AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
The Bone Season tome 1 sur 6
EAN : 9782290071045
573 pages
J'ai lu (11/06/2014)
4.15/5   637 notes
Résumé :
Dans un monde totalitaire et dangereux, une réveuse va démarrer une révolution.
La saga dystopique évènement par Samantha Shannon, autrice du Prieuré de l'Oranger.
2059. Paige travaille pour une organisation criminelle souterraine dans les rues de Scion-Londres, où elle récolte des informations en pénétrant dans l'esprit des gens. Car Paige est une marcherêve, une clairvoyante, et selon les règles de Scion, son existence même est déjà une trahison.
>Voir plus
Que lire après The Bone Season, tome 1 : Saison d'osVoir plus
Les loups dorés, tome 1 par Chokshi

Les loups dorés

Roshani Chokshi

3.83★ (481)

3 tomes

L'empire d'écume, tome 1 : La fille aux éclats d'os par Stewart

L'empire d'écume

Andrea Stewart

4.44★ (1084)

3 tomes

Merciful Crows, tome 1 : La voleuse d'os par Owen

Merciful Crows

Margaret Owen

4.34★ (480)

2 tomes

Critiques, Analyses et Avis (158) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 637 notes
Incroyable. Ce fut une excellente surprise et je suis trop contente d'avoir enfin lu ce livre que j'ai adoré ! Il traînait depuis pas mal de temps dans ma PAL et une amie (@Elisa_22 si tu passes par là :D) m'a convaincue de le commencer (et je me suis dit qu'avant de lire le prieuré de l'oranger, c'était une bonne idée de lire un autre roman de l'autrice pour m'habituer à sa plume et à sa manière de construire les univers). J'ai donc commencé ce livre en sachant qu'il allait me plaire, et je n'ai pas été déçue.

Déjà, je trouve que c'est un très beau poche : la couverture est belle, bien travaillée, colle parfaitement avec l'univers et le livre en lui-même est très joli (et c'est rare d'arriver à trouver des poches jolis).
Ce qui est bien, c'est qu'on est tout de suite immergé dans l'univers avec la carte et la liste des catégories de voyant au début, il y a d'ailleurs un glossaire à la fin du roman qui est super utile (et que j'ai découvert à la page 200…).

J'avais peur que l'univers soit très complexe, et c'est vrai qu'il faut prendre le temps de rentrer dedans.
Les 100 premières pages peuvent être un peu dures, mais il faut persévérer et surtout pas se décourager, on finit par se glisser peu à peu dans ce monde complexe et incroyable. J'admire beaucoup l'autrice pour avoir créé un univers aussi splendide : c'est un Londres sombre et gothique, avec une ambiance assez lourde et super immersive. On ne peut pas tout comprendre au début mais on va s'y retrouver projeter sans vraiment s'en rendre compte, et croyez-moi que ça vaut le détour.

Et puis les personnages sont géniaux.
J'ai adoré Paige dès les premières pages avec son cran, son courage, sa volonté et son indépendance. On s'y attache beaucoup car elle est très bien construite : on découvre peu à peu ses failles et on les comprend, c'est une parfaite héroïne de fantasy sans pour autant tomber dans le cliché.
Les membres des Sept Sceaux sont présents surtout vers la fin même si on les découvre peu à peu via les rêves de Paige, on sent leur potentiel en temps que personnages et ça m'a un peu fait penser à Six of crows.
Quant à Arcturus, j'ai été un peu perplexe au début parce que je ne savais pas trop sur quel pied danser avec lui. C'est pour moi le meilleur personnage de l'histoire, il est très obscur et on découvre ses motivations petit à petit même si on ne sait au final pas grand chose de lui, ce qui ne nous empêche pas de nous y attacher.

Son lien avec Paige est absolument parfait, il se développe en douceur et l'autrice nous emmène doucement là où elle veut aller sans qu'on ne se rende compte de rien.
Le seul petit point négatif seraient les personnages secondaires qui ne sont pas très attachants, je ne les ai pas aimé plus que ça et c'est dommage parce que je pense qu'il manquait juste ça pour que ce soit un coup de coeur.

L'action est merveilleusement bien dosée, il y a des moments plus creux que d'autres mais on ne s'ennuie pas un instant. C'est une super fantasy, qui fait partie des meilleurs que j'ai lu sans hésitation. Bataille, révélation, complots, romance, amitié, suspense… absolument tout est présent et c'est hyper addictif : on ne peut pas lâcher le roman une fois qu'on est plongé dedans.
Je le referme avec un petit pincement au coeur et j'ai hâte de lire la suite qui, je le sens, ne va pas me décevoir !
Commenter  J’apprécie          272
Présentée comme une saga qui pourrait avoir le même succès retentissant que Harry Potter, Bone Season s'étalera aussi sur 7 tomes (!). Ce premier volume semble avoir conquis plus d'un lecteur-blogueur puisque les chroniques « coup de coeur » s'enchaînent. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en ouvrant ce pavé de quasi 600 pages mais j'étais plutôt confiante.
Malheureusement, pas de coup de coeur pour moi, j'ai eu trop de mal à m'immerger dans l'histoire, l'émotion n'a donc pas été au rendez-vous. Je lirai malgré tout la suite (au moins le tome suivant) car je suis assez curieuse de découvrir la suite des aventures de Paige ; en espérant être moins perdue dans les explications contextuelles cette fois…

Ce qui frappe dans ce premier tome et ce qui en fait autant la force que la faiblesse, c'est l'univers mis en place. Force parce qu'on ne peut nier la richesse et le travail effectué, faiblesse car l'ensemble est tellement dense qu'il est très difficile de s'y retrouver. Je vais tout de même tenter de vous résumer ce que j'ai compris et retenu.
Dans une Angleterre légèrement futuriste (2059), de nombreuses personnes sont frappées par la Clairvoyance, anormalité férocement pourchassée et combattue par le gouvernement de Scion. Ces voyants possèdent des capacités (très diversifiées et plus ou moins rares) qui leur permettent d'entrer dans l'Ether, à savoir le royaume des Esprits (rien que ça, c'est déjà dur à concevoir et à toucher du doigt…). Certains tirent les cartes, d'autres lisent dans les feuilles de thé et d'autres encore ont la possibilité d'entrer en contact sans aucun artefact. Certains dons sont plus rares et donc plus recherchés que d'autres, notamment par la Pègre londonienne, organisation créée dans le but de faire de bonnes affaires et d'obtenir certaines informations capitales grâce aux Clairvoyants.

C'est dans ce contexte un poil complexe que l'on découvre Paige, l'héroïne qui fait partie des « Anormaux » les plus rares et donc les plus cotés en bourse ! Membre influente de la Pègre de la capitale, elle se fait malgré tout attraper alors qu'elle utilisait sont pouvoir (pour se défendre) sur deux agents du gouvernement, tuant l'un et laissant l'autre à l'état de légume.
Elle se réveille à Shéol I, une ville annexe remplie de gens comme elle (Clairvoyants de tout niveau) et surtout de Réphaïm qui les maintiennent captifs et en esclavage. Paige - et le lecteur par la même occasion - comprend au fil des pages que les créatures (pas vraiment humaines) gouvernant Shéol I sont sur Terre depuis plusieurs centaines d'années et qu'elles ont mis en place un système bien rôdé.
Paige ne souhaite qu'une chose, s'évader de la ville et surtout fuir son nouveau maître, Arcturus le Prince de Sang, qui cache bien des choses ! Mais elle prend petit à petit conscience que sa vie londonienne précédente ne lui offrait peut-être pas tant de libertés que ça, tout compte fait…

Agée de 19 ans, irlandaise émigrée à Londres, fille unique mentant à son père sur son véritable métier, Paige est une héroïne agréable à suivre. Forte, déterminée et sensée, elle fait plus ou moins les bons choix et agit avec réflexion et maturité. Elle avait tout pour me plaire et pourtant, je ne me suis pas vraiment attachée à elle. Une barrière a persisté du début à la fin, me laissant comme extérieure et étrangère à l'aventure. Ma lecture a donc été assez froide, finalement et je le regrette.
De nombreux personnages gravitent autour de la jeune femme, ceux appartenant à sa vie dans la Pègre londonienne et ceux qu'elle doit côtoyer à Shéol I. Tous sont caractérisés par leurs pouvoirs et semblent très différents les uns des autres, mais aucun ne sort vraiment de la masse… à part peut-être Jaxon et Nick, respectivement Boss et meilleur ami de Paige et Arcturus alias le Gouverneur qui devient le mentor de la jeune fille. Ces trois figures masculines possèdent des traits de caractère et une histoire qui semblent intéressants mais ils sont trop survolés à mon goût, ils ne sont pas encore assez palpables. C'est encore plus le cas des autres Clairvoyants que l'héroïne fréquente et aide dans la deuxième partie de l'histoire. Quant à l'ennemi public numéro un, Nashira, la « reine » des Réphaïm, là aussi il y a du potentiel mais je n'y ai pas cru jusqu'au bout. Dommage !

Si le contexte dense est difficile à maîtriser, c'est aussi parce que le lecteur ne le découvre qu'à travers les yeux de Paige, la narratrice unique. Elle, elle sait déjà beaucoup de choses au début du roman et malgré ses quelques tentatives d'explications et de flash-back, le lecteur doit prendre le train en route et faire comme il peut. J'ai tellement lutté pour éviter de me noyer dans le flou contextuel que j'ai perdu tout le côté émotionnel qu'il pouvait y avoir.
De ce fait, l'aventure de Paige ne m'a pas vraiment touchée et la romance qu'elle commence à vivre sur la fin ne m'a pas émue. C'est d'autant plus dommage que c'est une relation qui a énormément de potentiel et quasiment tout pour me plaire… j'aurais presque aimé qu'elle soit davantage mise en avant et plus approfondie pour qu'elle gagne en crédibilité et évidemment en émotions.

Je me relis et je me trouve assez dure dans mes propos. Tout n'a pas été parfait pendant ma découverte mais les bases originales m'ont plu, l'univers richement travaillé saura plaire à beaucoup et l'héroïne forte ne demande qu'à devenir plus attachante.
C'est assez étrange, après 200 pages à me demander ce que je faisais là et où l'auteure voulait en venir, j'ai connu un certain engouement et me suis surprise à tourner les pages avec une certaine avidité ; une addiction un peu incompréhensible… et qui me laisse assez sceptique puisqu'une semaine après ma lecture, je n'en garde que peu de souvenirs. Ces 600 pages m'ont un peu fait l'effet d'un « je t'aime, moi non plus » et je n'arrive finalement pas à me positionner. Je sors de cette lecture mitigée mais plus du côté positif que négatif. Je tenterai donc la lecture du deuxième tome lorsqu'il sortira en VF et verrai alors si j'adhère définitivement ou si je suis définitivement trop paumée par l'univers pour y prendre du plaisir !

A noter, en début d'ouvrage : la présence d'un arbre présentant « les sept ordres de la voyance » et d'une carte de Shéol I.
Lien : http://bazardelalitterature...
Commenter  J’apprécie          120
*Coup de coeur*

J'espère vraiment que ce livre connaîtra le succès qu'il mérite, car l'auteure propose un univers très dense qui n'est pas sans rappeler le mélange magique et futuriste de la série Danny Valentine, sauf que nous sommes à Londres, une ville peuplée de fantômes et d'une catégorie particulière de surnaturels, les voyants. Ce monde est riche d'une véritable histoire, condensée d'événements clefs qui viennent justifier le régime dictatorial en place. Elle est d'autant plus crédible que les protagonistes ne sont pas tous originaires du Royaume-Uni, mais également de pays comme l'Irlande. Samantha Shannon nous livre d'emblée des informations qu'on prend pour acquises comme Paige, puis elle sème des doutes dans l'esprit du lecteur qui découvre brutalement l'envers du décor. Il remonte la frise du temps qui se dédouble entre une version officielle et une autre plus obscure.

Le personnage féminin n'a rien à envier aux héroïnes d'urban fantasy. Elle est jeune, 19 ans, mais elle est paradoxalement très mature du fait de sa vie mouvementée. Il faut dire qu'elle possède un don atypique et convoité lié à l'éther et aux fantômes, mais également aux esprits des vivants. J'ai vraiment adoré sa voix volontaire, loyale, sans prétention et technique quand il s'agit de décrire la magie. Une jolie romance s'invite dans l'histoire, sans jamais l'éclipser ou devenir trop lourde. Elle n'est pas tout feu tout flamme, elle se met en place progressivement et repose avant tout sur la confiance accordée dans des conditions pourtant précaires.

Ce qui différencie ce livre de beaucoup d'autres, c'est ce mix entre le cadre urbain où des mafias magiques s'opposent et un pan plus dystopique, vraiment à part, qui contraint Paige à vivre dans une sorte de royauté où les humains sont traités comme des animaux par un peuple puissant issu d'un outremonde. le glissement est bien orchestré, on y croit et on s'attache à tous les personnages croisés. J'ai grandement apprécié que Paige dévoile ses failles de jeune femme ordinaire en cours de route, alors que cet aspect est souvent passé sous silence, faute de temps et de place, dans les romans de ce type.

C'est un livre parfaitement calibré dont j'attends la suite avec impatience.
Commenter  J’apprécie          133
Alors que son roman de fantasy, le prieuré de l'oranger est un phénomène en librairies, Samantha Shannon est également l'autrice d'un autre cycle. Il s'agit de Bone Season, une dystopie déjà très remarquée et dont une adaptation est prévue prochainement.

A Scion-Londres, Paige a intégré la pègre des clairvoyants. Dans ce monde où les gens comme elle, sont traqués car considérés comme anormaux, elle se sent enfin à sa place et appréhende mieux son don. Elle est une marcherêve, autrement dit, elle a la capacité de pénétrer dans l'esprit des gens pour y récolter des informations. Un jour, alors qu'elle a l'imprudence d'emprunter le métro pour aller chez son père, son wagon est contrôlé. Très vite, cela dégénère, elle se défend en se servant de son don, tue l'un des contrôleurs et met l'autre hors service. Mais pas le temps de s'appesantir davantage, elle prend la fuite et trouve refuge chez son père. Néanmoins, dans une société de surveillance, on n'échappe pas longtemps aux autorités. Elle est donc arrêtée peu après et transférée dans la colonie pénitentiaire d'Oxford pour y être officiellement rééduquée. Maintenant, elle n'a plus qu'un seul but, celui de s'enfuir.

Dans Bone Season, Samantha Shannon nous immerge dans le Londres d'un futur proche, en 2056, contrôlé par une organisation tentaculaire nommée Scion qui a également la main mise sur de nombreuses autres capitales européennes.

Dans ce monde technologique, vit également de manière clandestine une communauté de clairvoyants, des hommes et des femmes ayant la capacité d'interagir avec l'éther. Parmi eux, sept catégories se distinguent : les devins, les augures, les médiums, les sensoriels, les gardiens, les furies et les sauteurs. Si les devins et les augures prédisent l'avenir, les sensoriels, eux, peuvent canaliser l'éther et les gardiens sont les mieux placés pour maîtriser les esprits. Quant aux furies, ils rejoignent les rêves par l'entremise de l'éther, tout comme les sauteurs qui peuvent même avoir une grande influence dessus. On les reconnait grâce à la couleur de leur aura qui est propre à leur don. Traqués par les employés de Scion, ils doivent faire profil bas pour échapper à leur vigilance. Or, pour se ménager une plus grande chance de survie, ils peuvent aussi rejoindre le réseau mafieux qui quadrille Scion-Londres et qui recrute les clairvoyants les plus prometteurs. Sous la houlette de son seigneur-mime, Jaxon Hall, Paige y évolue en eaux troubles, flirtant perpétuellement avec le danger, jusqu'à son arrestation.

Conduite à Oxford, une colonie pénitentiaire où les clairvoyants sont censés être éduqués par des Rephaïms, des individus venus d'ailleurs qui orchestrent chaque année un rapt des anormaux afin d'en faire leurs esclaves, des amuseurs pour certains, des réservoirs à pouvoirs pour d'autres, ainsi que des boucliers chargés de défendre la cité en cas d'attaques émim pour le reste. Sous la plume de Samantha Shannon, Oxford est devenu un lieu terrifiant où cette minorité de personnes aux pouvoirs extraordinaires est exploitée et retenue captifs. Beaucoup y meurent soit des mauvais traitements subis, soit parce que les Rephaïms les vident littéralement de leur substance. C'est là que débarque la jeune Paige. Elle est immédiatement placée sous la surveillance du gouverneur Arcturus qui est en charge de l'aider à développer ses talents. Une considération qui en étonne plus d'un et lui vaut même l'animosité de certains car l'éminent gouverneur n'a pas l'habitude de s'impliquer dans la formation des nouvelles recrues.

Saison d'os pose les bases d'un univers âpre et sombre qui nous dessine les contours d'un avenir inquiétant. Dans un monde dominé par une caste, la vie des citoyens est réglementée et la différence est traquée afin que jamais elle ne vienne remettre en cause leurs pouvoirs suprêmes. L'autrice a également ajouté à son texte une bonne couche de merveilleux qui s'exprime à travers les dons extraordinaires que possèdent certains de ses personnages. Des pouvoirs que l'autrice a volontairement entouré de mystères quant à leurs origines, tout comme celle des Réphaims, d'ailleurs, censés venir de l'Outre-Monde.

Saison d'os inaugure un cycle addictif riche d'une intrigue originale et captivante. L'écriture y est ciselée, le style, lui, est d'une grande fluidité. On est happé dès les premières lignes sans jamais y trouver l'ennui.

Entre des destins bouleversants et un futur sinistre, Samantha Shannon s'intéresse beaucoup à la psychologie humaine, notamment lorsque des dangers doivent être affrontés. Entre ses lignes, elle parle d'espoir, d'amitié et de solidarité malgré toute l'obscurité qui s'abat sur son héroïne principale.

Très qualitatif, ce premier tome annonce déjà la promesse d'un cycle inoubliable... suite sur Fantasy à la Carte.


Lien : https://fantasyalacarte.blog..
Commenter  J’apprécie          100
Je suis la première déçue. Alors que ses ouvrages de fantasy sont de réels coups de coeur pour moi, je me suis résolue à arrêter cette lecture, sentant la panne de lecture poindre le bout de son nez si je persistais.

On trouve un univers très dense, très original et très déroutant à la fois. Je ne doute pas que ce titre soit un coup de coeur pour certains et qu'il trouve son public. Je n'en fais hélas pas partie.

Peu fan des dystopies, j'avoue avoir vécu des montagnes russes, oscillant entre des chapitres intéressants suivis de chapitres qui m'ennuyait plus qu'autre chose ou qui me perdaient. Tant pis, je passe mon chemin tout en attendant de pied ferme une sortie fantasy de cette autrice.
Commenter  J’apprécie          180


critiques presse (1)
LaPresse
11 août 2014
Le hic, c'est que les détails de ce monde sont livrés par de longues digressions qui mettent des bâtons dans les roues de l'intrigue. [...] C'est dommage parce que, même si beaucoup des personnages de Saison d'os demeurent assez génériques, il y a des trouvailles dans cette histoire [...].
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Le gouverneur ne m'indiqua pas où nous nous rendions. Il me fit emprunter un autre sentier, débouchant sur une vaste éclaircie. Je sentais les esprits abonder dans l'air, dans l'eau... Les esprits de morts s'étant jadis promenés ici. Je ne les entendais pas, mais avec un point froid ouvert à un kilomètre de là je les percevais aussi puissamment que des vivants.
Commenter  J’apprécie          120
J'observais alors les collines, la cime des arbres jouant avec le ciel, et je me remémorais mon cousin Finn et d'autres fantômes d'Irlande, notamment mes grands-parents, dont l'absence me faisait mal à en crever.
Commenter  J’apprécie          80
- Est-ce que c'est important, Paige ? D'être heureux.
- Comment peux-tu en douter ?
- Parce que je ne sais pas si l'honnêteté vaut mieux que le bonheur. Faut-il sacrifier l'une pour satisfaire l'autre ?
- Parfois. Mais à mon avis, le mieux, c'est d'être honnête. Sous peine de vivre une existence de mensonge.
Commenter  J’apprécie          40
- Tu le sens, dit-il. Le froid. T'es-tu jamais demandé pourquoi il y avait du givre, ici, au début du printemps ?
- Parce qu'on est en Angleterre. Et que ça caille.
( P.277)
Commenter  J’apprécie          70
- Est-ce que tu me fais confiance, maintenant ?
- Je devrais ?
- Je ne peux pas te l'affirmer. C'est ça la confiance, Paige : y croire malgré tout.
- Alors je te fais confiance.

Page 566-567
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Samantha Shannon (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samantha Shannon
14 mars 2023 Forbidden Planet's mighty head book buyer, Laura Jayne Dodd, is joined in our Forbidden Planet TV green room by author Samantha Shannon, here to discuss A DAY OF FALLEN NIGHT, the long-awaited second instalment of her Sunday Times and New York Times-bestselling series THE ROOTS OF CHAOS!
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (1816) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2433 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..