AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369743107
Éditeur : Akata (11/10/2018)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Dans une vie antérieure, Atsurô Nogi était un moine bouddhiste, et il avait juré de rester vierge toute sa vie. Mais est-il destiné aux mêmes choix tout au long de ses réincarnations ?! Quoi qu’il en soit, de nos jours, le voilà devenu mangaka. Et malgré son pucelage, il affirme pouvoir dessiner n’importe quelle scène de sexe ! Grâce à ses talents, bien qu’auteur débutant, il se retrouve en charge d’une nouvelle série au sein du prestigieux Weekly Shônen Gump ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bouvy
  16 octobre 2018
Atsurô Nogi est un jeune mangaka débutant. Ses dessins sont très réalistes et l'histoire qu'il crée est celle d'un jeune moine bouddhiste qui a fait voeu de chasteté mais qui vient de rencontrer une jeune femme qui a une forte poitrine : Dame Yaï. Accidentellement, le jeune bouddhiste s'est retrouvé avec les seins d'Yaï dans les mains et depuis, il doute de son voeu. Quand son éditeur lui demande où Atsurô puise son inspiration, celui-ci prétend dessiner ses rêves. L'extrait de la série qui a été publié dans une revue est un succès mais son éditeur lui demande d'ajouter des scènes plus sexy car c'est vendeur. Il apprend également que Atsurô est vierge et le met en garde contre des personnes qui sortiraient de nulle part en lui affirmant qu'ils font le même rêve, qu'ils s'identifient au personnages. Il lui commande des planches à faire dans un certain délai. C'est alors que notre héros, en sortant de la maison d'édition, rencontre une jeune femme troublée, qui lui affirme qu'elle a fait le même rêve, qu'elle est le personnage de Dame Yaï. La jeune femme est dotée d'une poitrine opulente comme le personnage féminin de notre héros. Celui-ci, suivant les conseils de son éditeur se sauve chez lui. Mais, troublé, il n'arrive pas à dessiner les planches commandée dans le délai imparti. L'éditeur lui envoie de l'aide et cette personne est la jeune femme qu'Atsuro a rencontré dans la rue, Kanade Murofushi. Elle confirme qu'elle est le personnage féminin du manga. Atsurô ne peut plus quitter sa poitrine des yeux. La suite du manga prend une tournure étonnante car un autre moine apparaît, Ryôchin qui est amoureux de Eiken, le moine héros de l'histoire. Mais Atsurô se dit que pour que son manga soit réaliste, il doit caresser les seins de sa nouvelle assistante. Au moment où, cette dernière étant consentante, il s'aprêtte à lui toucher les seins, son meilleur ami fait irruption dans son appartement. Il lui fait presqu'un scandal. Akira, le meilleur ami, déclare qu'il est amoureux d'Atsurô. Fait troublant, qui se retrouve dans l'histoire créée par Atsurô. Atsurô serait donc la réincarnation de Eiken, le jeune moine du 8e siècle, Kanade de Dame Yaï et Akira de l'autre moine : Ryôchin…
Ce manga démarre en trombe. le scénario est réellement original. Créée par une mangaka, je crois que les personnages principaux sont les seins d'Yaï et de Kanade. le parallèle entre la vie des moines et de Dame Yaï et celle du mangaka, de son assistante et de son ami est troublant. Il entraîne aussi des situations on ne peut plus cocasse. Les dessins sont formidables. L'érotisme est pudique, tout en finesse. le jeune mangaka partage avec son personnage le fait d'être puceau et la première rencontre avec la poitrine d'une jeune femme les perturbe au plus au point. le parallèle entre les sentiments qu'éprouvent Yaï et Kanade est aussi étonnant. Sans compter sur celui à faire entre les sentiments homosexuels de Ryôchin et Akira. Accidentellement, Ryôchin a presqu'au une expérience sexuelle avec Yaï car dans le noir, il lui caressait les seins en pensant que c'étaient les fesses d'Eiken. Dans la réalité, Akira aussi à peloter la jeune femme. Des situations de quiproquos sont ainsi créées, apportant une bonne dose d'humour au scénario complètement déjanté. C'est vraiment drôle. Mais en même temps, une sorte de triolisme voit le jour à la fois dans l'histoire et dans la vraie vie des personnages. Akari ne cache pas ses sentiments pour Atsurô, ce dernier est troublé par la beauté et les seins opulents de Kanade, cette dernière est amoureuse d'Atsurô mais au final, c'est Akira qui profite le mieux du corps de la jeune femme malgré son homosexualité avouée. C'est exactement se qui se passe dans le manga créé par Atsurô mais Eiken est jaloux et en veut à la fois à Dame Yaï pourtant innocente et complètement amoureuse du jeune moine et aussi à Ryôchin qui lui, désire ardemment son ami et lui a même déclaré que la relation entre deux hommes, pour des moines qui doivent rester chastes, n'est pas pécher comme une relation avec une jeune femme. Arriver à créer un manga de cette qualité, si dynamique que celui-ci, avec un scénario vraiment original, une bonne dose d'humour et de magnifiques dessins avec pour thème les seins ‘une femme est extraordinaire. Oui, je suis emballé par ce premier opus et c'est avec impatience que j'attends décembre et le deuxième tome. Lu en format KINDLE avec une superbe mémorisation.
Personnage :
Atsurô Nogi : mangaka qui dessine en s'inspirant de ses rêves.
Kanade Murofushi: jeune femme qui a une très forte poitrine
Akira Renjô : meilleur ami d'Atsurô mais aussi, il est amoureux du jeune mangaka.
Eiken : jeune moine bouddhiste qui a juré de rester vierge mais qui tombe en fascination devant la poitrine généreuse de Dame Yaï. Atsurô en serait la réincarnation.
Yaï : jeune femme à forte poitrine qui tombe amoureuse du moine Eiken. kanade en serait la réincarnation.
Ryôchin : moine bouddhiste, ami de Eiken dont il est amoureux. Akira en serait la réincarnation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Capridegh
  29 janvier 2019
Attention, OVNI ! Made in heaven m'a titillée dès que je l'ai aperçu dans un petit fascicule glissé entre les pages d'un autre manga que je m'étais procurée chez les éditions Akata. C'est l'idée complètement farfelue du scénario qui m'a convaincue de me lancer dans cette série toujours en cours au Japon, alors que, habituellement, j'attends qu'une série soit terminée au moins dans son pays d'origine avant de me lancer dans sa collection pour ne pas risquer de rester sur ma faim face à un éditeur peu scrupuleux qui aurait décider de stopper ses publications… J'en lis depuis plusieurs années maintenant mais j'avais abandonné quelque peu les mangas car le marché était saturé de séries peu originales et qui tendaient à se ressembler beaucoup ; il était difficile pour moi d'y trouver mon compte, alors que je devenais de plus en plus difficile et que je cherchais de l'originalité et donc, une aiguille dans une botte de foin. Puis, un jour, les éditions Akata ont pointé le bout de leur nez sur le marché du manga et répétaient à qui mieux mieux (ouh là, j'avais oublié que cette expression existait !) que les séries qu'ils publiaient étaient mieux que la plupart de celles qu'on trouvait en magasin, qu'elles étaient bien plus originales et de bien meilleure qualité. Et bien je dis oui ! Akata excelle dans le dénichage de séries hors norme, que ce soit dans le genre shojo, seinen, ou le genre feel good qu'ils ont eux-mêmes lancé avec quelques titres déjà parus. Avec Made in heaven, je n'attendais pas moins de la part des éditions Akata qu'une bonne dose de WTF, des personnages bizarres et un scénario complètement farfelu mais tout aussi bien ficelé.
Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans les coulisses de la fabrication d'un manga et la mise en abîme est maline et appréciable. D'ailleurs, j'ai même appris des choses sur le travail de dessinateur de mangas. La mangaka a fait l'effort de soigner ses traits et de les différencier lorsqu'il s'agissait des planches que dessine le personnage principal, des flashbacks de sa vie antérieure ou du manga-même Made in heaven. La lecture qu'on en fait se passe à différents étages et le manga en est d'autant plus riche et intelligent. Tous les éléments de l'intrigue temporelle s'imbriquent de façon astucieuse sans même nous perdre une seule seconde.
Les aventures que vit, ou plutôt subit parfois bien malgré lui notre héros Atsurô Nogi ne manquent jamais d'imagination. Par un certain concours de circonstances plutôt rusé, une blonde à forte poitrine sera mise sur son chemin ; elle aguichera autant le protagoniste que le lecteur. Made in heaven n'est sans aucun doute pas à mettre entre toutes les mains mais il n'est pas pornographique pour autant. Les quelques scènes et cases sexy ne sont pas si inutiles que ça et elles transmettront au lecteur toute la maladresse et l'excitation à la fois d'un moine chaste et d'un mangaka puceau, la vie antérieure du premier ayant des conséquences lourdes dans la vie moderne du second. L'homosexualité du meilleur ami de Atsurô ne manquera pas non plus d'apporter son lot de malentendus, d'humour et de sous-entendus au récit et on trépigne à l'idée de rencontrer à nouveau plus tard ce personnage prénommé Akira Renjô. Je ne doute alors pas une seule seconde que l'auteure nous parlera dans les prochains tomes de son triangle amoureux fêlé, sans limite, sans aucun tabou, au vue des premiers chapitres que contient ce premier tome irrésistible.
J'accorde ★ ★ ★ ★ ★ à Made in heaven, tome 1. Made in heaven est LA série déjantée de 2018 par excellence ! Et, justement, Akata excelle dans la publication de séries hors du commun, mais des séries qui sont malheureusement bien trop discrètes en magasin alors qu'elles méritent un succès fou tellement elles sont réussies et génialissimes. Pour public averti ou petit otaku voyeur amateur de grosses poitrines, Made in heaven ose et nous fait rire avec son scénario farfelu mais complètement efficace et ses personnages débridés et caricaturés avec beaucoup d'humour. Décidément, le pays du soleil levant est parfois bien frappé mais, à l'autre bout de la planète, dans le second pays consommateur de BD japonaises, c'est comme ça qu'on l'aime !
Lien : https://lirecestboireetmange..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BulleShojo
  13 mars 2019
Les éditions Akata n'ont pas fini de nous surprendre avec leur collection WTF?! et le genre shôjo non plus d'ailleurs, puisque la série Made in Heaven rejoint cette collection et démontre une fois de plus que les shôjos ne se cantonnent pas aux romances scolaires. La mangaka Ako Shimaki est déjà connue en France pour plusieurs séries, mais pour le moment je n'ai eu l'occasion de lire que sa série le Chemin des Fleurs, qui avait été pour moi un coup de coeur.
Nous découvrons Atsuro, un étudiant qui travaille en tant que mangaka. Dans une vie antérieure, il était moine bouddhiste et n'avait donc jamais expérimenté les plaisirs charnels. Dans sa nouvelle vie, en sera-t-il de même ? Son éditeur souhaite qu'il travaille mieux ses dessins des corps féminins et en particuliers les poitrines. Mais sans expérience dans la vraie vie, il se heurte rapidement à un mur. Jusqu'au jour où Kanade devient son assistante. La jeune femme a une poitrine très généreuse et le jeune homme en devient obnubilé.
J'ai bien aimé ce premier volume qui est assez humoristique et très bien construit. On navigue entre le temps présent et le temps passé, raconté au travers du manga du héros. En effet, celui-ci n'a pas conscience que les rêves qu'il fait proviennent de sa vie antérieure et les dessine sous forme de manga. Au fil des pages, on découvre donc le parcours du jeune homme, tant dans sa vie antérieure que dans sa vie actuelle.
On découvre qu'il était un homme pur et sans arrière pensées, jusqu'à sa rencontre avec une femme, alors que celles-ci étaient pourtant interdites d'accès dans ces montagnes reculées. Atsuro était devenu la cible de cette jeune femme, mais également de son collègue, un moine, qui avait des vues sur lui. le contraste entre Atsuro et ces deux personnages qui ne cachent pas leurs objectifs est ce qui permet d'apporter de l'humour et un décalage intéressant. de plus, cela semble se répercuter dans sa vie actuelle et la balance entre passé et présent rend le tout encore plus drôle et jouissif. Atsuro est quant à lui toujours aussi naïf, bien qu'il ait quand même un peu changé, notamment dans le sens où il n'est plus moine et n'a donc plus cette même pudeur et cet attachement religieux.
J'ai beaucoup aimé l'histoire présentée par la mangaka et le mélange entre le présent et le passé raconté dans les pages du manga de Atsuro. Les scènes sont toutes plus inattendues les unes que les autres et on ne sait pas jusqu'où va aller la mangaka. En tout cas, c'est très bien maîtrisé et l'humour est toujours placé au bon moment.
Les dessins sont également très réussis. On reconnait le style de l'autrice et le style shôjo, bien qu'il y ait également autre chose qui transparaît au travers des pages. le découpage et la façon dont sont placés les personnages permettent aux scènes de prendre un sens décalé et parfois absurde. L'humour se ressent également au travers de ce découpage et des dessins.
Lien : https://www.bulle-shojo.fr/b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tachan
  24 octobre 2018
Nouveau titre de la collection WTF ?!, Made in Heaven s'annonçait comme une lecture déjantée et ce fut bien le cas. Je connaissais l'humour d'Ako Shimaki dans ses précédentes série dont la précédente le Chemin des fleurs m'avait beaucoup plu. Ici, elle va encore plus loin et c'est hilarant.
Le concept de départ est déjà complètement barré avec un moine abstinent qui se réincarne sous les traits d'un mangaka puceau. Ce dernier rêve de son ancienne vie et s'en sert comme inspiration pour sa première série publiée. Il tombe alors sur la femme qui a l'a tant perturbé dans son autre vie et se retrouve complètement obsédé par elle et ses formes. Il voudrait bien l'oublier mais il a besoin d'elle pour avancer dans les planches qu'il doit rendre.
Dit comme ça, on peut se demander où l'on est tombé. Il faut dire que l'autrice pousse le délire assez loin avec l'obsession de Nogi pour la poitrine de Kanade. Mais à la lecture, ça passe très bien. Bien sûr, il faut savoir prendre cela au Xème degré et alors on s'offre une bonne tranche de rigolade lors de scènes toutes plus drôles les unes que les autres où l'inexpérience de Nogi face au sexe opposé s'oppose aux rondeurs affriolantes de sa nouvelle assistante.
De plus, il faut reconnaitre qu'Ako Shimaki sait raconter une histoire. Il n'y a pas de temps mort dans son histoire. Elle alterne le quotidien de Nogi comme mangaka dans le présent, avec des scènes de son passé de moine. Les deux font bon ménage et se complètent plutôt bien pour former un récit drôle, piquant et dynamique où on ne voit pas le temps passer. Elle peint ainsi un récit très drôle où l'on revient sur le quotidien d'un mangaka débutant à la recherche d'idées et d'expériences pour améliorer son trait et ses histoires.
En ce qui concerne le trait d'Ako Shimaki elle-même, il est aussi beau et fin que dans ses précédents travaux, alors une pointe de rondeur et de sensualité qui correspond bien au sujet. J'aime beaucoup la finesse des traits masculins et notamment de leurs regards que j'ai toujours trouvés très expressifs. Elle sait aussi rendre ses dessins très drôles en sur une surenchère des sentiments toujours bien dosée. Elle est top pour cela.
Avec Made In Heaven, on tient donc un titre drôle et frais dans lequel on retrouve avec plaisir le goût de la mangaka pour l'humour et le fantastique, le tout avec une narration et des dessins soignés et maîtrisés. Je lirai la suite avec grand plaisir.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
djihane
  28 mars 2019
Les personnages sont très attachants, on compatit à la détresse et l'inexpérience de Nogi dans son ancienne vie ou la nouvelle. L'auteure introduit d'ailleurs des retournements de situations intéressants pour pimenter son histoire et nous surprendre. Une fois le manga refermé, j'avais envie de découvrir la suite. Je me demande comment Ako Shimaki va faire évoluer la sufureuse Kanade dans la vie de Nogi…
Humour, situations rocambolesques, retournements de situations, nez qui saignent et grosse poitrine font bon ménage dans Made in heaven. Un manga à découvrir. J'ai beaucoup aimé.
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BouvyBouvy   15 octobre 2018
Où sont les rondeurs de sa poitrine ?! Elles ont disparu !! Quoi ?! Mais comment est-ce possible ?! Où êtes vous passées ?! Ah... Je vous ai retrouvées. C'était là que tu t'étais cachée, toi. Ouf... j'ai eu peur. L'abstinence n'a rien de facile... dire qu'ils sont à portée de ma main... mais je ne dois pas y toucher. Est-ce là une nouvelle épreuve envoyée par Bouddha ? Regardez comment il tombe... Tendre comme une cuillerée de bouillie de riz, moelleuse... oui... c'est une poignée de pâte de riz sur le point de tomber...que je dois en toute hâte rattraper de mes mains.. (Maître Eiken, moine bouddhiste qui s'extasie devant les rondeurs de la poitrine de Dame Yaï)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
autres livres classés : réincarnationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14883 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre