AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Payen (Traducteur)
EAN : 9782809701784
125 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (01/05/2010)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 12 notes)
Résumé :
" A quoi bon écrire mon autobiographie ! Newton, en voyant tomber une pomme, a pensé à tellement de choses qui l'ont rendu célèbre alors que moi, voyant tomber une pomme...
Non ! Je n'ai jamais attendu qu'elle tombe, je l'ai cueillie pour la porter aussitôt à ma bouche.

Alors, de l'autobiographie, nous reparlerons dans l'autre monde. Il n'est pas trop tard pour faire le bien et accumuler les actes méritoires afin de me réincarner dans une fami... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
BrunoA
  20 mai 2018
L'auteur de cet ouvrage agréable à lire et très fluide nous donne une multitude de conseils à travers ce qu'il a lui-même vécu.
Ainsi, dans un style non dénué d'humour, il distille à son fils des conseils s'il veut devenir écrivain, nous livre ses impressions sur la lecture et sur toutes les petites péripéties qui font une vie.
Truffé de drôles de petites pépites d'humour, ce livre est particulièrement plaisant et on rit à presque tous les chapitres.
Ainsi lorsque l'auteur dit qu'il tuerait volontiers les auteurs de livres ennuyeux, avant de se rendre compte qu'ils sont déjà tous morts...
Une parenthèse amusante et distrayante que ce court ouvrage.
Commenter  J’apprécie          180
ivredelivres
  09 septembre 2010
Un recueil de textes, non pas des nouvelles mais de petits articles destinés à des journaux, d'un des grands écrivains chinois.
Je n'ai lu que deux romans de Lao She : le pousse-pousse et Gens de Pékin, ici c'est une façon légère de faire connaissance avec lui.
Un grand nombre de thèmes sont abordés, certains sérieux d'autres nettement moins, de sa mère à la lecture, de sa nostalgie de Pékin à la poésie.
Le recueil s'ouvre sur un texte très drôle « Dur dur d'écrire son autobiographie » où il fait un inventaire des épisodes de sa vie qui pourraient servir, après avoir renoncé aux deux premiers chapitres il s'obstine
pour conclure que rien ne presse.
Le ton change totalement lorsqu'il évoque sa mère de façon très émouvante
l sait à merveille se moquer de lui-même, lui qui adore lire et qui aime parler de livre
Les chats, les enfants, les moineaux, sont l'occasion de lignes savoureuses, poétiques, fines et délicates. Il se fait parfois nostalgique en particulier lorsqu'il évoque le Pékin de son enfance « Ce n'est qu'à Pékin qu'un homme aussi pauvre que moi peut se sentir relativement heureux. »
L'écriture est d'une grande simplicité et j'ai éprouvé beaucoup de plaisir à cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
monito
  04 novembre 2010
Je ne saurais trop comment qualifier ce petit opuscule qui mêle à la fois l'autobiographie aux morales ou préceptes autour de l'écriture, des écrivains, des hommes, des animaux ou des paysages.
Souvent drôles et toujours spirituelles ces pages vous accompagnent et prennent toute leur place les jours de pluie.
Commenter  J’apprécie          11

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ninoule69ninoule69   27 octobre 2015
Ainsi, si les chiens sont laids, ce n'est pas à cause de leur constitution, c'est tout simplement dû au fait qu'ils n'ont que la peau et les os, et serrent leur queue entre leurs pattes d'un bout de l'année à l'autre. Chaque fois que je vois dans la rue un chien errant se repaître d'excréments,il me vient l'envie de pleurer. Aussi, bien que je ne m'attendrisse pas facilement, m'arrive-t-il très souvent de verser des larmes. Quand j'aperçois un petit chien pitoyable, je ne peux m'empêcher de penser à la misère du peuple. Les chiens et les chats ne pourront être gras que le jour où le peuple sera riche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ninoule69ninoule69   27 octobre 2015
A propos d'un éloge funèbre qu'on lui a commandé : "Dans ces moments difficiles, j'admire les écrivains de jadis qui comptaient sur ce genre de commandes pour vivre !: Pour prendre le cas de Deuxième Grand Maître, je ne peux m'en tirer qu'en mentant. Je dois dire qu'il était extrêmement intelligent, mais surtout ne pas dire qu'il n'a jamais rien écrit ni rien découvert, ni qu'il enlevait ses chaussettes pour compter son argent. Je dois donc lui attribuer les qualités des autres et ne pas évoquer ses défauts. Il ne s'agit pas de pondre un poème ou un article, mais plutôt, pour honorer un mort, de tromper les vivants ! Ayant horreur du mensonge, je ne peux pas écrire ce genre d'articles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ninoule69ninoule69   27 octobre 2015
Etant un vrai Chinois, je n'aime ni le café, ni le cacao, ni la limonade, ni le bière. Je n'aime que le thé. Quand j'ai devant moi un petit bol de thé de qualité&, je peux considérer le monde avec sérénité. Le tabac et l'alcool qui étaient mes bons amis sont tous les deux masculins, frustes, enthousiastes, réfléchis, mais aussi impétueux. Ils n'ont pas la douceur, l'élégance, le pouvoir stimulant et l'intimité du thé qui est de nature féminine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ninoule69ninoule69   27 octobre 2015
Ce n'est que lorsqu'on a bu qu'on peut laisser de côté la politesse hypocrite et la routine de la vie quotidienne pour oser montrer un peu de son talent et exprimer franchement ses opinions.
Commenter  J’apprécie          101
ninoule69ninoule69   27 octobre 2015
A cause de la guerre de résistance qui se prolonge, la vie est de plus en plus dure. Puisqu'il faut résister, il faut savoir supporter la souffrance et, son peut y trouver du plaisir, il ne faut pas s'en plaindre, mais, au contraire, la trouver intéressante. N'est-ce pas formidable ? Dans sa vie quotidienne, l'homme rencontre quatre problèmes : l'habillement, la nourriture, le logement, le transport. La nourriture est ce qui permet le moins de trouver le plaisir dans la souffrance, car le parfum des légumes ne peut pas rivaliser avec le parfum du jarret de porc ! Les légumes appauvrissent mon sang alors que la "tête de lion" [Grosse boulette de viande] me donne la force du lion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Lao She (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lao She
Le pousse-pousse au Japon.
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
72 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre