AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709658402
Éditeur : J.-C. Lattès (31/10/2018)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 15 notes)
Résumé :
La Seconde Guerre mondiale vient de s’achever et, dans un château de Bavière en ruines qui accueillait autrefois la haute société allemande, on suit l’histoire puissante de ces trois veuves de résistants allemands dont la vie et le destin s’entrecroisent.
Au milieu des cendres de la défaite de l’Allemagne nazie, dans l’immédiat après-guerre, Marianne von Lingenfels revient dans le château, autrefois grandiose, des ancêtres de son époux, une imposante forteres... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  03 février 2019
****
Ce soir là, lors de la soirée donnée au Burg Lingenfels par la comtesse, Marianne est déclarée Commandante en chef des épouses et des enfants. Elle ne sait pas encore que ce rôle sera lourd de conséquences mais surtout qu'il donnera un sens à sa vie... Quand son époux et son meilleur ami seront pendus pour actes de résistance contre les nazis, elle devra faire face à ce pays qui est le sien mais dont elle a honte...
Que ce roman a dû être long et difficile à écrire ! Jessica Shattuck signe ici un très bon livre sur l'histoire allemande sous le regard des femmes de résistants.
Marianne est un personnage fort, droit, qui met un point d'honneur à respecter la parole qu'elle a donné à son époux et à son ami d'enfance.
Marianne tente du mieux qu'elle peut de protéger les femmes et les enfants des résistants morts ou disparus. Mais, malgré sa bonne volonté, elle a du mal à ouvrir son coeur et à écouter ce que Ania et Benita veulent oublier...
Jessica Shattuck a un réel sens de l'histoire. Elle nous emmène avec une grande facilité à une époque noire et sombre, ne cherchant pas à nous émouvoir plus que nécessaire. Elle nous donne une place de choix au coeur de ce trio féminin, balloté entre désespoir, amour et obéissance.
Comme le dit justement Marianne vieillissante, il y a beaucoup de teintes de gris dans la vie, entre le noir et le blanc... le bien et le mal ne cessent de se côtoyer et il est parfois bien difficile de faire la part des choses...
Un grand merci à NetGalley et aux éditions JC Lattès pour leur confiance.
Lien : https://lire-et-vous.fr/2019..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
tynn
  09 novembre 2018
Allemagne 1945 : Trois femmes (et enfants) sont réunies dans le château de l'une d'elles pour se soutenir et s'entraider. La capitulation allemande a entraîné la présence d'armées d'occupation, le pays est exsangue de la perte de ses hommes, de pénurie, de tristesse et de sidération.

Pour les veuves de résistants militaires* qu'elles sont, l'essentiel est de survivre, de tenter de reconstruire un futur possible et d'être à la hauteur du sacrifice subi. Pour la charismatique Marianne von Lingenfeld, c'est une évidence, pas toujours partagée comme telle par ses deux compagnes, chacune à l'histoire personnelle chaotique.
« Encore une fiction sur la période noire de l'Allemagne nazie » me direz-vous… qui décidément n'en finit pas d'inspirer les romanciers !
Mais quand on regarde le parcours de la famille de Jessica Shattuck et ses origines allemandes, on comprend qu'elle devait posséder ce témoignage dans ses gènes, avant même d'en faire un roman. Et la transformation du réel vers le romanesque a été plutôt réussie.
La narration construite sur plusieurs époques apporte un éclairage intéressant sur la mentalité de la population, autant dans l'entre-deux-guerres que pendant le conflit et la honteuse période de pays vaincu. Il interroge sur une reconstruction chargée d'imposture où tous ou presque ont quelque chose à se reprocher, avec un autisme général pour occulter le passé. Mais le désir de tourner la page est souvent difficile voire impossible.
En évitant toujours la surenchère de l'horreur, en privilégiant l'aspect factuel des événements et la psychologie, en axant intelligemment la fiction sur l'Histoire, l'auteure tient le lecteur avec des personnages très travaillés, de très beaux portraits femmes dans leur humanité avec leurs personnalités propres.
Beaucoup aimé!

*mise en perspective de la tentative d'assassinat d'Hitler en 44 par le groupe de Claus von Stauffenberg, qui se solde par un échec et des exécutions.
#netgalley#chateaudefemmes#jessicashattuck
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
spleen
  24 octobre 2018
Si l'histoire débute par une belle réception dans un vieux château allemand avec tous les fastes du monde aristocratique du début du vingtième siècle , on sent bien vite que l'ambiance de fête est artificielle, nous sommes en 1938 et quelques hommes se sont réunis dans un petit bureau pour parler politique , ils décident ensemble de lutter contre le pouvoir en place .
Marianne von Lingenfels , la nièce de la Comtesse qui invite ce soir là est la femme d'Albrecht, un des opposants au régime , elle est bien consciente que cette époque , encore relativement frivole et épargnée pour eux , touche à sa fin .
La première partie du roman oscille entre 1938 et 1945 où le complot contre Hitler a échoué et où les protagonistes ont été pendus, quelques unes de leurs épouses emprisonnées ainsi que certains enfants envoyés dans des orphelinats .
Marianne , devenue veuve , se fait un devoir de rechercher les autres veuves et les enfants des opposants et de les accueillir dans le vieux château familial .
Ainsi se constitue un nouveau cercle familial avec Marianne et ses trois enfants, Benita et son fils Martin puis Ania et ses deux fils , la vie en commun n'est pas facile en cette fin de guerre surtout lorsqu'il faut faire face au passage des troupes russes mais la solidarité fonctionne entre elles.
Marianne a des idées très arrêtées sur ses devoirs et ceux des autres , élevée à la prussienne dit-elle, elle a un caractère affirmé, une grande bravoure mais également une rigidité assez inébranlable et peu à peu se dessinent dans le roman des interrogations beaucoup plus profondes que la survie de femmes seules pendant la guerre puis dans la période de l'après guerre en 1950 .
Doit-on rester figer dans un devoir de mémoire , perpétuer le souvenir des disparus en refusant de changer de vie, ou peut-on s'accorder le droit d'une deuxième vie ?
C'est bien entendu le dilemme qui va opposer les femmes et distendre leurs liens ainsi que la révélation du passé d'Ania et des mensonges que cela avait entrainé .
Comment la population allemande a accepté de suivre Hitler, pour nous qui n'avons pas vécu cette époque arrivant après la défaite humiliante pour l'Allemagne, de la première guerre mondiale . Il nous est difficile d'imaginer comment tous ces gens ont cru en ce dictateur leur apportant un rêve et un meilleur avenir et lorsque les masques sont tombés et que les atrocités ont commencé à être révélées de penser que ce n'était que de la propagande de l'ennemi et puis ne plus en parler comme s'il ne s'était rien passé , un barrage aux sentiments , peut-être l'expression la plus primitive de la honte pour ne pas qu'elle explose et les anéantisse...
C'est ce que tente de comprendre et d'expliquer l'auteur dont une partie de sa famille est allemande et dont la grand-mère a eu un rôle actif pendant la période nazie .
Ce n'est pas évident même quelques générations plus tard d'effacer le sentiment de culpabilité vis à vis du passé de ses aïeux .
Jessica Shattuck l'exprime parfaitement dans ce puissant roman avec des figures de femmes marquantes , elle ne cherche pas à les rendre sympathiques, juste humaines avec leurs forces et leurs faiblesses .
J'ai beaucoup aimé !
Je remercie les Editions JC Lattès de leur confiance .
#ChâteauDeFemmes #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Melou13
  18 octobre 2018
Château de femmes retrace l'histoire de trois allemandes avant, pendant et après la seconde Guerre Mondiale. Les parcours et les caractères de ces femmes sont complètement différents pourtant elles vont s'unir et s'entraider pour se reconstruire.
Marianne est une femme droite, tenace et intelligente qui se démarque des autres femmes. Elle est en avance sur son temps et souhaite participer à la résistance. Elle incarne la sagesse, elle est juste et aime être aux commandes.
Au contraire, Benita est fragile, sentimentale et à fleur de peau. Elle a toujours aspiré à épouser un homme riche, à avoir des enfants et à s'occuper de son ménage. La guerre va la briser, lui fait perdre sa naïveté et son insouciance. Elle n'arrive pas à trouver sa place dans ce monde.
Et puis, il y a Ania. On comprend rapidement qu'elle cache un secret et qu'elle souhaite se racheter auprès de ses enfants en leur offrant un avenir meilleur.
Je ne vais pas en dire plus sur l'histoire pour ne pas gâcher votre découverte.
J'ai lu que les grands-parents de l'auteure étaient des sympathisants nazis. Elle a voulu obtenir des réponses à ses questions et s'est documentée pendant 7 ans pour écrire ce roman.
Il n'est donc pas étonnant que le livre aborde deux angles différents : ceux qui se sont battus contre l'idéologie nazie et ceux qui ont suivi aveuglément Hitler. Certes, la propagande et de nombreuses manigances étaient mises en place pour endoctriner le peuple mais ce dernier finissait par se rendre compte de la réalité. Cependant, il est plus facile de continuer à fermer les yeux que d'affronter l'horreur de la vérité.
A la fin de la guerre, il faut continuer à vivre malgré la culpabilité et la honte. Pour d'autres, il faut se reconstruire malgré les horreurs vécues, les enfances volées et la misère ambiante. On ne peut pas oublier le passé, il faut vivre avec. Ce roman aborde de nombreux sujets intéressants et porte à la réflexion : qu'aurions-nous fait à la place de ces femmes ?
L'écriture est simple et efficace même si je déplore quelques longueurs et des dialogues parfois un peu pauvres. Je regrette la dernière partie de ce roman qui à mon sens est en trop et qui ternie mon impression sur ce livre. Je n'ai pas été surprise d'apprendre que l'auteure était américaine étant donné la mise en avant de « La grande Amérique sauveuse ».
Malgré ces quelques points noirs, l'histoire est émouvante, bien construite et devient vite addictive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Jeneen
  04 janvier 2019
Très bon roman que ce premier livre d'une auteure américaine à la recherche de réponses sur le passé nazi de ses aïeux, à travers l'histoire de femmes allemandes ayant choisi leur voie.
J'ai beaucoup aimé l'approche de Jessica Shattuck :  pour les points de vue allemands sur le nazisme, évoqués avec honnêteté et connaissances sur le sujet, mais aussi parce qu'elle a choisi les destins liés de trois femmes pour relater ces différents points de vue.
Cela rend cette lecture vivante, prenante car ces femmes très différentes sont attachantes, chacune avec ses forces et ses failles, voire ses tragédies passées. Chacune d'elle a fait des choix qui influent sur toute sa vie mais sur lesquels elles tentent de s'appuyer pour modifier leurs destins et/ou celui de leurs enfants.
Les aller-retours entre passé et présent, fréquents, servent bien l'intrigue, expliquant par touches ce qui a façonné ces femmes et ce qui les guide, l'une farouchement attachée au passé de résistant allemand de ses mari et ami d'enfance et à son destin assumé, les autres tentant d'occulter un passé qu'elles ont subi pour construire un avenir.
De très beaux portraits de femmes, bien campées psychologiquement, prises dans l'Histoire de leur pays, de l'entre-deux guerres jusqu'aux années 90.
Un livre qui ne juge pas, ne verse pas dans le pathos ou la critique, mais qui donne une vision claire et emplie d'une pudeur certaine, émouvante de la part d'une auteure ayant fait sept ans de recherches pour tenter de répondre à son propre questionnement et écrire ce livre.
Un bien beau roman, bien écrit, que je conseille vivement.
Merci aux Editions JCLattès et à NetGalley pour la découverte de ce très bon livre et de cette auteure.
#ChâteauDeFemmes #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
tynntynn   09 novembre 2018
A quarante et un an, Mary était une belle femme avec des cheveux épais, couleur de miel, et un visage allongé, intelligent. Cependant elle vieillissait comme vieillissent les Américains : des rides profondes entre les sourcils et de chaque côté de la bouche. Trop de sourires. Trop d’émotions affichées. Le pays était jeune. On y prenait la théâtralité de l'expression pour de la sincérité. Si Mary avait vécu comme une Allemande, elle aurait paru dix ans de moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
vratajczak257vratajczak257   22 novembre 2018
Pourquoi cette première scène dans un château magnifique où la boisson coule à flots, où les personnes les plus en vue, les plus riches sont présentes ? Pour faire le parallèle sans nul doute avec la période qui suit, la deuxième guerre mondiale et son lot d'horreurs ... On retrouve en effet le château mais sans ses splendeurs passées, l'hôtesse de ce château, Marianne, une femme dynamique, au caractère bien trempé, qui se veut détentrice d'une mission : aider les femmes et les enfants des hommes qui, comme son mari, sont morts pour la bonne cause. Deux autres femmes habitent donc le château, elles sont accompagnées de leurs enfants. C'est l'occasion pour le livre de revenir sur une période assez noire, que celle de la deuxième guerre mondiale ... Encore me direz vous ? C'est vrai que les auteurs semblent apprécier particulièrement cette période historique, qui se trouve être l'ambiance la plus représentative de leurs histoires. En tous les cas, il est vrai que l'auteur a été particulièrement marquée cette période et on ne peut que comprendre son intérêt.
Très bien écrit, ce récit est avant tout un roman d'aventures. Il met en valeur ces trois portraits de femmes au caractère si différent et si complémentaire parfois...C'est aussi l'occasion de voir la période de reconstruction d'après guerre. Les personnages profondément marqués, vont apprendre à revivre et c'est aussi là l'intérêt du récit ...Je le conseille pour les amoureux d'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Melou13Melou13   13 octobre 2018
Et puis, vint un moment que Marianne allait revivre dans sa tête encore et encore, pas seulement cette nuit là mais année après année, bien longtemps après la mort de Connie, la mort d'Albrecht, la mort de l'Allemagne elle-même, alors que la moitié des invités de cette réception avaient été tués ou anéantis par la honte, ou quelque part entre les deux, il s'avance vers elle et, avec autant d'ardeur que pour lui arracher sa promesse, il l'embrassa. Un baiser dépouillé de tout stratagème de flirt ou de romanesque, un baiser peut-être même au-delà du désir (et c'était là une question qui devait la ronger éternellement, de façon énervante et mal à propos) pour plonger tout droit dans l'océan de l'amour et de la certitude. l y avait là deux personnes qui se comprenaient. Il y avait là deux personnes ensemble dans quelque chose qui les dépassait largement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
hibou_caillou_chouhibou_caillou_chou   23 novembre 2018
Il y a tant de gris différents entre le noir et le blanc... Et c'est bel et bien là que vivent la plupart d'entre nous, en essayant ... [...] en essayant, mais en échouant si souvent, de tendre vers la lumière.
Commenter  J’apprécie          10
hibou_caillou_chouhibou_caillou_chou   23 novembre 2018
C'est la raison pour laquelle les gens ont des enfants, même quand ils croient que le monde court vers l'enfer, même quand la vie n'est plus qu'incertitude. Dans l'espoir d'être compris.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : allemagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
869 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre
.. ..