AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070387274
325 pages
Éditeur : Gallimard (04/05/1993)
3.86/5   62 notes
Résumé :
L'un des principaux romanciers de sa génération, Lao She est aussi un admirable auteur de nouvelles et de récits. A travers les personnages très divers que l'auteur met en scène, c'est toute la vie pékinoise, à la fin de l'Empire et dans les premières années de la République, qui resurgit.

Les prostituées y côtoient les amateurs d'opéra et les agents de police ; les bandits y font bon ménage avec les honnêtes gens, les simples artisans avec les petit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 62 notes
5
3 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

kuroineko
  09 novembre 2013
Gens de Pékin rassemble plusieurs nouvelles écrites par Lao She. le contexte historique de ces récits se situe entre la fin de l'Empire et les premières années de la République.
A travers ces différentes histoires, Lao She offre un retour dans le passé, vers la vie pékinoise du début du XXème siècle. Il s'attache plus particulièrement au quotidien des petites gens, qu'ils soient simples policiers des rues, ancien maître d'art martial ou prostituée.
Le ton se fait tour à tour mélancolique, amer, mélodramatique ou franchement comique. Il n'est qu'à lire les atermoiements du nouvel inspecteur dans la nouvelle éponyme pour découvrir tout l'humour de Lao She. Ce personnage, policier certes mais aux liens très étroits avec des rebelles plus ou moins brigands, est chargé de les chasser de leur montagne. Mais ces brigands, loin des images de brutes sanguinaires, viennent trouver l'inspecteur pour lui proposer un arrangement: ils quitteront la province pour ne pas avoir à le combattre sous condition que celui-ci leur paie le transport. Et voici notre pauvre inspecteur à donner de sa poche ses précieux yuans, plus par pusillanimité que par devoir de mémoire.
La dernière histoire narre le cheminement d'une jeune fille qui finit, misère oblige, par tomber dans la prostitution. le ton ici se fait âpre et chargé d'amertume.
Lao She, à travers ses différents personnages féminins, démontre les difficiles conditions de vie des femmes chinoises de cette époque. Hors le mariage, point de salut et il ne reste plus guère que la mendicité ou vendre son corps pour subvenir aux besoins intransigeants de la bouche.
Et même dans le mariage, la situation de belle-fille, telle qu'il la dépeint dans une de ces nouvelles, ne garantit aucunement le bonheur et la félicité, bien au contraire. "Achetée" par mariage, elle tombe en esclavage, sous la coupe d'un mari et de sa belle-famille. Les coups, les épreuves, les injures et les humiliations apparaissent comme le pain quotidien de ces pauvres femmes des catégories sociales les plus populaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
gonewiththegreen
  17 avril 2018
Avant de parler du livre en lui même , recueil de 9 nouvelles dont une a fait l'objet d'un livre à part, il faut situer le contexte .
On est à Pékin dans les années 30 pour la plupart du temps. La dynastie Mandchoue est déchue depuis une vingtaine d'années et les mandchous en sont réduits à des travaux dégradants pour subsister, tireur de pousse pousse ou pour les femmes, prostituées.
Le pays est soumis au chaos. Les seigneurs de guerre domaine des régions immenses , les Japonais sont au nord de la Chine et rêvent de la coloniser.Pendant ce temps les étrangers , qui ont pris pied au début du siècle, jouissent de beaucoup de pouvoir , dont celui de l'argent.
Lao She est d'origine mandchoue et est né avec le vingtième siècle. Autant dire pas au bon moment.
C'est la vie qu'il a connu qu'il nous décrit dans ce livre , celle des prostituées de mères en filles pour qui le corps est l'unique façon de survivre (magnifique nouvelle , où le croissant de lune joue un rôle de catalyseur formidable). C'est le Pékin des cours carrées dans les hutong où la misère est prégnante et les voisins jaloux.
Il nous parle des petits métiers , des commerçants, des professeurs , des amateurs d'opéra, des policiers. Tous ces êtres n'ont qu'un but : gagner de l'argent pour manger. C'est la vie très dure menée par les femmes.
Il y a beaucoup de désillusion, la nostalgie du temps passé où l'honneur et les traditions étaient la norme . Dans le Pékin qu'il nous décrit, l'avidité , la corruption ,l'occidentalisation s'imposent .
Ce sont de très beaux textes , inégaux à mes yeux. En effet , la première histoire , autour des arts martiaux me parait bien en dessous des autres.
Un peu comme si un chanteur avait mis sa plus grosse bouse en premier titre d'un album (certains n'ont pas le choix cependant, les bouses s'enchaînant...). Cependant Lao She n'y est pour rien, ce n'est pas lui qui a composé le recueil et la première nouvelle est intéressante mais pour moi en dessous des autres.
L'écriture ? Belle , précise, teintée de nostalgie et de tradition.
Je critiquerai "histoire de ma vie " à part puisque cette nouvelle est l'objet d'un ouvrage à elle seule.
Il me semble que la connaissance du contexte historique est nécessaire pour comprendre ce livre . On peut donc remercier le traducteur d'avoir ajouté une préface fixant bien les données.
C'est vraiment une belle lecture qui peut s'échelonner dans le temps comme tout recueil de nouvelles. Je ne saurais trop vous la conseiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
domisylzen
  21 août 2015
Un recueil de neuf nouvelles sur des gens simples, au tournant de l'empire de Chine, et au début de la République nouvelle. Il y est décrit " le petit peuple" de pékin, prostituées, policiers, bandits, enseignants, commerçants …
Sur un ton ironique et cruel, tragique et humoristique, Lao She nous brosse un tableau de cette Chine en pleine mutation. Grace à ses talents d'observateur de ses contemporains et de raconteurs d'histoires, les scènes s'animent devant nos yeux, pour notre plus grand bonheur.
Commenter  J’apprécie          181
Derwijes
  24 août 2016
Gens de Pékin ressemble en beaucoup de points à le Pousse-Pousse, de par son style, ses personnages et ses histoires.
Par le biais de ses nouvelles, Lao She nous emmène dans son Pékin, pour y rencontrer les malheureux, les exclus, les oubliés. Très bonne traduction, qui fait honneur très ironique, acide, de l'auteur. Rien à dire non plus des nouvelles, aucunes d'entre elles n'est mauvaises, juste certaines qui sont plus anecdotiques que d'autres. Mention spéciale à celle sur les voisins, qui est pour moi la meilleure du recueil.
Commenter  J’apprécie          50
zelied
  07 août 2014
Lao She se positionnant ici politiquement sur des évènements passés, nous pourrions penser que ce recueil ne présente plus d'intérêt aujourd'hui que pour sa mémoire historique. Nous aurions tord.
De cette morale forte avant tout orientée sur les conditions sociales de l'époque, se forment des fables intemporelles sur les relations de voisinage, de couple, de famille, de travail... "Gens de Pekin" ne prend pas une ride, et à cela s'ajoute le charme d'un voyage dans la Chine d'autrefois.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
OlivOliv   25 mai 2016
Après ces troubles dans l'armée, ce fut à nouveau un grand chambardement : l'Empire des Qing fit place à la République de Chine. Des changements de dynastie ou de régime, on n'en rencontrait pas souvent, mais personnellement je trouvais que ça n'avait aucun intérêt. À dire vrai, pour un événement qui ne se produit même pas tous les cent ans, l'agitation fut à peine comparable à celle que le soulèvement militaire avait entraînée. Et puis les gens disaient qu'avec la République, le peuple aurait, en toutes choses, le contrôle suprême. Or, je n'ai rien constaté de tel. J'étais toujours agent de police, mon salaire n'avait pas augmenté, et le travail qu'on nous demandait était toujours aussi routinier. Après comme avant, j'étais victime des mêmes humiliations. Avant, les serviteurs de ces messieurs les grands mandarins nous traitaient plus bas que terre. Après, les hommes à la solde des nouveaux mandarins furent tout aussi désagréables avec nous. On continua donc de "se foutre du monde" : le passage d'un régime à l'autre au fond ne changea rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
missmolko1missmolko1   25 mai 2015
La prison est l'endroit idéal pour vous convaincre que l'humanité ne s'améliorera jamais.
Commenter  J’apprécie          200
gonewiththegreengonewiththegreen   16 avril 2018
....la haine et le dégoût ne sont pas des sentiments parfaitement identiques : dans la haine se mêle toujours un peu de respect.

Extrait de la nouvelle Les voisins .
Commenter  J’apprécie          90
domisylzendomisylzen   19 août 2015
- Plus on est pauvre plus on a d'enfants : après tout les pauvres ont aussi le droit d'en avoir!
Commenter  J’apprécie          100
SachenkaSachenka   22 juin 2021
[...] il n'y a vraiment que ces minables lettrés pour être aussi polis, aussi désagréables à force d'être polis.
Commenter  J’apprécie          82

Video de Lao She (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lao She
Olivier BARROT présente le roman de Lao She, "Messieurs Ma père et fils". Ce roman s'inspire du séjour londonien de Lao SHE.
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
78 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre