AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Daniel Brèque (Traducteur)
ISBN : 2290004669
Éditeur : J'ai Lu (07/03/2008)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Embarquez pour le Mexique, théâtre d'une guerre sans merci entre multinationales omnipotentes et armées jusqu'aux dents ; pour New York, où il se passe de bien drôles de choses sur le site de Ground Zero ; pour l'Afrique noire, sur laquelle, dans l'ombre, les hommes-crocodiles règnent sans partage ; pour Moscou, où il vaut mieux ne pas trop s'approcher de l'Eternité - une boîte à la mode - au risque d'y perdre son âme, et bien plus... A travers six longs récits d'u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
boudicca
  17 mars 2014
Un Mexique du futur ravagé par la lutte opposant de puissantes entreprises. Un pays d'Afrique hanté par le fantôme de son précédent dictateur et la présence d'hommes-crocodiles. Une boite russe réservée aux truands dans laquelle se déroulent de bien curieux événements. Voilà le genre d'histoire que nous propose de découvrir Lucius Shepard dans ce recueil de six nouvelles, toutes plus atypiques les unes que les autres. Les quelques commentaires que j'avais pu glaner concernant « Aztechs » promettaient une expérience de lecture inoubliable et je dois avouer être totalement tombée sous le charme de la plume de l'auteur.
Difficile d'apposer une étiquette aux six textes présents au sommaire de ce recueil à la croisée des genres, empruntant aussi bien à la SF qu'au fantastique mais aussi, comme beaucoup l'on très justement fait remarquer, au réalisme magique. du côté de la science-fiction on a donc affaire à des intelligences artificielles usant de technologies ultra sophistiquées afin d'éliminer leurs concurrents, à des techniques novatrices permettant d'adopter une seconde personnalité, ou encore à des mondes parallèles dans lesquels un homme et une femme se livrent une guerre sans merci. Au delà de l'originalité des décors, l'intérêt des textes de Lucius Shepard réside avant tout dans l'incorporation d'éléments surnaturels que protagoniste comme lecteur peinent à interpréter et qui font prendre au récit un tour toujours inattendu. Chaque nouvelle confronte ainsi un homme en perte de repères à des événements extraordinaires qui vont agir comme une sorte de révélation tandis que le lecteur assiste fasciné aux vaines tentatives des dits protagonistes pour reprendre pied dans la réalité. Lucius Shepard a le don pour créer des personnages profondément humains, à la fois complexes et faillibles, pour lesquels il est difficile de ne pas se prendre d'affection et auxquels le lecteur s'identifie sans mal.
Parmi les textes les plus réussis du recueil figure à mon sens « Le rocher aux crocodiles » dans lequel on assiste à la confrontation entre un jeune homme un peu perdu et une manifestation de l'animisme africain sous la forme d'hommes-crocodiles. L'auteur nous y dépeint un Zaïre hanté par l'esprit de son ancien président/dictateur, Mobutu, dont la mort aurait laissé une marque sombre et indélébile sur le pays. Une nouvelle à l'ambiance un peu oppressante et probablement celle faisant le moins appel à la SF. « Le dernier testament » est également une belle réussite, Lucius Shepard y effectuant un habile croisement entre la vie d'un riche et arrogant avocat et celle du célèbre poète du XVe siècle François Villon. Il en va de même pour « La présence », nouvelle dont l'action se situe sur le site de Ground Zéro, encore fortement imprégné par la tragédie du 11 septembre, ou encore d'« Ariel », texte consacré à l'histoire faite de passion et de trahison de deux amants issus d'autres univers. « L'éternité et après », relatant les épreuves endurées par un prometteur membre de la mafia russe afin de racheter à l'homme le plus puissant du pays une prostituée dont il est tombé amoureux, mérite également le détour. Je serai cela dit plus nuancée en ce qui concerne « Aztechs », seule nouvelle à laquelle j'ai eu du mal à accrocher car un peu trop « technique » à mon goût.
Vous aimez les littératures de l'imaginaire et cherchez à découvrir des textes sortant des sentiers battus ? Alors n'hésitez plus, « Aztechs » est fait pour vous ! Lucius Shepard nous y propose six nouvelles remarquablement écrites qui, outre le fait de nous faire voyager sur tous les continents, a également le mérite de faire réfléchir le lecteur sur des thématiques que l'on a peu l'habitude d'aborder en SFFF. Un grand auteur, incontestablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Wazlib
  19 août 2016
"Aztechs" fut l'occasion pour moi de découvrir ce bougre de Lucius Shepard, auteur récemment décédé auquel coller un genre est un pur sacrilège. On m'avait vendu un paquet de choses sur ce voyageur invétéré à l'art aiguisé et incisif, et la plupart se sont révélées bien en-deça de la réalité, Shepard étant une créature au final aussi insaisissable que ses histoires.
Alors je ne vais rien révolutionner dans cette critique, mais juste donner un témoignage modeste et honnête de ce que cela fait d'être plongé dans la tête de ce mec, ce que cela fait de partager les pensées saugrenues de ses personnages, anti-héros héroïques, anti-looser s'acharnant à perdre.
Cela débute avec une des nouvelles les plus puissantes du récit, et certainement celle qui malmène le plus le lecteur, l'immergeant dans un monde qu'il ne peut comprendre, et pourtant: "Aztechs", qui a par la même occasion donné son nom au recueil, vous l'aurez remarqué. On nous parle d'Intelligence artificielle ayant choisi de s'implanter à la frontière Etats-Unis-Mexique, zone aux mains de gangs tous plus répugnants les uns que les autres, zone embêtante et intriguante, une zone que l'on va apprendre à connaître. Une zone délimitée par un gigantesque rayon laser, qui empêche tout passage. Une zone où l'on peut se faire descendre par un Sammy surdéfoncé et sur ses gardes. Et les IA, malheureusement, ça ne mène pas qu'une guerre virtuelle. Gangs ou pas, rien n'empêchera cette grande partie d'échiquier de se dérouler, et tel le protagoniste, on observera bien démuni cette rage qui parcourt l'histoire et cet exotisme sans précédent. Car on a bien du mal à comprendre de quoi il retourne ici, tant Shepard s'acharne à créer un monde aux traditions étrangères, éloignées des nôtres. Alors oui, honnêtement, c'est difficile à lire, car foncièrement difficile à imaginer. On ne lit pas ça en regardant en même temps "Cauchemar en Cuisine", et c'est là l'une des qualités premières du bouquin: Lucius Shepard nous prend au sérieux, avec ses nouvelles, ne sous-estime jamais notre intelligence, ne perdant jamais une occasion de nous laisser deviner le sens d'un néologisme abscon ou une situation enfreignant la logique la plus élémentaire.
On regrettera cependant la fin de la nouvelle, partant sur un trip tristement mystico-religieux, fort détestable, même s'il reste d'une cohérence impressionante, étant donné le dangereux virage emprunté par l'auteur. Nous laisser entr'apercevoir une raison à la vie et une clé de compréhension de l'univers au détour d'une histoire surtestostéronée, il fallait le faire. Et si c'est regrettable, ce n'en est pas pour autant loupé.
"La Présence" jouera sur des thèmes bien plus raisonnables, bien moins exotiques, mais collant moins à la démesure de Shepard, puisqu'il s'intéresse ici au 11 septembre et ses conséquences sur des tas de vies gravitant autour du Ground Zero, c'est-à-dire ces âmes dévouées qui fouillent les décombres et qui chaque jour pénètrent dans un monde gris, étouffant où tout peut se briser à chaque instant, où le poids de deux tours se trouve réparti sur une dizaine d'épaules.
le délire ira bien moins loin que dans la nouvelle précédente, et c'est à la fois rassurant et frustrant, car même si l'on a tendance à ne pas trop se l'avouer, les étranges hallucinations écrites de Shepard ont gratté une chose cachée, quelque folie en nous, lecteurs de bien des genres ceinturés à des conventions muettes, qui ne demande qu'à être libérée. Cette nouvelle demeure cependant une réussite du recueil pour l'exactitude des mots employés, pour cette description incroyable de la misère humaine, de ce qu'ont pu ressentir ces quelques gens au milieu des cendres et des fantômes. Très sympa, donc, bien que glauque à l'extrême. Très globalement, ce recueil de nouvelles ne convient pas aux trajets de tram, de métro ou de bus, encore moins à une lecture au toilette. Il mérite un sérieux et une envie qui peuvent freiner de manière justifiable. On a pas forcément envie de continuer à ce niveau-là du recueil, et ce ne serait pas une mauvaise idée d'entrecouper la lecture avec un bouquin plus léger.
Surtout lorsque l'on sait que "Le Dernier Testament" esdt une nouvelle inefficace et laborieuse, mêlant des greffes de "schémas de personnalités" à un rituel sorcier, et associant les malheurs d'un poète mort il y a de cela quelques siècles à la robotique de défense la plus poussée de l'époque. Si tout ce bric-à-brac aurait pu s'assembler de manière fluide et surprenante, Shepard galère à emporter l'enthousiasme et on se retrouve à lire une histoire effroyablement compliquée, trop pour vraiment faire passer un bon moment. Et surtout, c'est confus. Si dans le reste de ces six nouvelles, Shepard parvient à décrire l'indescriptible, ce fut un échec sur cette nouvelle. Tant pis.
"Ariel", nouvelle plus purement SF, revient à des thèmes plus abordés en général et développe une cohérence et un mystère très addictifs. Ca marche pour notre plus grand plaisir, et on se retrouve scotché devant une histoire menant son chemin tout simplement, sans se brusquer, et nous amenant à un dénouement délicieusement tordu et douloureux, un dénouement qui surprendra le lecteur un peu naïf (que je suis bien sûr). Une réussite, donc, qui nous laisse découvrir un Lucius Shepard moins perché, plus calme. Cela a du bon et du mauvais: une intrigue plus facile à suivre, mais un côté dingo relativement absent, enlevant un peu de sucre à ces histoires d'un autre monde.
"Le Rocher aux Crocodiles" est une super nouvelle. Un spécialiste des reptiles quitte Abidjian et sa chère petite-amie Prudence pour enquêter sur une série de meurtres perpétués par les "hommes-crocodiles", menace locale dans un Congo ravagé par le règne dictatorial de Mobutu. Un pays qui saigne, un pays qui redoute les coups de machette autant que les mauvais sorts. Un pays qui pleure ses morts et craint des hommes se métamorphosant en crocodiles. Et notre protagoniste de rencontrer cet homme qui s'est déclaré coupable de ces meurtres. Cet homme, qui prétend savoir se transformer en crocodile. Cet homme qui nous conduira sur le chemin boueux et orageux de la vérité, où rien n'est aussi simple que ce que l'on croit, où la politique peut devenir un mauvais sortilège si on le veut vraiment (après tout, sur ce coup-à, Shepard n'était peut-être pas si éloigné de la réalité).
Et enfin, on clôt le recueil avec "L'éternité et après", histoire d'une violence et d'une puissance exceptionnelle. A bien y réfléchir, et avec du recul, je pense que c'est cette nouvelle qui mérite d'être retenue sur les six (enfin, si'il fallait n'en retenir qu'une, bien sûr). C'est complètement, mais alors complètement barré. Tordue, éprouvante, l'histoire se déploit insidieusement pour s'emparer du lecteur, et disons-le clairement, en faire de la bouillie. Rien n'a de sens dans cette discothèque et pourtant, il va bien falloir en trouver un pour en sortir (et ceci est valable au sens littéral du terme, puisque chacune des histoires du recueil continuera de vous hanter tant que vous n'aurez pas trouvé de réponses satisfaisante à toutes vos interrogations...).
Bon, Lucius Shepard est véritablement très impressionnant. Mais je ne mettrai pas plus de la note 7 pour quelques simples raisons. Tout d'abord, c'est très compliqué, et la plupart du temps, trop compliqué. Si cela flatte l'égo de lire une littérature de l'imaginaire aussi intelligente, il y a un trop-plein de singularité dans ce livre. Vouloir faire original, c'est essentiel dans le processus de création, mais ici, il y a de l'excès menant parfois à l'overdose (cf "Le Dernier Testament"). Et c'est pourquoi l'on sort un peu achevé de ce recueil, satisfait mais battu. Si j'apprécie tomber sur un bouquin comme ça, de temps en temps, je ne peux concevoir me plonger dans la biblio de Shepard de manière obsessionnelle (il en va à la fois de mon moral et de ma confiance en moi).
Alors, franchement, si vous ne connaissez pas cet auteur, essayez donc ce bouquin, qui, sans prétention, vous bottera le cul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Gromovar
  25 octobre 2010
Lucius Shepard est un auteur dont je n'avais jamais rien lu. Grave erreur.
Le recueil de nouvelles "Aztechs" est un gros morceau de littérature, au sens le plus plein du terme. Et Lucius Shepard est vraiment quelqu'un qui sait écrire. Son style trouve un parfait équilibre entre le trop écrit et le pas assez (comprenne qui pourra ;-)
Lien : http://quoideneufsurmapile.b..
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
boudiccaboudicca   25 février 2014
C'est comme s'il allait bosser au Mordor, parmi les ombres omniprésentes. Les cendres et la peine. Au bout d'un temps, vous avez l'impression que le lieu vous transforme en fantôme. Vous n'êtes plus réel, vous n'êtes qu'une relique, un fragment de vie. Quand vous racontez ce genre de merde ça vous fait rire. C'est vraiment de la connerie. Puis vous arrêtez de rire et vous savez que c'est vrai. Ground Zero est un champ de mort. Comme le Cambodge. Ou Hiroshima. Ils parlent déjà de reconstruire quelque chose, mais ils sont cinglés. Autant construire un Dairy Queen à Dachau. Qui aurait envie de manger là-bas ? (La présence)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
boudiccaboudicca   27 février 2014
-Il s'inquiète pour toi, tu sais.
-C'est ça oui.
-Sans déconner ! Il se prend un peu pour ton père, tu sais bien.
-Ça m’étonnerait, il n'arrête pas de me traiter d'enfoiré.
-C'est comme ça qu'on dit « fiston » en polonais. (La présence)
Commenter  J’apprécie          170
GeckoLogiqueGeckoLogique   23 avril 2011
Il y a vingt-trois ans, quelqu'un a planté un panneau dans le désert. En plein milieu de nulle part, à deux cents kilomètres de Hermosillo, sur la côté du Pacifique. Un panneau en bois tout simple, relativement grand, sur lequel ces mots étaient rédigés à la peinture noire :

ICI S'ARRETE LA REALITE
Commenter  J’apprécie          20
GeckoLogiqueGeckoLogique   23 avril 2011
Le tremblement de terre de 2019 avait rasé le centre-ville de Seattle et, depuis mon appartement, j'avais vue sur la nouvelle version de la cité, où les gratte-ciel avaient été remplacés par des dômes de verre silicaté de couleur verte, dont les facettes brillaient comme des émeraudes, nichés parmi les jardins et les bosquets d'ifs. La Cité d'émeraude.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Lucius Shepard (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucius Shepard

Entretien avec Lucius Shepard aux Imaginales
Entretien avec Lucius Shepard enregistrée aux Imaginales (Epinal, mai 2013) L'audio de la rencontre : http://www.actusf.com/spip/Imaginales-2013-Conference,1...
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2096 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre