AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742790314
Éditeur : Actes Sud (30/11/-1)

Note moyenne : 4.63/5 (sur 90 notes)
Résumé :
La Japonaise Aki Shimazaki a construit avec Le Poids des secrets une œuvre qui explore la psyché nipponne contemporaine dans ses tabous et ses mensonges, au cœur desquels ses personnages se débattent pour retrouver liberté et dignité.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
MahaDee
  03 janvier 2017
J'ai découvert Aki Shimazaki et le premier volume de cette pentalogie grâce à la liste de Gwen21 « Petits mais costauds ».
Les cinq volumes étaient disponibles à la bibliothèque, chacun dans l'édition Babel, tous avec des couvertures très réussies. Alors pourquoi ne pas essayer ? J'ai emprunté seulement le premier volume : Tsubaki (Camélia), car je n'aime pas spécialement m'engager dans une longue série, et j'avais compris que les volumes pouvaient se lire indépendamment.
C'était une erreur ! le lendemain, pris par le texte, je suis retourné illico à la bibliothèque pour chercher les quatre suivants, impatient de découvrir ce qui se cachait dans Hamaguri (coquillage), Tsubame (hirondelle), Wasurenagusa (myosotis), Hotaru (luciole). Evidemment les quatre volumes étaient sortis, on venait de les emprunter !! Ne faites pas comme moi, si l'envie vous prend de lire cette oeuvre, empruntez ou achetez tous les volumes d'un seul coup, car on ne les lit pas, on les dévore.
Il s'agit d'une même histoire, où secrets et mystères s'entremêlent au sein d'une famille élargie. Mais pour cette histoire, Aki Shimazaki convoque cinq récits, cinq voix, cinq personnages et donc cinq livres. le premier volume pose les bases et tour à tour les quatre autres personnages viennent apporter leur point de vue avec une couleur et un éclairage différent et toujours beaucoup de pudeur. L'écriture est délicate, lumineuse, parfois poétique, souvent envoutante, les personnages sont attachants, leurs sentiments parfois complexes. L'action se déroule au cours XXe siècle au Japon d'abord à Tokyo puis à Nagasaki. L'histoire de cette région du monde télescope la vie des personnages (séismes, guerres, bombes atomiques).
Je recommande cette lecture qui, à travers les récits de chaque personnage, donne à approcher la mentalité, la manière de voir le monde et la culture des habitants du pays du Soleil-levant.
Aki Shimazaki est née en 1954 au Japon. En 1981, elle émigre au Canada à Vancouver d'abord puis à partir de 1991 à Montréal. le français est sa langue d'écriture et Tsubaki, le volume 1, a paru en France en 2005, ce qui est extraordinaire quand on pense qu'elle n'a commencé à apprendre le français qu'en 1995.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Josephine2
  28 mars 2017
Une histoire de famille très poignante. J'ai eu le coeur serré, en lisant cette pentalogie, qui se situe au Japon.
Sous les tendres et jolis mots que sont Tsubaki, Hamaguri, Tsubanne, Wasurenagusa et Hotaru, se cache bien des non-dits et des tabous.
A travers chacun des protagonistes, on va découvrir un secret, secret liant chacun des personnages. Sans compter les fléaux que ce pays a subi, comme le tsunami, les tremblements de terre et les bombes atomiques.
Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai bien du mal à vous faire part de mon ressenti. Pas que je n'ai pas aimé, non (j'ai dévoré la série en 2 jours). Alors, quoi ? Simplement, j'ai le coeur encore bien gros pour en parler comme je voudrais, tellement j'en suis encore toute retournée. Comme si une pierre venait entraver ma poitrine.
Peut-être parce qu'il s'agit de maux subis par une seule et même famille sur plusieurs générations ?
Peut-être est-ce du à cette écriture douce, belle et simple pour décrire bien des malheurs ?
Peut-être aussi est-ce du à la beauté de la nature qui vient adoucir les maux ?
Ou tout simplement « le poids des secrets » est-il trop lourd à porter ?
A vous de vous faire votre idée.
4 *
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
MurielT
  25 mars 2018
Le poids des secrets - Aki Shimazaki
Le poids des secrets est un coffret de 5 livres qui chacun raconte un secret de famille. C'est le même secret, mais il est vu par des protagonistes différents et à des époques différentes. Cela se passe au Japon entre 1923 au moment du grand tremblement de terre qui a secoué Tokyo et les années soixante.
J'aime beaucoup l'écriture de Shimazaki. Ce sont des phrases courtes, mais douces, sans violence et dont la poésie n'est pas exclue. Toute en «douceur» l'auteur raconte les non-dits, les tabous, les travers et les moeurs, qui m'ont paru étrange,du Japon.
L'histoire de cette famille, sur plusieurs génération, est poignante. Elle traverse les vicissitudes de la vie et doit subir les catastrophes comme le tremblement de terre, la bombe atomique de Nagasaki, la guerre...
C'est vraiment une très belle histoire qui n'est pas simple à résumer mais qui se lit facilement et j'en suis sortie un peu «groggy». Cette histoire a remué beaucoup de sentiments en moi mais je ne sais pas trop comment les exprimer (colère, compassion, révolte, tendresse...)
A lire et à relire parce que c'est vraiment beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
BOOKinade
  18 octobre 2017
Cinq petits livres, tout petits.. qui se dévorent comme les perles d'un collier de bonbons. Une seule et même histoire en 5 tomes. Chaque tome unique au nom symbolique (Tsubaki - camelia, Hamaguri- coquillage, Tsubame-hirondelle, Wasurenagusa-myosotis et Hotaru-luciole) apporte à petites touches, du sens et de la lumière à une seule et même histoire de famille dans le Japon de la Seconde Guerre Mondiale. Comme un tableau impressionniste dont le 1er regard ne suffit pas à appréhender toute la complexité et la richesse.
Laissez-vous tenter par ce voyage nippon empreint de douceur et de sobriété, à l'arrière goût amer et triste. L'écriture est délicate, lumineuse, souvent envoûtante et participe à ce jeu de kaléidoscope. Les personnages sont attachants et c'est avec de profonds regrets que l'on ferme Hotaru. Drôle de voyage dépaysant.
Le premier volume, Tsubaki, pose le décor : Yukiko laisse à sa mort, une lettre à sa fille et à son petit fils, dans laquelle elle raconte son enfance puis son adolescence avec ses parents, à Tokyo puis à Nagasaki. Sa vie quotidienne, le travail à l'usine, les amitiés, les émotions naissantes et les premiers émois amoureux avec le fils des voisins. Mais les confidences laissent aussi entrevoir une sombre histoire familiale, un père menteur, une vie double et l'aveu d'un meurtre le jour où la bombe atomique est tombée sur Nagasaki. La grande Histoire se mêle à la petite et amplifie les ondes sismiques des chocs. La souffrance perdure, les descendants se souviennent, les coupables sont-ils ceux que l'on pense ?
Les quatre tomes suivant enrichissent la trame par la voix de quatre autres personnages : autres points de vue, autres détails, autres lumières mais toujours autant de pudeur. L'histoire évolue avec les couleurs qui se superposent. Elle n'est pas si simple en fait. Comme les émotions, comme les relations humaines sommes toutes.
  
Cette pentalogie est digne des meilleures séries TV, avec économie, efficacité et suspens. Une fois Tsubaki entre les mains, je vous mets au défi de ne pas vous jeter sur les 4 autres tomes de la série, d'autant qu'il sont petits... mais costauds ... et addictifs !
Le poids des secrets est une bien jolie surprise qui envoûte avec une pudeur inouïe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Little_Daisy
  26 septembre 2014
Me voilà enfin face à moi-même et mon envie de plus, de creuser encore. J'ai fini de lire les 5 tomes, du bonheur à l'état pur. Finalement, je n'ai pas besoin de plus, je peux imaginer ces vie, cette société. Cette pentalogie qui nous montrent 5 visages, 5 pensées, 5 histoires différentes de personnes liées correspondent au fonctionnement d'une société mais à une échelle minime. Chacun avec son histoire, sa perception du monde et ses convictions.
Ma critique du premier tome convient à tous. On ne se lasse à aucun moment. La douceur, les sentiments, l'histoire du Japon, tout est écrit avec une justesse parfaite.
J'ai beaucoup appris sur l'histoire du Japon grâce à Shimazaki. Comme tout le monde j'avais des connaissances
historique, la bombe atomique, le 9 août 1945 mais pas beaucoup plus, pas cette vision de l'invasion du Japon en Chine et en Corée, du séisme quelques années avant, de l'état d'esprit des gens, la question des kamikazes… autant de choses que j'ai découvert sous un nouveau jour et qui m'ont particulièrement touché.
J'ai été tour à tour surprise, émue, touchée, énervée par certains comportements, étonnée, … Shimazaki nous transporte dans le Japon par un style poétique, posé et contemplatif mais utilise le français qui est une langue riche, belle et qui colle parfaitement avec le propos de l'étranger, de ce qu'est une « pièce rapportée » comme toutes ces familles qui se composent au grès des événements. L'utilisation de mots japonais offre encore plus ce sentiment d'être en perpétuel questionnement sur l'importance de d'origine, de l'assimilation, de l'intégration et de la quête de soi-même, "le poids des secrets" que l'on garde ou que l'on dévoile.
Il y avait bien longtemps que je n'avais pas ressenti ça. J'ai une profonde admiration pour l'auteur. Je n'arrive pas à détacher mon esprit de ce que j'ai lu et pourtant j'ai lu quelques livres derrière mais non, rien n'y fait … j'y pense encore et pour longtemps je crois.
Définitivement la plus jolie histoire que j'ai lu et je pèse mes mots. Désolée Barjavel, tu es désormais détrôné, les Chemins de Katmandou sont donc en seconde position à présent. Pour Voltaire, c'est autre chose.
Un livre à acheter, à lire, à poser dans la bibliothèque, à reprendre, à relire, dans l'ordre, dans le désordre, un passage, en entier mais toujours avec délicatesse, douceur et beaucoup de sensibilité.
Lien : http://chickon.fr/2014/06/12..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
MahaDeeMahaDee   05 janvier 2017
Ma mère s'arrête devant une maison clôturée. Autour, des hortensias en fleurs. Le bleu, le rose, le blanc... Ils sont encore mouillés de la pluie de ce matin. La rosée tombe. Je trouve un escargot sur la clôture. Il rampe, les cornes dressées. Je les touche du bout des doigts. Les yeux se retirent immédiatement, comme la tête d'une tortue. Par-dessus la clôture, je vois un vieil homme ramasser des cailloux, qu'il met dans un seau. Il porte un vêtement blanc et long, comme une robe. J'entends alors crier des enfants et je me raidis. Ils doivent être derrière la maison. Je tiens la jupe de ma mère.
Elle me dit:
-Ça y est, Yukio. Voilà l'église où je travaillerai à partir de demain. Comme je t'ai dit, tu joueras avec des enfants pendant que je serai occupée. I1s sont très gentils. Tu te feras beaucoup d'amis.
-J'ai peur. Puis-je rester avec toi, maman? Je ne te dérangerai jamais.
-Sois courageux. Tu as déjà quatre ans ! Ici, personne n'a de père ni de mère.

Tome 2 - Hamaguri
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MahaDeeMahaDee   10 janvier 2017
Le matin du premier dimanche de mai. Je suis assis dans un fauteuil de bambou, installé dans l'espace entre la fenêtre et la pièce de tatamis où je me couche. Un vent frais effleure ma joue.
Rin... rin... rin... Au-dessus de ma tête, le fûrin de cuivre tinte doucement. Je lève les yeux, mon regard reste immobile quelques instants.
Je tiens un livre dans une main et un signet dans l'autre. C'est un ouvrage pharmaceutique, rédigé par mon collègue, monsieur Horibe. J'en ai grand besoin pour mes recherches. J'essaie de me concentrer, mais j'ai du mal à lire. Mes yeux lisent plusieurs fois les mêmes lignes. Je ne saisis pas bien le sens du contenu. Je me demande:
« Qu'est-ce qui me dérange ? »
Je regarde discrètement le signet de petites fleurs séchées. La couleur est passée. Au bout est écrit un mot en katakana : niezabudoka. Je ne connais pas ce mot d'origine russe.

Tome 4 - Wasurenagusa
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MahaDeeMahaDee   07 janvier 2017
Je lève les yeux.
Couvert de nuages épais, le ciel s'étend à l'infini. Il fait anormalement chaud et humide pour une fin d'été. C'est encore tôt le matin. Pourtant, Je sens ma chemise déjà trempée de sueur.
Au-dessus de moi, un couple d'hirondelles passe rapidement. Elles vont et viennent entre le toit d'une maison· et un fil électrique. Elles partiront bientôt vers un pays chaud. J'aimerais bien voyager librement comme elles.
Ma mère m'a dit une fois: « Si on pouvait renaître, j'aimerais renaître en oiseau. » Je marche dans le petit chemin qui longe l'étang, un raccourci pour aller chez mon oncle. Je dois lui remettre des épis de maïs que ma mère vient de faire cuire à l'eau. La chaleur se propage à travers le papier journal.

Tome 3 - Tsubame
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MahaDeeMahaDee   12 janvier 2017
Dans le ciel montent d'énormes cumulo-nimbus.
Penchée à la fenêtre, je regarde les nuages, immobiles comme des rochers gigantesques. Au-dessus de moi, les cigales stridulent bruyamment. La chaleur est accablante. La saison des pluies vient de se terminer.
Je me prépare à sortir. Cet après-midi, je vais chez mes parents ou Obâchan m'attend. Elle garde le lit presque toute la journée. Mes parents disent qu'elle ne pourra tenir jusqu'à l’automne.
J'habite à Tokyo. Je suis étudiante universitaire. C'est la période des vacances d'été. Je travaille toutes les matinées de la semaine dans une boutique de fleuriste.

Tome 5 - Hotaru
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MurielTMurielT   26 mars 2018
Tsubaki 
Je me promenais dans le bois de bambous. C’était tellement tranquille. Je m’asseyais toujours sur la même pierre. Le vent soufflait doucement. Je n’entendais que le bruit des feuilles.

Hamaguri 
Ces images sont gravées si profondément dans ma mémoire que jamais elles n’ont pâli avec le temps.

Tsubame 
Le vent sec et froid d’hiver se met à souffler. La première neige tombe au début du mois de décembre. Le temps nuageux dure quelques jours. Je continue à monter sur la colline avec le petit garçon. Il apporte un avion de papier qu’il a fait lui-même. Assise par terre, je le surveille. A l’orphelinat, je ne parle toujours à personne.

Wasurenagusa
Le signet a voyagé avec moi partout, même en Sibérie. En fait, j’ai vu des fleurs de niezabudoka au camp de travaux forcés, dans la région d’Omsk. Au printemps, le champ en était couvert comme un immense tapis bleu.

Hotaru
Le bleu des fleurs brille. Je ferme le yeux. Je vois mes grands-parents se promener sur la plage, main dans la main. Je songe à Obachan, qui a été incapable de dire la vérité à son mari.Je prie : « Ojichan, viens chercher Obachan. Sinon, elle va errer sans savoir où aller, comme une luciole perdue ». Tout à coup, une cigale se met à chanter au-dessus de moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Aki Shimazaki (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aki Shimazaki
Payot - Marque Page - Aki Shimazaki - fuki-no-tô
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
392 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre