AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070422089
Éditeur : Gallimard (02/01/2002)

Note moyenne : 3.51/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Avec une simplicité poignante traversée d'humour, un vieux Chinois raconte sa vie : abandonné par sa femme qui lui laisse leurs deux enfants, il a dû quitter son échoppe d'artisan pour s'engager dans la police où il est resté vingt ans avant d'être renvoyé. Il a assisté à la fin de l'Empire, au soulèvement des soldats, au changement de régime et aux premières années de la République. Les rues de Pékin prennent vie, toute une foule d'artisans, de commerçants, de poli... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
gonewiththegreen
  19 avril 2018
Ce livre aurait pu être préfacé par Bernie Bonvoisin et son célèbre "Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale ".
Parce qu'elle est là l'"histoire de ma vie " de Lao She. Tu survis tant bien que mal , que tu sois intelligent, vaillant , honnête et un jour tu te demandes comment tu vas payer ton cercueil . Pourtant tu ouvres les yeux et tu vois des parvenus, des pistonnés , des nantis qui se goinfrent et s'offrent des choses dont tu ignorais l'existence.
On est à Pékin dans les années post empire (entre 1911 et 20 ) , le métier d'agent de police permet au narrateur de survivre. En une centaine de pages, où le narrateur s'élève par ses aptitudes , la société a tôt fait de le remettre à sa place . Pauvre , démuni, sans espoir ni avenir , pensant que la mort serait préférable.
Dans cette oeuvre de Lao She, il y a bien sur la stigmatisation de son époque à Pékin , instabilité , corruption , nantis... Il y a aussi la nostalgie du passé , les regrets d'une époque révolue où peut être son héro aurait eu sa chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Perdre-son-temps
  16 mars 2011
Un petit livre pour raconter toute une vie, avec beaucoup de tendresse et d'humour.
Lao She m'a tout simplement donné envie de me plonger dans ses autres livres.
Avant de le lire, lors d'un voyage j'étais tombé amoureux de Pékin, il a enfoncé le clou. Pour moi Lao She c'est Pékin de chair et d'os.
Dans sa vie Lao She a exercé plusieurs petits métiers, notamment celui de confectionner des répliques miniatures en papier de la maison des défunts, celles-ci étant ensuite incinérées lors de la cérémonie funéraire. Dans le passé ces maisons étaient réalisées en terre cuite pour les membres de riches familles, mais Lao She n'a pas connu ce temps (il est né en 1899).
Lao She était originaire des Hutongs de Pékin : quartiers populaires aux ruelles et maisons traditionnelles.
En voyage, j'ai eu moi-même l'occasion de me balader dans ces quartiers. J'avoue avoir eu le coup de foudre pour ce qui, à mes yeux de touristes, correspondait le plus à ce qu'un imaginaire romantique pourrait appeler l'âme véritable de Pékin. Mais je crois ne pas me tromper. Ces quartiers sont appelés à disparaître à la faveur de l'urbanisme moderne pékinois, avec un grand coup d'accélérateur donné en 2008 pour les Jeux Olympiques.
Je crois que c'est une vraie tragédie. Les gens très pauvres de ces quartiers resteront très pauvres quand ils habiteront des HLM, malgré la salle de bain dans le placard qui ne sera plus publique. ils auront perdu en plus l'art de vie particulier de ces ruelles traditionnelles. Cette vie de la rue devra au mieux se réinventer dans une cage d'escalier ou un ascenseur en panne. C'est peut-être facile, inutile, puéril (?) de pleurer sur le temps qui passe mais par chance nous pouvons lire les histoires de Lao She.
Voilà en deux mots la vie - et les romans - de Lao She c'est cette vitalité indestructible des gens de peu, riant même sous le rouleau compresseur des rêves de l'État.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CharlesEdouard
  11 mai 2019
Un ouvrage qui se lit vite 115 pages, mais intéressant, sur une époque chinoise révolue, qui change de régime passant de la période impérial dont les débuts remontent en -221, à la République qui débute en 1912.
Un vieil homme témoigne de cette époque mouvementée, il fut policier pendant vingt ans, lors de la République, avant il était "colleur de papier."
Être policier en chine était bien une chose difficile, peu d'argent et mal considéré, mais faut bien vivre..
Lecture sympathique sur une période historique..
Commenter  J’apprécie          50
Tristale
  30 janvier 2019
Un roman court mais honnêtement c'était bien suffisant.
Parce que ce vieux chinois qui raconte sa vie a fini par me lasser avec ses lamentations perpétuelles.
Certes c'est très bien écrit et raconté en détail, et oui il y a pas mal d'humour. L'auteur nous montre parfaitement les changements qui interviennent quand l'empire devient une république. Les traditions disparaissent, et avec eux les artisans dont est issus le vieil homme.
Seule solution pour survivre, d'après lui, entrer dans la police. Payé une misère, il n'a de cesse de critiquer tout et tout le monde, en pleurant sur son sort de mari abandonné et de père obligé de subvenir aux besoins de ses enfants.
Il ne s'occupe pas de ces derniers d'ailleurs et quand ils sont en age de se débrouiller il s'en débarrasse. Il marie sa fille et fait entrer son fils dans la police. Et puis il continue à se plaindre, à se lamenter, se disant plus intelligent et instruit que tous ceux qui sont au dessus de sa condition. et même quand il devient grand-père il se lamente.
Bref, 114 pages de reproches, d'apitoiement, de cri à l'injustice, ça lasse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cathe
  04 septembre 2015
Tiré du gros recueil "Gens de Pékin", ce petit récit retrace la vie d'un vieux Chinois. Il revient sur son enfance, au début du siècle, à Pékin. Bien que plutôt doué à l'école, il est rapidement mis en apprentissage chez un "colleur de papier". Mais bientôt les rites qui nécessitaient des "collages de papier" (figurines en papier reproduisant des objets ou des personnages de la vie réelle, et utilisées pour les noces et les funérailles) tombent en désuétude et il doit choisir un autre métier. Sans diplôme, sans relation, il n'y a qu'une possibilité : agent de police ! Il y restera presque jusqu'à la fin de sa vie, bien que ce travail soit mal payé, mal considéré et surtout empreint de ridicule au yeux de l'auteur. Son récit est plein d'anecdotes ridiculisant ou montrant l'inutilité de la police telle qu'elle était alors conçue. Sans autorité, sans moyens, les policiers ne peuvent rien faire et ne sont intéressés que par la conservation de leur poste et de leur maigre solde !
Pris tout seul, ce récit nous laisse un peu sur notre faim mais il donne envie de lire le gros "Gens de Pékin" et surtout le célèbre "Quatre générations sous un même toit" qui est la grande fresque historique qui a rendu célèbre son auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   23 janvier 2011
Pour un jeune dandy, il n'y a sans doute rien de plus redoutable que d'avoir à épouser un laideron. Prenant les devants, j'avais incidemment laissé entendre à mes parents que je préférais rester célibataire, plutôt qu'épouser une fille qui ne me conviendrait pas. A l'époque, il n'était pas encore question de se marier librement, mais on avait déjà la possibilité de se voir entre fiancés avant le mariage. J'exigeai donc une entrevue personnelle au préalable et refusai de me fier aveuglémént aux belles paroles de l'intermédiaire habituel en pareilles circonstances.
Je me suis marié l'année même de mes vingt ans et ma femme avait une année de moins que moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gonewiththegreengonewiththegreen   19 avril 2018
Mais , hum ! ca ne m'empêche pas de rire comme avant, de me moquer devant tant d'intelligence et de talents gâchés en une vie , et de railler un monde terriblement injuste, dans l'espoir que, lors de mon dernier éclat de rire , le monde aura peut être un peu changé!
Commenter  J’apprécie          91
gonewiththegreengonewiththegreen   18 avril 2018
...un ménage est comme un arbre qui fleurit avec la venue des enfants: la profondeur des racines ne se révèle qu'avec la floraison.
Commenter  J’apprécie          70
TorticolisTorticolis   06 décembre 2009
Mais, pour ce qui est d'avoir des enfants, le mérite du mari est plutôt mince ! Lorsqu'il est de bonne humeur, il prend le bébé dans ses bras et joue avec lui un instant; mais tous les ennuis sont pour la femme.
Quand on n'est pas un imbécile, c'est un chose qu'on peut saisir sans attendre que quelqu'un vous le dise.
Commenter  J’apprécie          20
HeleniahHeleniah   01 avril 2013
Dans les discours et dans les discours publics, on exalte souvent la liberté; or, quand on exalte une chose, c'est évidemment qu'elle n'existe pas en réalité. Ainsi, moi, la liberté, je ne savais pas ce que c'était : les gens avaient beau en parler à maintes reprises, personnellement, je ne l'avais jamais vu venir; mais, dans les résidences, j'ai au moins vu ce que c'était.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Lao She (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lao She
Le pousse-pousse au Japon.
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14890 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre