AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211204589
Éditeur : L'Ecole des loisirs (19/02/2014)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Dans un petit atelier aux volets clos, six garçons s'installent pour la nuit. Ils ne se parlent presque pas. Ils n'osent pas. Ils ne connaissent même pas les prénoms les uns des autres, le patron l'interdit. Ils savent seulement qu'ils doivent se coucher tôt, et se mettre au travail avant l'arrivée du patron. Sinon ils recevront des coups et seront privés de nourriture. Gopal est le dernier arrivé, et apparemment le seul qui songe à s'échapper. Sa famille a récemmen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
IreneAdler
  16 août 2014
Fuir les dettes et la pauvreté. Voici Gopal et sa famille jetés comme tant d'autres à Bombay, en quête de travail et d'une vie un peu meilleure. Alors que le père disparaît, Gopal se met en tête de trouver un petit emploi pour aider sa famille. Une proposition trop alléchante va le conduire dans un atelier avec 5 autres garçons, où règne une atmosphère lourde, qui n'est pas due uniquement à la colle... En plus de vouloir retrouver les siens à tout prix, Il va créer de l'humanité là où il n'y a que peur.
Les dangers des grandes métropoles, de illettrisme et de la corruption; L'Inde bien loin des mirages des hippies, pourvoyeuses de biens de consommation à bas prix pour touristes et magasins occidentaux, souvent peu regardant sur les conditions de travail des ouvriers (La Cité de la Joie, à côté, c'est presque sympa...)
Heureusement certains ne perdent pas espoir. Gopal ne cherche pas (encore ?) à lutter contre ce fléau, mais à retrouver sa famille. Et à libérer ses collègues malgré eux, qui après bien de désastreuses aventures, se retrouvent à trimer pour... rien. Sa générosité, son courage et son obstination seront payant. Et, espoir ! tout les policiers ne sont pas corrompus et prennent leur métier à coeur.
Un roman dur ouvrant à la discussion et aux questions. Il ne manque ni d'humanité, ni malgré tout, d'optimisme.
Un visage a accompagné ma lecture :
http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/iqbal-masih-enfant-esclave-136545
www.droitsenfant.fr/travail_iqbal.htm
http://www.arte.tv/fr/le-documentaire/6681930.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
docidf
  14 octobre 2014

Garçons sans noms /SHETH, Kashmira
Traduit de l'anglais (Etats Unis) par Marion DANTON
Ecole des Loisirs – Janvier 2014 – 350 pages (Medium)
ISBN : 978-2-211-20458 -3 - Prix : 17,50 €
Résumé : Gopal et sa famille arrivent à Bombay pour échapper à leurs créanciers. Etant l'ainé et le seul à savoir lire, le jeune garçon cherche à gagner un peu d'argent pour aider ses parents mais il est enlevé et se retrouve enfermé dans un atelier clandestin avec cinq autres garçons. La peur du maître qui les exploite et un climat de délation entre les prisonniers, rend l'atmosphère des plus pesantes et l'espoir de s'en sortir infime. Ce silence qui règne entre ces garçons noms, Gopal fait tout pour le briser, par exemple en donnant à chacun un surnom. Les histoires que Gopal leur raconte la nuit quand leur geôlier est parti, finissent par instaurer entre eux un climat plus fraternel. Mais comment réussir à s'échapper sans laisser les autres sous la coupe de ce maître abominable ?
Mots clés: TRAVAIL DES ENFANTS/ INDE / ESCLAVAGE /AMITIE/ PAROLE /PAUVRETE / DELATION / SOLIDARITE / CONFIANCE/
Commentaires : Ce roman décrit la pauvreté en Inde dans les campagnes et dans les villes et l'exploitation des enfants traités en esclaves par des hommes qui ne pensent qu'à faire de l'argent sur leur dos. Les rapports entre ce petit groupe de jeunes garçons, qui ne se parlent pas, dont on ignore le nom et qui semblent résignés à ce sort abominable, sont bien analysés. Gopal, parce qu'il veut s'en sortir, parce qu'il s'intéresse à ces compagnons d'infortune auxquels il donne des surnoms, va permettre à ces enfants de s'apprivoiser. Petit à petit, le climat change entre eux, mais parviendront-ils à trouver une issue à cet esclavage ?
Pistes de discussion :
• Pensiez vous que ce genre d'esclavage existait encore à notre époque ?
• de telles pratiques existent-elles encore dans d'autre pays ?
• Comment Gopal réussit il à forger un sentiment de solidarité entre les garçons de l'atelier ? Quelles sont les motivations qui le poussent à ne pas se résigner ?
• Comment expliquez vous le pouvoir du maître sur ces garçons qui acceptent sa tyrannie et la reproduisent plus ou moins entre eux ? Pourquoi évoluent ils ainsi ?
• Comment le patron a-t-il été mis au courant de la visite de la police?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Atasi
  24 juin 2015
Une récolte trop abondante et un membre de la famille qui tombe malade et pour qui il faut des médicaments, deux faits qui ont rendu la famille à Gopal pauvre et endetté. Il n'y a pas d'autre choix pour eux que de quitter la campagne pour la ville où la vie serait peut-être meilleure et où toute la famille pourra recommencer sa vie à zéro.
Gopal, onze ans, se rendra vite compte, tout comme ses parents que la vie à la ville ne sera pas facile et que les gens qui y habitent ne sont pas très pas toujours très ouverts.
A peine, la famille de Gopal arrive à Bombay, ils se retrouvent plusieurs jours sur le trottoir alors que contrairement à d'autres personnes de la campagne, un toit les attendent, celui de l'oncle, encore faut-il avoir assez d'argent pour s'y rendre. Mais cet épreuve n'est qu'une mise en bouche. Quelques jours à peine après que Gopal et sa famille se sont enfin installés chez l'oncle, Gopal tombe dans un piège et se retrouve malgré lui kidnappé, vendu, exploité et enfermé.
Il se retrouve à travailler dans un grenier à mettre des perles sur un cadre en bois selon un modèle contre une maigre ration de nourriture et de thé. Il travaille avec cinq autres garçons mais personne ne parle et encore moins personne n'a de nom. Mais Gopal aime les histoires, et décide lorsque le Patron est parti pour la nuit, ne revenant que le matin, de raconter les histoires qu'il aime tant, comme lorsqu'il les raconter à son frère et à sa sœur ou à ses copains du village. Peu à peu, les histoires referont briller la petite lumière qui se trouve en chacun des enfants et qui s'était presque éteinte à cause de cette vie de confinement et de dur labeur. Pour autant, Gopal doit rester sur ces gardes car parmi ces enfants, certains n'hésiteront pas à rapporter au Patron que Gopal enfreint les règles. S'il l'apprenait, il pourrait punir l'enfant, en lui interdisant de manger, en le fouettant ou en le transférant dans une autre fabrique où le travail serait plus dur. Malgré tout, Gopal espère retrouver la lumière du jour et retrouver sa famille.
"Garçons sans noms" est un roman qu'il donne un premier aperçu sur le travail des enfants mais également celui de la migration massive provenant des campagnes.
C'est un roman très bien écrit et qui se lit facilement. Il permet de prendre conscience de la dure réalité qu'est de travailler lorsqu'on est un enfant.
C'est un livre jeunesse mais qui peut très bien se lire par n'importe quel public.

Lien : http://atasi.over-blog.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesPapotisdeSophie
  17 février 2014
Un roman qui nous fait découvrir le triste destin de Gopal, kidnappé et condamné avec d'autres jeunes garçons à coller des perles sur des cadres dans des conditions de travail plus que difficiles.
Une plongée dans la vie de ces enfants indiens dont l'existence compte parfois si peu. Une belle leçon de vie, de courage et d'optimisme aussi car le jeune héros ne baissera pas les bras et essaiera de sauver le groupe.
Une découverte aussi de l'Inde et de ses traditions familales.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
IreneAdlerIreneAdler   16 août 2014
Je plaque mes mains sur ma tête, enfouie sous mon imperméable, et me roule en boule. Baba [papa] ne nous a jamais tapés ni giflés.
Il disait : "Les animaux ne frappent pas leurs petits ; et s'il est vrai que nous leur sommes supérieurs, alors nous devons nous comporter au moins aussi bien qu'eux." J'en conclus qu'un individu capable de me frapper ne mérite pas le titre d'homme. Pas même celui de bête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AtasiAtasi   22 juin 2015
Jusqu'où voyageront ces cadres ? Traverseront-ils les mers en bateau ou en avion ? Échoueront-ils dans une des pièces somptueuses entrevues dans le magazine "Maisons de stars" de Mohan ? Qui deviendra leur heureux propriétaire ? L'un d'eaux atterrira peut-être dans la chambre d'une jeune fille, qui ne saura jamais que ce cadre a été fabriqué, au prix de beaucoup de sueur et de larmes, par un garçon de son âge qui languit loin de sa famille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
IreneAdlerIreneAdler   16 août 2014
Les visages de Sahil, Amar, Roshan et Barish dansent devant mes yeux. Comment puis-je les abandonner ? Mais c'est ma seule chance; et si je ne m'échappe pas maintenant, je n'aurai peut-être jamais d'autre occasion.
Derrière, les gens poussent et je dois avancer pour leur faire de la place.
Balafre va les punir. Je vais le regretter. Alors que si nous parvenons à nous enfuir tous ensemble, personne n'aura à payer les pots cassés. Il faut que je demande à quelqu'un de nous aider.
Il le faut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Kashmira Sheth (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kashmira Sheth

MP 2014-03-20-106-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Kashmira Sheth - Garçons sans noms.
autres livres classés : travail des enfantsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1073 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre