AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213030847
Éditeur : Fayard (01/04/1993)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
La mort tragique de Mehmet Shehu, premier ministre et numéro deux du régime albanais, en décembre 1981, a sans doute été le dernier crime de palais classique du monde communiste. Si l'Albanie en fut le théâtre, c'est pour la simple raison que les autres pays de l'Europe de l'Est avaient déjà vu se clore en 1953, avec la mort de Staline, la partie sanglante, shakespearienne, de la chronique communiste, pour passer à une période tragi-comique _ que l'on pourrait quali... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Rodin_Marcel
  21 février 2019
Shehu Bashkim – "L'automne de la peur" traduit de l'albanais par Isabelle Joudrain-Musa, préface de Ismail Kadaré – Fayard, 2017 (ISBN 978-2-213-03084-5)
– format 22x14cm, 203p.
– copyright 1993 pour la première édition de la traduction en français ;
la préface d'Ismail Kadaré (pp. 7 à 31) est également signée de janvier 1993.

Comme précisé sur la quatrième de couverture, l'auteur n'est autre que l'un des fils de Mehmet Shehu, qui fut – dès la création des cellules communistes albanaises pendant la Seconde Guerre Mondiale 1939-1945 et jusqu'en 1981 – le bras droit et même l'auxiliaire indispensable du dictateur Enver Hoxha, tous deux créant, organisant et renforçant sans cesse l'une des pires dictatures staliniennes engendrées par l'idéologie marxiste-léniniste, comparable au régime de la Corée du Nord ou à celui des khmers rouges du Cambodge.

Mehmet Shehu fut longtemps le successeur programmé d'Enver Hoxha. On le sait, ces régimes étaient friands de renversements spectaculaires, jetant au cachot, torturant et assassinant en quelques jours ces braves camarades brusquement devenus des "traîtres à la solde de puissances étrangères".
Tel fut le cas de la famille Shehu, le père – Mehmet (probablement contorsionniste sans le savoir) – "suicidé" de deux balles tirées dans le dos en 1981, tandis que le reste de la famille se voyait jeté dans l'un de ces bagnes immondes, mis au point sous Staline et son temporaire copain Hitler. Bagne auquel l'auteur survécu de justesse, il ne dut son salut qu'à la chute de ce régime en 1991.

Dans les régimes communistes, en règle générale, tout l'entourage familial et amical des bannis était éliminé sans pitié, par l'assassinat, la détention en établissement "psychiatrique" ou l'épuisement physique au goulag, de telle sorte que nous ne possédons que de très rares témoignages semblables à celui livré ici de première main par Bashkim Shehu (dans le genre, je ne vois guère que les témoignages de la fille de Staline, Svetlana Allilouïeva).

Né en 1955, l'auteur a donc 26 ans en 1981, il n'est plus un bambin : il s'attache ici à reconstituer dans toute la mesure du possible ce que fut le vécu familial des trois derniers mois (octobre à décembre 1981) précédents la chute et l'assassinat de son père.
de surcroît, la finesse de l'analyse tant politique que personnelle rejoint la qualité littéraire de l'écriture : ce témoignage se lit quasiment d'une traite tant il s'avère passionnant.

de cet auteur, j'avais précédemment lu et beaucoup apprécié "Le jeu, la chute du ciel" (cf recension), un texte d'une grande originalité.

Je ne saurais conclure sans évoquer la préface d'Ismaïl Kadaré, ainsi que le rôle qu'il tient dans le récit de Bashkim Shehu : là encore, c'est un témoignage important sur la place que certains écrivains critiques purent et surent tenir dans ce type de dictature...

Et ces témoignages prennent encore plus de poids lorsque l'on sait combien les "mafias rouges" furent à même de détruire un maximum d'archives compromettantes lors de la chute du communisme, la plus grande partie de ces mafieux reprenant rapidement du service en re-devenant les "nouveaux" seigneurs de ces "démocraties" : lire à ce sujet le roman humoristique de Elitza Gueorguieva intitulé "Les cosmonautes ne font que passer" (Gallimard, 2016 – voir recension).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : albanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Bashkim Shehu (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14884 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre