AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Malaplate (Traducteur)
EAN : 9782253907152
194 pages
Le Livre de Poche (01/02/1996)
4.28/5   118 notes
Résumé :
Probablement ne saura-t-on jamais qui était au juste le mystérieux W. H. à l'intention de qui le grand dramaturge anglais composa, entre sa vingt-neuvième et sa trente-deuxième année, ce recueil de sonnets, les plus célèbres de la langue anglaise. Cette énigme et le sujet même de l'oeuvre - une passion pour un jeune homme, sans doute issu de la noblesse - l'auréolent d'un halo de scandale. Mais au-delà de ce mystère biographique - et grâce à lui peut-être - cette ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,28

sur 118 notes
5
5 avis
4
1 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Satine
  15 mai 2011
Voilà un chef d'oeuvre sur lequel j'ai eu la chance de tomber en fouinant dans les librairies de Bruxelles. Un vieil ouvrage taché, jauni, déchiré, abîmé par les outrages du temps mais dont le contenu est sans conteste un trésor pour les yeux, une douce mélodie émanant des Temps Modernes dans la froideur de l'Angleterre. Ce qui est fantastique c'est que cet ouvrage présente les textes originaux sur la page de gauche en vieil anglais et les traductions françaises du poète Mélot du Dy sur la page de droite. Ainsi il est plaisant de lire d'abord le texte original, d'essayer d'en capter le sens général et parfois même quelques vers entiers et puis de se laisser aller à la découverte plus fine du texte en français. Mélot du Dy précise dans la préface que les sonnets de Shakespeare pourraient dans leur ensemble s'appeler le Roman de Shakespeare. Ils nous content en effet l'historique pathétique, de son double amour. le roman comporte cent cinquante quatre sonnets ou chapitres qui parfois se répètent. C'est pour cela que Mélot du Dy s'est concentré sur vingt-cinq sonnets en tentant de rendre l'interprétation vivante. Il conclut en écrivant : « Les sonnets de Shakespeare, haut poème De La Renaissance, nous apparaissent ainsi comme un de ces paysages de montagne devant lesquels il doit être permis au simple copiste de poser en plein air, même si cet air l'enivre un peu trop, son chevalet. »
En tournant la première page, je découvre un second trésor : une page de « le journal des poètes » de décembre 1954. On y consacre un article sur Mélot du Dy, sur la grâce et la fantaisie de ses écrits. Je cite quelques extraits de l'article : « Les réalités belles ou laides, les émotions tristes ou joyeuses, ne sont pas livrées dans leur nudité, telle que le poète les a vues ou ressenties. L'artiste transpose toujours et dans le ton que lui impose son tempérament. L'auteur de « Jeu d'ombres » les revêt, précisément, d'un voile de discrétion ou de pudeur comme ces nus antiques de Ménades ou de statues funéraires. Les formes n'en sont pas, pour cela, étouffées, mais soulignées ou tempérées selon les circonstances. Les plis de ces voiles enchaînent le rêve dans leurs courbes ou aiguisent la curiosité dans sa recherche du trait révélateur. […] Son ironie il s'en sert pour dissimuler les vibrations trop aigues de sa sensibilité. Il s'en sert également pour décrire des ridicules, et ceci avant ceux-là qui, aujourd'hui font rire peut-être mais hélas jamais sourire. [….] Il connaît la densité des mots, joue avec leur éclat comme un joaillier, et fait preuve, a-t-on dit, d'un art si savant qu'il paraît le plus simple du monde. » Tout cela laisse rêveur. Ce journaliste Philippe Jones aurait pu être un poète aussi, ne trouvez-vous pas cet extrait sublime ! Pourquoi n'écrivons-nous plus ainsi aujourd'hui ? Plusieurs poèmes de Mélot du Dy sont cités au-dessous, je vous en présente deux :
La sirène La gisante
Lointaine rumeur de la vie Tu souris, dormeuse
Un jour, un seul pour mes regards, Au marbre figée,
Océan de tous les hasards Entre la nuit creuse
Et de monotonie. Et l'aube ridée,
Dans un coin d'église.
Je t'imagine sur les plages, Un pas de chaisière
Amour pareil à mon erreur ! Traîne sur les dalles,
Assez de vie et de fureur Un rais de lumière
Pour déplacer les coquillages… Touche tes mains pâles,
Prière immobile.
Ces flots dans la chambre, lumière La mort sollicite
Sue mes mains d'aveugle. Voici Un geste de joie,
Ton premier silence ébloui, Mais comme on hésite
Voici ma chance, la dernière, Avant qu'on y croie…
Et tu sembles vivre.
Vite, et saisir ce qui se donne, Dors ! Je m'aventure
L'aurore d'une épave, un sein Dans les jours informes,
Délicieux : regarde bien ! O présence pure
Vite et mourir. Personne. Afin que tu dormes
Image d'amie.
Place maintenant à William ! Je vous ai choisi 11 sonnets qui m'ont particulièrement plu.
Sonnet I
Regarde ton miroir, et dis à ce visage
Que les temps sont venus d'en former un nouveau ;
Car si tu refusais d'en faire un aussi beau,
Tu décevrais le monde et quelque vierge sage :
Quelle belle, en effet, pour un moins doux fardeau,
Dédaignerait ici ton marital usage,
Et, de son propre bien préférant le tombeau,
Quel sot consentirait à briser son lignage ?
Tu sembles le miroir de ta mère ; elle, en toi,
Rappelle la fraîcheur de l'avril de sa vie :
Par la vitre de l'âge, en un pareil émoi,
Vieillard, tu reverras ta jeunesse fleurie.
Mais qui veut vivre seul, pour que chacun l'oublie,
Mourra seul, emportant son image avec soi.
Sonnet III
Ces heures dont le clair travail accomplissait
La charmante merveille où tout regard s'arrête
Blesseront quelque jour cette chose bien faite,
Ravissant la beauté de qui nous ravissait ;
Car le temps, sans répit, mènera le succès
De l'été triomphant à l'hiver, sa défaite ;
Le froid surprend la fleur ; la feuille, de son faîte,
S'abat ; la neige enfin recouvre un noir décès.
Mais l'esprit, mais l'essence adorable demeure,
Le parfum de l'été dans sa prison de gel,
Afin qu'à tout jamais toute gloire ne meure :
Ce n'est donc qu'un aspect fugitif que l'on pleure,
Et la fleur, distillée en délice immortel,
Au mépris de l'hiver nous ravit tout à l'heure.
Sonnet IV
Ni marbre blanc, ni monument doré
Ne survivront à ces rimes princières ;
Tu brilleras chez moi plus honoré
Qu'un temple impur de temps et de poussières,
Et quand l'excès des armes et des guerres
Aura le temple et le socle rasé,
Ni fer, ni feu n'atteindra sur mes terres
Ton souvenir en ces lieux déposé.
Malgré la mort et l'ennemi farouche,
Tu poursuivras ton destin ; par ma bouche,
Et jusqu'au jour du dernier jugement,
Le monde encore entendra ta louange ;
Oui, tu vivras jusqu'à l'appel de l'ange,
Dans ce poème et les yeux d'un amant.
Sonnet VII
Le péché d'amour-propre à tel point me possède
Que mes yeux, que ma chair, que mon coeur en est plein ;
Contre un péché semblable il n'est point de remède,
Tant sa marque est profonde et gravée en mon sein.
Nul visage, à mon gré, n'est plus beau que le mien ;
Nul charme n'est plus vrai que celui qui m'obsède :
Devant ma vérité, toute vérité cède ;
Auprès de ma valeur, toute valeur n'est rien.
Mais lorsque en un miroir je connais mon visage,
Tout flétri, tout mordu des morsures de l'âge,
J'entends mieux le secret de pareilles amours :
S'aimer, s'aimer ainsi, ce serait une injure ;
Mais moi-même, c'est Toi, ma beauté, ma parure,
Et mon âge s'est peint des fraîcheurs de tes jours !
Sonnet IX
Quand, mal vu par le sort et les yeux des humains,
Déplorant mon état de réprouvé sur terre,
Je maudis mon malheur, de moi-même me plains,
Et fatigue le Ciel de mon cri solitaire ;
Envieux de celui dont les voeux sont moins vains,
De son cercle d'amis, de son talent pour plaire,
De la beauté d'un tel et de l'art de certains,
Et jamais satisfait de ce que je sais faire ;
Quand, parmi ces pensers, dans le mépris de moi,
Je songe à Vous, - soudain, dans la naissante aurore
Ma fortune, pareille à l'alouette, monte,
Et chante au ciel, bien loin d'une terre de honte,
Et votre amour très douce et brillante me dore,
Et me fait riche au point que j'en dédaigne un roi.
Sonnet XIII
L'amour est mon péché ; votre vertu, la haine,
La haine du péché que je porte en mon sein :
Comparez votre état, je vous en prie, au mien,
Et ma faute à vos yeux paraîtra moins certaine.
Ou, venant de ta bouche, un tel reproche est vain
Quand elle a profané sa pourpre et son haleine,
Scellé des faux serments comme j'ai fait, sereine,
Et volé de l'amour au lit de ton prochain.
Qu'il me soit donc permis de t'aimer comme, certe,
A d'autres tu portas tes importunités :
Qu'à la compassion votre âme soit ouverte
Afin que nous sachions si vous la méritez !
Si là-bas tu requiers ce qu'ici tu refuses,
Ton exemple est mauvais, bonnes sont mes excuses.
Sonnet XVII
J'aime mieux être vil que d'être estimé tel
Quand de ne l'être pas fait que l'on m'en accuse,
Quand j'y perds des plaisirs qu'un homme se refuse,
Jugeant par d'autres yeux de son bien personnel :
Et pourquoi le douteux regard d'un autre (et quel ?)
Devrait-il approuver ce beau sang qui s'amuse,
Si d'un moindre pécheur un pécheur plus réel
Espionne et reprend ce que j'aime sans ruse ?
Non ! véritablement ; je suis ce que je suis.
Qu'on se juge soi-même alors qu'on me poursuit :
Je puis bien marcher droit si leur marche est oblique ;
Ce n'est pas à leur vice à tracer mon portrait,
A moins que de prétendre, injurieux excès,
Que tout homme est pourri dans notre république.
Sonnet XVIII
Quand tu voudras me prendre à la légère
Et me railler sur un air de chanson,
Contre moi-même avec toi, pour te plaire,
Je nommerai vertu la trahison.
Bien mieux que toi, je sais une raison,
Un secret pour me perdre, et je vais faire
A ton usage un récit de l'affaire :
Il te vaudra de l'honneur ! – de façon
Que par ceci, j'y gagnerai moi-même,
Car ne pensant qu'à toi, puisque je t'aime,
Ton avantage est doublement le mien,
Serait-ce au prix d'un tort que je m'inflige. –
Je suis à toi, je t'aime assez, te dis-je,
J'accepterai tout le mal pour ton bien.
Sonnet XIX
Ce n'est point tout mon mal, qu'elle soit ton amie,
Et tu sauras pourtant que je l'aimais beaucoup ;
Que tu sois son ami, ma peine est infinie,
La perte d'un tel bien m'accable plus que tout.
Amants injurieux ! Mon excuse pour vous,
C'est qu'Il t'aime sachant combien je t'apprécie,
Et qu'Elle te permet cet amour des plus doux
Parce que l'amitié l'un et l'autre nous lie…
Lui perdu, c'est un gain pour mon amour, tant mieux !
Elle perdue, eh ! bien, mon ami l'a trouvée ;
Ils se trouvent l'un l'autre et je les perds tous deux ;
Mais c'est en mon honneur, la chose m'est prouvée,
Qu'ils m'ont mis cette croix sur le dos. Et, ma foi,
Deux amis ne font qu'un : elle n'aime que moi.
Sonnet XXII
Quel élixir de larmes de Sirène
Né dans l'enfer d'un alambic malsain
Ai-je donc bu, changeant mon plaisir en peine,
Espoir en crainte, en perte tout mon gain ?
De quelle erreur mon coeur était-il plein
Qui savourait sa chance plus qu'humaine !
Et dans la fièvre alors de la géhenne
Combien mes yeux s'égarèrent soudain,
Maos, ô bienfait du mal ! si l'on ignore
Que le meilleur par le mal s'améliore
Et que l'amour – à présent je le sais –
Renaît plus fort, plus beau de sa ruine :
J'y fus déçu, mais sans qu'il m'en chagrine,
Riche trois fois de mécomptes passés.
Sonnet XXIII
Je n'admettrai jamais de divorce valable
Au mariage des esprits ; l'amour n'est pas
L'amour, s'il doit changer quand on change ici-bas,
Quitter quand on le quitte et par un mal semblable,
Oh ! non. Voici l'amour : un phare inébranlable
Qui regarde les flots tumultueux ; l'éclat
D'une étoile guidant la nef qui se débat,
Sans prix, dans sa hauteur vainement calculable.
Il n'est pas le jouet du Temps, bien que la rose
Du visage demeure à l'ombre de la faux :
Il ne s'altère point comme le temps dispose ;
Et si ce que j'affirme en ce langage est faux,
Avant le dernier Jour s'il connaît sa défaite,
Nul n'a jamais aimé, je ne suis pas poète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pirouette0001
  03 mars 2018
Sublime. Bien que je dois avouer, j'ai davantage lu ces Sonnets dans la très belle traduction offerte dans cette édition bilingue que dans la version originale, trop ardue à comprendre.
J'avais très envie de découvrir cette oeuvre depuis la pièce de théâtre de Tiago Rodrigues "By heart", consacrée au trentième sonnet. Je n'ai pas été déçue.
Tous les sonnets pourraient être reproduits en citation.
Recueil de poèmes relatant la passion d'un homme, l'auteur ?, pour un jeune homme. Subversif et scandaleux, mais ô combien splendidement écrit.
Commenter  J’apprécie          250
Bastien
  31 août 2012
Le passage de l'anglais au français a du être laborieux. Je n'aurai pas aimé être le(s) traducteur(s) et encore moins me lancer dans un défis aussi dangereux. Mais, il faut l'avouer, les résultats sont bien la. Je n'ai pas le niveau adéquat pour savourer pleinement la qualité de l'oeuvre en anglais, alors je commenterai la version française de Jean Malaplate. La rime est respectée, ainsi que le rythme et la musicalité. La profondeur est toujours présente. Les sujets développés par Shakespeare sont tout simplement intemporels, ce qui permet, presque 5 siècles après, de toujours être profondément touché par ces sonnets. Ce n'est pas qu'un vulgaire texte, c'est de la musique. La délicatesse, la douceur, et la verve de Shakespeare sont omniprésent dans cette oeuvre poétique et lyrique.
Je tiens à souligner que, dans mon édition, à la fin, j'ai des notes pour chaque sonnet, ce qui permet de donner une autre dimension à l'oeuvre, et de mieux comprendre certains points. C'est une excellente initiative.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
rogermue
  15 juin 2013
Les sonnets de Shakespeare, c'est quelque chose pour l'étudiant de littérature. Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup qui ont lu les cent ou deux cents sonnets. Pour goûter ces poèmes une sélection de dix sonnets serait souhaitable, anglais et français avec des annotations et un petit commentaire qui montre un peu de l'art de Shakespeare -
mais il faut chercher quelque chose comme ça ou bien l'écrire soi-même.
J'ai sélectionné le sonnet 18 en anglais, français et allemand. Voyez citations. En tant qu'allemand je dois dire qu'il me faut la traduction allemand pour pouvoir goùter le poème de Shakespeare dans toute sa beauté.
Dans le sonnet 18 Shakespeare se demande s'il devrait comparer la beauté de sa dame admirée à la beauté d'un jour d'été. Non, dit-il. La beauté du jour d'été ne dure pas.
Mais, et cela il dit dans les dernières lignes, tant qu'on lira mon poème tant ta beauté durera aussi, car mon poème ne change pas.
Est-ce que Shakespeare s'est douté que des hommes 400 ans plus tard liront ses vers?
Texte en anglais: http://www.shakespeare-online.com/sonnets/18.html
traduction française: http://fr.wikipedia.org/wiki/Sonnets_(Shakespeare)#Sonnet_18
Lien : http://www.deutsche-liebesly..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cicou45
  11 avril 2011
Bien avant d'être un dramaturge, William Shakespeare était avant tout un poète. Ce recueil comporte 154 sonnets du célèbre auteur. Abordant des sujets vastes tels que l'Amour, le mariage, le Beau,a politique, la mort ou encore le Temps qui passe, Shakespeare aborde ainsi des sujets intemporels et qui sont donc toujours d'actualité. Il est impossible de faire un résumé concis de ce que sont ces textes car la poésie ne se raconte pas, elle se vit ! Aussi, je vous invite à consacrer un peu de votre précieux temps à venir découvrir cet ouvrage duquel vous ressortirez un brillant apprentissage de la vie. À découvrir !
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (192) Voir plus Ajouter une citation
SatineSatine   24 décembre 2010
Sonnet I
Regarde ton miroir, et dis à ce visage
Que les temps sont venus d’en former un nouveau ;
Car si tu refusais d’en faire un aussi beau,
Tu décevrais le monde et quelque vierge sage :

Quelle belle, en effet, pour un moins doux fardeau,
Dédaignerait ici ton marital usage,
Et, de son propre bien préférant le tombeau,
Quel sot consentirait à briser son lignage ?

Tu sembles le miroir de ta mère ; elle, en toi,
Rappelle la fraîcheur de l’avril de sa vie :
Par la vitre de l’âge, en un pareil émoi,

Vieillard, tu reverras ta jeunesse fleurie.
Mais qui veut vivre seul, pour que chacun l’oublie,
Mourra seul, emportant son image avec soi.

Sonnet III
Ces heures dont le clair travail accomplissait
La charmante merveille où tout regard s’arrête
Blesseront quelque jour cette chose bien faite,
Ravissant la beauté de qui nous ravissait ;

Car le temps, sans répit, mènera le succès
De l’été triomphant à l’hiver, sa défaite ;
Le froid surprend la fleur ; la feuille, de son faîte,
S’abat ; la neige enfin recouvre un noir décès.

Mais l’esprit, mais l’essence adorable demeure,
Le parfum de l’été dans sa prison de gel,
Afin qu’à tout jamais toute gloire ne meure :

Ce n’est donc qu’un aspect fugitif que l’on pleure,
Et la fleur, distillée en délice immortel,
Au mépris de l’hiver nous ravit tout à l’heure.

Sonnet IV
Ni marbre blanc, ni monument doré
Ne survivront à ces rimes princières ;
Tu brilleras chez moi plus honoré
Qu’un temple impur de temps et de poussières,

Et quand l’excès des armes et des guerres
Aura le temple et le socle rasé,
Ni fer, ni feu n’atteindra sur mes terres
Ton souvenir en ces lieux déposé.

Malgré la mort et l’ennemi farouche,
Tu poursuivras ton destin ; par ma bouche,
Et jusqu’au jour du dernier jugement,

Le monde encore entendra ta louange ;
Oui, tu vivras jusqu’à l’appel de l’ange,
Dans ce poème et les yeux d’un amant.

Sonnet VII
Le péché d’amour-propre à tel point me possède
Que mes yeux, que ma chair, que mon cœur en est plein ;
Contre un péché semblable il n’est point de remède,
Tant sa marque est profonde et gravée en mon sein.

Nul visage, à mon gré, n’est plus beau que le mien ;
Nul charme n’est plus vrai que celui qui m’obsède :
Devant ma vérité, toute vérité cède ;
Auprès de ma valeur, toute valeur n’est rien.

Mais lorsque en un miroir je connais mon visage,
Tout flétri, tout mordu des morsures de l’âge,
J’entends mieux le secret de pareilles amours :

S’aimer, s’aimer ainsi, ce serait une injure ;
Mais moi-même, c’est Toi, ma beauté, ma parure,
Et mon âge s’est peint des fraîcheurs de tes jours !

Sonnet IX
Quand, mal vu par le sort et les yeux des humains,
Déplorant mon état de réprouvé sur terre,
Je maudis mon malheur, de moi-même me plains,
Et fatigue le Ciel de mon cri solitaire ;

Envieux de celui dont les vœux sont moins vains,
De son cercle d’amis, de son talent pour plaire,
De la beauté d’un tel et de l’art de certains,
Et jamais satisfait de ce que je sais faire ;

Quand, parmi ces pensers, dans le mépris de moi,
Je songe à Vous, - soudain, dans la naissante aurore
Ma fortune, pareille à l’alouette, monte,

Et chante au ciel, bien loin d’une terre de honte,
Et votre amour très douce et brillante me dore,
Et me fait riche au point que j’en dédaigne un roi.

Sonnet XIII
L’amour est mon péché ; votre vertu, la haine,
La haine du péché que je porte en mon sein :
Comparez votre état, je vous en prie, au mien,
Et ma faute à vos yeux paraîtra moins certaine.

Ou, venant de ta bouche, un tel reproche est vain
Quand elle a profané sa pourpre et son haleine,
Scellé des faux serments comme j’ai fait, sereine,
Et volé de l’amour au lit de ton prochain.

Qu’il me soit donc permis de t’aimer comme, certe,
A d’autres tu portas tes importunités :
Qu’à la compassion votre âme soit ouverte

Afin que nous sachions si vous la méritez !
Si là-bas tu requiers ce qu’ici tu refuses,
Ton exemple est mauvais, bonnes sont mes excuses.

Sonnet XVII
J’aime mieux être vil que d’être estimé tel
Quand de ne l’être pas fait que l’on m’en accuse,
Quand j’y perds des plaisirs qu’un homme se refuse,
Jugeant par d’autres yeux de son bien personnel :

Et pourquoi le douteux regard d’un autre (et quel ?)
Devrait-il approuver ce beau sang qui s’amuse,
Si d’un moindre pécheur un pécheur plus réel
Espionne et reprend ce que j’aime sans ruse ?

Non ! véritablement ; je suis ce que je suis.
Qu’on se juge soi-même alors qu’on me poursuit :
Je puis bien marcher droit si leur marche est oblique ;

Ce n’est pas à leur vice à tracer mon portrait,
A moins que de prétendre, injurieux excès,
Que tout homme est pourri dans notre république.

Sonnet XVIII
Quand tu voudras me prendre à la légère
Et me railler sur un air de chanson,
Contre moi-même avec toi, pour te plaire,
Je nommerai vertu la trahison.

Bien mieux que toi, je sais une raison,
Un secret pour me perdre, et je vais faire
A ton usage un récit de l’affaire :
Il te vaudra de l’honneur ! – De façon

Que par ceci, j’y gagnerai moi-même,
Car ne pensant qu’à toi, puisque je t’aime,
Ton avantage est doublement le mien,

Serait-ce au prix d’un tort que je m’inflige. –
Je suis à toi, je t’aime assez, te dis-je,
J’accepterai tout le mal pour ton bien.

Sonnet XIX
Ce n’est point tout mon mal, qu’elle soit ton amie,
Et tu sauras pourtant que je l’aimais beaucoup ;
Que tu sois son ami, ma peine est infinie,
La perte d’un tel bien m’accable plus que tout.

Amants injurieux ! Mon excuse pour vous,
C’est qu’Il t’aime sachant combien je t’apprécie,
Et qu’Elle te permet cet amour des plus doux
Parce que l’amitié l’un et l’autre nous lie…

Lui perdu, c’est un gain pour mon amour, tant mieux !
Elle perdue, eh ! bien, mon ami l’a trouvée ;
Ils se trouvent l’un l’autre et je les perds tous deux ;

Mais c’est en mon honneur, la chose m’est prouvée,
Qu’ils m’ont mis cette croix sur le dos. Et, ma foi,
Deux amis ne font qu’un : elle n’aime que moi.

Sonnet XXII
Quel élixir de larmes de Sirène
Né dans l’enfer d’un alambic malsain
Ai-je donc bu, changeant mon plaisir en peine,
Espoir en crainte, en perte tout mon gain ?

De quelle erreur mon cœur était-il plein
Qui savourait sa chance plus qu’humaine !
Et dans la fièvre alors de la géhenne
Combien mes yeux s’égarèrent soudain,

Maos, ô bienfait du mal ! si l’on ignore
Que le meilleur par le mal s’améliore
Et que l’amour – à présent je le sais –

Renaît plus fort, plus beau de sa ruine :
J’y fus déçu, mais sans qu’il m’en chagrine,
Riche trois fois de mécomptes passés.

Sonnet XXIII
Je n’admettrai jamais de divorce valable
Au mariage des esprits ; l’amour n’est pas
L’amour, s’il doit changer quand on change ici-bas,
Quitter quand on le quitte et par un mal semblable,

Oh ! non. Voici l’amour : un phare inébranlable
Qui regarde les flots tumultueux ; l’éclat
D’une étoile guidant la nef qui se débat,
Sans prix, dans sa hauteur vainement calculable.

Il n’est pas le jouet du Temps, bien que la rose
Du visage demeure à l’ombre de la faux :
Il ne s’altère point comme le temps dispose ;

Et si ce que j’affirme en ce langage est faux,
Avant le dernier Jour s’il connaît sa défaite,
Nul n’a jamais aimé, je ne suis pas poète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DerfuchsDerfuchs   12 novembre 2020
Te comparerai-je à un jour d’été ? Tu es plus aimable et plus tempéré. Les vents violents font tomber les tendres bourgeons de mai, et le bail de l’été est de trop courte durée.

Tantôt l’œil du ciel brille trop ardemment, et tantôt son teint d’or se ternit. Tout ce qui est beau finit par déchoir du beau, dégradé, soit par accident, soit par le cours changeant de la nature.

Mais ton éternel été ne se flétrira pas et ne sera pas dépossédé de tes grâces. La mort ne se vantera pas de ce que tu erres sous son ombre, quand tu grandiras dans l’avenir en vers éternels.

Tant que les hommes respireront et que les yeux pourront voir, ceci vivra et te donnera la vie.


(Sonnet XVIII traduction de François-Victor Hugo)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          156
araucariaaraucaria   30 avril 2020
Nous voulons descendance aux belles créatures
Pour que ne meure point la rose de beauté
Et que - devant périr les formes les plus mûres -
Vive au moins leur mémoire en leur postérité.

Mais toi, ne t'engageant qu'à tes yeux de lumière,
Tu te fais l'aliment de ton divin flambeau,
L'abondance, par toi, se transforme en misère,
Trop cruel ennemi de ton être si beau.

Toi qui fais à présent les délices du monde;
Qui sers au gai printemps de suave écuyer,
Tu perds en ton bourgeon une sève inféconde,
Doux avare qui ruine en jouant l'usurier.

Prends en pitié ce monde ou, gourmandise extrême,
Vole ce que lui doit la tombe, avec toi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
darkmoondarkmoon   09 mars 2014
Sonnet XXIII

Je n’admettrai jamais de divorce valable
Au mariage des esprits ; l’amour n’est pas
L’amour, s’il doit changer quand on change ici-bas,
Quitter quand on le quitte et par un mal semblable,

Oh ! non. Voici l’amour : un phare inébranlable
Qui regarde les flots tumultueux ; l’éclat
D’une étoile guidant la nef qui se débat,
Sans prix, dans sa hauteur vainement calculable.

Il n’est pas le jouet du Temps, bien que la rose
Du visage demeure à l’ombre de la faux :
Il ne s’altère point comme le temps dispose ;

Et si ce que j’affirme en ce langage est faux,
Avant le dernier Jour s’il connaît sa défaite,
Nul n’a jamais aimé, je ne suis pas poète.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
darkmoondarkmoon   27 février 2014
Sonnet IV

Ni marbre blanc, ni monument doré
Ne survivront à ces rimes princières ;
Tu brilleras chez moi plus honoré
Qu’un temple impur de temps et de poussières,

Et quand l’excès des armes et des guerres
Aura le temple et le socle rasé,
Ni fer, ni feu n’atteindra sur mes terres
Ton souvenir en ces lieux déposé.

Malgré la mort et l’ennemi farouche,
Tu poursuivras ton destin ; par ma bouche,
Et jusqu’au jour du dernier jugement,

Le monde encore entendra ta louange ;
Oui, tu vivras jusqu’à l’appel de l’ange,
Dans ce poème et les yeux d’un amant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Videos de William Shakespeare (355) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Shakespeare
Rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos
« Un homme n'est pas tout à fait un homme, ni une femme tout à fait une femme. Les sexes ne sont pas des camps, ni des rives opposées. Les sexes passent l'un au travers de l'autre dans une nuit où les corps échappent aux attributs censés répartir les forces, les symboles, les fonctions ou les rôles. Dans La Nuit des rois, Shakespeare célèbre la nuit carnavalesque des grands retournements. Toutes les évidences tombent. Surgissent d'autres vérités dont l'éclat trouble les miroirs. Hantise des puritains : que tout se réunisse, se mêle, se confonde, s'inverse. » Denis Podalydès
Dans ce livre, Denis Podalydès mêle la vie intime au travail de l'acteur : les moments de joie, de sérénité se trament avec la solitude, le vide, le trac, l'angoisse, et les instants de comédie… Il dit son admiration pour le metteur en scène Thomas Ostermeier. L'expérience des répétitions permet aux lecteurs de découvrir les coulisses d'un théâtre qui est la vie même.
À lire – Denis Podalydès, Les Nuits d'amour sont transparentes. Pendant « La Nuit des rois », coll. Librairie du XXIe siècle, Seuil, 2021.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Poésie anglaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Poésie anglaise (101)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Roméo et Juliette

"Roméo et Juliette" est une comédie.

Vrai
Faux

10 questions
1677 lecteurs ont répondu
Thème : Roméo et Juliette de William ShakespeareCréer un quiz sur ce livre

.. ..