AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749145075
464 pages
Éditeur : Le Cherche midi (04/05/2016)

Note moyenne : 3.51/5 (sur 108 notes)
Résumé :
Que savons-nous vraiment de nos enfants ?Jenny est médecin, mariée à un neurochirurgien célèbre. Ensemble, ils ont élevé trois superbes enfants. Un soir, la plus jeune, Naomi, 15 ans, ne rentre pas à la maison. Les recherches lancées à travers tout le pays restent vaines. L'adolescente a disparu. La famille est brisée. Plus d'un an a passé et les pires scénarios envisagés ? enlèvement, assassinat ? semblent de moins en moins plausibles. L'enquête s'essouffle... Cepe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
Marcellina
  11 janvier 2018
Wouah, un coup de coeur qui a pourtant mal commencé, un coup de poing dans l'estomac qui me laisse toute retournée, un coup de massue aux émotions qui me laissent toute pensive.
J'ai eu un peu de mal à entrer dans le roman, le style est simple, les phrases courtes sans poésie ni humour et le personnage principal donne une telle impression de froideur qu'on n'a juste pas envie de la connaître plus.
Et puis, tout explose, la famille modèle, les enfants parfaits, le couple du siècle, le métier gratifiant, il ne reste plus rien que l'espoir. L'espoir de se reconstruire, de survivre, de revivre en essayant de comprendre pas à pas les erreurs du passé.
Et tout le monde fait des erreurs, erreur de jugement, erreur de fatigue cumulée, erreur d'appréciation, erreur de timing, erreur d'émotion, erreur d'amour aussi.
Ainsi quand on croit bien se connaître, bien connaître ses enfants, bien connaître son mari et qu'on se laisse porter, sans plus vraiment réfléchir, par une vie menée à du 400 à l'heure pour combiner au mieux son travail, sa famille et son hobby, on finit sur une corde tellement raide que le moindre grain de sable fait tout basculer.
A qui la faute ? Certains diront à la société qui impose des schémas parfois aberrants, d'autres répondront à la mère qui n'était plus disponible pour ses adolescents qui demandent pourtant plus d'écoute que les bébés, d'autres encore penseront au père plus égoïste qui ne se mêle des histoires familiales que si elles sont graves et encore, d'autres enfin diront aux enfants qui ne tiennent aucun compte des règles établies pour leurs rendre la vie plus belle, plus sûre.
A qui la faute alors…, à nous tous qui essayons de nous couler dans un moule sociétal superficiel en oubliant les choses les plus élémentaires de la vie : la tendresse et l'amour, l'écoute vraie et le pardon.
Et on finit par l'aimer, le personnage principal, cette femme médecin généraliste qui a voulu trop bien faire, trop tout bien faire et qui se bat pour finalement devenir quelqu'un de plus fort et de plus humain.
Comme l'auteure est elle-même médecin, on comprend mieux au fil des pages la dure réalité de concilier ce métier si prenant, si émotionnellement puissant et la vie de famille et, plus je tournais les pages, plus je sentais une réelle symbiose entre l'héroïne et l'écrivain qui doit avoir mis beaucoup d'elle-même dans ce premier roman puissant. Bravo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Boulibooks
  16 février 2019
« Ma fille » est le premier roman de Jane SHEMILT. A l'image de son héroïne, elle est médecin, mère de famille et mariée à un neurochirurgien.
L'intrigue et situe à Bristol et sa région et tourne autour de la disparition de Naomi, 15 ans, qui un soir après une répétition de théâtre, ne rentre pas à la maison.
Jenny et Ted, ses parents sont dévastés. Ed et Théo, ses deux frères cadets semblent très perturbés. L'enquête de police piétine et la jeune adolescente ne donne aucun signe de vie.
Au fil des mois, Jenny de plus en plus désemparée, décide de mener sa propre enquête. Elle essaie de retracer les derniers jours avant la disparation de sa fille. Elle interroge ses amis, visite les lieux qu'elle a fréquenté, se remémore son apparence et ses humeurs. Elle s'interroge jusqu'à l'obsession.
Elle sera épaulée par Michael, policier de son état et découvrira une vérité à laquelle elle ne s'attendait pas.
L'histoire se déroule sur deux temporalités : avant la disparition de Naomi (2009) et après (2010). Elle nous est présentée du point de vue de Jenny : la mère. le style de l'auteur est fluide, sans chichi mais sans charme particulier non plus. A part Jenny, j'ai trouvé les personnages à peine esquissés, sans épaisseur. le thème principal abordé (connaissons-nous vraiment nos enfants ?) était a priori intéressant mais pas assez fouillé à mon goût.
Pour conclure : « Ma fille » est un petit thriller psychologique sans prétention qui se lit facilement. Je n'ai ni été déçue ni transportée. Je pense que j'oublierais vite cette lecture.
Lu dans le cadre de la LC IlEstBienCeLivre du mois de février.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Little_stranger
  16 janvier 2021
Connait-on vraiment ceux qu'on aime ? Connait-on vraiment les membres de sa famille proche ?
Ce sont les questions auxquelles devra trouver réponse une femme médecin, Jenny, après la disparition/enlèvement ? de sa fille de 15 ans, Naomi. Au départ, une famille type Maison et Décoration : papa chirurgien, maman médecin dans un dispensaire et 3 enfants comprenant des jumeaux et une fille de 15 ans. Tout semble aller pour le mieux dans l'univers bien réglé de Jenny jusqu'à ce que la disparition de sa fille fasse exploser le groupe familial et révèle les vies "secrètes" de chacun. On fait des aller-retours entre le temps présent 1 an environ après l'enlèvement et le passé pour mieux appréhender la famille.
Un excellent policier passionnant à lire. Jenny est une femme touchante et une mère formidable : on est pourtant surpris de découvrir tous les reproches qui lui sont adressés et sa grande solitude devant les épreuves traversées.
Commenter  J’apprécie          30
charlitdeslivres
  23 mai 2016
Cette lecture, quelle déception. Que je m’explique avant de vous faire fuir avec mes grandes phrases. Ce roman porte le nom de thriller, et bien il faut aller très loin pour le trouver, le comprendre et l’approuver. Pour ma part je n’y suis pas parvenue, parfois je me disais que peut être à ce moment là … Mais non, ce n’est certainement pas un thriller !
Trêve de bavardage incessant et incongru pour cette entrée en matière. Ce roman a un problème de rythme qui m’a dérangé tout au long de ma lecture. On a des passages d’une lenteur impressionnante et d’autres qui passent en un éclair. J’ai eu du mal à comprendre où elle voulait nous amener avec ces différents passages. Ce problème de rythme m’a dérangé et c’est l’élément qui me permet de dire que nous ne sommes pas dans un thriller. Car nous n’arrivons pas à un niveau d’angoisse, de stress, d’excitation, que sais je, qui fait frémir tous les lecteurs de ce genre. Et pourtant, le roman portait en lui tous les éléments pour y parvenir !
Dans ce livre, on va rencontrer une famille bien sous tout rapport, à première vue. Mais comme souvent dans ce genre de cas, on va bien vite comprendre que sous ce masque de pureté se cache de sombres secrets qui n’attendent qu’un élément fort pour faire leurs apparitions. Ce moment sera la disparition de la cadette, la jeune et jolie Naomi. Le roman a certes des difficultés avec le rythme de certain passage. Par contre j’ai aimé comment on nous aborde ce sujet du point de vue de la mère. La psychologie de cette mère, d’une mère prête à tout. Une mère qui pourrait être n’importe laquelle car elle fait son devoir le plus profond, protéger ses enfants. L’auteure parvient à retranscrire la descente aux enfers de cette mère qui croyait tout savoir sur sa famille. Mais qui va vite comprendre que celle-ci lui échappe et cela depuis longtemps. Les masques vont s’effondrer les uns après les autres.
Et c’est peut être là le problème, on se concentre sur ce personnage féminin sans approfondir les autres protagonistes. En effet, la famille qui va se composer de jumeaux et d’un père, vont voir leur rôle relégué au second plan. C’est dommage, car l’isolement souhaité autour de la mère contraste avec la vie des autres personnages. Cela ne m’aurait pas dérangé si cela ne nuisait pas à la crédibilité du roman. Mais ici on peine à croire à cette famille et surtout à ces personnages qui ne convainquent personnes. Car les quelques scènes avec ces membres de la famille semblent tellement tirées par les cheveux qu’on ne peut y croire.
Afin de terminer en beauté, je vous garde le meilleur pour la fin (et sans mauvais jeu de mots), je vais bien sûr vous révéler que cette fin est invraisemblable. Elle n’apporte rien à l’histoire et pire elle nous perd dans des raisons obscures qui doivent être connues seulement par l’auteur. C’est vraiment dommage, car la construction du récit avec une mère qui découvre petit à petit qu’elle ne connaissait pas sa famille est bien détaillée. Mais pour en arriver à une fin pareille, il me semble que l’on aurait bien pu s’en passer !
Lien : https://charlitdeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
CarnetParisien
  23 mai 2016
Voilà quelques semaines que j'enchaîne les lectures qui ont un thème similaire : la disparition d'un enfant. J'ai commencé avec Ne pars pas sans moi (où il s'agissait d'un enfant en bas-âge, avec une alternance de point de vue et de temporalité), puis Trois jours et une vie (là encore, un enfant plus jeune), et à présent Ma Fille, où une adolescente de 15 ans disparaît du jour au lendemain.
Le récit se décline en deux temps également : dans chaque chapitre, Jenny nous raconte sa perception des événements au moment de la disparition de sa fille, puis un an plus tard. J'ai eu du mal à accrocher à ce mode de narration, car au début, j'ai nettement préféré les passages qui se déroulent dans le passé. Je voulais en apprendre davantage, et le présent n'était composé que de lents états d'âme de Jenny qui m'ont un peu ennuyée. Ces chapitres sont finalement là pour dépeindre toutes les conséquences de la disparition de Naomi sur la vie de la famille.
Jenny est une mère médecin, parfois absente, mais qui surtout ne connaît pas du tout ses enfants. J'ai ressenti un peu de pitié pour elle : on se rend bien compte qu'elle fait tout ce qu'elle peut pour les aider, pour les laisser se construire seuls. Mais ce n'est pas du tout ainsi que ses enfants l'interprètent. Et au fond, sa naïveté et son absence ne font que confirmer une vérité qui s'impose de plus en plus au fil du roman : Jenny ne sait absolument rien de sa fille.
Je n'ai vraiment pas compris comment ce personnage avait pu se laisser aveugler à ce point, et fermer les yeux sur autant de détails au sujet de sa fille : la cigarette, l'alcool, la drogue, le sexe… Et sur ses autres enfants aussi, d'ailleurs.
Des petites perches sont lancées par Ed, le fils aîné, dont l'on ressent toute l'aigreur envers sa mère dans les rares scènes de confrontation. J'ai trouvé dommage que cet aspect du roman ne soit pas approfondi : pourquoi balancer que Jenny ne connaît pas Théo, si ce n'est pas pour expliquer par la suite ?
Le rythme s'accélère environ 100 pages avant la fin, peut-être un peu tard, mais tellement efficacement qu'il en est impossible de lâcher le livre sans en connaître le dénouement.
Ce final m'a étonnée car je ne m'y attendais pas du tout. Il permet de reconsidérer les premiers événements, de les voir sous un autre oeil, et donne même envie de relire quelques scènes pour se demander ce qu'on a manqué. J'ai été stupéfaite par la noirceur d'un personnage en particulier. Je me suis fait manipuler par l'auteure jusqu'à la toute fin, qui m'a d'ailleurs laissée un goût d'inachevé. Là encore, j'aurais aimé avoir davantage d'explications. Pourquoi ?
En conclusion
Ma Fille est un livre surprenant par son dénouement, auquel je ne m'attendais pas. J'ai trouvé l'intrigue lente à se mettre en place et le rythme un peu bancal : après avoir tâtonné pendant 300 pages, tout s'accélère pour le dénouement qui nous tient en haleine. Une lecture surprenante, mais que je n'ai pas pu m'empêcher de comparer à Amelia que j'ai largement préférée.
Lien : https://carnetparisien.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
MarcellinaMarcellina   11 janvier 2018
Hormis le fait que c'est normal et humain, s'excuser donne aux autres la possibilité de pardonner.
Commenter  J’apprécie          91
rkhettaouirkhettaoui   29 juillet 2016
C’est une chance. Bonne chance, c’est mon jour de chance, un coup de chance, souhaite-moi bonne chance. Un mot bien banal pour décrire les revirements de fortune, la vie qui s’ouvre ou se ferme devant vous, comme des grandes portes claquant au vent. Naomi ne pensait pas qu’elle aurait besoin de chance un jour. Elle se figurait qu’elle était née sous une bonne étoile. Je le croyais aussi ; je croyais que c’était notre cas à tous. Il y a seulement un an, j’étais persuadée que nous avions tout ce que nous pouvions désirer.
C’est difficile de savoir quand au juste les choses ont commencé à changer. Je reviens en arrière, passant en revue chaque étape pour déterminer à quel moment j’aurais pu infléchir le cours du destin. Je peux choisir presque n’importe quel point de ma vie et lui donner une nouvelle direction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Virginie_VertigoVirginie_Vertigo   28 août 2016
C’est une chance. Bonne chance, c’est mon jour de chance, un coup de chance, souhaite-moi bonne chance. Un mot bien banal pour décrire les revirements de fortune, la vie qui s’ouvre ou se ferme devant vous, comme des grandes portes claquant au vent. Naomi ne pensait pas qu’elle aurait besoin de chance un jour. Elle se figurait qu’elle était née sous une bonne étoile. Je le croyais aussi ; je croyais que c’était notre cas à tous. Il y a seulement un an, j’étais persuadée que nous avions tout ce que nous pouvions désirer.
C’est difficile de savoir quand au juste les choses ont commencé à changer. Je reviens en arrière, passant en revue chaque étape pour déterminer à quel moment j’aurais pu infléchir le cours du destin. Je peux choisir presque n’importe quel point de ma vie et lui donner une nouvelle direction
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   29 juillet 2016
– Cesse de dire que tu sais tout des autres. Tu ne sais rien du tout. Ça n’a aucun rapport avec le monde naturel, ajouta-t-il d’une voix plus forte. Il l’exploite, il fait une série de photos provocantes pour attirer l’attention. Elle est trop jeune pour s’en rendre compte, mais toi, tu dois bien le voir.
– Ted, c’est de l’art.
– Je n’en reviens pas que tu brandisses cette excuse bateau. C’est de la pornographie.
– Ce n’est pas de la pornographie, protestai-je, haussant le ton à mon tour. Elle portait un slip, bon sang ; elle a gardé son manteau jusqu’à ce qu’elle soit cachée par les branches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   29 juillet 2016
Si les jours s’enchaînaient trop vite, au moins la vie se poursuivait sans heurt. Il suffisait de trouver le bon équilibre. Famille. Mariage. Carrière. Peinture. Si la balance penchait trop d’un côté, si le travail phagocytait le reste, personne ne s’en plaignait. J’avais parfois l’impression que c’était une répétition avant la vraie vie et que, si quelque chose tournait mal, ce n’était pas grave. Un jour, je parviendrais à tout maîtriser. Je serais la mère, l’épouse, le médecin et l’artiste parfaits. Ce n’était qu’une question d’entraînement. Si je me trompais, je n’avais qu’à réessayer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Jane Shemilt (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jane Shemilt
Ma Fille de Jane Shemilt "Un thriller si intense qu'on ne peut le lâcher." Tess Gerritsen Parution le 4 mai 2016 En savoir plus : https://www.cherche-midi.com/livres/ma-fille
autres livres classés : disparitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2007 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..