AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alexandre Goy (Traducteur)
EAN : 9782369748762
Éditeur : Akata (19/11/2020)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Japon, XIVe siècle. Le petit Zeami est roturier. Vivant aux côtés de son père, il joue volontiers des rôles au sein de la troupe de théâtre populaire de ce dernier. Mais lorsqu'à l'âge de treize ans, lors d'une représentation, il est repéré par le shogun Ashikaga, son destin va basculer... Elevé au rang supérieur de noblesse, il deviendra par la suite le créateur du théâtre nô.

Après le très remarqué "Running Girl", les Editions Akata continuent d'exp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Tachan
  08 décembre 2020
Nous avons découvert le trait si particulier de Narumi Shigematsu cette année avec son titre hommage aux sportifs handicapés : Running Girl, que j'ai beaucoup aimé. Je suis donc ravie de constater que son éditeur, Akata, a fait le choix de la suivre et de nous proposer, rapidement en plus, un autre de ses titres un brin plus ancien.
Oeuvre plus ancienne, je l'ai trouvée moins aboutie graphiquement. Ce qui apportait un charme certain dans un titre sur l'athlétisme, apparait plus maladroit ici même si on est encore sur un titre plein de mouvement. le trait est quand même plus maladroit, notamment dans les proportions des personnages. Cependant, on retrouve la même poésie, même sensation virevoltante et le même tourbillon graphique qu'on lui connaissait. J'aime quand un(e) artiste à comme ça SA patte.
Concernant l'histoire, elle avait tout pour me séduire. Ce shojo manga historique s'intéressent à l'adolescence de Zeami, le créateur du théâtre Nô, nous proposant ainsi une vraie plongée dans la culture japonaise classique. L'autrice offre sa propre interprétation d'un personnage très important pour l'art japonais, mais également celle d'un homme phare de la politique d'alors, et celle de leur rencontre qui va changer et bousculer bien des choses. C'était de belles promesses.
J'ai trouvé le titre parfait pour découvrir l'histoire des différents courants théâtraux japonais, appréhender un peu un bout de l'époque Muromachi (XIVe siècle), découvrir les rapports entre un shogun et l'Art, assister à ce que c'était de vivre auprès du shogun, voir la politique qu'il développait, ses rapports avec ses courtisans... Tout ça est très bien conté même si je me doute que c'est très romancé, mais le titre tient bien sa place à côté des autres titres historiques de ma bibliothèque pour ces points-là. J'ai vraiment trouvé que l'autrice nous plongeait à merveille dans la tradition de la pensée japonaise où art et divin sont intimement liés.
Là où ce n'est pas du tout passé en ce qui me concerne, c'est par contre du côté des valeurs morales du titre. Les deux héros de cette histoires sont tous deux passionnés, plein de vie mais également un brin mélancoliques et malheureusement leur rapprochement fut particulièrement malaisant pour moi. Oniyasha, le jeune héros de 12 ans, a des sentiments très purs et naïfs, limite immatures, et il est très maladroit. le jeune shogun, lui, est plus âgé. Il n'a que 17 ans mais il est présenté comme un adulte car c'est quelqu'un de mature, qui a vécu. du coup, le regard amoureux et plein de désir qu'il pose sur le jeune Oniyasha m'a vraiment dérangé. Il y a pour moi, un problème dans la représentation de ces sentiments qui flirtent avec la pédophilie, tant on dirait le désir d'un homme adulte pour un enfant. Vous me direz, que ça n'avait peut-être de choquant pour l'époque, ou encore que l'autrice a juste repris des personnages historiques ou encore que je pose un regard anachronique sur leur relation, mais n'empêche ça m'a mis très mal à l'aise.
Je sens bien pourtant que l'autrice cherche à développer une belle romance entre eux, quelque chose de mélancolique et dramatique, où elle s'appuie sur les codes de l'époque et notamment de la tragédie propre à l'art qu'elle célèbre en prime. Les gens de regard entre eux sont puissants, leurs effleurements électrisants ou tendre selon, il y a une vraie tension romantique et romanesque entre eux, donc ça plaira certainement aux amateurs.
Mais la romance ne fut pas la seule faille pour moi. La narration est également un peu brouillonne, le rythme saccadé : trop rapide parfois, trop lent à d'autres moments, et l'équilibre informations historiques / récit pas toujours optimum. le mélange ne se fait pas toujours bien, ce qui rend la lecture un peu longuette du coup.
Ce nouveau titre de Narumi Shigematsu, le second chez nous, m'a donc moins convaincue que le précédent, notamment parce que mon curseur moral a eu du mal avec la romance qui se met en place. En revanche, j'ai beaucoup aimé le décor historique, qui lui me passionne. Je lirai donc quand même avec curiosité le dernier tome mais avec une pointe d'appréhension.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lesvoyagesdely
  21 novembre 2020
« A nos fleurs éternelles » est une histoire à part qui sera en 2 tomes de la mangaka Narumi Shigematsu que nous avons récemment pu découvrir dans le manga en 3 tomes « Running Girl« .
Elle y conserve un trait très particulier au niveau du graphisme, mais qui sait nous entraîner, nous enchanter, dans certaines scènes, notamment quand Oniyasha se livre à son art le Sarugaku et danse. C'est une belle alliance de plusieurs éléments, mais un art nouveau, qui a du mal à tracer sa route et se retrouve décrier par d'autres.
Oni est roturier, il vit avec son père, et avec leur troupe, et tous vivent de cet art qu'ils tentent de porter.
Le jour, où il croise la route et plaît à un personnage élevé socialement, qui n'est en fait nul autre que le Shogun, dit le grand arbre, sa vie va changer, et peut être alors que son art sera reconnu. Mais rien ne sera facile, car il se retrouvera séparer des siens, vivant dans la cour du Shogun une bonne partie du temps, avec plein d'autres personnes qui prennent plutôt mal sa présence. Oni ne connaît rien aux règles, rien à la poésie, etc.
Les rares moments, dont le premier qui scelle leur rencontre, nous offre un instant unique, hors du temps, où quelque chose semble lier ces deux là qui dépassent tout entendement, mais qui est aussi poétique que fragile dans le monde dans lequel ils évoluent.
Un homme tel que lui, tout sera fini si vous lui déplaisez, si un jour vous le lassez. C'est aussi étrange que fascinant de voir le Shogun dans plusieurs moments de sa vie, si différent, avec tous les autres qui sont autour de lui, dans son rôle de Shogun qui peut être lourd par moment, tant de décisions à prendre, juste avec Oni, voire même se confier.
En vérité, Oni et le Shogun ne sont pas de la même classe sociale, mais ils sont liés. Chacun est jeune, porte des blessures. Oni a même eu des choses que le Shogun n'a pas pu connaître.
Malgré tout, malgré cette position, il a beau être shogun, il doit également trouver l'art et la manière de faire passer les choses. Il ne peut pas faire tout ce qu'il veut.
Un manga, une histoire qui s'épanouit au fur et à mesure, et s'ouvre tel une fleur. Il ne sera pas forcément facile à appréhender pour tout le monde, c'est tout un univers, beaucoup de termes qui sont répertoriés à la fin. Mais vers la fin, nous sommes de plus en plus intéressés, nous posant également des questions sur le futur.
L'histoire aborde l'air de rien pas mal de choses : le poids des responsabilité, celui des convenances, ce que peut apporter l'art, les innovations, le refus du changement, etc.
L'art peut aussi offrir un moment de détente pour se ressourcer. Il est également aussi intéressant que triste de voir tout le rejet subit par le Sarugaku qui est un art nouveau, sans même d'abord le regarder, alors que le dengaku est un art établi et reconnu.
C'est beau, poétique, fragile, voire cruel à la fois.
Lien : https://lesvoyagesdely.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lectiole
  11 décembre 2020
En l'an 1374, à l'époque Muromachi, un jeune roturier, Oniyasha, excelle dans les rôles de princesse et de nymphe. Âgé de douze ans, il rêve de porter le saguraku, théâtre inspiré des dieux, au nom d'Art, mais les spectateurs le raillent et le surnomment "le singe" ou "le macaque" parce que sa famille est pauvre. Un jour, Oniyasha rencontre un jeune homme qui lui en impose, dont il tombe rapidement amoureux, et qui se révèle le shogun Yoshimitsu Ashikaga... ce dernier va le prendre sous son aile et sous sa protection à la cour de Kyoto, peuplée de jaloux et se railleurs. Difficile en lisant ce shojo historique de faire la part entre l'histoire réelle et la fiction. Ne connaissant pas la biographie de Zeami, théoricien du nô dont Narumi Shigematsu retrace l'adolescence ici, je constate que le récit est vivant et bien illustré, mais je ne connais pas assez bien le sujet pour savoir à quel point la mangaka a brodé à partir de la réalité. 🤔 Je lirai toutefois le second tome avec intérêt.
Lien : https://www.instagram.com/fo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pommerouge
  20 novembre 2020
Je remercie les Éditions Akata pour l'envoi de cette lecture. Aujourd'hui, c'est d'un autre Shojo atypique que nous allons parler. La maison d'éditions essaye de nous proposer ses derniers temps des romances qui sortent du lot. Plus adulte, science-fiction et pour celle d'aujourd'hui, historique !
Inspiré sur des faits réels, Narumi Shigematsu nous parle d'un petit roturier du nom d'Oniyasha. Il fait sa vie auprès de sa famille et il joue de temps en temps des rôles au sein de leur troupe. Souvent celui d'une jeune femme. Vu son jeune âge et ses traits fins, cela lui va à merveille.
Lors d'une représentation, le shogun Ashikaga va tomber sous le charme de l'art d'Oniyasha. Ainsi, il va demander à ce que le jeune garçon soit auprès de lui. Il va directement passer au rang de noblesse. Pourtant, cela n'est pas aussi simple qu'on pourrait le croire. Ce changement de vie lui apporte également beaucoup de questionnement et d'inquiétude.
Ce premier tome est vraiment très introductif. On y découvre les personnages, leur rôle dans cette histoire, etc. Pas facile de rentrer dedans au début, car on doit assimiler pas mal d'informations, mais une fois qu'on a compris qui est qui et l'univers dans lequel nous sommes, cela se lit très rapidement !
En bref, c'est un Shojo qui est très charmant. Il est original et change du genre de Shojo qu'on lit d'habitude. Si vous recherchez du changement dans ce genre, c'est clairement le manga qui sera fait pour vous !
Lien : https://lapommequirougit.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
MangaNews   20 novembre 2020
Un shôjo manga historique s'intéressant à l'adolescence de Zeami, le créateur du théâtre nô !
Lire la critique sur le site : MangaNews
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lectiolelectiole   11 décembre 2020
Je me fiche de posséder le monde... ce que je désire... c'est habiter ton regard.
Commenter  J’apprécie          20
pommerougepommerouge   17 novembre 2020
Tu étais si beau... Comme une nymphe tombée du ciel.
Commenter  J’apprécie          10
lectiolelectiole   11 décembre 2020
Pire que des macaques, rien que des menteurs !
Commenter  J’apprécie          00
lectiolelectiole   11 décembre 2020
Singe un jour, singe toujours !!
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Narumi Shigematsu (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Narumi Shigematsu
"Running Girl, ma course vers les Paralympiques" s'achève ! Mais vous retrouvez Narumi Shigematsu dès novembre, avec "A nos fleurs éternelles", sa série historique. On vous parler de tout ça en vidéo…
Plus d'infos : http://www.akata.fr/actus/annonce-nos-fleurs-eternelles
Montage par M.L.J.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/ Notre site web : http://www.akata.fr/
#InstantShôjo #ANosFleursEternelles #NarumiShigematsu
autres livres classés : Voir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
711 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre