, ma chère mère, ni ce deuil solennel que l’on porte selon l’usage, ni les vains geignements des soupirs forcés, ni les fleuves intarissables nés des yeux, et non plus l’air abattu des visages ou rien qui soit une forme ou un mode ou un aspect du chagrin, qui peut me peindre au vrai. Ce ne sont là que semblance en effet, ce sont là les actions qu’un homme peut feindre, les atours, le décor de la douleur, mais ce que j’ai en moi, rien ne peut l’exprimer.
Le Roi : - C’est votre bon, votre louable naturel, Hamlet, qui rend à votre père ces devoirs funèbres. Mais, ne l’oubliez pas, votre père perdit un père, ce père avait perdu le sien ; et, s’il convient que par pitié filiale le survivant garde un moment la tristesse du deuil, s’obstiner dans cette affliction, c’est faire preuve d’entêtement impie, d’un chagrin indigne d’un homme, c’est marquer une volonté contraire au Ciel, un cœur sans énergie, une âme sans frein, un jugement débile et inéduqué. Car ce que nous savons qui doit advenir, ce qui est ordinaire autant que la chose la plus commune, pourquoi nous faudrait-il, dans notre absurde révolte, le prendre à cœur ? Allons donc, c’est pécher contre le ciel, pêcher contre les morts et contre la nature, et c’est absurde surtout devant la raison, dont le lieu commun est la mort des pères, elle qui toujours a crié, depuis le premier mot jusqu’à aujourd’hui, « Il doit en être ainsi »… Jetez, nous vous en prions, cet impuissant chagrin dans la poussière […]
Hamlet (seul) : - O souillures, souillures de la chair ! Si elle pouvait fondre, et se dissoudre et se perdre en vapeurs ! Ou encore, si l’Eternel n’avait pas voulu que l’on ne se tue pas soi-même ! O Dieu, ô Dieu, qu’épuisant et vicié, insipide, stérile me semble le cours du monde ! [...] En être là ! Et seulement deux mois après sa mort. Deux mois ? Non, même pas. Un roi, si grand qui fut à celui-ci ce qu’Hypérion est au satyre ; et pour ma mère, si tendre qu’il ne permettait pas que les vents du ciel passent trop durement sur son visage. Cieux et terre ! Est-ce à moi de m’en souvenir ? Quoi, elle se pendait à lui comme si son désir d’être rassasié ne cessait de grandir, et pourtant, en un mois… Que je n’y pense plus ! Faiblesse, tu es femme ! Un petit mois. Ces souliers ne sont pas usés avec lesquels elle a suivi son triste corps. […] Un simple mois, et avant que le sel des larmes menteuses eût cessé d’irriter ses yeux rougis, elle se remariait. Oh, quelle hâte criminelle, de courir si ardemment aux draps incestueux ! »

Extrait 2 :
Hamlet voyant le spectre de son père :
Hamlet : « Ministre de la grâce, anges, secourez-nous ! Que tu sois un élu ou un démon, que tu apportes l’air céleste ou les bouffées de l’enfer, que tes fins soient malignes ou charitables, tu viens sous un aspect si mystérieux que je te parlerai, que je te nommerai Hamlet, mon roi, mon père et Danemark ! Oh, réponds-moi ! Ne fais pas que j’étouffe d’ignorance, dis pourquoi tes os bénis dans leur coffre funèbre ont percé leur linceul ? Et pourquoi le sépulcre, dans lequel je t’ai vu reposer en paix, a soudain desserré ses mâchoires de marbre pour te jeter ici-bas ? O toi corps mort et de nouveau debout dans l’acier, que veut dire que tu viennes revoir les lueurs de la lune, et faire affreuse la nuit, et nous, les dupes de Nature, si durement nous ébranler dans tout notre être par des pensées que l’âme n’atteint pas ? Pourquoi cela, pourquoi ? Dis, que veux-tu de nous ? »
[…]
Le spectre : Je suis l’esprit de ton père, condamné pour un certain temps à errer la nuit, et à jeûner le jour dans la prison des flammes tant que les noires fautes de ma vie ne seront pas consumées. Si je n’étais astreint à ne pas dévoiler les secrets de ma geôle, je pourrais te faire un récit dont le moindre mot déchirerait ton âme, glacerait ton jeune sang, arracherait tes yeux comme deux étoiles à leur orbite, et déferait tes boucles et tes tresses, dressant séparément chaque cheveu comme un piquant de l’inquiet porc-épic. Mais le savoir de l’éternel est refusé aux oreilles de chair et sang. […] Ecoute, Hamlet, on a dit que, dormant dans mon verger, un serpent me piqua. Et tout le Danemark est ainsi abusé, grossièrement, par cette relation menteuse. Mais, mon fils, toi qui es jeune et qui es noble, sache-le : le serpent dont le dard tua ton père porte aujourd’hui sa couronne. »

Extrait 3 :
Hamlet se fait passer pour fou afin de pouvoir davantage berner son oncle. Sa tendre amie Ophélie le découvre ainsi en proie à sa folie :
Ophélie : « Oh ! Quelle âme noble voici détruite ! Les manières d’un prince, la parole d’un savant, et le glaive d’un soldat, l’espérance et la fleur d’un heureux royaume, le miroir du haut goût, le modèle de l’élégance, le centre de tous les regards, tout cela, tout cela brisé, et moi, de toutes les femmes la plus accablée, la plus triste, ayant goûté au miel de ses beaux serments, voir maintenant cette raison noble et royale comme un doux carillon désaccordé gémir, et cette grâce sans rivale, cette jeunesse fleurie dans l’égarement se flétrir ! Oh ! Quel est mon malheur d’avoir vu ce que je voyais, et de voir maintenant ce que je vois ! »

Extrait 4 :
Le Roi prenant conscience de son crime :
Le Roi : « Oh, mon crime est fétide, il empeste le ciel, la plus vieille malédiction, celle du premier fratricide, pèse sur lui ! Et je ne peux prier ! Si grands soient mon désir et ma volonté, la grandeur de ma faute les accable et comme un homme astreint à deux travaux je demeure hésitant au lieu d’entreprendre et ne fais rien. Pourtant, cette main maudite, serait-elle doublée dans son épaisseur par le sang fraternel, n’y a-t-il pas assez de pluie aux cieux cléments pour la laver et la faire aussi blanche que la neige ? La merci, c’est de considérer le péché en face, et la prière, n’est-ce pas la vertu double qui peut nous retenir au bord de la faute ou nous en vaut le pardon ? Je pourrais relever la tête, mon péché serait aboli… Hélas ! Quelle prière me conviendra ? « Pardonne-moi mon horrible meurtre » ? Certes non s’il est vrai que je jouis encore de ce gain dont l’appât me fit meurtrier, ma couronne, ma reine et l’éclat du pouvoir. Peut-on trouver le pardon sans se détacher du crime ? De par les voies corrompues de ce monde, la main du crime pleine d’or peut bien écarter la justice, et souvent l’on voit le gain même de l’acte réprouvé permettre d’acheter le pardon de la loi, mais il en va là-haut tout autrement. Là, plus de faux-fuyants, là nous sommes astreints, devant la face grimaçante de nos fautes, à nous justifier… Alors, que reste-t-il ? Essaierais-je du repentir ? Oui, que ne peut-il pas ? Mais aussi que peut-il quand on ne peut se repentir ? O situation misérable ! O conscience noire comme la mort ! Ame engluée qui, en se débattant pour se libérer, s’enlise de plus en plus ! Anges, secourez-moi ! Essayez, mes genoux rétifs, de vous plier, et vous, fibres d’acier de mon cœur, devenez les tendres nerfs de l’enfant nouveau-né… Tout va changer, peut-être. »

Extrait 5 :
Hamlet tentant de montrer à sa mère l’erreur qu’elle a commise en épousant le frère de son mari :
La Reine : « Qu’ai-je fait pour que tu oses darder ta langue si durement contre moi ?
Hamlet : - Un acte tel qu’il souille de la pudeur la rougeur aimable, taxe d’hypocrisie la vertu, arrache la rose du tendre front d’un innocent amour et y imprime son fer ! Oh, une action qui fait du voeu nuptial le même mensonge qu’un serment de joueur, et qui retire de tout contrat son âme, et de la douce religion fait un vain bruit de mots ! En rougit la face du ciel, et la compacte et l’impassible lune, le visage enflammé comme à la veille du Jugement, en est malade de dégoût.
La Reine : - Dieu, quelle est cette action qui tonne et qui rugit dans ce prologue ?
Hamlet : Regardez ce tableau, puis celui-ci ! Ce sont les portraits de deux frères, et voyez quelle grâce était sur ce front ! Les boucles d’Hypérion ! De Jupiter ! Le front de Mars cet œil qui commande et menace, et la prestance de Mercure, le messager, quand il se pose sur un faîte auprès du ciel. En vérité ce fut une alliance, une forme où chaque dieu semblait y apposer son sceau pour faire à l’univers la promesse d’un homme. Il fut votre mari… Maintenant, voyez l’autre, votre nouveau mari, la nielle noire qui a détruit le bon grain. Etes-vous aveugle, avez-vous pu quitter la superbe montagne pour paître dans ce marais ? Ah ! Etes-vous aveugle ? Ne dîtes pas que c’est par amour : à votre âge l’ardeur du sang se calme et, maîtrisée, se fie à la raison. Et quelle raison choisirait celui-ci après celui-là ? Vous avez des sens, sinon vous seriez inerte, mais vos sens sont paralysés, sûrement. Car la folie ne délire jamais ni ne trouble les sens au point de ne savoir même plus distinguer êtres si dissemblables. Quel démon vous a ainsi dupée à colin-maillard ? Les yeux sans le toucher, le toucher sans la vue, les oreilles sans yeux ni mains, l’odorat seul, la plus faible partie d’un unique vrai sens ne serait pas si stupide. Honte, rougiras-tu ? Et toi, enfer rebelle, si tu peux secouer les os d’une matrone, que la vertu ne soit pour l’ardente jeunesse qu’une cire, qui fonde dans son feu ! Plus de vergogne quand bondira la passion dévorante, puisque le gel lui-même est un feu si vif et la raison l’entremetteuse du désir !
La Reine : - Hamlet, tais-toi ! Tu tournes mon regard vers le fond de mon âme et j’y vois de si noires taches, dont la teinte ne disparaîtra plus !
Hamlet : - Oui et cela pour vivre dans la rance sueur d’un lit graisseux, et croupir dans le stupre, et bêtifier, forn
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Nastasia-BNastasia-B   03 mai 2013
(Voici le passage qui inspira Rudyard Kipling pour son fameux poème " If ", parfois plus connu en français sous le nom " Si tu veux être un homme ".)
POLONIUS : Grave dans ta mémoire ces préceptes.
Ne donne pas de langue à tes pensées,
Ni d'acte à des pensées hors de mesure.
Sois familier, ne sois jamais vulgaire ;
Éprouve les amis que tu te fais
Puis retiens-les par un grappin de fer,
Mais n'use pas ta paume à accueillir
Un quelconque blanc-bec, un spadassin.
Tiens-toi loin des querelles, mais, forcé,
Fais que ton adversaire te redoute.
Offre l'oreille à tous, à peu la voix,
Prends l'avis de chacun, mais garde tienne
Ton opinion ; que ton habit soit riche,
Dans la mesure où le permet ta bourse ;
Mais point d'excès de fantaisie : du riche,
Pas voyant ; l'habit, souvent, dit l'homme,
Et, en France, les nobles les plus hauts
Mettent leur point d'honneur dans la dépense.
Ne sois ni emprunteur ni créancier :
Qui prête perd — son prêt et ses amis —
Et qui emprunte émousse le tranchant
De son esprit d'épargne ; mais, surtout,
Toi-même, reste vrai avec toi-même,
D'où il suivra, mieux que la nuit le jour,
Que tu ne seras faux avec personne.

Acte I, Scène 3.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
SirennaSirenna   02 novembre 2015
HAMLET. - Etre, ou ne pas être, c'est là la question. Y a-t-il plus de
noblesse d'âme à subir la fronde et les flèches de la fortune
outrageante, ou bien à s'armer contre une mer de douleurs et à l'arrêter
par une révolte ?. Mourir... dormir, rien de plus ;... et dire que par ce
sommeil nous mettons fin aux maux du coeur et aux mille tortures
naturelles qui sont le legs de la chair : c'est là un dénouement qu'on doit
souhaiter avec ferveur. Mourir... dormir, dormir ! peut-être rêver ! Oui, là
est l'embarras. Car quels rêves peut-il nous venir dans ce sommeil de la
mort, quand nous sommes débarrassés de l'étreinte de cette vie ?. Voilà
qui doit nous arrêter. C'est cette réflexion-là qui nous vaut la calamité
d'une si longue existence. Qui, en effet, voudrait supporter les
flagellations, et les dédains du monde, l'injure de l'oppresseur,
l'humiliation de la pauvreté, les angoisses de l'amour méprisé, les
lenteurs de la loi, l'insolence du pouvoir, et les rebuffades que le mérite
résigné reçoit d'hommes indignes, s'il pouvait en être quitte avec un
simple poinçon ?. Qui voudrait porter ces fardeaux, grogner et suer sous
une vie accablante, si la crainte de quelque chose après la mort, de cette
région inexplorée, d'où nul voyageur ne revient, ne troublait la volonté,
et ne nous faisait supporter les maux que nous avons par peur de nous
lancer dans ceux que nous ne connaissons pas ?. Ainsi la conscience fait
de nous tous des lâches ; ainsi les couleurs natives de la résolution
blêmissent sous les pâles reflets de la pensée ; ainsi les entreprises les
plus énergiques et les plus importantes se détournent de leur cours, à
cette idée, et perdent le nom d'action...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Videos de William Shakespeare (332) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Shakespeare
Sonnet XII (Je fais le décompte...), William Shakespeare lu par Michel Wuillermoz
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Littérature dramatique anglaise (128)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Hamlet

Commencons dans le vif du sujet. Dans la pièce, de quoi est frappée Ophélie ?

Par un fou
Par la foudre
De folie
D'une fièvre acheteuse

11 questions
78 lecteurs ont répondu
Thème : Hamlet de William ShakespeareCréer un quiz sur ce livre
. .